Histoire vécue Amour - Couple > Divorce > Pension alimentaire      (1930 témoignages)

Préc.

Suiv.

Le rôle de maîtresse

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 15/12/10 | Mis en ligne le 13/05/12
Mail  
| 256 lectures | ratingStar_254550_1ratingStar_254550_2ratingStar_254550_3ratingStar_254550_4
Bonjour ami forumeurs, J'avais déjà parcouru ce forum, en tant que femme trompée, il y a quelque temps. Aujourd'hui, me voilà malgré moi dans le rôle de "la salope". La maîtresse. J'éprouve le besoin de raconter mon histoire. Après avoir digéré une rupture diffiicle, je me suis inscrite sur un site de rencontres. J'ai discuté avec un homme, le contact est très bien passé. Son profil était renseigné "célibataire sans enfant". En chatant avec lui, il m'a dit qu'il était séparé et avait une petite fille, qu'il ne l'avait pas mis pour ne pas faire fuir… Echange de photos, agréable surprise réciproque. Nous nous rencontrons… coup de foudre tant physique que intellectuel pour les deux. En discutant avec lui, il m'explique qu'il est séparé "sentimentalement", qu'il cohabite avec sa femme comme des colocataires et qu'il ne se passe plus rien entre eux. Qu'il est en train de la quitter mais que c'est périlleux car elle est étudiante et sans revenu (elle a arrêté ses études pour le suivre à l'étranger puis les a reprises). Qu'il l'a épousée pour qu'elle puisse justement le suivre à l'étranger, après seulement un an de relation, et qu'il a réalisé trop tard qu'ils ne se connaissaient pas assez. Qu'ils ont eu un enfant, plus pour combler un vide que par amour entre eux. Son histoire me touche. Il me semble sincère. On se dit qu'il faut dans un premier temps que l'on apprenne à se connaître, sans plus. Mais la passion l'emporte. Au début il ne me contacte qu'en journée. Je lui dis que je refuse d'être juste sa maîtresse. Cela va à l'encontre de mes souhaits (construction de relation) et de mes valeurs. Que s'il est séparé "sentimentalement", il doit agir comme tel. Il me répond qu'il ne veut pas me cacher mais que sa femme fouille et qu'une infidélité pourrait se retourner contre lui dans le divorce. Comme sa femme n'a pas de revenus, légalement elle a droit à une pension alimentaire et lui veut négocier par rapport à ça car il estime qu'il ne veut pas lui donner la moitié de ses biens sachant qu'elle n'a jamais travaillé. Je le trouve injuste à ce niveau car elle n'a pas travaillé à cause de lui. Bref, lui veut obtenir un divorce par consentement mutuel, d'autant qu'ils ont un enfant, et pour cela il veut ménager l'amour propre de sa femme, selon lui. Néanmoins, il dit qu'il ne veut pas me perdre, et commencent alors les messages en soirée, très nombreux. Il vient même dormir chez moi. On passe au moins un des soirs du w-e ensemble sinon plus. Ce qui me donne envie de croire qu'il est bien séparé. Pour moi, les vraies maîtresses ne voient pas leur amant le w-e, c'est réservé à l'épouse. Moi, il me dit qu'il partage la garde de son enfant avec sa femme le we et qu'ils se donnent chacun un soir de liberté. Ça semble plausible. Je m'attache, de plus en plus. Il me dit qu'il entreprend des démarches chez un avocat, il me demande de lui en renseigner un. C'est lui qui me parle de divorce, il a l'air sur de lui. Mais il s'avère que ça s'annonce difficile dans son cas, il devra casquer, comme on dit. Il est fort abattu, j'essaye de le soutenir, mais je supporte de moins en moins la lenteur des opérations. IIl me dit discuter avec sa femme, mais ça n'abouti à rien. Je suis quelqu'un de tranché dans mes décisions, d'impatiente aussi. Pour moi, il ne fait que remuer le couteau dans la plaie à maintenir sa situation. Il me dit négocier un divorce, je ne vois pas pourquoi il ne fait pas acter dans un premier temps une vraie séparation de fait. Sa femme me contacte une première fois, à 5h45 du mat. Elle a trouvé des messages. Je ne réponds pas. Lui me demande dans un premier temps de mentir sur la nature de notre relation. Je refuse et je lui demande pourquoi puisqu'il me dit qu'ils sont séparés. Il me dit que j'ai raison, que tant pis, je peux tout lui dire. Mais j'estime que c'est à lui de le faire. Le lendemain, j'ai un appel mais de son gsm à lui, de nouveau à 5h45. Il me dit que ce n'est pas sa femme, qu'il avait enve d'entendre ma voix. Je n'y crois pas. Je me dis qu'elle a pris son gsm pendant qu'il dormait parce qu'il ne l'avait pas éteint. Je me demande s'il c'est vrai qu'ils dorment séparément. Sa lenteur à agir me détruit. Je perds 5 kg. Je lui prends la tête sans cesse, je suis très loin de la gentille maîtresse conciliante avec qui ce ne sont que des bons moments. Ça devient même l'enfer, de disputes en réconciliation. Je reste car dans ses mails il me dévoile ses sentiments alors que c'est dur pour lui de le faire, et il semble si sincère. Il m'explique tout ce que sa femme lui reproche et qu'il craint que je lui reproche aussi un jour. Il me parle de sa peur de commettre une nouvelle fois les mêmes erreurs. Je ne ressens pas notre histoire comme une histoire de Q. A un moment je me dis qu'il faut peut être qu'il me perde pour qu'il réagisse alors je le quitte, la mort dans l'âme. Il me recontacte après quelque jours. Je lui réponds (par mail). Puis on repart de nouveau dans des disputes stériles. Je me mets en silence radio. Je prends de ses nouvelles après une semaine. Je reprends mon silence radio et là il demande à me voir. C'était samedi dernier. On a passé une soirée magique. Beaucoup de séduction, de rires. Je ne voulais pas coucher avec lui. Mais on l'a fait quand même. Il m'a dit qu'il était désolé, à plusieurs reprises, que c'était plus fort que lui, qu'il avait envie de moi. C'était plus fort que moi aussi. Pendant la soirée, je lui ai reparlé de sa femme. Il m'a redit qu'il n'y avait plus rien entre eux. Il m'a dit à nouveau que je pouvais tout dire à sa femme, qu'il s'en foutait, qu'il assumerait. Il a été plus tendre avec moi que jamais. Sa femme a intercepté un message le surlendemain. Contrairement à ce qu'il faisait d'habitude (et qui me dérangeait fortement) il n'avait pas coupé son gsm. Elle me demande de dire ce qu'il y a entre nous. Dans un premier temps, je me contente de lui dire de voir ça avec son mari. Elle me dit qu'il ne sera jamais honnête assez pour lui dire, qu'il est lâche. Ses propos font écho chez moi. Je lui dit que si elle a fouillé, elle se doute de la réponse et qu'il m'a dit qu'ils étaient séparés. Elle me répond qu'il n'en est rien. Que pour leur anniversaire il l'a emmenée dans un restaurant gastronomique. Qu'il lui a dit que s'il ne l'aimait plus, il ne serait plus là. Qu'ils couchent encore ensemble. "Ce n'est quand même pas le calme plat depuis des années", me dit-elle. Enfin en même temps notre laision a duré 3 mois. Elle me dit qu'ils ont encore des rapports depuis ce temps là. Qu'elle est peut être enceinte ! Qu'ils ont des projets. Elle est surprise de voir que je connais toute sa vie. Que j'ai vu des photos de leur enfant. Lui m'appelle et me tient des propos incohérents. Il faut dire que je suis comme une furie. Il me dit qu'elle me monte la tête, que tout ce qu'il m'a dit est vrai. Que si elle est enceinte, c'est du saint esprit. Il tient en même temps des propos très durs à mon égard parce que j'ai tout balancé (alors qu'il m'avait dit que je pouvais le faire). Il me dit que ce qu'il va faire ne me regarde pas. Je lui raccroche au nez. Elle me dit en parallèle qu'il lui a dit que je n'étais qu'une grosse connasse et qu'il ne me reverra plus. Elle me dit qu'elle l'aime et l'aimera toujours. A d'autres moments, elle parle de le quitter. Elle me dit qu'il y a une troisième femme dans l'histoire aussi, qu'elle a trouvé des mails. Je me rappelle qu'il m'avait dit qu'elle psychotait sur chaque mail qu'il envoyait à une collègue féminine (elle fouille sa boite mail professionnelle). Moi aujourd'hui j'oscille entre l'idée que j'ai été trompée (ironique ! ) depuis le début, qu'il m'a bien eue. Et l'idée que lui défend, à savoir qu'elle invente certaines choses pour que ça casse entre nous et parce qu'elle est blessée. Je ne pense pas qu'elle invente tout, ceci dit. Je n'ai plus de nouvelles de lui depuis tout ça (hier). Je suis à bout. Je me sens coupable par rapport à sa femme, et en même temps trahie. Je ne sais plus quoi penser car il avait l'air honnête. A la fois j'ai envie que ça s'arrête, à la fois, j'ai envie qu'il me rencontacte et me convainque qu'il n'a pas menti. Qu'il me dise qeu cette fois il est parti de chez lui. Mais en même temps, je me dirais qu'il est parti parce que peut être elle l'a mis dehors. Et puis, comment faire confiance à un homme comme ça ? Je voulais dire aux femmes trompées que les maîtresses souffrent aussi. Ce n'est pas toujours une situation que l'on choisit en connaissance de cause. Merci de m'avoir lue.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


254550
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Separation, jaf, partage des dettes, garde - divorce

image

Bonjour à tous, Je vous écris pour vous faire part de ma situation et avoir des conseils, des avis, vos impressions. J'ai 27 ans, j'ai été en couple pendant 8 ans avec quelqu'un dont je me suis séparé en 2010. Nous avons un fils qui a...Lire la suite

Pension alimentaire, quels frais dois je assumer ? - autonomie, independance des enfants

image

Bonjour, je suis étudiant en faculté et par jugement du JAF mon père a été contraint en 2004 (j'étais alors mineur) à me verser une pension alimentaire. Celle ci a entre temps été réévaluée et s'élève aujourd'hui à 500 euros par mois...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages