Histoire vécue Amour - Couple > Divorce > Procédure      (3658 témoignages)

Préc.

Suiv.

Ma mère s'est désintéressée de nous

Témoignage d'internaute trouvé sur sos-divorce
Mail  
| 786 lectures | ratingStar_20139_1ratingStar_20139_2ratingStar_20139_3ratingStar_20139_4

Voilà depuis 4 ans mes parents sont en procédure de divorce, et pendant ces 4 ans, ainsi que par quelques "indices" auparavant, ma mère a clairement démontré son désintérêt total envers moi et mes 2 frères. Ce qui me préoccupe surtout en ce moment, c'est qu'elle a tout fait pour rallonger la procédure, afin de pouvoir vivre le plus longtemps possible au crochet de mon père sans travailler, ce qui est déjà en soi une aberration, mais surtout étouffant financièrement, mon père, risque fortement de compromettre mes études. C'est pourquoi je demande de l'aide, c'est une atteinte à mes droits, il faut que cela cesse !

Pour que vous compreniez comment je suis arrivé à cette vision de ma mère et à ces conclusions, voici une liste chronologique non exhaustive de ce qui m'a porté préjudice, d'une façon ou d'une autre :

Avant la procédure actuelle :

- Dès ma naissance, elle ne s'est pas comportée comme une mère le devrait. La plupart des faits qui l'indiquent m'ont été retransmis par d'autres personnes, mais j'en conserve néanmoins quelques souvenirs, le plus marquant étant celui d'une crèche. A cette époque, j'étais enfant unique, elle n'avait pas de travail, et habitant en pleine campagne, la crèche la plus proche était déjà assez éloignée. Mais tout cela ne l'a pas empêché de se "débarrasser" de moi, un bébé requérant trop d'attention.

- On m'a rapporté qu'elle a toujours pensé que les études ne servaient à rien, dit comme ça pourquoi pas, à chacun ses idées, mais avec tout ce qui s'est passé par la suite, cela prend un nouveau sens. Pour elle, les études n'ont en effet servies à rien puisqu'elle est passée maître dans l'art de vivre au crochet d'autrui (j'expliquerai plus en détail plus tard ce qui prouve que ce n'est pas juste une phrase dite sous la colère) , mais à mon niveau, c'est surtout le coût des études qui a dû lui faire peur, et l'idée d'avoir un peu moins d'argent à sa disposition…

-Les procédures. Nombreuses. Il y en a eu 12 avant d'arriver à la dernière. Demandes de divorces et réconciliations ont peuplés ma vie pendant près de 12 ans… Et bizarrement, à une exception près, les demandes ont TOUJOURS été faites par ma mère, sans aucun souci pour notre… "équilibre psychologique". Un exemple pour l'appuyer, il est souvent arrivé que sortant d'une journée d'école au primaire avec mon frère nous attendions 1 heure avant de nous apercevoir que personne ne venait nous chercher et que nous devions rentrer à pied.

Dans ces cas-là, on pouvait être sûre qu'il y avait encore une procédure. C'était toujours comme par hasard un jour où mon père n'était pas là toute la journée (travail) et où ma mère en avait profité pour aller chez sa famille, à 600km, avec la voiture, sans rien dire à personne. Sympa. Le pire c'est que souvent rien ne le laissait présager, aucunes disputes ou autres, comme si elle l'avait décidé comme ça, tout d'un coup.

- Une des choses qui m'a donné cette vision de ma mère seulement intéressée par l'argent, c'est aussi ses arguments lors des procédures. A l'image des procédures "décidées sur le coup", ils me paraissaient vraiment "boiteux", improvisés, sans aucun fondement sur des faits réels. En associant cela avec sa négligence envers nous, je me suis souvent demandé si elle n'avait pas tout calculé, se marier, faire des enfants et divorcer par la suite afin de gagner des allocations familiales et une prestation compensatoire, ce qui lui permettrait de vivre décemment sans même travailler.

Lors de la procédure actuelle, lorsque j'habitais chez ma mère :

- Elle partait très très très souvent le soir, nous laissant tout seuls, sous les prétextes les plus invraisemblables ("Je vais à la gym ! " à 10h00 du soir…).

Lorsqu'on sait que presque toute la journée nous étions à l'école, que les soirs elle partait et que les week-ends c'était les après-midi entières, autant vous dire qu'on ne la voyait pas souvent, alors qu'on habitait chez elle !

- Ces soirs là, voire parfois à d'autres moments, c'était bien sûr à nous de nous débrouiller pour manger.

- Elle ne se gênait certainement pas pour dénigrer mon père et ma belle-mère, cela pouvait aller jusqu'aux insultes.

Lors de la procédure actuelle, lorsque j'habitais chez mon père :

- Lorsque j'ai réussi à obtenir ma garde chez mon père, elle s'est empressée de me faire revenir, non pas par les sentiments ou des paroles, mais bien par appât du gain, avec ce que j'aime, pensant que je marchais comme elle. "Là-haut il n'y a plus rien, ici il y a une télé, une play, et je t'achèterai tous les jeux que tu veux ! " Les allocs, ça fait faire des folies.

- Elle ne ratait pas une occasion de chercher des noises à mon père. S'il était en retard pour me rechercher à la fin de sa garde, elle envisageait tout de suite d'appeler la police. Et ce n'était pas juste des paroles en l'air. La preuve étant qu'une fois que mon père devait aller chercher mon 3ème frère chez ma mère, le seul qui y vivait alors toujours, elle a appelé la police comme quoi il avait une heure de retard. Parler sans réfléchir. C'était le changement d'heure. Sauter sur n'importe quelle occasion, tant que ça embête, pas besoin de réfléchir. C'était pas plus simple de téléphoner au lieu de tout de suite aller voir la police ?

Lors de la procédure actuelle, après son départ précipité :

- Elle est en effet partie chez sa famille, à 600 km, mais surtout SANS RIEN NOUS DIRE ! Discrétion absolue.

- Evidemment puisqu'il fallait qu'on ne sache rien, on n'a rien pu récupérer, et tout ce qui était à moi est maintenant à 600km. J'appelle ça du VOL !

- Sans doute sous une quelconque impulsion sadique, tout en m'envoyant des cartes d'anniversaires/fêtes, seules correspondances que j'ai eu depuis lors, elle fait des coups dans le dos. J'ai reçu ma carte d'anniversaire le 15 mars, alors que c'est le 21. Une semaine plus tard, on reçoit une lettre du tribunal, elle fait une demande d'appel. Le jour où elle l'a demandée ? Le 15 mars.

- Avec tout ce qu'elle m'a fait, je n'ai bien évidemment pas trop envie de lui écrire, mais il faut bien lui donner notre souhait si l'on veut aller chez elle lors de vacances scolaires. On envoie donc une lettre avec accusé de réception, elle revient, refusée. Sans doute avait elle trop peur qu'on veuillent aller chez elle, on doit coûter trop cher à entretenir. De toute façon il n'y avait pas de risques, encore aurait-il fallu l'ouvrir !

Tout ce que je ne suis pas vraiment censé savoir, ou qui ne me concerne pas vraiment :

Il y a en effet encore quelques petites choses, que j'ai pu savoir par des moyens pas très… "normaux" qui peuvent noircir davantage le tableau et expliquer des choses, ou des choses qui ne me concernent pas directement comme les allocations familiales mais qui expliquent elles aussi pas mal de choses :

- J'ai appris, lorsque j'habitais chez elle, sur son ordinateur, qu'elle fréquentait très souvent des sites comme "Adult Friend Finder", le plus grand site d'échangistes et que ses "expéditions nocturnes" étaient en fait souvent le fruit de rencontres sur ses sites. Ajoutez à cela que j'ai découvert qu'elle avait des pratiques lesbiennes et qu'être à 5 dans le même lit ne la dérangeait pas, ainsi que d'autres pratiques que je ne préfère pas détailler, c'est de ma mère qu'il s'agit, et comprenez donc ce que je peux ressentir à son égard.

- Dans la lignée des appels à la police, elle a réussi à se surpasser dans l'"emmerdement" pur et dur. Mon père étant "travail du père" , et ayant par conséquent des enveloppes "avec logo de l'employeur" , Il lui arrivait de temps en temps de les utiliser hors de leur cadre. Mais il a eu le malheur d'en envoyer une à ma mère. Elle ne s'est pas privée de le dénoncer une première fois à "l'employeur" , où rien n'a bougé, c'était loin d'être grave et ils se doutaient bien que beaucoup faisaient la même chose, et le constatant, a renvoyé une 2ème lettre et a téléphoné, histoire d'être sûre que ça bouge. Résultat, un avertissement, ça la menait à quoi, à rien.

Une autre fois on a reçu une lettre de la CAF comme quoi elle saurait par une tierce personne que ma belle-mère aurait eue des revenus alors qu'elle avait déclaré le contraire, ce qui était bien évidemment vrai, et il a alors fallu prouver que non. Même si le nom de la personne n'a pas été donné, on se doute bien que les accusations sans preuves (car impossibles d'en avoir si ça n'est pas vrai) sont toujours de l'oeuvre de la même personne. Pour dénoncer, pas besoin de preuves, ensuite aux accusés de prouver le contraire !

Il y a eu une autre fois qui montrait la même pratique, et où cette fois-ci on savait que c'était ma mère. Et ce fût la pire des "vacheries" qu'elle ait pu faire. Puisqu'apparemment on peut accuser n'importe qui sur n'importe quoi sans preuves, elle a tout simplement déclaré le vol de son autoradio et a accusé mon père ! Résultat : On a eu droit à une PERQUISITION !!!!!!!! On n'a évidemment rien trouvé, et elle n'y a toujours rien gagné, à part à "emmerder" le monde !

- Son seul leitmotiv : l'argent. Comme je l'ai dit précédemment, il ne m'étonnerait pas du tout qu'elle ait tout calculé, qu'elle avait déjà prévu de se marier pour pouvoir faire des enfants et divorcer ensuite, elle gagnait ainsi des allocations familiales dont elle dépensait le strict minimum pour nous, faudrait pas qu'on meure quand même, après plus rien, et une prestation compensatoire de la malheureuse victime qui lui a servi de mari ! Pour preuve, lorsque nous sommes revenus chez mon père et que celui-ci a arrêté de donner la partie de la prestation compensatoire nous concernant, elle s'est empressée de se plaindre au juge, et la loi c'est la loi, obligé de donner l'intégrité de cette prestation jusqu'au jugement, sans cesse reculé grâce à elle à cause d'éléments nouveaux. N'empêche que pendant ce temps mon père a eu plus de frais à cause de nous et continuait à donner autant, on a donc dû se serrer la ceinture, pendant qu'elle pouvait continuer à surfer paisiblement sur ses sites sans penser à travailler. Je pense qu'il est utile de préciser que rallonger le divorce ne la dérangeait en rien, car n'ayant jamais travaillé de sa vie (si ça n'est pas calculé ! ) et ayant réussi à être déclarée inapte à travailler (et si ça c'est pas volontaire, elle a toujours été très intelligente lorsqu'il s'agit de grappiller des sous par ci par là) , elle bénéficiait de l'aide judiciaire gratuite, alors que mon père c'était donc les avocats, nous et la prestation compensatoire… et lui il travaille ! Apparemment lorsqu'on travaille on vit moins bien que si on ne le fait pas… étrange non ?

Le jugement ayant finalement été rendu, et bien évidemment pas en sa faveur, vu ses actes accablants et les preuves contre elle, et perdant sa prestation compensatoire complète, mon 3ème frère étant revenu entre temps vivre chez mon père (et si on y est retourné tous les trois, ça prouve bien quelque chose ! ) , elle a tout simplement décidé de faire appel. Et le comble du comble, pendant les 2 ans d'appel, mon père est TOUJOURS obligé de verser la prestation compensatoire ! Nul doute qu'elle le savait, elle était bien renseignée… Je reviendrai sur ce point… Il y a vraiment des parties de la loi qui sont mal faites… A présent, mon père doit nous assumer TOUS LES TROIS, doit TOUJOURS verser la PRESTATION COMPENSATOIRE dans son intégralité, et doit toujours payer un avocat, alors qu'il n'a rien demandé, et surtout, un avocat de la cour d'appel est encore plus cher qu'un avocat normal. Je peux ajouter à ces frais que mon père vit avec ma belle-mère qui ne travaille pas et a elle-même 3 enfants, et que n'étant pas mariés, puisque ma mère fait tout pour, aucunes organisations (allocations familiales, bourses etc) ne nous reconnaît comme une seule famille mais bien 2 différentes, et indépendamment on n'a droit à presque rien, alors qu'on croule sous les frais ! Et elle ne peut même pas se remettre à travailler car, déjà elle a six enfants à s'occuper, elle est fonctionnaire et son travail est à "ville" (loin) et que même si elle travaillait à mi-temps, ses revenus et ceux de mon père seraient pris en compte ENSEMBLE et la prestation compensatoire serait donc changée pour y correspondre, cela voudrait dire que ma belle-mère qui n'a jamais connu ma mère travaillerait pour elle, impensable, surtout avec tout ce qu'elle nous fait. (on refuse de nous prendre en compte comme une seule famille pour bénéficier de bourses et autres, mais on ne se gêne pas lorsqu'il s'agit de nous retirer de l'argent, sérieusement, certaines lois…).

A l'heure où j'écris, ma mère a 4 mois pour donner ses conclusions pour l'appel, je suis sûr à 100% qu'elle va utiliser pleinement ces 4 mois de rentes gratuites… pendant que nous…

- Elle est Ex- "nom d'1 secte connue" . Or j'ai appris par la suite que ces gens là étaient exactement ce qu'elle me paraît : Toujours polis et aimables par devant, mais froids, distants, cruels, dénués de tous sentiments et dont seul leurs propres profits comptent, et à ce niveau-là, connaissant toutes les petites combines, et son effarante connaissance de la loi qui fait tout tourner à son avantage me pousse à me dire que ça vient de là, car même si elle les a quitté (du moins à ce que j'en sais, il y a eu tellement de choses qu'elle a caché…) , elle a sans doute "bien appris la leçon".

C'est à cause de tout cela, Monsieur le Défenseur des enfants, que je vous demande de l'aide ! Je n'en peux plus, et je ne sais pas du tout quoi faire. Qu'elle ne nous aime pas et n'ai rien à faire de nous, c'est son problème, je veux bien à la limite le laisser passer, même si dans ce cas elle n'avait qu'à pas nous mettre au monde, mais qu'elle ARRETE DE NOUS EMPOISONNER LA VIE ! Non seulement c'est toute mon enfance et mon adolescence qu'elle a foutu en l'air, mais à présent c'est ma vie future qu'elle risque de foutre en l'air !!!!!!!!!!! J'envisage sérieusement de rentrer dans l'armée puisqu'elle paye les études, mais si cette idée m'est venue à l'esprit, c'est à cause de ma mère ! Sinon, jamais je n'aurais eu besoin de chercher un établissement autre que ceux que l'on fréquente d'habitude ! Ce n'est non pas que je place l'armée en dessous de ces établissements mais le fait que j'ai été FORCE, grâce à elle, à y penser !

Je vous demande ainsi en mon nom, à ceux de mes deux petits frères, en celui de mon père, et en celui de ma belle-mère et ceux de ses enfants, qui aussi aberrant que cela soit, souffrent eux aussi indirectement d'une personne qu'ils ne connaissent même pas, de l'AIDE ! Cela ne peut plus être possible ! Ca n'aurait déjà jamais dû être le cas, alors qu'au moins cela cesse.
  Lire la suite de la discussion sur sos-divorce.org


20139
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Qui est passe par le jaf de bordeaux pour son divorce ? - divorce

image

Merci pour votre réponse. En fait je vous donne un peu plus de détails car cela répondra à ce que vous me dites. Comme Monsieur compte t'il s'organiser ? En fait Monsieur a une maitresse qui est nounou (comme par hasard ! ) et il va surement lui...Lire la suite

Elisa ,reine des coeurs.. recit termine

image

J'ai lu tes deux dernières suites avec beaucoup de délices. C'est superbement écrit comme d'habitude. Je vais à mon aise, tout relire, ayant perdu pas mal de fils en naviguant sur la toile. Quant au mariage et ceci pour Paul, je te conseille de...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages