Histoire vécue Amour - Couple > Homosexualité      (2858 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mon histoire, mes questions...help

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 15/11/10 | Mis en ligne le 22/04/12
Mail  
| 198 lectures | ratingStar_245114_1ratingStar_245114_2ratingStar_245114_3ratingStar_245114_4
Bonjour à toutes, J'espere que certaines d'entres vous pourront m'aider… Je vais vous raconter ma vie, en quelque sorte, en essayant de ne pas être trop longue. Merci d'avance a celles qui auront le courage de me lire jusqu'au bout. Mon histoire risque un peu d'être decousue, meriterai d'être raccourci certainement, mais je ne voudrais pas par la suite avoir a apporter des elements qui brouilleraient l histoire, entreméllés par des messages divers etc… Voilà, j'ai fini mon intro. Pas evident pour moi, c'est la 1ere fois que je parle de cela, vu la rubrique, vous devez bien vous douter pourquoi je suis là. J'ai 30 ans. Apres ma majorite, j'ai vecu plus de 4 ans avec un homme. La penetration a etait impossible (peur, douleur…) vue sexologue, psychologue… ça ne m'a rien apporté. J'en ai beaucoup souffert, comme pour la rupture. Ensuite, je ne me voyais pas aimer quelque un d'autre, ni être aimer par quelque un d'autre. J'ai eu depuis, en six ans environ donc, quelque histoire, mais toujours en evitant la penetration. Je me disait que je ne le les aimais pas assez pour m'offrir a eux. Peur qu'ils me jettent comme une mal-propre aussi si echec de la penetration, même a la longue. Je pensais que j'aurais mal bien sur. Tout les gars n'etaient pas au courant du probleme. J'avais une trouille enorme d'essayer. Je ne sias même pas si j'en avais le reel desir. Faut dire aussi que la peur est tellement grande, qu'elle peut aneantir le desir peut être.? Deja même tres jeune, ado quoi, j'avais la trouille de la penetration, accouchement, pensant même que je pourrais eventuellement mourrir a cause des contractions… (peur que j'ai toujours d'ailleur même si avec le temps je relativise). Depuis quelque temps, je me pose beaucoup de question. Histoire d'amour avec echec sur echec (j'ai toujours etait ULTRA COMPLEXE par mon physique, visage dent cheuveux et fesses essentiellement, j'aurais a vrai dire prefere que ce soit soit mes pieds par exemple… mes complexes me gachent la vie) donc je mettais toujours ces echecs sur le compte de mes complexes (il est vrai que je ne n'aime pas qu'on me touche les cheuveux, et tant d'autres chose… qui ne facilitent pas les rapports, même entre amis (ies) ). Je disais je me pose des questions si je ne suis pas lesbienne tout simplement. A savoir que d'aussi loin que je m'en souvienne, je n'y ai jamais songé me semble t'il, avant ma toute 1ere vrai histoire avec le gars dont je parlais au depart. Il m'a dit peut être au bout de six mois de relation" p'tin si ça se trouve t'es lesbienne… " . Ce jour la (on faisait d'autre chose que la penetration comme toujours d'ailleur) mon plaisir devait tarder a venir je ne sais plus trop, peut être plus souvent ces derniers temps d'ailleur, ce qui commencait a le fatiguer, d'ou ça remarque. Il a du me la ressortir encore une ou deux fois quelque temps plus tard, ça m'a gonflé qu'il pense cela, moi qui l'aimait plus que tout ! Alors, en pleinne "action" lui qui s'occupait de moi (excusez de ma pudeur) je me suis dis " pense a une fille et tu verras bien " … resultat, en trois seconde, orgasme… J'ai pensé a ce moment la " il me fait peur (oui c'est vrai que l homme m'a toujours fait peur) il peut me faire mal, l homme est blessant quoi qu'il arrive, normal que je trouve la relation avec une femme plus agreable" Des lors, j'ai souvent pensé a cela lors de mes "rapports" avec lui. Surtout quand ça ne venait pas, c'était le remede pour que ça vienne. Par exemple s'il m'avait contrarié, ou qu'on etait en froid, que je manquais de confiance en lui, que je le trouvai non plas brutal mais… "brute" en genaral, sans qu'il le soit reelement, ben je pensais a cela… 'fin c'est compliqué a expliquer. Pourtant au debut, avant qu'il me sorte ce truc, ça se passait bien entre nous. Sauf que pentration impossible bien sur… et qu'avec le temps je ne voulais même plus essayer. J'aodrai par contre, lors de toute notre relation pendant les 4 ans, m'occuper de lui . Peut être un peu moins de m'attarder sur son corps, mais quand même… mais j'adorai surtout vous voyez quoi. Il avait un corps magnifique. Fin bon. Mais depuis, n'ayant pas confiance aux hommes, en moi aussi bien sur, je n'ai jamais reussi a retrouver cette complicite, qui me semblait essentielle pour que je m'offre a quelque un. Avec le recul je me dis aussi que je l'avais cette complicite avec lui et ça n'a pourtant pas aidé a la penetration. Mais il est vrai que même avec lui, j'avais un million de complexe, qu'il ne connaissait pas trop (ou qu'il banalisait). J'insiste sur les complexes, car je me dis, avec une fille, j'aurias aussi ses complexes, et que donc la reponses n'est pas la .? Ces complexes, je les ai en famille, entre amis… au supermarché… partout. Et donc encore plus dans l'intimité, quel quelle soit non ? Même si c'était avec une femme ? Depuis, quand je croise une fille homo (je sais pas si ça se dit) , c'est tres rare, j'ai du en croiser deux, ben je la regarde, je l'analyse on va dire, et je les trouve aussi brute qu'un homme. C'est pas le cas, c'est dans mon interpretation, surtout pour l'acte sexuel. Je l'imagine completement debridé et ça me convient pas. Et puis de toute facon, je ne me vois pas avec. Pour d'autre file que j'ai croisais et que j'ai supposé être lesbienne, pareil, toujours ce cote "brutus". "sauvage" . Et j'ai presque même tendance a penser qu'un homme l'est moins finalement. Es ce ue je refoule ? Je n en sais absolument rien. Es ce que ma virginité tardive me fait me poser 36 questions.? Mais il vrai que depuis mon 1er ex copain, ça ne m'a jamais quitté l'idee detre homo. Seulement c'est beaucoup plus prononcé depuis un an peut être… apres echec sur echec. J'ai aussi pensé que ça mon vaginisme (impossibilité penetration) pouvait être du a un viol que j'aurais oublié. Je ne dis pas que j'ai ete violé, suelement je me pose la question, es ce depuis super longtemps par contre. Es ce moi encore qui cherche a trovuer des excuses. J'ai perdu ma mere a 8 ans. Et je me souviens que mon pere me donnait la douche. Je n'aimais pas son regard sur moi, et il a fallut que ce soit moi qui dise " c'est bon je suis assez grande maintenant pour me doucher seule" J'ai eu du mal a le sortir comme si je culpabiliser, mais j'ai fini par lui dire. Jusqua mes 15ans, je dormais avec lui. Son corps, sa puenteur (oui) ses ronflements me repugnaient (on dormaient ds le même lit par manque de place car maison trop petite… Lors des consultations ches le docteur, pareil, jusqua mes 15 ou 16 ans, il venait avec moi a la consut, et me regardait me deshabiller (l'air de rien) je supportais pas cela. La aussi il a fallut que je diss " stop c'est bon je susi assez grande, ne viens plus " Sinon depuis, j'ai une amie a forte poitrine avec decollete plongeant parfois, je supporte pas le regard qu'il a, ce regard, comment le decrire, en biais, affreux, je trouve que c'est un regard qui viole presque. J'aurais encore prefere qu'il regarde franchement. En tout les cas c'est comme ça que j'interprete. Fin tout ça pour dire uqe la peur des hommes vient peut être de la, jen sias fichtre rien a vrai dire… Donc oui, j'ai souvent pensé qu'il aurait pu abuser de moi, même bebe… ne serait ce que des caresses… ou n'importe… Peut être je me trompe, mais j'ai toujours detesté, de adolescente surtout jusqua maintenant, le regard qu'il avait sur la femme. Alors que celui des autres peres ou même d'autres homme me genent 30 fois moins, même s'il me gene quand même, à cause de lui peut être… Je susi tres longue, je m'en excuse. Sinon, maintenant, en six ans, les fois ou je me masturbe sont rare, mais je prends illico la voie de la pensee homo, ça aide a arriver beaucoup plus vite a l'orgasme. Parfois je pense a des hommes. J'ai toujours eu des sentiments que pour des hommes. Je n'ai jamais ete attiré par une femme (je regarde les femmes juste parce qu'elles sont jolies mais je m'en fou sinceremment royalement, c'est juste pour me comparer a celle qui sont jolies, et voir comparer a mon age, si j'ai plus de cellulite qu'elles, j'essaie de voir si elles ont de beaux cheuvuex et voir qu'es ce qu'elles font pour cela…) mais pas pour m'exiter. Et même quand je me masturbe, je ne pense pas a elle, j'invente quelque un'e) a vrai dire. Elle est toujours ultra magnifique, un corp parfait quoi. Je ne me vois ABSOLUMENT PAS faire des choses INTIMES a une fille, carresser son coprs a la limite et encore, mais rien de plus. Es ce que je me mets des barrieres ? Je sias pas. Es ce que vous aussi au debut vous pensiez cela ? En dix ans, je n'ai toujours pas reussi a m'imaginer "m'occuper " de la fille. Ça m'est arrivé de faire des reves lesbiens que tres tres peu de fois, et bizarement pas plus tard que cette nuit, j'ai revé que mon pere essayer de me violer. D'ou mon message ici certainement. Ça fait un moment que je voulais en parler. J'ai pour habitude de trouver les reponse a mes questions moi même, mais la j'avoue que je ne sais pas quoi penser. J'accepte mieux l'idee d'être homo je crois (dans ma tete oui mais pas dans ma vie sociale). Et je me dis " rencontre une fille et tu verras bien" Mais je crois que pffff… il se passera rien. C'est super dur par chez moi de rencontrer une fille, et qu'elle reste dans la confidence. Je sias pas, faurdait peut être que j'essai de discuter avec une pour voir, mais si elle me desire pas ça pourrait m'ennerver, et si elle me desire ça pourrait m'ennerver aussi . Bon aller j'arrete la, je vais bien voir ce que vous en pensez pour l'instant. Si une d'entre vous serait prete a dialoguer en privé, pourquoi pas. Merci a vous.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


245114
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Elle m'aime... mais pas mon physique... - homosexualite feminine

image

Je me souviens d'une relation amoureuse qui, lors d'une discussion difficile, m'a critiquée sur plusieurs points (26 pour être exacte, car j'ai tout noté après cette "échange" durant lequel je suis restée muette) qui m'étaient constitutifs,...Lire la suite

Je suis amoureux de mon meilleur ami et je ne sais pas comment lui dir - homosexualite et bi-sexualite

image

C'est effectivement toujours délicat de l'avouer a ses amis (comme a sa famille bien sur ) Moi aussi je suis passé par là… J'ai découvert mon attirance pour les mecs vers mes 15-16 ans et j'ai eu mon premier copain a 22 ans (il y-a 1 an qu'on...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages