Histoire vécue Amour - Couple > Divorce > Droits de garde      (1680 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mère victime d'un père abusif

Témoignage d'internaute trouvé sur famili
Mail  
| 1045 lectures | ratingStar_126964_1ratingStar_126964_2ratingStar_126964_3ratingStar_126964_4

Mes enfants sont actuellement à 500 km, je les vois une fois par mois. Ce sont deux petits garçons de 3 et 6 ans. J'ai été au foyer toute la durée de mon mariage et une maman avant tout. Ce serait très long d'expliquer en détail toute l'histoire, mais j'ai la conviction qu'on m'a retiré les enfants sous l'effet d'une mode… J'étais au prise avec un mari abusif, et je n'ai trouvé aucune aide auprès de la justice. On peut même dire que c'est l'assistante sociale (il y a eu enquête sociale) qui est responsable de la situation, alors que sa fonction devrait lui permettre de repérer les pervers ! Au début de la séparation, on m'avait confié la garde, et on me l'a retirée en s'appuyant sur l'enquête sociale qui préconisait une garde alternée à mi-chemin, c'est à dire à Montpellier, sur proposition de mon ex-mari (c'est écrit noir sur blanc que l'idée vient de lui) , et dans le cas où ce ne serait pas possible, donnait la garde au père. Aucun élément objectif contre moi, l'avocat me disait de ne pas m'inquiéter. J'écris une lettre recommandée où j'accepte le principe de la garde alternée (malgré l'absurdité de la proposition). Sur ce, mon ex-mari dégote un contrat de travail dans sa région et saisit le juge de la mise en l'état. On me retire les enfants du jour au lendemain, en pleine année scolaire, plus précisément ils ne reviennent pas de week-end chez leur père, et je ne les revois plus avant un mois. Et l'intérêt des enfants dans tout ça ? Le résultat, c'est que mon ex-mari, à présent qu'il a la garde, fait tout ce qu'il peut pour me séparer des enfants. Il conteste toutes les dates que je lui propose pour les week-end, il fait barrage au téléphone, me menace, et j'en passe. Je précise que quand j'avais la garde, j'ai toujours facilité les contacts. J'ai demandé une expertise psychologique des enfants, on me l'a refusée. J'ai demandé un numéro de tel fixe, pour que je puisse joindre les enfants sans passer par leur père, le juge ignore ma demande, ainsi que ma demande d'échange des dates de vacances d'été, de façon à faire coincider les dates avec celles de fermeture annuelle de mon entreprise. Lettre morte… Jusqu'où faut-il renoncer ? Peut-être suis-je mal défendue, la juridiction compétente est celle de mon ex-mari, et j'ai eu le tord de quitter le domicile conjugual pour me réfugier près de ma famille (j'ai pourtant voulu faire les choses bien, en demandant le divorce avant de partir, et je suis partie sur les conseils d'une assistante sociale). Voilà la base de tout, je suis loin, mal défendue et victime d'un effet de mode. Je ne nie pas que des pères aient eu à souffrir de mères abusives. Mais l'excès inverse est atteint : je suis une mère victime d'un père abusif ! Depuis j'essaie de me restructurer, envers et contre tout, et même si je ne crois plus du tout en la justice. Je ne céderai pas à la douleur, malgré tous les discours que j'entends autour de moi qui essaient de me faire croire qu'un père et une mère sont interchangeables ! Ce qui compte pour moi, ce n'est pas d'avoir une carrière, ni de voyager, ni d'avoir tous les attributs un homme. Je veux juste élever mes enfants. Je serais ravie de faire partie d'une association, de témoigner et de correspondre avec d'autres victimes. Si on ne peut pas compter sur la justice pour faire respecter certains principes, et notamment l'intérêt des enfants, il faut s'aider soi-même ! La leçon que j'en tire, c'est celle-là, et aussi une plus grande compréhension du malheur des autres… Au plaisir de vous lire, Hélène Bonjour, Vous cherchiez une mère qui soit dans votre cas, en voilà une ! J'ai même une histoire assez similaire à la vôtre. Mes enfants sont actuellement à 500 km, je les vois une fois par mois. Ce sont deux petits garçons de 3 et 6 ans. J'ai été au foyer toute la durée de mon mariage et une maman avant tout. Ce serait très long d'expliquer en détail toute l'histoire, mais j'ai la conviction qu'on m'a retiré les enfants sous l'effet d'une mode… J'étais au prise avec un mari abusif, et je n'ai trouvé aucune aide auprès de la justice. On peut même dire que c'est l'assistante sociale (il y a eu enquête sociale) qui est responsable de la situation, alors que sa fonction devrait lui permettre de repérer les pervers ! Au début de la séparation, on m'avait confié la garde, et on me l'a retirée en s'appuyant sur l'enquête sociale qui préconisait une garde alternée à mi-chemin, c'est à dire à Montpellier, sur proposition de mon ex-mari (c'est écrit noir sur blanc que l'idée vient de lui) , et dans le cas où ce ne serait pas possible, donnait la garde au père. Aucun élément objectif contre moi, l'avocat me disait de ne pas m'inquiéter. J'écris une lettre recommandée où j'accepte le principe de la garde alternée (malgré l'absurdité de la proposition). Sur ce, mon ex-mari dégote un contrat de travail dans sa région et saisit le juge de la mise en l'état. On me retire les enfants du jour au lendemain, en pleine année scolaire, plus précisément ils ne reviennent pas de week-end chez leur père, et je ne les revois plus avant un mois. Et l'intérêt des enfants dans tout ça ? Le résultat, c'est que mon ex-mari, à présent qu'il a la garde, fait tout ce qu'il peut pour me séparer des enfants. Il conteste toutes les dates que je lui propose pour les week-end, il fait barrage au téléphone, me menace, et j'en passe. Je précise que quand j'avais la garde, j'ai toujours facilité les contacts. J'ai demandé une expertise psychologique des enfants, on me l'a refusée. J'ai demandé un numéro de tel fixe, pour que je puisse joindre les enfants sans passer par leur père, le juge ignore ma demande, ainsi que ma demande d'échange des dates de vacances d'été, de façon à faire coincider les dates avec celles de fermeture annuelle de mon entreprise. Lettre morte… Jusqu'où faut-il renoncer ? Peut-être suis-je mal défendue, la juridiction compétente est celle de mon ex-mari, et j'ai eu le tord de quitter le domicile conjugual pour me réfugier près de ma famille (j'ai pourtant voulu faire les choses bien, en demandant le divorce avant de partir, et je suis partie sur les conseils d'une assistante sociale). Voilà la base de tout, je suis loin, mal défendue et victime d'un effet de mode. Je ne nie pas que des pères aient eu à souffrir de mères abusives. Mais l'excès inverse est atteint : je suis une mère victime d'un père abusif ! Depuis j'essaie de me restructurer, envers et contre tout, et même si je ne crois plus du tout en la justice. Je ne céderai pas à la douleur, malgré tous les discours que j'entends autour de moi qui essaient de me faire croire qu'un père et une mère sont interchangeables ! Ce qui compte pour moi, ce n'est pas d'avoir une carrière, ni de voyager, ni d'avoir tous les attributs un homme. Je veux juste élever mes enfants. Je serais ravie de faire partie d'une association, de témoigner et de correspondre avec d'autres victimes. Si on ne peut pas compter sur la justice pour faire respecter certains principes, et notamment l'intérêt des enfants, il faut s'aider soi-même ! La leçon que j'en tire, c'est celle-là, et aussi une plus grande compréhension du malheur des autres…
  Lire la suite de la discussion sur famili.fr


126964
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Perverse narcissique - perversion

image

Bonjour. Je viens vous demander conseils car mon mari et moi sommes confrontés à une perverse narcissique, son ex-femme. J'ai rencontré mon mari il y a quelques années. Il était séparé de son ex-femme depuis un an et s'occupait de son enfant...Lire la suite

Situation explosive, ma compagne ne supporte plus ma vie de famille... - familles recomposees

image

Bonjour, Il y aurait tant de choses à raconter du haut de cette relation de deux ans mais je vais essayer d'être concis et clair… Depuis quelques temps ma compagne ne supporte plus ma vie de famille avec mes enfants… J'en ai 2, une grande de 7...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages