Histoire vécue Amour - Couple > Divorce > Autres      (6080 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je n aime pas ma fille

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 02/10/10 | Mis en ligne le 11/05/12
Mail  
| 176 lectures | ratingStar_253386_1ratingStar_253386_2ratingStar_253386_3ratingStar_253386_4
Et oui Maldamour ce sont les joies, les douleurs (plutôt) de la FR. Je suis sincèrement de tout coeur avec toi, je comprends et j'entends ton désarroi. Malheureusement je ne peux que te dire celà car, comme beaucoup d'entre nous ici, je ne trouve pas les mots suffisamment réconfortants qui par magie te tireraient de cette situation complexe et pour le moins "alliénante" qui est la nôtre ! Mais sâche qu'on t'écoute et qu'on comprend avec bienveillance ! Moi je pose une question de génétique, déjà posée ici et jusqu'à présent restée plus ou moins sans réponse. Pourquoi, dans la plupart des cas, ce sont les Belles-Filles qui nous en font voir ? Les garçons sont quand même plus rares à faire tourner leur monde en bourrique. Ou, s'ils le font, c'est que ça correspond à une période d'adolescence difficile et qui le serait pour tout autre garçon. Alors que les filles, elles, nous pourrissent la vie vraiment, et très tôt ! Elles sont impitoyables, particulièrement avec leur BM. J'ai moi-même 2 BF. Avec celle de 22 ans j'ai fini, de guerre lasse, épuisée de faire des efforts pour elle pendant 13 ans, par rompre les ponts car je n'en pouvais plus de ses coups bas et de sa présence malsaine, hypocrite et médisante. Je la connais depuis qu'elle a 7 ans. Et bien, dès cet âge-là j'ai compris que ce ne serait pas de la tarte. Elle me regardait de haut puis de manière glaciale si j'osais lui demander quelque chose. Puis j'ai commencé à surprendre des conversations avec sa plus jeune soeur ou elle me dénigrait ni plus ni moins. Dans son jargon elle m'appelait le "sac d'os". Au début, pour montrer ma bonne volonté, j'ai pris ça en me disant que les choses s'arrangeraient, je lui trouvais des circonstances atténuantes. Enfant du divorce, pas simple de changer de maison, pas facile d'accepter la douleur de ne pas voir son papa tout le temps, alors qu'une petite soeur était née entre temps… J'ai tout essayé de comprendre, j'ai tout tenté pour lui montrer qu'elle avait une place parmi nous. Mais rien n'y a fait ! Je dirai même que plus j'essayais de la faire exister dans nos vies plus elle devenait froide et renfermée. J'ai fini par comprendre avec le temps que mon comportement ne correspondait pas au tableau qu'elle voulait se faire et brosser de moi. Il aurait été tellement plus simple pour elle que je me comporte comme une vraie MARATRE. Les années passant j'ai commencé à me ronger et à perdre ma patience. D'autant que le papa, comme tu le décris très bien, entretenait sans vergogne la toute puissance de la gamine : Et que je lui demande pardon de lui demander de bien vouloir mettre la table, et que je me relève à 4h00 du matin pour aller la chercher à une fête la nuit, et que je lui fais des cadeaux somptueux, et que je ne lui dis jamais rien même quand la donzelle n'adresse pas un mot de toutes les vacances à sa BM. Tout celà entretenu en arrière cour par une mère (pourtant remariée) trop heureuse de pouvoir continuer à asseoir son pouvoir chez nous par le biais de la gamine. C'est certain la demoiselle n'a pas apprécié quand j'ai fini par craquer. Un jour, je l'ai invité en présence de son père à déjeuner avec moi. Elle avait 19 ans et selon moi était en âge de comprendre certaine chose. Je lui ai fait comprendre que je ne lui cherchais pas de poux, je voulais juste lui expliquer que j'avais besoin d'un peu plus de chaleur humaine et que j'aurais apprécié une peu de rapprochement entre elle et moi. J'ai précisé que je ne me prenais pas pour sa mère, je lui ai relu son histoire d'enfant divorcé pour lui faire comprendre que j'étais consciente et ouverte aux doléances. Tu parles Charles ! Elle m'a regardé de haut pendant tout le repas et la suite a été à la hauteur. Je ne l'ai pas su tout de suite mais elle a été raconter à sa mère et BP que je l'avais pilonné pendant 2 heures, l'insultant, la torturant etc… Bref elle m'a fait passé pour la maratre que je ne suis pas, foutant une MERDE sans nom et qui dure toujours. Normal ce qu'elle cherchait c'est à déclencher la guerre pour qu'il y ait des morts : son père et moi si possible !!! 2 ans plus tard, j'ai fini par lui interdire définitivement l'accès de notre maison car elle allait et venait chez nous sans jamais me prévenir de ses mouvements. Y compris quand je louais une maison pour les vacances ou elle voulait venir sans m'avoir même parlé au téléphone. Continuant malgré mes demandes de n'avertir que son père prétextant que si son père était au courant celà suffisait. Or, quoiqu'en dise les mères qui défendent leur fi-fille, cette attitude est ressentie par les BM comme extrêmement disqualifiante et, arrêtons la langue de bois, cette attitude n' a d'autre fonction que celle de signifier à la BM qu'on se fout bien d'elle parce qu'elle ne compte pas. La demoiselle est donc tombée de haut quand la bonne poire que je suis a fini un jour par dire NON… simplement NON ! Non à l'irrespect, NON à me prendre pour une conne tout juste bonne à fournir le gite et le couvert, NON à me faire calomnier dans mon dos mais à profiter quand même de mes gentillesses et de mes initiatives… NON, NON, NON et NON. Ce NON retentissant (il ne l'est que parce que je suis une sale BM) a crée une onde de choc pour ne pas dire un énorme scandale. Rendez-vous compte, SACRILEGE, j'avais osé m'élever contre la loi des plus forts ! Ce NON m'a coûté d'endosser définitivement la panoplie de la MARATRE aux yeux d'un charmant petit groupe réuni au chevet de l'enfant ABUSé (y compris les grand-parents de la donzelle et son BP qui ne me connait même pas). La mère n'a même jamais envisagé de se salir à vouloir me parler pour essayer de discuter de la situation. Mais pourquoi l'aurait-elle fait : il y a bien sûr des AVANTAGES SECONDAIRES aux disputes entre sa fille et la BM : continuer de nourrir sa haine, sa rage et sa jalousie de reine déchue !!! Pour clore l'histoire, la plus jeune de mes 2 bf (19 ans) a déboulé chez nous l'an dernier, virée sauvagement par sa mère qui ne la supportait plus. Elle est donc venue se faire dorloter et servir ici comme une princesse pendant plus d'1 an. Son père totalement au petit soin de cette jeune fille parce qu'elle passait le BAC et qu'il ne fallait rien, absolument rien lui demander. Elle a parfaitement compris le message et, pas plus que son ainée, ne s'est donné la peine d'entretenir une relation saine avec moi. Et que je te fuis dans les couloirs quand tu veux me parler. Et que je ne donne jamais un coup de main à la maison restant dans ma chambre tant que mon père n'est pas rentré, etc… J'ai cru que j'allais devenir folle, de rage, puis d'angoisse. Elle a finit pas foutre une ambiance tellement pourrie que j'en ai eu des envies de suicide ! A la fin de l'année scolaire, le bac en poche, elle a décidé de retourner chez sa mère. Le père m'avait mis au courant du jour du déménagement mais pas elle. Aucun mot, rien. Et elle est partie sans RIEN me dire comme si c'était la chose la plus normale du monde. Les parents et tous les supporters, experts en psychologie d'enfants brimés, vous diront qu'on ne doit absolument pas attendre plus des enfants du divorce… MOUAIS !!! Pour moi c'est juste le triste constat de ce que les chères têtes blondes de nos amoureux nous font subir quand on ne leur signifie pas qu'ils n'ont pas tous les droits ! Quand on leur donne trop vite les clefs de notre bonheur ! Chouette non ? Mais comme le dit Shalimar c'est souvent la faute de l' ancien couple qui ne veut pas prendre conscience que même, et surtout, dans une FR l'éducation du respect de l'autre est la chose essentielle à une vie réussie et accomplie. Or, dans le cadre d'une FR ces parents-là, qui par ailleurs peuvent être des gens charmants et plein de bon sens, semblent oublier tous préceptes de vie socialement acceptables ! Je crois MALDAMOUR qu'on ne dit jamais assez NON à ces enfants là. La BM parce quelle a peur de faire des histoires. Le père parce qu'il a peur de ne plus être aimé. Et la mère parce qu'elle y trouve des avantages ! Pour les BM que nous sommes cette situation me semble être une forme de violence morale du quotidien au même titre que le harcèlement au travail par exemple. De celà on parle beaucoup (à juste titre d'ailleurs) mais des l'aliénation vécue par beaucoup de BM qui en parle à part ce forum ? Une aliénation structurelle à notre société qui trouve son fondement dans tout ce matériel dont on comble nos enfants et dans l'anti-frustration que nous parents sommes en train de construire sur l'autel supposé d'un AMOUR infini pour nos progénitures. J'ai été un peu longue, je m'en excuse. Ceci est juste un épisode perso dans le long carnet de vie des BM. Au fond, de mon point de vue, la vie de BM est une énième expérience de vie solitaire et un peu extrême qui demande d'aller puiser très loin en soi les ressources créatives pour trouver malgré tout des solutions pour vivre comme des humains digne de ce nom. Avant de se départie de la peur, de la culpabilité, de l'angoisse, de la colère qui nous habitent c'est un long travail psychique qui ne trouvent pas son aboutissement du jour au lendemain. Et c'est là MALDAMOUR, que je pourrais éventuellement éclairer un peu ta lanterne. Cet été j'étais vraiment vidée par mon expérience de FR qui dure depuis 15 ans que j'ai dû plonger loin en moi pour comprendre comment j'en étais arrivé là. Hormis les éternelles explications, père et ex déficients, enfants rois et pourris, je me suis une énième fois remise en question pour savoir ce que je pourrais faire pour que tout celà ailler mieux, pour que cette expérience de vie de groupe humain soit plus harmonieuse. Et je n'ai pas trouvé. Et il puis s'est passé quelque chose en moi. Aucun évènement spécial n'a suscité celà, je pense que c'était jsute l'aboutissement logique d'une violence et d'un mépris pour ma personne ressentie depuis tant d'années. Ce n'est plus seulement mon intellect qui a dit NON à cette situation et à tout ces gens mais mon psychisme l'a enfin accompagné comme pour me dire : j'assure ta SURVIE, penses à toi pour de vrai et ne te soucies plus du reste. J'ai donc tout à coup ressenti ce DETACHEMENT conseillé, proné, par tant de BM de ce forum. Jusque là je répétais bêtement le mot sans vraiment en faire l'application au jour le jour. Maintenant c'est fait. Je ne saurais donc que te recommander ce DETACHEMENT qui n'est pas de l'égoisme mais juste une façon de se positionner pour se protéger tout en ayant accepté une fois sans se culpabiliser qu'on ne vivra jamais dans une famille NORMALE ! Bien à toi ! Aurelia…
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


253386
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

La remontee, ca a l'air de prendre la bonne tournure!

image

Bonjour betty, bonjour à toutes… En fait, ça se passe beaucoup mieux depuis quelques jours. Je vous mets un extrait de ce que j'a écrit ailleurs, avant de partir chez le kiné. Le torticolis est parti. "Il y a plusieurs mois de celà, j'ai fait...Lire la suite

Separation et culpabilite (enfants) - divorce

image

Je suis un peu dans cette situation également, nous vivons en couple depuis 4 ans et nous avons une petite fille de 3 ans, notre relation c'est dégradé depuis septembre 2012 (la cause = mes beaux parents) mon homme préfère écoute son père qui...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages