Histoire vécue Amour - Couple > Divorce > Procédure      (3658 témoignages)

Préc.

Suiv.

Chahrazad

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 189 lectures | ratingStar_270621_1ratingStar_270621_2ratingStar_270621_3ratingStar_270621_4
"Elle a frôlé la mort, survécu dans un souffle fragile durant plusieurs semaines de coma, puis subi d'innombrables opérations. A sa main gauche, qu'elle enfouit pudiquement dans la manche de sa veste, elle garde une large cicatrice. Et à sa joue, le souvenir détesté de l'homme qui a voulu sa mort. Chahrazad avait 18 ans lorsqu'Amer Butt a tenté de l'immoler par le feu parce qu'elle refusait de l'épouser. C'était le 13 novembre 2005 dans une rue de Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis) , et Chahrazad a été brûlée sur 60 % du corps. A partir d'aujourd'hui, son tortionnaire, un Pakistanais désormais âgé de 28 ans, est jugé par la cour d'assises de Bobigny. C'est la première qu'elle revoit Amer Butt depuis l'arrestation de ce dernier en novembre 2006. Chahrazad nous a accordé un entretien à quelques heures du procès. Forte et fragile, la voix douce et un peu rauque. Il y a deux ans, vous suiviez des soins quotidiens, vous ne pouviez ni travailler ni étudier. Aujourd'hui, où en êtes-vous ? Chahrazad Belayni. Ça revient doucement. Et cela continuera, même si je sais que cela prendra encore longtemps. Et puis, je travaille dans l'administration, à la direction centrale de la police judiciaire. Je suis un peu déçue parce que, ce que je voulais, c'était être active, être sur le terrain. J'ai passé le concours des gardiens de la paix, mais j'ai été refusée pour raison médicale. Un jour peut-être, je recommencerai. Je vis à Paris, je n'arrivais plus à vivre à Neuilly-sur-Marne. Je garde aussi une très, très grande peur du feu. Qu'attendez-vous du procès ? Dans quel état d'esprit l'abordez-vous ? Au cours de l'instruction, il y a eu deux demandes de confrontation il y a plusieurs mois à l'initiative de son avocat. Les médecins ont estimé que j'étais alors trop fragile. Aujourd'hui, je n'ai pas peur, je stresse beaucoup, mais ce n'est pas de la peur : je stresse du fait de "le" retrouver, alors que la dernière image que j'ai de lui, c'est quand il m'a jeté l'allumette. J'attends des réponses à mes questions, j'attends que la justice passe, mais ce procès ne signifie par pour moi tourner la page. Ce serait mentir parce que je ne pourrai jamais vraiment tourner la page. Je n'ai pas de haine, ça ne changerait rien, surtout cela ne nous ramènerait pas en arrière. En revanche, je veux qu'il soit condamné et que cela se sache, pour que des choses comme ça n'arrivent plus. Je ne me pose pas la question d'un nombre d'années de prison, mais j'attends qu'il soit reconnu coupable et condamné à une peine à la mesure de ce qu'il a fait. Une peine sévère, j'imagine, qui punira une tentative d'assassinat commise dans des conditions atroces, mais serait aussi un symbole dans le combat contre les violences faites aux femmes. Pourquoi alors demander le huis clos ? Parce que cette agression, c'était entre moi et lui. Je sais que mes proches auraient voulu être là de bout en bout, le regarder, l'entendre s'exprimer, mais j'ai besoin que cela se passe entre lui et moi, que ce soit une sorte d'explication en tête à tête, en tout cas devant aucun autre témoin que les magistrats, les avocats, les jurés. Il y a des choses que je veux lui dire, et qui doivent être dites de moi à lui, et des choses que je veux entendre de lui. Qu'il me dise aussi "pourquoi" . Mes parents ont confiance dans la justice, moi aussi, alors ils doivent garder cette confiance malgré le huis clos. Parlez-nous de votre rôle dans l'association Ni putes ni soumises ? Je suis vice-présidente de l'association et participe à des rencontres. Ça m'encourage à me battre encore plus, donc ça m'aide à aider les femmes victimes de la violence, quelle qu'en soit la forme. C'est important d'aider les femmes et les jeunes filles, qu'elles puissent arrêter de se dire que personne ne fait attention à elles. Il y a encore beaucoup de chemin, mais mon histoire et mon désir de me battre encore les aident à comprendre qu'elles ont le droit de dire non. Le Parisien.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


270621
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Qui est passe par le jaf de bordeaux pour son divorce ? - divorce

image

Merci pour votre réponse. En fait je vous donne un peu plus de détails car cela répondra à ce que vous me dites. Comme Monsieur compte t'il s'organiser ? En fait Monsieur a une maitresse qui est nounou (comme par hasard ! ) et il va surement lui...Lire la suite

Elisa ,reine des coeurs.. recit termine

image

J'ai lu tes deux dernières suites avec beaucoup de délices. C'est superbement écrit comme d'habitude. Je vais à mon aise, tout relire, ayant perdu pas mal de fils en naviguant sur la toile. Quant au mariage et ceci pour Paul, je te conseille de...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages