Histoire vécue Amour - Couple > Disputes      (4984 témoignages)

Préc.

Suiv.

Une relation trop ... trop compliquée !

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 309 lectures | ratingStar_201100_1ratingStar_201100_2ratingStar_201100_3ratingStar_201100_4

J'ai 39 ans et je suis maman d'un super gamin de 9 ans.Résumer la "relation" que je vie depuis un an et demi est compliqué. Je n'ai pas d'oeil extérieur et j'ai tendance à charger mon compagnon de reproches ou culpabiliser. La vérité doit être au milieu. Je vais tenter d'être la plus rationnelle possible.Nous nous sommes rencontrés via le net. J'habitais alors en Belgique où j'avais mon appartement, mon boulot de prof, mes amis et mes occupations. Je me sentais à la fois très en équilibre mais avec ce sentiment de ne plus avoir ni sens ni projet à ma vie. Depuis de nombreuses années, je rêvais de déménager dans le Sud avec cet espèce de cliché petite maison/grillons/soleil/peinture/amis. Alors, tout doucement, et de manière réfléchie, je me suis attelée à ce projet en planifiant mon déménagement, celui de mon fils afin que l'on aterrisse dans les meilleurs conditions possibles. C'est à ce moment là que C. Et moi avons débuté notre liaison. Lui, un peu plus jeune, vivant à côté de Marseille, à cette époque employé dans une société qui le mettra à la porte 1 mois plus tard. Mon attirance pour lui ne fut pas une surprise : je rencontrais à nouveau un homme très pessimiste, destructeur, cynique, désabusé mais dont le regard et la voix étaient emplis de douceur. Je caricature à peine en disant " ah un beau ténébreux qui a un bon fond que je dois être la seule à voir ". Pendant un an, nous avons fait des allers retours l'un chez l'autre. Lui, à 35 ans, vivait encore chez sa mère. Il m'a très vite demandé d'habiter ensemble, de retaper le studio dans le garage de sa mère, de loger mon fils dans son ancienne chambre. Le biip biip s'est mis en route dans ma tête et je me projetais dans une situation étouffante et ingérable, même si j'étais flattée qu'il me fasse cette proposition. La mère est une femme qui a beaucoup d'emprise sur ses enfants, compensant un divorce douloureux en surinvestissant son rôle de mère. Mon compagnon, porté aux nues un jour, devenait un menteur manipulateur le lendemain en comparaison de " ce con de père qui les avait lâchement abandonnés ". On est en plein dans le syndrome de l'aliénation parentale… Durant cette période, je découvre beaucoup de mensonges de la part de C. : il utilise le nom de famille de sa mère, mère qui n'est même pas au courant de son projet de vivre ensemble, idées politiques extrémistes lui qui partage en apparence mes idées de gauche, mensonge sur des études jamais faites, sur des soi disant déménagements alors qu'il n'a jamais quitté le nid, inscripion sur des sites de rencontres,… Je le mets devant la vérité, mais il a beaucoup de mal à assumer et trouve des explications plus que foireuses pour se justifier. C'est la première rupture entre nous. Je viens également d'une famille peu structurante qui sous couvert d'une autorité et d'exigences " parce que c'est comme ça " nous a complètement démolies ma soeur et moi. Un mère qui a caché son homosexualité, qui a fait passer mon père pour le salopard de service, qui ne nous a pas permis de l'aimer, père qui est mort dans des circonstances bien douteuses il y a 18 ans… Je ne m'étalerai pas plus sur ce sujet, mais les 3 petits points sont lourds de sens. Je ne vois plus cette mère depuis 6 ans, manipulatrice, perverse, destructrice et dangereuse. Après divers "travaux" thérapeutiques, j'accepte cette faille du besoin de reconnaissance, peur de l'abandon chez moi comme un regarde une grosse cicatrice au milieu du visage. Je me soigne mais c'est long. Parfois je me dis qu'en retombant sur des relations pas évidentes avec des hommes très durs j'essaye de réécrire mon histoire avec, cette fois, une fin heureuse.J'en reviens à mon "couple". En novembre l'année passée, je débarque enfin à Marseille, après de multiples péripéties liées au non engagement de C. Je passe les détails, cela ferait 10 pages de plus. Il me laisse me démerder seule dans ce déménagement et j'ai très vite le sentiment de devoir porter tout toute seule. Malgré nos 3 ans de différence, je me sens comme une maman qui vie avec son fils et un ado qui entre et sort à sa guise sans tenir compte de la vie de famille. Je deviens la casse couilles, pleine de reproches et lui me balance des phrases comme " je veux pouvoir faire ce que je veux quand je veux ". N'ayant jamais vécu seul, je sais qu'il est en apprentissage et que le décalage est énorme entre nous. Mais à force de discussions, d'explications, et de disputes aussi, il progresse et son comportement évolue. De mon côté, je suis en pause carrière et essaye de m'occuper comme je peux dans une région peu chaleureuse en rapport avec mon Nord natal. Je n'ai pas l'habitude de ce manque de contacts dans les relations et, moi qui me voyait me faire vite plein de potes, je déchante devant la réalité. L'administratif est galère aussi. Bref, il est loin mon projet paisible de la petite maison. Le logement qu'on loue une fortune, on doit le quitter. Les loyers sont horriblement chers ici et je cherche vainement une solution. J'attends de C. Qu'il s'investisse aussi dans cette recherche de logement : il a bossé dans l'immobilier, a des copains, des tuyaux possibles. Il bouge un peu, très peu et finit par me dire " voilà, je te l'avais dit c'est impossible ". Je me sens de plus en plus seule dans ce couple et dans les difficultés. Les disputes sont de plus en plus fréquentes et les reproches fusent. Mon éloquence se heurte à son mutisme et rien n'est jamais résolu : on reste dans les constats et j'ai l'impression qu'il refuse toutes les solutions que je lui propose. Une des solutions est de s'éloigner un peu de Marseille afin de trouver un logement moins cher. Il refuse sous prétexte que ses potes sont ici, qu'il vient d'ici et qu'il a son club de tennis ici. Ce sentiment de devoir choisir entre mon couple ou mes besoins / priorités monte de plus en plus. Jusque il y a peu où… je tombe enceinte ! Vu mon âge, ce désir d'une 2ème grossesse, j'ai énormément de mal à me résoudre à subir une IVG. "subir", tout est dans ce mot. C. N'en veut évidemment pas, sous de bonnes raisons (situation financière, logement) , mais aussi parce qu'il refuse de devenir père un jour. Je me fais avorter sous le couvert de " je choisis mon couple ", après deux semaines de discussions intenses, douloureuses, jusque devant une psychologue.Deux jours plus tard, grosse dispute et il me quitte. Quatre jours plus tard, il revient en me disant qu'il ne veut pas me quitter, qu'aucune femme ne l'a aimé comme ça, que je suis intelligente, que j'ai du coeur,… Cela tient une bonne semaine et c'est rerupture, cette fois définitive. Il a repris ses 3 caisses, son ordi et est retourné chez sa mère.J'ai le sentiment énorme d'être abandonnée, larguée dans cette région que je n'aime pas. Je passe de moments où je me ressaisis et passe à l'action à d'autres où l'angoisse m'envahit au point de faire des crises de spasmophilie. On a toujours des contacts C. Et moi, mais j'ai du mal à vivre une relation où, dans le fond et la forme, il n'a rien perdu. Il ne veut aucune responsabilité, aucune contrainte et j'ai cette image de moi tel un mulet surchargé par ce que je vie.J'ai cherché à mettre des mots sur son comportement. Oui, il est égoïste, narcissique, passif/agressif, lâche. Mais il est aussi gentil, alternant l'attention et l'indépendance, investi dans une relation avec mon fils, se remettant en question à certains moments. Son éducation semble avoir arrêté sa construction, comme un petit garçon dans un corps d'adulte. De mon côté, mes cicatrices se sont rouvertes, j'ai peur de l'avenir, peur parce que je n'arrive pas à gérer cet abandon et je passe de hurlements de tristesse à une énorme colère violente.Voilà où j'en suis.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


201100
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Je vie au travers d'un homme qui n'est pas honnete - histoires d'amour

image

Bonsoir, voila 3 ans bientôt que je suis en couple avec mon copain. On habite ensemble depuis 1 an, nous sommes complice amoureux, on étais bassé sur la confiance et le ''on ce dit tout'' .. Mais voila, au début que l'on c mis ensembles il allais...Lire la suite

Totalement perdu... me quitte-t-elle ? - affaires de couples

image

Bonjour/bonsoir tout le monde. C'est la première fois que je fais un sujet sur Doctissimo, et je ne pensais pas en arriver là un jour. J'ai rencontré une fille sur le net il y a plusieurs mois, et on s'est mis ensemble ; c'était une relation un...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages