Histoire vécue Amour - Couple > Divorce > Droits de garde      (1680 témoignages)

Préc.

Suiv.

Quels droits pour refuser la garde alternée ?

Témoignage d'internaute trouvé sur commentcamarche
Mail  
| 1996 lectures | ratingStar_51142_1ratingStar_51142_2ratingStar_51142_3ratingStar_51142_4

Devant le jaf, j'ai bien précisé que je demandais la résidence principale des enfants et en cas de refus je m'opposais à la résidence alternée ; ce qui veut dire que je demandais officiellement la résidence prinicipale chez la mère pour respecter l'équilibre des enfants. Je n'ai pris cette décision que par intérêt pour eux car personnellement je préfèrerai les savoir chez moi.

Je rappelle que nos enfants ont bien été entendus par le jaf et ont demandé de vivre principalement chez moi. Il faut savoir que lorsqu'ils résident chez leur mère, ils ne pratiquent plus aucune activité extrascolaire. Ce déséquilibre dans les activités détruisent, à mon avis, l'équilibre psychologique des enfants. Ils en sont arrivés à détester leur mère qui ne pense qu'à elle et je voudrais éviter ce drame… J'ajoute aussi que l'inspection académique a saisie le jaf au sujet de l'incohérence de cette résidence alternée. (car la mère a fait venir les gendarmes à l'école pour des arrangements que l'on ne voulait pas lui satisfaire).

Pour le divorce, le juge ne s'est fié qu'à des déclarations douteuses et mensongères sur de la violence conjugale et sur mon train de vie. Mon avocat pensais cette affaire serait simple et évidente… elle a eu tout faut et j'ai pris la totale (10 000E de prestation, 1800E de dommages…). Depuis mais 2005, il est évident pour moi qu'une résidence alternée est incompatible avec un dépôt de plainte et une garde à vue… si j'ajoute à cela que le 19 juillet 2005, les gendarmes m'ont convoqué et m'ont fait venir au commissariat pour me faire photographier sur mur blanc DEVANT LES YEUX AFFOLES DE NOS TROIS ENFANTS, c'était le ponpon !!!

Fiscalement, depuis les dispositions de janvier 2006, une pension alimentaire dans le cadre d'une résidence alternée n'est pas déductible (voir article du code des impôts concernant la pension alimentaire). Autant dire que la peine est double. Je ne peux prétendre aux allocations familiales car il est écrit sur le rapport du juge que les allocations familiales seront versées à la mère. Donc je confirme bien que dans le cadre de la résidence alternée, je paie une pension alimentaire de 240E/mois non déductible des impôts et que je ne reçois aucune prestation familiale par décision du juge.

En dehors des problèmes de divorce et des prestations compensatoire que je dois verser, j'aurais simplement voulu être entendu pour le bien des enfants. Et je ne sais pas quel peuvent être mes recours ?

Pour finir, il est évident que je vais faire appel de cette décision sur conseil de mon avocat mais je ne veux plus continuer dans l'immédiat cette garde alternée pour pouvoir simplement me défendre correctement.
  Lire la suite de la discussion sur commentcamarche.net


51142
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Perverse narcissique - perversion

image

Bonjour. Je viens vous demander conseils car mon mari et moi sommes confrontés à une perverse narcissique, son ex-femme. J'ai rencontré mon mari il y a quelques années. Il était séparé de son ex-femme depuis un an et s'occupait de son enfant...Lire la suite

Situation explosive, ma compagne ne supporte plus ma vie de famille... - familles recomposees

image

Bonjour, Il y aurait tant de choses à raconter du haut de cette relation de deux ans mais je vais essayer d'être concis et clair… Depuis quelques temps ma compagne ne supporte plus ma vie de famille avec mes enfants… J'en ai 2, une grande de 7...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages