Histoire vécue Amour - Couple > Divorce > Procédure      (3658 témoignages)

Préc.

Suiv.

Ma femme veut vivre avec 2 hommes

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 2272 lectures | ratingStar_264415_1ratingStar_264415_2ratingStar_264415_3ratingStar_264415_4
500KLe, J'ai l'impression de me relire il y a de ça 3, 4 mois. Mon mari avait une maitresse, je l'aimais. Par amour je l'acceptais. Quand il rentrait d'elle, au petit matin, il me prenait dans ses bras, me murmurait un merci avant de s'endormir. Le soir suivant nous faisions l'amour, c'était fort, intense, meilleur à chaque fois. Oui mais… Quand il me prenait dans ses bras et me remerciait, je me sentais "grandie" dans mon martyre, par amour. Quand nous faisions l'amour le lendemain, j'avais du plaisir car j'avais peur de le perdre tout à fait. Et alors… Cette situation n'a pu durer. N'a pu durer car je me suis rendu compte que chaque fois que j'acceptais son aventure extra-conjugale, je souffrais. C'était une souffrance telle que j'ai voulu mourir, telle que je me lui laissée mourir au retour d'une opération et que j'ai failli y réussir. C'était une souffrance telle que je ne vivais plus. Je n'étais plus qu'un bloc de souffrance. Et je continuais à m'humilier, à perdre son respect, chaque jour, chaque heure un peu plus. J'ai eu un regain d'énergie, lui ai demandé de choisir de me donner sa décision, dans plus de deux mois. Histoire de souffrir encore un peu mieux ? Je ne sais pas. Toujours est-il que lorsqu'il m'a dit la choisir elle, j'ai mis du temps à réaliser qu'il choisissait son amour à elle, mais pas à me quitter, ni quitter sa famille. D'ailleurs je ne lui avais pas demandé. Je lui avais proposé de vivre en colocataire. Au début, nous dormions dans le même lit. J'espérais la nuit, une main qui s'égare, par habitude… Puis je me suis fait tirer les oreilles ici, j'ai lu, j'ai réfléchi, j'ai entamé une thérapie. En 20 jours j'ai compris combien je me trompais de route. Je lui ai dit clairement que lui et moi c'était fini, maitresse ou pas, que notre amour était arrivé au bout de chemin. J'ai pu mettre les mots sur la séparation, ici j'y ai trouvé le courage. Je lui ai demandé de dormir dans un autre lit, il m'a proposé de ne plus dormir ici que deux nuits par semaine, au maximum. Le temps de se trouver une pauvre chambre meublée. Il y a peu, il y aura deux mois jeudi qu'il m'aura annoncé son choix. Depuis, il vit à notre caravane, en attendant d'acheter une maison en viager avec sa maitresse (la pauvre chambre meublée ? ) , les démarches ont l'air loin déjà (je te rappelles qu'en février, elle ne voulait ni quitter son mari, ni prendre ma place, elle le lui disait, je l'ai lu dans ses mails) , elle est en instance de divorce, divorce par consentement mutuel, elle et son mari vendent leur maison. Sa part servira sans doute à payer le bouquet. Cette semaine pour la première fois, il ne vient pas dormir ces 2 nuits hebdomadaires, c'est la fête ici. Eh oui, il y a deux mois je me serais tuée par amour pour cet homme. Puis j'ai pu prendre du recul, le voir tel qu'il est, me voir telle qu'il m'avait rendue, me rappeler de celle que je suis réellement, celle que j'étais avant de le rencontrer, celle qui lui avait plue. Je suis à la rencontre de celle là, nous nous touchons déjà la main. Mon seul regret, ne pas avoir compris plus tôt, pour ne pas perdre ces mois précieux que je lui ai offert dans la souffrance, et les retrouver pour me les offrir, et à ma fille. Maintenant que nous sommes en discussion séparation/divorce, il ne fait plus d'effort de sympathie. Ce n'est pas beau à voir. Nous ne nous disputons pas, mais nous sommes incapables de partager la même pièce. Même par écrit nous n'arrivons plus à communiquer. Je mets une journée entière à lui répondre à un mail. Maintenant je n'espère qu'une chose, qu'un juge lui dise, vous prenez vous affaires du domicile conjugal, vous rendez les clefs et vous allez vous domicilier ailleurs. J'entends ce qu'il dit à sa famille, à nos amis. Je me suis tellement manquée de respect, que peu m'apprécient encore. Beaucoup lui donnent raison car il a enfin trouvé une femme de caractère, qui le fait rire et le rend heureux !! Oui, une femme de caractère. C'est le mot qui m'a fait le plus mal jusqu'à présent. Par amour, pour le garder j'avais supprimé ce caractère. C'est en le supprimant tout à fait que je l'ai perdu définitivement et c'est ce qui m'est reproché désormais… J'espère que ceci t'aidera, que mon expérience te feras comprendre combien il est important de ne pas s'oublier. Si on s'oublie, soi, comment reprocher à l'autre de le faire ? Bon courage. Emma, une de celle qui m'a aidé à sortir la tête de l'eau.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


264415
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Qui est passe par le jaf de bordeaux pour son divorce ? - divorce

image

Merci pour votre réponse. En fait je vous donne un peu plus de détails car cela répondra à ce que vous me dites. Comme Monsieur compte t'il s'organiser ? En fait Monsieur a une maitresse qui est nounou (comme par hasard ! ) et il va surement lui...Lire la suite

Elisa ,reine des coeurs.. recit termine

image

J'ai lu tes deux dernières suites avec beaucoup de délices. C'est superbement écrit comme d'habitude. Je vais à mon aise, tout relire, ayant perdu pas mal de fils en naviguant sur la toile. Quant au mariage et ceci pour Paul, je te conseille de...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages