Histoire vécue Amour - Couple > Homosexualité      (2858 témoignages)

Préc.

Suiv.

Toute ma vie je me suis demandée de quel bord j'étais

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 1213 lectures | ratingStar_89914_1ratingStar_89914_2ratingStar_89914_3ratingStar_89914_4

Toute ma vie je me suis demandée de quel bord j'étais. Depuis toute petite je ressentais tantôt quelque chose pour un garçon, tantôt quelque chose pour une fille. À ; 7 ans je flashais sur un garçon de la colonie de vacances, à 8 (j, allais dans une école de fille) jme prenais pour un garçon et allais voir les filles en tant que gars, à 12 éprise d'un animateur de camp de vacance, j'éprouve mes permier réels désirs, à 14, même chose mais pour une monitrice… c'est à partir de là que j'ai commencé à me poser des questions. Auparavant ce qui m'avait semblé être des jeux d'enfants devenaient tout à coup réels : Et si je n'étais pas hétéro ? Du coup j'étais vraiment chamboulée. Dans mon esprit, seul l'hétérosexualité et l'homosexualité existaient. J'avais vaguement entendu parler de bisexualité mais cela me semblait plutôt ressembler à du libertinage alors que j'étais plutôt du type romantique. Mon premier réflexe avait alors été de me penser lesb, étant donné que j'avais eu des problèmes d'identité de genre durant l'enfance, mais qui avaient disparus pendant l'adolescence. Alors, premier réflexe à cet âge, quand nos copains sont plutôt conservateurs : le refoulement. Alors du coup, je cherchais toute occasion d'embrasser des mecs, en public préférablement, et en parler pour tout et pour rien (j'étais toujours dans une ecole de filles et là bas, ton statut augmente avec la potentielle popularité aupres des garçons). Donc je m'appliquais à être plus hétéro que mes amies. , j'arrive à 16 ans, jetais tombée amoureuse d'une copine en colo encore une fois, cette fois ci, plusieurs copines du camp s'en étaient doutées et s'étaient mises à en parler, j'avais honte, mon orgueil en avait pris un coup. Du coup, la dernière journée, jembrasse un mec qui avait l'oeil sur moi depuis le début de l'été. Dernière année du secondaire, une autre relation avec un gars : échec. Puis je participe à un échange et je pars vivre un mois dans une famille au mexique. J'ai eu là bas une relation ambigue avec ma "jumelle" . Il faut dire que les amitiés féminines sont très fortes là bas, mais malgré tout on s'est fait passer pour un couple à plusieurs reprises, ça me rendait malade mais elle me demandait toujours ce que j'avais à foutre du regard des autres. On est restées très proches durant 5 mois, elle était venue chez moi aussi… puis la vie a suivi son cours, elle est sortie avec un gars là bas et moi aussi ici. Celui-là m'attirait énormément physiquement mais je ne l'aimais pas. Bref, autre échec. À ; ce moment, à 17 ans, tout venait dire que j'étais probablement homo, mais comme je n'avais jamais eu de relation sexuelle complète avec un homme, je ne voulais pas me déclarer vaincue, d'autant plus que c'était la première année ou je me retrouvais dans un environnement mixte (le cégep) et que je n'avais jamais eu de fantasmes homosexuels. J'avais seulement tendance à m'enticher de femmes réelles. Pendant plus d'un an, j'ai repoussé toutes avances possibles (venant toujours des garcons, la période "tomboy" finie je suis tres féminine).

Puis je l'ai rencontré lui, au regard si tendre et doux. Notre attirance était réciproque, et nous avons commencé à sortir ensemble, à mon plus grand bonheur, c'est comme si cela venait me réconforter à savoir que j'étais capable d'être normale. Le bonheur dure 1 an et demi, jusqu'à ce que, partie en voyage pendant plus de 2 mois, je développe une amitiée qui dérappe avec une française en Italie. Puis je la laisse, il vient me rejoindre, j'étais tellement boulversée que j'en vomissait. Ça a pris peut être 2 autres mois à m'en remettre puis la vie reprends son cours, ma relation s'améliore avec mon copain, presque comme au début, mais toujours avec quelques épisodes de blues… Nous nous reséparons l'été dernier, puis le questionnement revient mais de façon différente. J'étais retournée en europe et puis un soir, ayant trop bu, jembrasse un copain, lequel je trouvais attirant. Les sensations ressenties me confirmèrent dans ma bisexualité, mais n'étant pas du tout le type à tromper, je n'étais pas à l'aise là dedans.

Puis il nous nous sommes revenus, mais j'ai tout remis en question. Je ne veux plus vivre dans cette ambiguité. Je lui ai tout dit, à ma grande surprise il a été très compréhensif, nous avons rompu, mais nous nous aimons toujours. J'ai un ami extraordinaire à mes côtés mais j'ai décidé de persévérer dans l'idée de savoir exactement ce que je prefere dans la vie. J'en ai parlé à quelquesamis, c'est très liberateur de dire la vérité et surprenant comment les gens sont compréhensifs. J'espère que cette démarche me ramènera vers mon premier amour, mais je prends le risque de mener une vie hors des normes sociales. Qu'est ce qu'on est sensés faire avec une telle orientation sexuelle ? Estce que je vais devoir avoir les 2 en même temps pour être comblée, je l'ignore.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


89914
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Elle m'aime... mais pas mon physique... - homosexualite feminine

image

Je me souviens d'une relation amoureuse qui, lors d'une discussion difficile, m'a critiquée sur plusieurs points (26 pour être exacte, car j'ai tout noté après cette "échange" durant lequel je suis restée muette) qui m'étaient constitutifs,...Lire la suite

Je suis amoureux de mon meilleur ami et je ne sais pas comment lui dir - homosexualite et bi-sexualite

image

C'est effectivement toujours délicat de l'avouer a ses amis (comme a sa famille bien sur ) Moi aussi je suis passé par là… J'ai découvert mon attirance pour les mecs vers mes 15-16 ans et j'ai eu mon premier copain a 22 ans (il y-a 1 an qu'on...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages