Histoire vécue Amour - Couple > Divorce > Autres      (6080 témoignages)

Préc.

Suiv.

D'où c'est parti cette histoire d'indifférence ?

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante - 14/01/10 | Mis en ligne le 17/07/12
Mail  
| 200 lectures | ratingStar_276910_1ratingStar_276910_2ratingStar_276910_3ratingStar_276910_4
Petit bilan intermédiaire après 10 mois sous baclo. D'où c'est parti cette histoire d'indifférence ? Du bouquin bien sûr. Ça se termine à peu près comme ça : "et là j'ai atteint l'indifférence, et depuis je vis heureux et j'ai beaucoup de fans" Un peu comme "ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants", dans les contes pour gosses. Ils nous racontent jamais quand on est marmot c'est quoi le mariage qui arrive après. Ils se marient pis c'est tout. D'un coup ils sont heureux pour la vie. Purée moi quand je me suis marié j'avais dû trop en lire des trucs pareils ! C'est kla durée qui fait que les choses existent et montrent leur vrai visage. Je suis monté à 200 de baclo. Pendant 4 mois j'ai rien pris d'autre. Même pas un cachou de codéine en cas de douleur. Pas une bière, pas une petite pilule de rien. Que du baclo et de l'aspirine. J'avais divorcé de tout ça. L'alcool le reste. Je me sentais indifférent. Première bière que j'ai repris. Le goût m'a vraiment plu. L'effet était là mais rien d'euphorisant. Puis le boulot a repris. Là il faut faire avec les "gens". Les "gens" ils sont déjà souvent gratinés sur les forums mais dans la vraie vie ça s'arrange pas. Y a un truc qui a disparu sur terre c'est l'empathie. Tout le monde se fout de tout le monde à un point que c'en est violent. Moi ça me gave quotidiennement. Des jours entiers à ne recevoir que de la merde, ça use, ça use… Retour des maux de têtes. De la codéine ? Pourquoi pas ? Et puis une bière à l'occase ça déstresse toujours son homme. Voilà aujourd'hui après un an de baclo, je ne suis pas indifférent. J'aime les effets de l'alcool, et j'aime les effets de la codéine. Physiquement je n'en suis plus malade, mais mon cerveau les reçoit toujours comme des récompenses. La seule chose dont je sois sûr : Je suis vivant. Et c'était plus le cas avant. Vous mettriez ça dans les échecs, les réussites, les semi-réussites ou les semi échecs ? Plus ça va plus je m'en fous, pas besoin de mettre une étiquette sur mon expérience à moi. Je continue de la vivre et puis c'est tout.
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


276910
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

La remontee, ca a l'air de prendre la bonne tournure!

image

Bonjour betty, bonjour à toutes… En fait, ça se passe beaucoup mieux depuis quelques jours. Je vous mets un extrait de ce que j'a écrit ailleurs, avant de partir chez le kiné. Le torticolis est parti. "Il y a plusieurs mois de celà, j'ai fait...Lire la suite

Separation et culpabilite (enfants) - divorce

image

Je suis un peu dans cette situation également, nous vivons en couple depuis 4 ans et nous avons une petite fille de 3 ans, notre relation c'est dégradé depuis septembre 2012 (la cause = mes beaux parents) mon homme préfère écoute son père qui...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages