Histoire vécue Amour - Couple > Homosexualité      (2858 témoignages)

Préc.

Suiv.

La réaction de mes parents au sujet de mon homosexualité

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 1233 lectures | ratingStar_55500_1ratingStar_55500_2ratingStar_55500_3ratingStar_55500_4

Je m'apelle Sandra, j'ai 15 ans.

Cela fait plus d'un an que je connais mon orientation sexuelle, je suis lesbienne.

J'en ai parlé à pas mal de personnes (mes cousins, ma tante, ma belle-soeur,2 de mes anciens profs, mes amis…) , tous l'ont très bien pris.

En septembre je suis rentrée au lycée, j'ai rencontré une fille géniale avec qui je suis depuis maintenant presque quattre mois.

Je savais que mes parents et mon deuxième grand-frère étaient homophobes, le plus vieux de mes grand-frère semblait beaucoup plus ouvert, enfin c'est ce que je pensais.

J'avais beaucoup parlé de ma copine à mes parents, ma mère se doutait que j'étais avec elle, j'étais pas la seule à le voir et à le dire.

Un lundi, il y a deux semaines m'a mère à commencer à m'ignorait, étant donné que l'on se disputé souvent à cause de nos différences d'opinions et qu'elle me fesait parfois la tête sans raisons apparentes alors j'ai laissé passé jusqu'à ce mercredi matin, on était toutes les deux dans la voitures pour aller au lycée.

(Je rédigerai notre discussion en dialogue, je me souvient de tous les mots et cela sera beaucoup plus rapide à écrire pour moi et à lire pour vous.).

Désolé pour les mots vulgaire mais j'ai juste employer ce qui à été dit, alors j'espere qu'ils ne seront pas censuré, sinon c'est pas grave mais c'est juste pour montrer certaines réactions de mes proches.

Moi : Pourquoi tu me fais la tête depuis 3 jours ?

Ma mère : Rien, je n'ai pas envi d'en parler.

Moi : Attends, tu parles à tout le monde, tu rigoles avec tout le monde, je me sens completement exclue alors je voudrai savoir.

Ma mère : Je suis blessée de la personne avec qui tu sors.

Moi : Alors tu t'en doute ?

Ma mère?O?n me la dit lundi, depuis lundi j'en ai parlé à personne, je l'ai gardé pour moi.

Moi : Je voudrai m'escuser mais je n'ai pas à m'escuser de ce que je suis.

Ma mère : J'espère pour toi que ce n'est qu'une passade !

Moi : Non.

Ma mère : Alors je te plains !

Moi : Accepte moi comme je suis, je suis ta fille, et je suis heureuse comme ça.

Ma mère : Je peux pas accepter que tu sois comme ça.

Moi : Après les fêtes je le dirai au reste de la famille, mais seulement après les fêtes pour ne pas tout gacher.

Ma mère : Tu va détruire toute la famille, tu va détruire ton père et tes frères.

On est arrivées au lycée, je suis sortie en pleurant et j'ai couru dans les bras à ma copine.

Manque de bol, il y a avait un blokus, on a pas pu rentrer, il fesait froid alors j'ai dit à ma copine de rentrer chez elle, que j'allais me débrouiller, elle n'a pas voulu me laisser seule donc nous sommes restées 5 heures dans le froid.A 1h, heure où je devais finir les cours je suis rentrée chez moi, après 10 minutes d'hésitation, je me suis décidée à ouvrir le portail, ma mère devait partir, elle a commencé à mettre son manteau.

Moi : Tu crois quand même pas que je vais oublier tout ce que tu m'a dit ?

Ma mère : oublier quoi, de nous deux c'est moi qui doit être en colère pas toi !

Mo : Personne ne nous séparera **** et moi, et personne ne me fera changer.

Ma mère : Je ne compte rien changer, pour l'instant.

Moi : Si tu m'accepte pas comme je suis alors je pars.

Ma mère : Il y aura toujours les flics pour te ramenner.

Moi : Si tu crois qu'il n'y à que la Police pour m'empecher de partir !

Et elle est partie…

Dans l'après-midi, j'étais dans le jardin, je m'occupais de mon lapin, mon père est rentré, il m'a ignoré completement mais j'ai pas chercher à parler.

Je suis rentrée mais une fois dans ma chambre je ne savais plus si je pouvais sortir ou pas, et ma belle-soeur m'a apellé, me disant que mon frère l'avait apeller et qu'il l'avait mal pris.

J'arrivai pas à croire qu'elle leur ai dit alors que le matin même elle m'a dit que si j'en parlais je détruirai la famille.

J'ai continuais à parler avec ma belle-soeur et elle avait réussi à convaincre mon frère de faire "tampon" par rapport à mes parents et à mon autre frère.Je l'ai cru…

Le soir j'entends mon grand-frère m'apellais dans le bureau à mon père, ils étaient tous là, avec ce regards rempli de haine.

Mon grand-frère (le plus agé des deux) : C'est quoi le problème ?

Moi : Il n'y a pas de problème.

Mon grand-frère : Non mais explique-moi là parce que vraiment je comprends pas.

Moi : Je suis ce que je suis c'est tout, il n'y à rien de plus à expliquer.

Mon grand-frère : Attends maman nous à tous appeler en pleur ce matin, je veux comprendre.

Moi : Il n'y à rien comprendre.

Mon deuxième grand-frère : Quand maman est rentrée ce matin elle était en pleurs, elle a même réussi à toucher le poteau avec la voiture, tu te rends compte si il était arrivé quelque chose.

Ma mère : En plus t'as insisté dans la voiture !

Mon grand-frèreS'il était arrivé quelque chose ça aurait été de ta faute.

Mon deuxième grand-frère : Je te jure que si je t'avais eu en face à ce moment là je t'en mettais une !

Mon grand-frère : Et moi aussi !

T'es prete à renier ta propre famille, ton sang, pour une relation de 3 mois avec une petite "conne" Moi : C'est pas une conne !

Mon 2eme grand-frere : Tu la ferme, tu parles pas comme ça à ********!

Mon grand-frère : Tu nous en à même pas parler, c'est des inconnus qui l'ont dit à maman.

Moi : Avec tout ce que j'ai entendu de votre part sur les homos, comment j'aurai pu en parler !

Ma mère : ohh ! Arrête on a rien dit sur les homos !

Moi : Pardon, vous avez rien dit ? "C'est contre nature, Ils ont pas le droit d'avoir des droits, Sale homo de m*****,gouines, pédés… "

Mon père?O?ui c'est contre nature.

Ma mère : Et en plus t'es pas assez mature pour savoir que tu préfère les femmes, t'as jamais eu d'expérience avec un homme pour savoir ça !

Moi : A chaque fois que je suis sortie avec un garcon je ne me suis pas sentie bien, je vais pas me forcer.

Mon 2eme grand-frere : Et c'est quoi le plus longtemps que t'es restée avec un garcon ?

Moi : 5 mois.

Mon 2eme grand-frere : Et tu crois que c'est suffisant.

Ma mère : Tu vas gacher ta vie, toutes les portes vont être fermées pour toi, tu peux dire adieux à la gendarmerie parce que des gouines ou des pédés là-bas ils en veulent pas ! Et même si tu veux faire profs, ils sont considérés comme des pédophiles, tu crois que tes frères vont laisser leurs enfants seuls avec toi ? Non ça risque pas !

T'as un choix à faire, c'est où elle ou nous !

Moi : C'est dégueulasse de me demander de choisir !

Ma même : Alors je choisi moi, maintenant c'est où tu me promet que tu la quitte et tu restes dans le même lycée, où je peux te faire changer de lycée, je peux même t'envoyer dans un internat.

Moi : Vous êtes dégueullasse, vous avez pas le droit de faire ça.

Ma mère : On a tous les droits, t'es mineure alors on choisit pour toi.

Moi : Mais c'est ma vie, m*****.

Mon 2eme grand-frere : m*****? Calme toi il vaut mieux !

Ma mère : En plus à cause de toi, on va avoir une mauvaise réputation, juste parce que tu as décidé d'être gouine !

Mon père : Explique nous pourquoi.

Moi : Je viens de dire pourquoi.

Mon père : Non c'est pas une raison.

Ma mère : Aucun homme ne t'a fait assez mal pour que tu deviennes comme ça, alors donne nous les raisons.

Moi : Je ne suis pas bien avec les hommes, c'est tout.

Et là ma mère a simulé un malaise, elle est partie dans le salon, mon grand frère est allé la voir, je me suis dirigée vers la porte et mon autre frère m'a empecher de passer.

-Pousse toi, s'il te plait.

Je suis partie dans ma chambre, je me suis assise par terre la tête dans les jambes et j'ai pleuré, mon grand frère est venu me voir.

Mon grand-frere : T'as vu dans quel état tu met maman, ça te dérange pas ?!

T'as même pas eu de queue entre les jambes pour savoir ça ! T'as jamais sentie un mec au fond de toi !

Moi : Alors vas y, met moi un mec entre les jambes et je pourrai encore te dire que je préfère les filles.

Mon grand-frère : Je te préviens tu l'a reverra plus, si tu le fait pas tu me perds.

Et il est parti.Mon autre frère est arrivé, il ne m'a rien dit, il était juste dégoutée de m'avoir comme soeur, il avait toujours cette haine dans son regard.

Mon père est venu, il m'a juste demandé pourquoi, je lui ai répété encore mes raisons mais pour lui, ce n'était pas des raisons suffisantes.

Il est parti.Et encore ma mère, qui revient, je ne savais pas quand tout cela aller être terminé, je voulais que cela ne soit qu'un rêve et jvoulais me reveiller.

Ma mère : Tu as fait ton choix ?

Moi : Je peux pas choisir.

Ma mère : Pourquoi ?

Moi : Parce que je l'aime.

Ma mère : Non elle t'a réconforté quand tu était pas bien c'est tout, ce n'est qu'une amie.

Moi : Non je l'aime.

Ma mère : Tant pis je prend moi-même la décision.

Moi : Je t'en supplie, ne nous sépare pas.

Ma mère : Non je te laisserai pas comme ça.On peut aller voir un médecin aussi.

Moi : Je suis pas folle.

Ma mère : Tu l'a reverra plus.

Moi : Je t'en suplie !

Ma mère : Non Sandra, tu ne restera pas avec elle.

Moi : Je t'en supplie.

Ma mère : Non.

Pendant plus de trois quart d'heure je l'ai supplie mais j'avais toujours la même réponse.

Ils se sont tous retrouver dans la cuisine puis mon père m'a appelé.Je suis resté assise alors il a crié, j'y suis allé.Ma mère m'a dit que le jeudi et le vendredi je n'irai pas au lycée alors je suis partie.

J'ai pris mon portable, je me suis assise derrière la porte de ma chambre et j'ai envoyé un sms à ma copine pour lui dire que quoi qu'il se passerait, je l'aimais plus que tout.

Mon père à pousser la porte, j'ai eu le temps de cacher le téléphone pour pas qu'il me le prenne.

Il m'a dit : Quand on t'appelle tu viens.

Ma mère est revenue.

Moi : Vous ètes tous dégueulasse.

Ma mère : Tu n'est même plus une fille.

Moi : Mais oui je suis toujours une fille.

Ma mère : Non.Je ne peux pas accepter que tu sois avec une fille.Et quand elle te quittera tu fera quoi ?

Moi : Alors je passerai à autre chose.

Ma mère : Avec une autre fille !

Moi : S'il y a un garçon qui me plait alors cela sera avec un garçon.

Ma mère : Ok, alors si tu ne te montre plus avec ****, que vous restez discrète, que je n'etend plus parler de vous deux, et que tu deviens féminine, tu peux rester avec elle.

Tu me le promet ?

Moi?O?ui.

Ma mère : Je vais en parler avec ton père.

5 minutes plus tard.

Ma mère : Ton père est d'accord.

Tu as de la chance d'avoir des parents comme nous.

Voilà, je suis allé directement me coucher.Et depuis à chaque fois que je suis au téléphone avec ma copine, à chaque fois que je vois ma copine (au lycée, puisque je n'ai pas le droit de la voir autre part et je n'ai même plus droit de la voir pendant les heures de permanence) ma mère commence à me faire la tête et ça dure pendant plusieurs jours.Et elle continue à ma faire la tête souvent sans aucunes raisons.

Je tiens à preciser pour le dernier dialogue avec ma mère, que je lui ai dit seulement ce qu'elle voulait entendre.

Etre plus féminine, oui je suis obligée, pas souvent je l'avou mais bon.

Et si je casse avec ma copine, je sais pas comment je pourrai passer à autre chose, peut être que si un jour on est plus ensemble et que je tombe amoureuse d'un homme oui je franchirai ce pas mais je ne compte pas rompre donc je suis et resterai probablement très longtemps homo.

Bon je sais ça commence à faire long mais je vais quand meme dire ce que je ressens envers tout ça et envers ma famille.

Déjà j'en veux à mes parents et à mes frères, pardonner oui je pourrai, oublier non jamais.

A chaque fois que je les vois, j'entends encore et encore toutes ces paroles qui ont été dites, je revois le long moment pendant lequel je les ai supplié (plus de 3 heures).

J'en veux énormément à ma mère qui ne voulait pas que je dise au reste de la famille que je suis homo parce que ça risquait de les détruire mais qui s'est empréssée de le dire elle même, ce fameux matin, alors que mon père et mon frère allait travailler et que mon autre frère passait son BTS.

Elle se disait surement que s'il se passait quelque chose elle pourait me le reprocher longtemps.

J'en veux aussi à mon grand-frère qui devait m'aider (d'après ce qu'il avait dit à ma belle soeur) mais qui m'as enfoncée encore plus.

J'ai surement été blessante à certains moment, j'ai peut être eu de mauvaises réaction mais ça n'empeche pas tout le mal qu'ils m'ont fait.

J'ai revu mon grand-frère la veille de noël, il a fait comme si de rien été.

Avec mon autre frère et mon père les relations ont été froides pendant quelques jours.

Et bien sur avec ma mère les relations sont toujours aussi mauvaises qu'avant, même pire…

Pour ceux qui ont réussi à tout lire, merci beaucoup.

Pour ceux qui n'ont pas réussi, merci aussi d'avoir commencé.
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


55500
b
Moi aussi !
3 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.



Commentaires pour cette histoire  Ajouter un commentaire

Par rostom14 | le 03/09/10 à 16:36

tu sais pour beaucoups de parents accepter l'homosexualité de leur enfants et chose dure cela reléve parfois d'un sacrifice tes parents ont énormément d'amour pour toi seulement l'homosexualité est pour eux une fatalité il faut leur faire comprendre que c'est un sentiment propre a l'etre humain et que les gens qui ont des idées homophobes ne se posent pas la question qu'on peut rendre malheureux quelqu'un ton histoire m'a émue étant moi même homosexuel je te garantie que ce n'est pas facile mais on vit avec et je risque d'etre vulgaire on emmerde les autres parce que on est ce qu'on est et qu'on a aucun compte a rendre a personne bisoux a toi et je te souhaite que du bonheur :) également une bonne rentrée 2010

Histoires vécues sur le même thème

Elle m'aime... mais pas mon physique... - homosexualite feminine

image

Je me souviens d'une relation amoureuse qui, lors d'une discussion difficile, m'a critiquée sur plusieurs points (26 pour être exacte, car j'ai tout noté après cette "échange" durant lequel je suis restée muette) qui m'étaient constitutifs,...Lire la suite

Je suis amoureux de mon meilleur ami et je ne sais pas comment lui dir - homosexualite et bi-sexualite

image

C'est effectivement toujours délicat de l'avouer a ses amis (comme a sa famille bien sur ) Moi aussi je suis passé par là… J'ai découvert mon attirance pour les mecs vers mes 15-16 ans et j'ai eu mon premier copain a 22 ans (il y-a 1 an qu'on...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages