Histoire vécue Amour - Couple > Divorce > Droits de garde      (1680 témoignages)

Préc.

Suiv.

Dangers de la résidence alternée pour les enfants

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 2478 lectures | ratingStar_50527_1ratingStar_50527_2ratingStar_50527_3ratingStar_50527_4

Qui donne un lien fait par des memebre d'assos de pères (heureusement que le ridicule ne tue pas ! ).

VOIS CE QU' OBSERVENT DES SPECIALISTES QUI EXAMINENT DES ENFANTS.

De plus en plus de pédopsychiatres et psychologues AVERTISSENT DES DANGERS DE LA RESIDENCE ALTERNEE !!!

Voici :

Envoi par un père lui-même suite au colloque de lASSOEDY, 2006.

"En fait j'ai envoyé ce message car je me pose des questions. Mon avocat présent à ce colloque (colloque de l'ASSOEDY au TGI de VERSAILLES) et specialisé en divorce, m'a dit que maintenant, même les psychiatres et les psychologues qui avant, ETAIENT POUR LA GARDE ALTERNEE, AVAIENT CHANG2 D' AVIS EN VOYANT QUE CE N' ETAIT PAS BON POUR LES ENFANTS.

J'ai été en voir plusieurs sur Paris (psychologues de la crèche, pédopsychiatres en CMP, psychiatre libéral plus pédiatre) TOUS m'ont dit que pour mon bébé il serait mieux d'utiliser d'autres systèmes.

Si un seul me l'avait dit, je l'aurais certainement remis en cause, mais plusieurs, j'ai vraiment des doutes, car sans s'être concertés, ils disent tous la même chose.

J'ai acheté le livre de Poussin qui pense aussi que avant 2 ans ce n'est pas la meilleure idée d'après ce que j'ai pu y lire.

Tous les livres que j'ai feuilletés à la FNAC sur le sujet, disent la même chose.

La mère de mon fils les a d'ailleurs tous photocopiés !

Et même les livres pour la garde alternée ne sont pas pour les bébés. Avec tout ça je me sens perdu car seul le bonheur de mon bébé compte.

Vous parlez de cas marginaux qui iraient mal mais même si le risque n'est que de un sur mille je ne sais pas si j'ai le droit de le faire prendre à mon bébé.

Mon ex me propose tous les samedis de 10h à 18h + un dimanche sur deux de 10h à 18h + mes jours de RTT de 7h 30 à 18h. D'après ce que je lis et j'entends ne serait-ce pas mieux ? "

DOCTEUR LECAT.

Pédiatre libéral. Publication dans la revue de pédiatrie Médecine et Enfance, novembre 2007 que lon peut lire dans son intégralité au lien suivant :

http://www.lenfantdabord.org " Avis de spécialistes"

Introduction.

Depuis Mars 2002, les professionnels de santé ont pu constater L' EMERGEANCE DE NOUVELLES PATHOLOGIES pour des nourrissons et de jeunes enfants, qui sont soumis par la loi à une résidence alternée, même lorsque quune phase préparatoire est mise en place par décision de justice.

Ces enfants résident à part égale chez leur père et leur mère, de façon régulière et souvent hebdomadaire lorsque la résidence alternée est définitive, et durant des périodes prolongées lors des congés estivaux.

Le but de cet article, à partir de quelques cas cliniques, est de réfléchir aux conséquences de ce nouveau mode de garde des jeunes enfants, trois ans après la mise en application de la loi de Mars 2002 [2].

Je suis pédiatre libéral, et ces histoires sont celles de quatre petits patients parmi une douzaine concernés par ce système de garde, âgés pour dix dentre eux de moins de 4 ans, suivis en consultation depuis 2002. Par souci de confidentialité, et au vu de lextrême sensibilité des situations, les noms et identités de lauteur et les prénoms des enfants sont volontairement confidentiels.

COMMENTAIRES :

Ces quatre histoires sont assez représentatives des expériences vécues dans le suivi des enfants en résidence alternée (effective ou phase préparatoire). Il sagit de quatre jeunes enfants, dont les parents résident dans un secteur géographique proche.

Les instances judiciaires ont bien conscience que ce mode de garde nest pas sans danger pour les nourrissons, et une phase préparatoire est presque toujours instaurée en pratique.

CONCLUSION.

Même dans les meilleures conditions dapplication de la résidence alternée chez le jeune enfant (de moins de 6 ans) , et avec une entente des deux parents concernant la priorité à donner au bien-être de leur enfant, comme c'est le cas pour Mattéo, on observe des signes de souffrance, physique et psychologique.

Les enfants semblent se structurer dans une sorte dindifférence au lieu où je me trouve, lieu physique et lieu affectif.

Ils développent au pire des tableaux de souffrance physique et psychologiques bruyants et sévères, allant jusquà une dépression importante du nourrisson avec atteinte des courbes de croissance et de corpulence, comme on lobservait autrefois dans lhospitalisme ou le nanisme psychosocial.

LES TRAUMATISMES induits par ce mode de garde se cumulant avec le traumatisme du divorce, la question de lavenir psychologique de ces futurs adolescents est posée.

Les communautés pédiatrique et pédopsychiatrique ont le devoir dinterpeller les autorités judiciaires et législatives sur lapplication de cette nouvelle loi concernant le mode de garde des enfants de parents séparés, au regard de l'expérience, même courte, quelles ont de ce mode de garde chez les enfants présentés en consultation.

Il semble urgent de mette en place un observatoire précoce et dans la durée de ce mode de résidence en particulier lorsque lun des facteurs péjoratifs déchec de la résidence alternée est présent (demande non conjointe, absence de projet de cohérence éducative, séparation du couple avant la naissance ou peu après la naissance de lenfant, séparation violente, difficultés de communication du couple, familles de grands parents qui ne jouent pas de rôle de médiateur, enfin et surtout, bas âge de lenfant).

DOCTEUR HANA ROTTMAN.

Pédopsychiatre, psychanalyste, ancienne assistante, chef de clinique des hôpitaux de Paris.

Le journal des psychologues 2005, Le livre noir de la garde alternée 2006,

En se livrant à une analyse minutieuse des signes de souffrance psychique manifestés par les jeunes enfants hébergés alternativement chez chacun de leurs parents, lauteur montre combien cette organisation familiale doit être mise en place avec précaution quand bien même la loi la prévoit.

Or, nous constatons que depuis lapplication de cette loi apparaissent, en particulier chez les jeunes enfants des troubles variés dorigine psychologique.

Nous parlerons donc dabord du fait clinique de la séparation, puis des effets de la résidence alternée sur lenfant et ses parents.

Conséquences pour lenfant de la séparation davec ladulte privilégié.

Les conséquences nocives chez lenfant de sa séparation davec ladulte privilégié, auquel il est électivement attaché et qui lui prodigue ses soins au quotidien, ont été étudiées depuis la première moitié du XXe siècle (A. Freud et D. Burlingham ; Robertson). Elles sont dautant plus difficiles à supporter par lenfant que celui-ci est plus jeune et que la séparation est plus longue.

Elles ont suscité de très nombreux travaux français et internationaux qui sont référés principalement aux théories psychanalytiques et de lattachement et sont, jusquà présent, surtout connus de professionnels spécialisés dans ce domaine.

La figure dattachement principal.

Il est important de définir ce quest lobjet damour primaire, dit encore figure dattachement principal. Létat actuel de la société, avec le travail des femmes et les divers modes de garde, les nouveaux pères plus impliqués dans le soin quotidien de lenfant, les familles recomposées, font que ce personnage, traditionnellement la mère, est nommé par les chercheurs anglo-saxons the caregiver, traduit en français par le terme la pourvoyeuse de soins ou le pourvoyeur de soins, de manière à tenir compte de toutes les éventualités. Toutefois, cet objet damour privilégié reste encore actuellement généralement la mère, sauf cas particuliers, daprès ce que j'ai pu constater sur les centaines denfants que j'ai vus en trente ans de consultation pédopsychiatrique, même au cours de ces dernières années.

Aucune étude récente nest venue le démentir.

La séparation.

La séparation physique de lenfant davec son objet damour primaire est donc un acte à manier avec la plus grande délicatesse, en particulier chez le jeune enfant ou lenfant insécurisé.

Si elle est intempestive, refusée, mal préparée, réalisée dans la violence ou simplement prématurée, elle est susceptible dentraîner sur le moment une angoisse de séparation et des signes variés plus ou moins spectaculaires et explicites :

- affectifs,

- du comportement,

- psychophysiologiques (cris, pleurs, refus verbal, mutisme, opposition avec agitation,… de colère, vomissements, troubles sphinctériens, hypotonie, voire convulsions, etc.).

Les retrouvailles avec lobjet maternel peuvent être difficiles sur le moment ou dans les jours qui suivent :

Troubles de lattachement avec évitement, perplexité, tristesse, ambivalence, désorganisation, comportements paradoxaux.

Les choses rentrent généralement dans lordre au bout dun temps donné, mais des signes résiduels peuvent persister, sous forme de troubles du comportement (agressivité) ,

De laffectivité (enfant endurci ou au contraire hypersensible) ,

Du sommeil ou dune intolérance très particulière à la séparation avec manifestations de collage à la mère ou, au contraire, de repli, de rejet avec agressivité, ou des troubles psychosomatiques (eczéma, asthme, troubles de sphère ORL) et, ultérieurement, des troubles cognitifs.

Ces symptômes très divers manifestent des troubles de lattachement et sont des signes de stress à entendre comme un vécu difficile de séparation auquel il est important de chercher à remédier, dans une optique de prévention de troubles psychiques installés.

En particulier, il est important dévaluer la qualité des liens existants au moment de la mise en place dune résidence alternée.

Il peut être grave pour un enfant dêtre séparé de sa figure principale dattachement pour être confié à un parent certes détenteur de lautorité parentale, mais qui connaît à peine son enfant, comme cest parfois le cas, en particulier quand la séparation des parents a eu lieu pendant la grossesse ou peu après la naissance et que la mère a vécu seule avec son enfant. Il est essentiel quune sécurité se soit progressivement construite avant quun enfant soit confié à un adulte quil ne connaît pas, fût-il son parent légal.

Un mécanisme de défense coûteux.

Le clivage sinstalle dans les vécus traumatiques (C. Barrois, R. Roussillon) et les situations de double attachement (M. David, H. Rottman).

Au risque de se répéter, il faut dire que tous les professionnels de la santé mentale de lenfant considèrent la séparation, le sentiment de perte et dabandon et létat dépressif qui peuvent en découler comme un risque majeur pour la santé psychique de lenfant, surtout sil est jeune, qui doit être pris en considération, analysé et traité avec beaucoup dattention. En effet, si lenfant a limpression quil ne rencontre ni écoute ni soulagement à sa souffrance et quil est donc sans recours, il en vient à se couper de son propre ressenti et à se cliver, sanesthésiant affectivement, en quelque sorte, pour ne plus ressentir la souffrance dun vécu de séparation devenu traumatique et intolérable : il sagit du clivage interne (R. Roussillon).

DOCTEUR PIERRE LEVY-SOUSSAN.

Pédopsychiatre, psychanalyste, Médecin Directeur dun CMPP, enseignant duniversité.

Le livre noir de la garde alternée 2006, site http://www.lenfantdabord.org Avis de spécialistes.

Il est toujours hasardeux de donner des exemples. Les exemples appellent des contre-exemples dans une suite sans fin.

MAIS LA FREQUENCE ET L' INTENSITE DES MALTRAITANCES PSYCHIQUES dans ce type de garde nous empêchent de considérer lenfant comme un terrain dexpérimentation sociologique et juridique ouvert aux statistiques.

Exemple clinique.

Le couple est parfaitement daccord pour se séparer et pour la résidence alternée une semaine sur deux.

Peu à peu, douze mois après la séparation le cadet des trois enfants senfonce à lâge de six ans dans une dépression profonde : tête ailleurs en classe, manque dentrain, agitation à la maison. Lorsque nous le recevons en consultation il nous dira que tout va bien dun air triste, quasi mélancolique.

Ses parents ne comprennent pas car il semblait bien accepter ce type de résidence. Eux-mêmes sentendent très bien.

Il faudra plusieurs entretiens avec lenfant pour comprendre comment depuis des mois et des mois cet enfant luttait contre un conflit psychique sans succès. Heureusement la survenue dune dépression réelle a pu entraîner les soins. Lalternance des expériences de séparation avec lun, puis de séparation avec lautre avait transformé sa vie en une longue suite de séparation toujours renouvelée. À peine récupérait-il ses repères avec un parent (en trois jours) quil devait à nouveau rompre cet équilibre précaire. Depuis des mois ses parents lui répétaient que tout allait bien, que tout était comme avant, il voyait toujours son papa et sa maman. Progressivement il comprit que la seule personne qui nallait pas bien cétait lui, mais quil était le seul à vivre des pensées qui font mal comme il pourra le dire au cours de sa thérapie.

PROFESSEUR ABRAM COEN.

Pédopsychiatre, membre du laboratoire de recherche en psychologie de Paris XIII-Villetanneuse : Cahier Marcé n2: "Maternité et traumatismes sexuels de l'enfance. Une clinique de l'interface soma-psyché 2007 :

Aujourd'hui, en privé, une consultation sur deux est consacrée aux enfants du divorce, surtout quand ILS SONT ECARTELES et que dans un souci dégalité les magistrats confirment le choix de la garde alternée où les enfants ayant à peine le temps de se poser, préparent à nouveau leur valise, dans un incessant mouvement brownien".

PROFESSEUR CATHERINE JOUSSELME.

Professeur de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent à Paris-Sud, rattachée à l'UNITE INSERM U 669 et chef de Service de la Fondation Vallée à Gentilly, "Ils recomposent, je grandis, " R. Laffont, 2008 :

Par ailleurs la souplesse me semble tout à fait essentielle dans la mise en place et la poursuite d'une telle garde, souplesse qui doit tenir compte des besoins de l'enfant en fonction de son âge et des évènements de la vie.

Si la garde se rigidifie au sens du partage mathématique du temps qui doit être équivalent, les choses se gâtent vite, accentuant de façon nette le conflit de loyauté dans lequel l'enfant est déjà plus ou moins enfermé.

J'ai aussi pu rencontrer des enfants qui développent des fonctionnements les HANDICAPANT dans leurs relations sociales et dans leurs apprentissages, comme s'ils pressaient le mouvement et auraient toujours un métro davance.

Eternels insatisfaits, distraits, incapables de donner l'impression qu'ils s'intéressent vraiment à ce qu'on essaye de leur transmettre, ils apparaissent comme des papillons qui butinent sans aller au bout de leurs idées.

Ils sont en fait inconscients, prisonniers de cette temporalité étrange qui leur fait partager leur vie en deux parties disjointes.

Le phénomène est d'autant plus fort que ces parties sont maintenues clivées et imperméables par leurs parents.

PROFESSEUR JEAN-YVES HAYEZ.

Professeur de pédopsychiatrie à lUniversité Catholique de Louvain, Belgique, audition au Parlement belge, De Kamer DOC 51 1673/014 2006 :

En ce qui concerne lhébergement alterné, il nest pas opportun de lélever au rang de norme.

Dans mon expérience professionnelle, longue de 30 ans, mon estimation approximative est que ce mode dhébergement aurait été LA MOINS MAUVAISE SOLUTION dans 20 à 25% DES CAS.

Si cest un nombre non négligeable, ce nest toutefois largement pas suffisant pour en faire une norme de référence.

En FRANCE, ce mode dhébergement a été élevé au rang de norme. Or, lon constate ici que cette norme a été utilisée par les juges a tort et à travers, ce qui nest largement pas positif et mène à des SITUATIONS FAMILIALES CATASTROPHIQUES.

Il existe 5 critères en faveur de lutilisation de la garde alternée.

1. L' AGE DE L' ENFANT : les petits enfants de MOINS DE 5 ANS ont besoin dun LIEU D' HEBERGEMENT PRINCIPAL.

2. Il faut que lenfant sexprime devant quelquun de neutre et quil ne présente pas daversion pour la mesure.

3. Il faut que les parents ne soient pas en guerre, quil y ait entre eux au minimum une certaine tolérance, même froide. Dans le cadre dun conflit, où la garde alternée est utilisée pour réconcilier les parents, celle-ci ne peut en aucun cas marcher. Lenfant na jamais constitué un mécanisme réconciliateur efficace.

4. Une certaine proximité géographique.

5. Certains moyens financiers. Généralement les personnes plus modestes ne peuvent se permettre le système de la garde alternée."
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


50527
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Perverse narcissique - perversion

image

Bonjour. Je viens vous demander conseils car mon mari et moi sommes confrontés à une perverse narcissique, son ex-femme. J'ai rencontré mon mari il y a quelques années. Il était séparé de son ex-femme depuis un an et s'occupait de son enfant...Lire la suite

Situation explosive, ma compagne ne supporte plus ma vie de famille... - familles recomposees

image

Bonjour, Il y aurait tant de choses à raconter du haut de cette relation de deux ans mais je vais essayer d'être concis et clair… Depuis quelques temps ma compagne ne supporte plus ma vie de famille avec mes enfants… J'en ai 2, une grande de 7...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages