Histoire vécue Amour - Couple > Divorce > Pension alimentaire      (1930 témoignages)

Préc.

Suiv.

Pension alimentaire à un enfant majeur

Témoignage d'internaute trouvé sur net-iris - 09/02/10 | Mis en ligne le 07/05/12
Mail  
| 297 lectures | ratingStar_251903_1ratingStar_251903_2ratingStar_251903_3ratingStar_251903_4
Bonsoir à tous, Nous venons de recevoir une convocation au tribunal de grande instance pour répondre à l'obligation de versement d'une pension alimentaire à la fille de mon mari qui à bientôt 20 ans. Sans vouloir s'étendre sur notre histoire, je dois cependant vous informer qu'en 3 ans cette jeune fille a assisté au divorce de ses parents (garde donnée au papa) , à son échec aux examens, au déménagement, au remariage et à la famille recomposée. Elle a donc décidé de redoubler son année loin de ces perturbations pour disait-elle pouvoir se concentrer sur son travail. Nous étions d'accord et lui avons accordé une pension de 400? Par mois (200 pour le loyer et 200 pour vivre). Nous ne pouvions plus (400? Pour la mère à cette époque). Elle s'est installée en colocation avec un jeune homme. En cours d'année, l'établissement nous a signalé qu'elle était souvent absente et que sa relation avec son colocataire ne semblait pas trés claire (se présentant comme son représentant en demandant à l'établissement de ne pas nous tenir informé de ses problèmes). Ses absences n'étaient souvent pas justifiées. A l'occasion de la porte ouverte d'une école proche de chez nous, elle a accepté de s'inscrire et nous étions heureux de voir qu'elle acceptait enfin l'idée de revenir. En fin d'année, lors d'une de ces venues et après lui avoir signifié notre volonté de la rapatrié en juillet au vu de l'année écoulée, elle a fait une crise de violence impossible à maîtriser (violence verbale et physique, frappant son père, mordant son frére et passant par la fenêtre tout ce qui représentait ma fille et moi). Je ne suis pas intervenue. Nous étions abasourdis et impuissants devant une telle violence mais son père a fini par la mettre à la porte. Le lendemain, elle a fait constaté ses blessures… (nous apprennons dans la convocation qu'elle a porté plainte contre son père pour coups et blessures) et c'est fait exempté des épreuves qu'elle devait passer dans la semaine en les reportant à septembre. (elle ne s'est pas présentée aux épreuves de septembre). Nous lui avons signifié que si elle ne quittait pas son compagnon et ne nous présentait pas un projet pour se construire un avenir, nous ne lui donnerions plus de pension. C'est ce que nous avons fait à partir de juillet. Elle est venue à notre mariage et nous n'avons plus eu de nouvelles jusqu'à aujourd'hui… Nous pensons qu'elle a besoin d'aide et lui accorder une pension en nous laissant traiter de la sorte ne peut que la conforter dans son délire. Peut-on demander une expertise psychologique ? Comment faire pour que la procédure soit rapide ? Sommes nous obligés de nous déplacer de l'autre côté de la france pour nous rendre à la convocation du tribunal ? Merci pour votre réponse. Merci de nous répondre.
  Lire la suite de la discussion sur net-iris.fr


251903
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Separation, jaf, partage des dettes, garde - divorce

image

Bonjour à tous, Je vous écris pour vous faire part de ma situation et avoir des conseils, des avis, vos impressions. J'ai 27 ans, j'ai été en couple pendant 8 ans avec quelqu'un dont je me suis séparé en 2010. Nous avons un fils qui a...Lire la suite

Pension alimentaire, quels frais dois je assumer ? - autonomie, independance des enfants

image

Bonjour, je suis étudiant en faculté et par jugement du JAF mon père a été contraint en 2004 (j'étais alors mineur) à me verser une pension alimentaire. Celle ci a entre temps été réévaluée et s'élève aujourd'hui à 500 euros par mois...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages