Histoire vécue Amour - Couple > Divorce > Procédure      (3658 témoignages)

Préc.

Suiv.

Réflexions perso

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 192 lectures | ratingStar_267804_1ratingStar_267804_2ratingStar_267804_3ratingStar_267804_4
Merci Liliclub. Je réponds à quelques réflexions. Citation : Pas trop le temps de te répondre là, je l'ai accompagné sur la route toute la journée, demain aussi. Et comment se passent ces moments là ? Partagez vous quelque chose ? Oui, nous parvenions à partager des moments agréables. Parfois, nous parlions de nous, de notre relation, des enfants, de la vie. Pas trop de sujet tabou et un grand calme, plus grand qu'à la maison. Mon médecin est passé, je peux gérer, jusqu'en septembre mes crises d'angoisses avec un léger anxiolytique. Cela me permet de rester sereine près de lui, de ne pas lui prendre la tête, ça ne sert à rien. C'est drôle : tu dis vouloir rester sereine, pour ne pas te prendre la tête ou pour ne pas lui prendre la tête ? C'est fort ce que tu dis là je trouve. Que ressens-tu pour lui ? Besoin de le préserver, amour, attachement, envie de calme dans les relations, un peu tout ça, ou juste besoin de relâcher cette pression des discussions pour toi aussi ? Rester sereine pour moi, pour me placer en spectateur de ce moment de vie crucial. Pour dédramatiser ce qui se passe et poser un regard plus intelligent sur mon actualité. Je ressens encore énormément d'amour pour lui. Quand j'avais écrit ça il y a quelques jours, je ne m'étais pas encore rendu compte que je ressens surtout de l'amour pour ce qu'il représente. Au fur et à mesure des jours, la personne, elle, devient moins belle. Quand à ma fille, nous avons eu chacun à notre tour une discussion avec elle et ça va mieux. Super ! C'est dommage quand les enfants prennent parti dans des histoires qui finalement appartiennent au couple, et non aux parents… j'observe cela chez un petit garçon ces jours-ci et c'est triste, non irréversible encore, heureusement, du moins je l'espère. Une semaine est passée depuis, je vois que ma fille souffre du mensonge, dans sa confiance en la vie, en l'amour. Aucun de nos enfants ne se sent coupable de notre séparation. Il est encore ici, une de ses filles de son premier mariage est à la maison pour quelques jours, et lui, il part, dormir, ailleurs et ne rentrera que quand elle sera retournée chez sa maman. C'est dommage, il aurait je pense pu attendre une nuit, c'est depuis mercredi matin qu'il avait quitté la maison, laissant notre fille et la sienne seules à la maison, moi dans ma caravane et lui entre elle et son boulot. Il a profité de ces deux ou trois jours où il l'a vue, alors qu'elle a passé ici plus de 10 jours, pour lui annoncer son nouvel amour, sa nouvelle vie probable. Elle a pleuré dans mes bras, je lui ai dit que elle sera toujours ici chez elle, comme avant, j'ai eu ses filles chez moi durant plus de 15 ans et la grande et les siennes ont tissé des liens importants. Ma fille a été adoptée par mon mari, elles sont donc aussi soeurs légalement. Il se défend lui aussi comme il peut, car je le sens malheureux, il nous aime toutes les deux, mais il a exagéré, je ne peux plus accepter sa présence à elle dans notre vie de couple. Donc oui, le choix, et oui, il en souffre. Elle aussi je pense. Je ne culpabilise pas, je constate les souffrances des personnes aimantes. Je le laisse dans sa boue pour le moment, j'arrive à regarder passer les barques sans m'investir dedans, du moins toute la journée aujourd'hui. Tu parles sage, je trouve… chacun a à gérer ses propres contradictions et déchirements. Certes les siens existent, certes il en souffre, mais il n'a pas à te les faire porter avec et pour lui. Tu as assez des tiens, et surtout besoin d'avoir suffisament de recul par rapport à ses affects à lui (même si tu les constate) pour lire clair en toi, sans en être trop influencée. C'est curieux comme on peut espérer que l'autre, peut souffrir de ce qui nous fait souffrir. J'ai supprimé l'ultimatum, il vit sa vie comme il veut, du moment qu'il ne manque pas de respect. Ne se sentant plus "mis à la porte" Monsieur Chéri va mieux et elle trouve désormais des possibilités de quitter son mari même pour la nuit, même en semaine ou le weekend. D'ailleurs le prochain, ils le passent ensemble. Demain est un autre jour où je l'accompagne, puis je pars avec une amie, dépressive est ses enfants turbulents en vacances, sans lui une petite semaine. Nous pourrons réfléchir. Ouah ! Garde des forces pour toi aussi, pendant ces vacances, tu en as et auras certainement besoin… Ce fut intense, mon amie et moi. Nous avons durant 10 jours et nuit fait de la réflexion à haute voix, nous nous sommes racontées et avons fait résonner des histoires communes ou non. Beaucoup de larmes. Une grande avancée dans ma vie. J'espère lui avoir apporté le 100ème de ce qu'elle m'a apportée. Juste comme je découvre enfin ce que je cherche depuis des mois, ce fameux lâcher prise. Je prends la décision d'accepter sa relation telle qu'il la vit. Le principal pour moi, pour le moment est de le garder comme compagnon de vie. Pour le voir tel qu'il est, afin de voir notre relation telle qu'elle est réellement, histoire de regarder mes barques couler au ralenti. Du temps et du respect, c'est pour le moment tout ce que je demande. Le premier il accepte, ça l'arrange, le temps de trouver un autre logement. Car il a fait son choix. Le respect, je sens que je vais devoir me batailler pour l'obtenir. Mais n'ai-je pas commencer à perdre ce respect en acceptant ses aventures extra-conjugales ? Ne suis je pas devenue là déjà non respectable à ses yeux ? Nous allons chez le thérapeute de couple ce soir. J'ai l'impression que ce sera une séance unique. Je vais devoir lui demander de parler de ce respect. Afin que mes derniers jours de vie de couple ne soient pas pour moi un enfer. Et des adresses. Je vais commencer une thérapie pour sortir des dépendances. Thérapie de groupe style Al-Anon. J'ai besoin de parler, écouter, comprendre. Un groupe m'apportera ce dont j'ai besoin et j'espère pouvoir, je ne sais encore quoi, pouvoir leur apporter aussi quelque chose. Voilà, tout doucement la page se tourne, j'arrive à la fin de ce tome là de ma vie. Surtout comprendre ce qui c'est passé pour ne pas réécrire la même histoire. L'atterrissage ne se fera pas en douceur, j'ai déjà entendu un déni d'aide future et d'avocat. Monsieur chéri, ne se montrera pas sous son plus beau jour, si je comprends bien. Mais ça c'est d'un autre domaine. Pour celui là aussi, pour mes droits et ceux de ma fille, un combat va commencer. Montrer à ma fille que dans la vie, on peut se montrer digne dans toutes les circonstances. Ne pas salir, ne pas avilir, respecter l'autre tout en se battant pour conserver ses droits.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


267804
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Qui est passe par le jaf de bordeaux pour son divorce ? - divorce

image

Merci pour votre réponse. En fait je vous donne un peu plus de détails car cela répondra à ce que vous me dites. Comme Monsieur compte t'il s'organiser ? En fait Monsieur a une maitresse qui est nounou (comme par hasard ! ) et il va surement lui...Lire la suite

Elisa ,reine des coeurs.. recit termine

image

J'ai lu tes deux dernières suites avec beaucoup de délices. C'est superbement écrit comme d'habitude. Je vais à mon aise, tout relire, ayant perdu pas mal de fils en naviguant sur la toile. Quant au mariage et ceci pour Paul, je te conseille de...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages