Histoire vécue Amour - Couple > Homosexualité      (2858 témoignages)

Préc.

Suiv.

S'assumer pour s'accepter et vivre son amour

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 1557 lectures | ratingStar_25665_1ratingStar_25665_2ratingStar_25665_3ratingStar_25665_4

Salut Chouan,

 

Me voilà enfin, j'ai relu ton long message à tête reposée, j'ai un peu travaillé dessus…

 

Je crois que le point essentiel de ton message est avant tout la culpabilité qui te ronge et engendre ainsi la honte puis le déni de soi ou plutôt le déni d'être. Malheureusement, pour t'ôter cette culpabilité, je ne pourrai rien faire, c'est à toi de travailler là-dessus avec l'aide de ton psy. A un moment de ton message et plus exactement lorsque tu parles de ton asexualité, je me demande si tu n'as pas peur du sexe et entends par là, la première relation sexuelle. Tu as envie d'avoir un rapport, de tendresse, d'amour, etc… mais quelque chose dans cette perspective te fait peur. Peut être que je me trompe, c'est à toi de faire le tri dans les hypothèses que je te soumets.  

 

En partant au Canada, tu pensais fuir tes problèmes mais tes problèmes, ce n'est ni un pays, ni une ville, ni rien, c'est juste toi dans ton intérieur et où que tu ailles, ça te suit et te poursuit. Ceci dit, tu as bien fait de partir même si ça ne résout pas ton problème de fond. Tu vas pouvoir vivre petit à petit ta différence sans avoir peur du regard de ta famille. Finalement, toutes les oeuvres de Sartre démontrent bien que c'est le regard des autres qui nous renvoie à notre propre image. De fait, si tu as honte inconsciemment de ce que tu es, tes parents auront honte, si à l'inverse tu assumes ta réalité et qu'elle ne te pose aucun problème, les gens en face de toi, n'y verront aucune tare. En vivant peu à peu pour toi, en t'épanouissant tu auras moins peur du regard des autres et sera prêt à l'éventualité que ta famille te rejette. Je dis bien éventualité hein ; -) en général les coming-out se passent mieux que les gens  ne pensent et ont imaginé tous les scénarios catastrophes possibles et en fait, tout est bien accueilli. Il faudra autant de temps à ta famille qu'il t'en aura fallut pour accepter ce que tu es… N'oublie pas cela donc sois patient, ne leur en veut pas s'ils réagissent mal parce que c'est une réaction de refus comme un sentiment d'avoir râté quelque chose dans ton histoire et non pas du désamour.  

 

Ceci étant, je pense que tu es sur la voie de l'épanouissement parce que déjà, tu as perdu du poids et même s'il n'y a pas de voiture et tout ça, perdre du poids est le signe que ton inconscient va mieux et accepte que tu fasses le travail nécessaire sur toi.  

 

Je crois que tu es arrivé à un point où tu ne supportes plus de vivre caché et tu as raison ! Si on t'a donné la vie, c'est pour la vivre pleinement ! De fait, en plus de tes séances psy, je te conseille de te rendre dans des associations d'aide à destination des gays. Je suis sûr qu'il doit y en avoir beaucoup plus qu'en France au Québec… Je ne sais pas si tu côtoies des gens dans ta situation mais si tu as "peur" d'en côtoyer de visu, je te propose dans un premier temps de te rendre sur des forums via le Net afin d'échanger vos expériences. Tisse toi peu à peu des liens dans le milieu mais attention ça ne veut pas dire entrer dans un ghetto. En effet, la vie ce n'est pas que les gays ou les lesbiennes ou les hétéros. La vie c'est un tout qui assemble et rassemble toutes les différences, toutes les expériences de vie. Dis toi bien que tu ne vas sortir d'une case pour entrer dans une autre en t'affichant dans le milieu car le système de case n'a aucune raison d'être. On entasse pas les gens dans des cases sinon pour les manipuler via la binarité hétéro-normative qui catalogue et classifie les individus. Il faut en finir avec ces clichés et ta chance c'est d'être dans un pays où les moeurs sont bien plus évoluées que chez nous. En l'occurrence, l'homosexualité n'est (presque ? ) plus considérée comme étant hors norme. Ce serait donc une fausse image de toi qui ne ferait que t'enfoncer dans cette culpabilité et cette honte insidieuse si tu venais à la cultiver (changement de case). De plus, ce n'est pas parce qu'on a le même problème qu'on doit forcément s'entendre. Comme partout dans le monde, il y a des cons, des gens malsains ou psychologiquement atteints qu'il s'agisse de gays, de lesbiennes, d'hétéros, de bi, de transsexuels, de transgenres, de travestis, chez les blancs, les chinois, les noirs, etc. Et ce, dans tous pays et toutes catégories socio-professionnelles confondues.    

 

J'en viens maintenant à un point qui me paraît important et qui semble te bloquer : ton coloc. Ne serait ce pas plutôt lui qui serait à l'origine de tes blocages ou du moins en partie ? Si j'ai bien compris ton coloc est une personne appartenant à ton passé. Je crois que ce qui te bloque dans ton avancement, c'est ton ami qui te ramène irrémédiablement en arrière, à l'époque où tu as été éduqué selon des normes qui t'obligeaient à te cacher. J'aimerais vraiment que tu me dises pourquoi il se moquait de toi et qu'est ce qui a fait que vous vous êtes rapprochés. Ce serait important que tu le dévoiles. Quand tu auras pris un peu plus confiance en toi, que tu t'assumeras davantage, tu pourras lui faire ton coming-out sans pour autant lui parler de ton attirance pour lui. Ca sera à toi de juger si oui ou non tu peux lui en parler.  L'aimais tu déjà à cette époque là ? Si oui, as tu accepté ses moqueries et pardonné par amour pour lui à l'époque ? Il est sans conteste que la situation dans laquelle tu es, c'est à dire vivre avec un homme qui ne semble pas te voir autrement que comme un simple ami. Ton histoire me fait beaucoup pensé à celle de James Dean et de William Bast. Durant des années, ils ont joué au chat et à la souris alors qu'ils vivaient ensemble et s'aimaient en secret. La tragédie c'est que Dean est mort quand leur relation était naissante donc ils sont passés à côté de l'un et de l'autre à cause du qu'en dira t'on, la peur de se perdre mutuellement, la peur d'être rejeté. Dommage mais à l'époque ça peut se comprendre alors qu'aujourd'hui, c'est un tabou qui n'en est plus vraiment un. Conclusion : tu es gay et alors ?! Ce n'est pas si grave, je dirai même que c'est pas grave du tout ! Lol  Personnellement, je ne sais pas pourquoi je suis hétéro, je ne saurai pas l'expliquer donc j'imagine que toi c'est pareil. Et alors ? A t'on besoin d'une explication à tout ? Non, vivons le plus simplement du monde… Ne te met donc pas autant de barrière, assume toi afin de t'accepter enfin et de vivre heureux et pleinement avec les gens que tu aimes et qui t'aimeront. Et ces personnes là seront bien plus ta famille que ta propre famille si elle venait à te rejeter.  

 

Fais toi confiance, aime toi, assume toi et tu verras comme le brouillard qui épaissit le chemin de ta vie en ce moment va se dissiper ; -).

 

A +

 
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


25665
b
Moi aussi !
19 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Elle m'aime... mais pas mon physique... - homosexualite feminine

image

Je me souviens d'une relation amoureuse qui, lors d'une discussion difficile, m'a critiquée sur plusieurs points (26 pour être exacte, car j'ai tout noté après cette "échange" durant lequel je suis restée muette) qui m'étaient constitutifs,...Lire la suite

Je suis amoureux de mon meilleur ami et je ne sais pas comment lui dir - homosexualite et bi-sexualite

image

C'est effectivement toujours délicat de l'avouer a ses amis (comme a sa famille bien sur ) Moi aussi je suis passé par là… J'ai découvert mon attirance pour les mecs vers mes 15-16 ans et j'ai eu mon premier copain a 22 ans (il y-a 1 an qu'on...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages