Histoire vécue Amour - Couple > Divorce > Pension alimentaire      (1930 témoignages)

Préc.

Suiv.

Comment ne pas aimer mes filles, même si elles ne me parlent pas ?

Témoignage d'internaute trouvé sur journaldesfemmes - 03/11/10 | Mis en ligne le 17/05/12
Mail  
| 242 lectures | ratingStar_256115_1ratingStar_256115_2ratingStar_256115_3ratingStar_256115_4
C'est vraiment une grande souffrance que celle que nous infflige un enfant quand il coupe les liens. Mon mari a quitté le domicile et a divorcé en 2001.Ma fille aînée âgée de 17 ans et demi a voulu vivre avec lui 2 mois après et a coupé les ponts avec moi, sans explication au moment où j'aurais eu besoin d'un minimum de soutien justement. Celà fait 9 ans que je ne l'ai pas vue, malgré les tentatives que j'ai faites les premières années. J'ai cessé de la solliciter car elle s'est toujours montrée aggressive ou "repoussante". Ses frères la voient mais pratiquent l'Omerta ; ils se braquent dès que je veux poser une question. Mes enfants ont plus ou moins pris parti pour leur père au divorce alors qu'il est parti avec une autre femme. Ils l'ont défendu quand il a cessé de verser la petite pension alimentaire pour eux et m'ont interdit de lui réclamer quoi que ce soit. Malgré qu'il est censé résider chez moi, je ne vois mon 1er fils âgé de 25 ans qu'une fois tous les mois ; il a sa chambre mais vit à priori chez mes ex- beaux-parents ou chez son père. Il ne demande jamais de mes nouvelles, pas de fêtes ni d'anniversaire ; c'est toujours moi qui "lui court après", lui quémande un bonjour, prends des nouvelles de sa santé, de sa vie. Mon 2éme fils âgé de 22 ans fait ses études à Limoges ; il vient la moitié des vacances chez moi mais passe son temps à regarder la télé ou l'ordi s'il n'a pas une activité à l'extérieur. Je suis extrêmement meurtrie par la tournure de tout celà car les ayant élevés sans difficultés particulières, j'étais loin d'imaginer que des enfants pouvaient être aussi indifférents. A ce jour, j'ai mal au quotidien car autour de moi, il n'y a pas un jour où quelqu'un ne me parle pas de ce qu'a fait ou dit ses enfants. Parler des miens= souffrance. J'ai rangé les photos d'autrefois et ne peux plus les regarder. J'essaye de vivre pour moi, mais celà oblige à une sorte d'amputation. Je n'y arrive pas. Je ne demande plus de nouvelles de ma fille car ces 9 années sont passées sans un signe de sa poart alors que je ne lui ai rien fait ; ce n'est pas grâce à elle ni à ses frères d'ailleurs si je suis encore en vie à ce jour. Je ne suis pas sûre qu'un jour elle fera un pas mais de toute façon, je ne sais pas si une relation serait à nouveau possible. Voilà, c'était juste mon témoignage pour vous dire que je comprends ce que vous vivez. Bon courage encore à tous et toutes. Andrée.
  Lire la suite de la discussion sur journaldesfemmes.com


256115
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Separation, jaf, partage des dettes, garde - divorce

image

Bonjour à tous, Je vous écris pour vous faire part de ma situation et avoir des conseils, des avis, vos impressions. J'ai 27 ans, j'ai été en couple pendant 8 ans avec quelqu'un dont je me suis séparé en 2010. Nous avons un fils qui a...Lire la suite

Pension alimentaire, quels frais dois je assumer ? - autonomie, independance des enfants

image

Bonjour, je suis étudiant en faculté et par jugement du JAF mon père a été contraint en 2004 (j'étais alors mineur) à me verser une pension alimentaire. Celle ci a entre temps été réévaluée et s'élève aujourd'hui à 500 euros par mois...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages