Histoire vécue Amour - Couple > Divorce > Pension alimentaire      (1930 témoignages)

Préc.

Suiv.

L'indélité et ses bilans

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 431 lectures | ratingStar_270051_1ratingStar_270051_2ratingStar_270051_3ratingStar_270051_4
**************************** Bonsoir Klam, Je suis fière d'avoir fait le chemin que j'ai fait. Oui j'ai fait du chemin. En revanche j'ai pardu effectivement du temps AVEC LUI. Je pense que ce même travail et cheminement que tu soulignes j'aurais pu le faire célibataire et que peut-être que j'aurais divorcé non pas à 37 ans mais à 33… Le divorce c'est ce lundi… Lundi 19 janvier je me présenterais devant un juge qui va enterriner une déclaration qui est un faux ! La séparation n'a pas eu lieu… Il ne vit pas ailleurs depuis septembre comme il l'a déclaré et à notre avocat et au notaire (représentant de l'état en matière d'immobilier) lors de la signature de notre convention d'indivision. Durant ces bientôt 5 dernières années je n'ai pas été disponible aux autres ou à un éventuel autre… Durant ces 5 dernières années je n'ai aps été libre… Et lundi 19 janvier j'irais devant un juge pour lui mentir ! Je dirais que oui nous sommes séparés alors que c'est faux… Lundi 19 janvier on prononcera notre divorce et si toutefois dans les semaines à venir je veux le faire expulser par la force parceque juste là je n'en peux plus… on pourra me rappeler que j'ai déclaré qu'il avait quitté le domicile conjugal… Lundi 19 janvier surtout, le juge dira que nous sommes divorcés, figera dans le marbre cet échec et moi je devrais rentrer chez moi seule dans MA voiture mais pour le retrouver lui dans MA maison le soir… Et si toutefois l'envie me prenait de déclarer autre chose devant le juge, toute la démarche serait nulle et nous devrions reprendre chacun un avocat et tout recommencer à zéro sans compter les frais que cela engendrerait pour chacun et donc pour moi aussi… Je sens mes forces me quitter bien que l'on soit si prêt du but. J'ai espéré de longs mois son départ… il a enfin un appart mais trouve encore uen excuse ultime pour ne pas aller s'y installer tout de suite ! Il n'avait pas du tout anticipés ni ses besoins en mobilier, ni les éventuels changement qu'il faudrait éventuellement faire. Il veut changer la déco, puis prendre son temps pour choisir de nouveaux meubles… tout en annonçant déjà le pire… à savoir que les moyens vont lui manquer et donc je pense que je vais certainement devoir me coller aux fesses les premières pensions alimentaires… Jamais je n'aurais soupçonné avoir à vivre toutes ces turpitudes en acceptant d'emblée le divorce pourtant à son initiative. J'ai accepté cette historie d'indivision… J'ai accepté qu'il reste là tout ce temps même si je l'ai fait remarqué souvent tellement ça me rend malade… J'ai vu les résultats scolaires de mes enfants chutter… Je l'ai vu lui aller et venir et mener grand train. Bravement et pour assurer des relations futures de divorcés "correctes" j'ai joué le bon petit soldat… continuant pendant de longs mois les lessives, les courses, assurant les repas etc… Pour entendre aujourd'hui après quasi neuf mois de cohabitation forcée que je le jette dehors… et que cela a été éprouvant pour lui. Ce que je veux dire Klam, C'est qu'il ne me respecte pas comme il ne m'a pas respectée déjà en me trompant mais surtout en se conduisant de manière odieuse. Il ne me respecte pas, parce que je ne me suis pas respectée en restant avec lui !!!! Il ne me respecte pas parce qu'il sait bien qu'il PEUT ne pas me respecter… parce que je ne me suis pas faite respecter. Alors soit j'ai avancé. Soit j'aurais pu avoir des regrets à ne pas avoir tout tenté. Mais d'un autre coté si ça se trouve (et oui il y a un "si", Si ça se trouve, si MOI je l'avais plaquée séance tenante lorsque j'ai tout découvert il y a 5 ans… IL aurait rampé… et pas moi ! IL aurait du assumer un divorce qu'il ne souhaitait pas… mais pas moi ! Moi je l'aurais choisit ! J'aurais montré le visage d'une autre femme. Une femme qui se respecte et donc inspire le respect… Ce n'est pas ce que j'ai inspiré là Klam… Là j'ai montré une femme "larve" , rampante et prette à tout ! Pourquoi se génerait-il à présent ?! Il a eu 5 ans de plus pour apprendre aussi comment mieux me tenir en laisse et mieux m'abuser… et mieux se préparer LUI ! Lapipelette a sans doute raison. La gentillesse fait mal. La bienveillance n'est pas de mise pour tous et c'est une énorme désillusion. Si aujourd'hui je devais conseiller une de mes filles en pareille circonstance, je lui dirait de partir. Même je la forcerais si toutefois comme moi elle s'entêtait. POur qu'on la respecte. On ne peut-être respectée que si on se montre "respectable". Je ne me suis pas respectée moi-même et j'ai l'air d'une naïve maintenant à attendre quelque chose qui ne POUVAIT pas arriver… Le respect que j'attendais de lui, il ne pouvait pas me le donner. Je lui ai dit respecte moi et dans le même temps je lui ai PROUVE qu'il pouvait ne pas le faire. Tout dans mon attitude et malgré mes différentes remarques ou demandes montrait que j'aboie mais ne mords pas… Comme le chien qui hurle derrière la grille mais dont tu rie intérieurement car tu sais qu'il est derrière la grille et que tu peux passer ton chemin tranquillement et le laisse s'égosiller… Il ne te fait pas peur ce chien là… il n'est pas libre… toi tu l'es et tu passes ton chemin. Or, le chien en liberté qui te montre les crocs cette fois, tu le respecte… tu recules doucement et prudemment et tu te dis qu'il te faut lui prouver des choses sinon il te bouffe ! Là tu vas chercher à te baisser, te mettre à son niveau, lui parler gentiment et le carresser si tu veux pouvoir passer… C'est sur ce plan là que j'ai perdu du temps… Alors bien sûr demain cela me servira peut-être de leçon avec un autre… Peut être que je serais heureuse seule… bien que j'en doute vu ma personnalité. Mais LUI que je dosi continuer à fréquenter encore des années pour mes enfants… il sait désormais qu'il peut tout me faire et il me fera tout j'en suis maintenant certaine. C'est l'enfer qui m'attends avec lui… il est déjà allé tellement loin. Tout a été matière à discussion, la pension alimentaire dérisoire, l'argent qu'il a ponctionné sur mon compte ne banque… l'argent qu'il voudrait à présent que je mette quasi à sa disposition pour SOn installation… cette cohabitation qui a fait de mon foyer un hotel sympa pour lui et une prison pour moi… Moi toujours enchaînée, toujours pas de WE sans les enfants… toujorus pas de liberté pour ma vie à moi… Alors tout cela prendra fatalement fin. Oui c'est certain… mais j'aurais payé bien trop cher. Et il ne méritait pas cette bienveillance et je ne méritais pas ce chatiment là. Mon énergie est partie et je sombre à nouveau… A quelques jours de la délivrance… je susi sur le point de craquer et de faire quelque chose qui pourrait tout compromettre à jamais. Nous ne nous entendrons pas bien pour l'avenir avec nos enfants… c'est allé trop loin. Même cela on ne l'aura pas "gagné" mais perdu… Je suis vraiment amère.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


270051
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Separation, jaf, partage des dettes, garde - divorce

image

Bonjour à tous, Je vous écris pour vous faire part de ma situation et avoir des conseils, des avis, vos impressions. J'ai 27 ans, j'ai été en couple pendant 8 ans avec quelqu'un dont je me suis séparé en 2010. Nous avons un fils qui a...Lire la suite

Pension alimentaire, quels frais dois je assumer ? - autonomie, independance des enfants

image

Bonjour, je suis étudiant en faculté et par jugement du JAF mon père a été contraint en 2004 (j'étais alors mineur) à me verser une pension alimentaire. Celle ci a entre temps été réévaluée et s'élève aujourd'hui à 500 euros par mois...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages