Histoire vécue Amour - Couple > Divorce > Pension alimentaire      (1930 témoignages)

Préc.

Suiv.

Harcelé par mon ex pour la pension alimentaire

Témoignage d'internaute trouvé sur famili
Mail  
| 1769 lectures | ratingStar_51482_1ratingStar_51482_2ratingStar_51482_3ratingStar_51482_4

Voilà un sujet de réflexion :

 

Un homme divorce, quelque temps après il se remarie, son ex femme réclame toujours plus et harcèle le couple qui finit par se séparer puis divorcer.

 

L'homme se retrouve dans l'appartement d'un ami et n'a pas les moyens de prendre un appartement "normal" dans lequel il pourra accueillir ses enfants, en effet ce monsieur gagne un peu plus du smic, il paie une pension alimentaire de 240 € et le total de ses charges fixes hors pension s'élève à environ 400 €, il lui reste donc un budget d'environ 500 € pour se loger, manger, payer de l'essence,…

 

Ce monsieur va donc voir son avocate et lui expose sa situation, sachant que la pension de 240 € (au lieu de 450 €) vient juste d'être fixé par référé et que la date d'appel n'est pas encore fixé. Lors de cet appel qui devrait intervenir pour la rentrée 2009, il pourra faire une réclamation. Mais dans l'intervalle le contrat de travail de ce monsieur sera peut être terminé avant l'été.

 

A côté de ça ce monsieur vient de percevoir une jolie petite somme d'argent. L'avocate le rassure en lui disant que cette somme n'entre pas dans le calcul de sa pension alimentaire mais que s'il ne paie pas sa pension, elle sera prélevé sur cette somme.

 

Cette somme d'argent étant prévue pour assurer des dépenses pour ses enfants : études, mariages, épargne retraite, voiture (il n'en a plus).

 

Comment fait ce monsieur pour recevoir ses enfants ?

Ce monsieur peut il se soustraire à une prise régulière ?

Ce monsieur peut il prendre ses enfants à la journée uniquement ?

Comment monsieur peut il arrêter de payer la pension alimentaire car il ne peut pas l'assumer sur ses revenus mensuels ?

 

Dans son extrême bonté et surement bêtifiée par l'amour, sa 2ème ex femme lui dit éventuellement ils pourraient revenir chez elle et qu'ainsi tout ses problèmes seraient réglés. Mais qu'il y a une condition incontournable : qu'ils aient enfin la paix qu'ils méritent. Surtout que la vie reprendrait un cours normale pour tous.

Lors de son rendez vous avec son avocate ce monsieur lui explique sincèrement toute la situation. Les réponses de son avocate sont claires : il doit attendre l'appel pour que la pension disparaisse, il doit payer en attendant sinon il sera saisie, il n'y a aucune solution légale pour que monsieur ait enfin la paix qu'il mérite, il ne lui reste que la médiation.

Monsieur part à son travail le matin à 7h30 et rentre le soir aux alentours de 19h, le samedi il dort le plus tard possible car il est fatigué de sa semaine de travail (chantier) il fait ses courses et règle ses problèmes administratifs nombreux, donc en dehors du manque d'envie d'une médiation en laquelle il ne croit pas, il n'a pas le temps sur semaine ou un samedi matin d'avoir de médiation.

 

Monsieur serait il destiné à devenir SDF, ou a intégrer un foyer de travailleurs ?

 

De plus monsieur a un procès qui doit arriver pour non prise régulière de ses enfants…

 

Quelqu'un connait il une réponse ?

 

Bien sur, celà est mon histoire, j'ai demandé le divorce après avoir subit durant 3 ans le harcèlement de cette ex envahissante : elle désirait notifier ce qu'il fallait faire à manger à ses enfants lorsqu'ils était chez moi, elle a annoncé au téléphone qu'elle avait fouillé nos poubelles, trouver des factures et les gardait pour présenter lors d'un procès, elle a fait passer devant chez moi une de ses amies afin de savoir si le véhicule de mon mari était garé là. Elle nous a fait pister par une de ses amies à 7000 km de la France pour connaitre durant nos vacances l'hôtel dans lequel nous résidions. Elle refuse que ses enfants aillent en centre de loisirs lorsqu'ils sont chez nous, refuse certaines vaccinations, refuse de présenter les carnets de santé. Malgré des accords entre eux, notifié devant médiateurs, elle fait faire des saisies par huissiers, les frais incombant toujours à mon mari (enfin ex).

Elle comptait non seulement sur ses revenus mais aussi sur les miens, alors que j'ai 2 enfants. Durant 2 ans nous avons travaillé comme des fous pour honorer le 1er montant de pension alimentaire. Elle met ses 3 enfants dans 2 activités extra scolaire chacun, vit dans une maison à 4, elle et ses 3 enfants, de 220 m2 avec un loyer de 850 €, elle roule dans une voiture à 9000 € acheté l'année dernière alors qu'en parallèle elle percevait des paniers alimentaires. Elle réclamait aussi des participations de la part de mon mari pour des voyages scolaires ou achat pour les activités. Devant tout ceci, pour me protéger, ainsi que mes enfants, j'ai demandé le divorce.  

J'accepte que tout se remette en place, si elle s'engage à nous laisser tranquille et que la pension de mon mari soit en adéquation avec SES revenus et qu'il puisse payer sa part ici, chez moi.  

Connaissez vous une procédure ou sa situation désastreuse sera enfin reconnue ? Le harcèlement de cette ex à moitié folle ?
  Lire la suite de la discussion sur famili.fr


51482
b
Moi aussi !
6 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Separation, jaf, partage des dettes, garde - divorce

image

Bonjour à tous, Je vous écris pour vous faire part de ma situation et avoir des conseils, des avis, vos impressions. J'ai 27 ans, j'ai été en couple pendant 8 ans avec quelqu'un dont je me suis séparé en 2010. Nous avons un fils qui a...Lire la suite

Pension alimentaire, quels frais dois je assumer ? - autonomie, independance des enfants

image

Bonjour, je suis étudiant en faculté et par jugement du JAF mon père a été contraint en 2004 (j'étais alors mineur) à me verser une pension alimentaire. Celle ci a entre temps été réévaluée et s'élève aujourd'hui à 500 euros par mois...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages