Histoire vécue Amour - Couple > Divorce > Autres      (6080 témoignages)

Préc.

Suiv.

La réalité finit par prendre le dessus

Témoignage d'internaute trouvé sur magicmaman
Mail  
| 739 lectures | ratingStar_24861_1ratingStar_24861_2ratingStar_24861_3ratingStar_24861_4

Ce soir j'ai besoin de me confier, alors ne m'en veuillez pas de prendre un nouveau pseudo pour "noyer le poisson" et vous raconter mon histoire tout en restant un peu "incognito" .

Maman divorcée de deux gnomes de 11 et 9 ans, j'ai mis ma vie de femme entre parenthèses pendant toutes ces années (séparation en 2001) , concentrant toute mon énergie à élever mes petits bouts et à me battre contre leur père, puisque notre divorce a été houleux, et que nos soucis ne sont pas terminés puisque nous repassons devant le juge dans l'année. Mais ce n'est pas le sujet de ce message.

J'ai donc réussi, difficilement, à recréer un équilibre, entre mes enfants et mon boulot, et la course : ménage, maison, courses, devoirs, etc. Pas de place pour un homme dans cette vie minutée, j'ai eu quelques aventures mais rien de transcendant.

Jusqu'au mois de mai où je l'ai rencontré. En réalité nous nous connaissions déjà depuis plusieurs années, à la faveur des activités de nos enfants respectifs. Mais jamais je n'avais été attirée par lui, c'était juste à mes yeux un homme sympathique, intelligent, et avec qui j'aimais bien discuter. Lui m'a avoué après que l'idée lui avait déjà effleuré l'esprit au cours de ces années mais bon, sans conviction non plus.

Lui, c'est un homme de 42 ans, séparé de la mère de son fils avec qui il a gardé d'excellentes relations depuis 6 ans, qui a refait sa vie avec une jeune femme de 28 ans depuis 3-4 ans. AU cours du mois de mai, nous sommes partis en déplacement pour les activités de nos enfants, et nous nous sommes peu à peu rapprochés. Une certaine complicité s'est nouée entre nous. Nous prenions plaisir à passer du temps ensemble, à discuter, à se retrouver tous les deux. Le week end suivant nous sommes repartis et nous avons échangé nos premiers baisers. Nous nous cachions des autres comme deux adolescents.

Néanmoins nous n'avons pas été plus loin, les circonstances ne s'y prêtaient pas, et tout se passait tellement vite… Dès notre retour, nous avons commencé à nous échanger des sms, jusqu'à 10-15-20 sms par jour. Il y avait entre nous une forte attirance physique mais également, c'est difficile à expliquer, une grande tendresse et un vrai respect réciproque.

Lors du déplacement suivant… nous avons fait l'amour. Ca a été un moment rare et magique, un feu d'artifices d'émotions qui nous a laissés pantois. Rien ne pouvait laisser présager un tel bonheur, un tel accord parfait bref… ce fut grandiose !

A notre retour, les SMS ont continué à fuser. Nous nous sommes vus encore quelquefois, mais en compagnie, lors de rassemblements pour les activités des garçons. Donc nous étions très discrets, nous nous effleurions la main, échangions un regard, et mon c&oelig ; ur battait la chamade. Puis l'été est arrivé. Lorsque mes enfants sont partis chez leur père (à l'autre bout de la France) , notre relation a "explosé" . Il venait tous les jours, tous les soirs, nous ne nous lassions pas d'être ensemble, de partager, de nous aimer. Il rentrait chez lui vers 2h du matin, me laissant comblée et déjà en manque de lui.

Je me sentais tellement vivante alors. Moi qui pensais ne plus jamais pouvoir tomber amoureuse, je laissais mes sentiments prendre le dessus tout doucement. Nous échangions des confidences. Nous nous livrions l'un à lautre, avec délice. Il était tout aussi ému que moi de cette situation : son regard, son attitude, ses paroles même étaient éloquents. Nous étions tombés amoureux l'un de l'autre, chose que nous n'avions pas envisagée mais voilà, une heure passée l'un sans l'autre nous semblait insurmontable.

Bien sûr je ne lui demandais rien. Par respect pour lui, par amour, je ne voulais pas lui demander de quitter son amie. Ca aurait été trop prématuré, au bout de si peu de temps, de prendre une telle décision. La situation lui pesait à lui aussi. Il ne me disait pas que c'était "l'enfer à la maison" , ça non, juste qu'ils s'étaient détachés doucement l'un de l'autre, que la situation était un peu tendue, qu'ils ne faisaient que se croiser. J'estimais que la situation était plus facile à vivre pour lui que pour moi, il me soutenait le contraire et me disait que c'était très perturbant pour lui aussi.

Et puis l'été s'est achevé. Depuis quelques jours je commençais à m'inquiéter, à envisager la reprise avec angoisse. Les enfants rentraient, me réclamant donc une présence 24/24 puisque leur père vivant à l'autre bout de la France il ne les prend que pour les vacances, je repassais à plein temps au bureau, on reprenait les activités extra-scolaires et le rythme de vie démentiel de toute maman.

Il me disait que "les belles histoires ne se terminent jamais" , qu'on se verrait, qu'on s'organiserait, mais je savais bien que la réalité prendrait le dessus. Là, seulement, je lui ai demandé de réfléchir. J'avais déjà de la peine avant même qu'il parte ce jour là. Il ne semblait pas se rendre compte que le retour de mes enfants (qui me comblait de bonheur, n'allez pas croire le contraire) marquait la fin de nos rencontres et de notre intimité.

Il m'expliquait qu'il n'était pas en situation de faire un choix serein, qu'il avait beaucoup de préoccupations (que je connaissais) liées à son avenir professionnel, que je me faisais du souci là où il n'y avait pas lieu, puisque s'ils partageaient le même lit et la même maison, ils ne partageaient plus aucune complicité. Il avait déjà chamboulé une fois sa vie et brisé sa famille en quittant la mère de son fils (même s'il ne le regrettait pas) , et ne se sentait pas prêt à revivre tout cela, alors que notre relation n'avait pas trois mois. Il me dit que sa principale préoccupation était de ne pas me faire souffrir mais qu'il avait besoin de temps, même si son c&oelig ; ur ne battait que pour moi.

Septembre a filé avec la vitesse de l'éclair. Nous étions malheureux tous les deux. Nous nous échangions des sms nostalgiques, amoureux, et nous ne nous croisions plus qu'entourés de tous les autres parents, lors des activités des enfants. J'étais au bord des larmes à chaque fois. En octobre, nous nous sommes revus, je lui ai expliqué que la situation ne pouvait pas durer, qu'elle me rendait malheureuse. Il m'a répondu qu'il avait toujours autant de problèmes, qu'il y avait quelque chose qui le minait et dont il ne pouvait pas me parler pour le moment, que je le saurais bien assez tôt, et qu'il avait des choses à régler, mais que du coup il ne pouvait pas me promettre quoi que ce soit etc etc.

Je me suis imaginée le pire : des problèmes de santé, des problèmes de famille, des problèmes financiers… j'ai même envisagé que son amie soit enceinte…. Pour apprendre, quelques jours après et par une tierce personne, que son seul souci était que son amie lui avait offert un voyage à l'autre bout du monde et qu'il partait en novembre. Je me suis effondrée en larmes, je me suis murée chez moi, refusant de le prendre au téléphone, refusant de lire ses sms, pleurant toutes les larmes de mon c&oelig ; ur et de mon corps comme une adolescente. Il m'appelait dix fois par jour, nos amis communs s'inquiétaient mais rien n'y faisait, j'étais incapable d'analyser et me laissais submerger par la douleur et la colère. Le temps faisant, nous nous sommes envoyés quelques SMS et nous avons décidé de nous voir avant son départ pour mettre les choses au clair.

Cette entrevue fut horrible. J'étais constament au bord des larmes, il me disait qu'il comptait m'annoncer ce voyage lui-même, mais qu'il n'avait pas prévu qu'un de nos amis en parlerait, qu'à ce moment il n'avait même pas encore décidé s'il allait partir ou non, qu'ils ne partaient de toutes façons pas en amoureux mais avec cinq autres couples, entre amis, qu'il avait besoin de souffler et de réfléchir, qu'il n'en avait rien à faire de ce voyage, que je lui manquais… et moi je lui répétais que je n'avais plus confiance en lui, je lui ai même demandé de ne pas partir je crois. J'ai été globalement assez pathétique.

Il est parti. M'a envoyé un SMS du bout du monde aussi impersonnel qu'une carte postale. Et il est rentré.

Il a recommencé à m'envoyer des messages (seulement 48h après son retour ! ) , à m'appeler, mais chaque fois c'était plus difficile pour moi. Sur un coup de tête, et le c&oelig ; ur déchiré, je lui ai dit que de partir avec son amie, c'était un choix qu'il avait fait, mais que cette situation ne pouvait plus durer, qu'elle me rendait chaque jour un peu plus malheureuse, et qu'il fallait que cela cesse. Je lui ai dit que je ne souhaitais plus qu'il m'appelle, qu'il me donne de nouvelles. Il m'a répondu que je me trompais, qu'il tenait réellement à moi, mais qu'il respectait ma décision.

Il l'a respectée… à mon grand regret. J'ai arrêté d'accompagner mon fils à ses activités, j'ai repris ma petite vie au ralenti, le c&oelig ; ur brisé. Je ne voyais plus personne qui pouvait me parler de lui, ou seulement évoquer son prénom devant moi. Et au fond de moi, toujours cette petite étincelle qui me faisait espérer qu'il me recontacterait… qu'il prendrait cette décision…. Qu'il m'aimait vraiment et que "les belles histoires ne se terminent jamais" …

Mi décembre, il est parti en déplacement comme nous le faisions l'année précédente. Je n'y suis pas allée. Il m'a envoyé des SMS une grande partie de la nuit, pour me dire que je lui manquais, qu'il n'avait rien choisi du tout, que je m'étais trompée, qu'il pensait à moi et qu'il avait mal. Chaque SMS était un coup de poignard, j'étais complètement bouleversée, embrouillée, je crois que mon avant dernière réponse était "C'est trop tard maintenant" et le dernier "Ne me laisse pas trop longtemps je t'en supplie" . Confuse, je l'étais certainement, mais aussi malheureuse et perdue.

A Noël, il m'a envoyé un petit message de v&oelig ; ux. Et depuis plus rien.

Je m'excuse par avance de long message, trop long, mais j'avais tellement besoin de déverser tout ce trop plein d'émotions, de tristesse et de solitude que je porte en moi depuis ces derniers mois. Je ne sais pas où je vais, ce que je dois faire, je tiens à lui plus que tout mais… je ne vois pas d'issue.
  Lire la suite de la discussion sur magicmaman.com


24861
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

La remontee, ca a l'air de prendre la bonne tournure!

image

Bonjour betty, bonjour à toutes… En fait, ça se passe beaucoup mieux depuis quelques jours. Je vous mets un extrait de ce que j'a écrit ailleurs, avant de partir chez le kiné. Le torticolis est parti. "Il y a plusieurs mois de celà, j'ai fait...Lire la suite

Separation et culpabilite (enfants) - divorce

image

Je suis un peu dans cette situation également, nous vivons en couple depuis 4 ans et nous avons une petite fille de 3 ans, notre relation c'est dégradé depuis septembre 2012 (la cause = mes beaux parents) mon homme préfère écoute son père qui...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages