Histoire vécue Amour - Couple > Jalousie      (7138 témoignages)

Préc.

Suiv.

Aidez moi, j'ai besoin de vous... j'ai des envies de suicide

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 182 lectures | ratingStar_271368_1ratingStar_271368_2ratingStar_271368_3ratingStar_271368_4
Bonjour a toutes. Je ne sais plus ou j'en suis. Je souffre énormément. Je suis en cours de rupture avec mon ami avec qui je suis depuis 2ans et c'est une torture. Je vais vous raconter mon histoire. Désolée, ça va être long… Je n'ai jamais eu de vraies histoires d'amour quand j'étais jeune. Le 1er homme que j'ai aimé était mon meilleur ami en 1992, j'étais "coincée", lui émancipé. On est devenu proche, on se plaisait c'était clair pour tous. On n'est jamais sorti ensemble. On était toujours à la limite du flirt, de l'amitié et de l'amour. Il est sorti avec d'autres, il m'a demandé d'attendre. Meme s'il ne m'avait rien dit, je l'aurais attendu, j'étais éperdument amoureuse de lui. Il a fini par se marier avec une femme de 12ans de plus que lui… Je l'ai attendu presque 8ans, Fin 2004, j'ai eu un coup de foudre pendant un voyage en Turquie mais il n'y a jamais rien eu. Il a respecté notre amitié, je l'ai respecté aussi. On savait l'un et l'autre que rien était possible entre nous. On est resté ami. Fin 2006, je refais un ènième voyage dans ce pays. Je m'y sens bien, chez moi. Plus j'y pense et plus je me dis que c'est dans ce pays que je vivrais un jour. Pourtant, ce jour-là, en partant, je me dis que je fais peut-être le voyage de trop. J'en suis a 15 voyages en 3ans. Ce pays m'attire comme un aimant, je ne peux plus vivre sans. Ma semaine se passe bien mais je me sens seule, peut-être plus que jamais, je sens que j'ai été au delà de ce que je devais, un point de non-retour… pourquoi, je ne sais pas mais quelque chose ne va pas cette fois-ci, je rends visite à mes amis du pays, mais mon instinct me maintient en stress, en état de vigilance… Avant mon départ, je dois attendre la navette pour l'aéroport. C'est l'hiver, il fait froid, je suis fatiguée, usée. Pour la 1ère fois, j'ai envie de rentrer en France. Et là, je croise son regard. Dans ses yeux couleur miel, je vois de la douceur. Dans sa voix, il y a toute la chaleur pour me réchauffer. Je fonds… On parle ensemble des heures, on mange ensemble, je vibre, j'oublie tout, la fatigue, le froid, mes angoisses… Coup de foudre… A l'heure de partir, je monte dans le bus, je reve un instant qu'il va me dire au revoir. Je ne le vois pas… mais à l'instant ou le bus passe devant son bureau, il est là. Pur bonheur ! Je ne le connais pas, lui ne me connait pas non plus. Je ne cesse de rever a lui pendant un mois. Je lui ecris, je l'invite, je n'ai jamais fait ça avant mais, j'avoue, je le désire plus que tout… Il est de passage en France, il vient et le soir même, nous sortons ensemble et faisons l'amour. Je suis folle de joie, j'ai envie de crier ce bonheur partout. Il devait rester un week-end, il reste 4 jours. 1mois plus tard, après pas mal de sms, je le rejoins. Il m'offre une semaine dans la suite d'un hotel de charme. Il travaille mais le soir, toute retrouvaille est intense et charnelle. 1er indice : une nuit, après avoir fait l'amour, il me dit, ne compte pas sur autre chose que mon amitié. Je pleure, il me prends dans ses bras, j'oublie. C'est la 1ère fois qu'il me fait pleurer mais loin d'être la dernière. 2ème indice : à la fin, problème d'argent pour payer la dernière nuit. Je pense qu'il gagne peu, j'aide sans problème, me sentant un peu coupable d'avoir gréver son budget… Bref, passons dessus. Tous les 2mois, je vais le retrouver. Je creuse mes économies, je me prive pour partir et repartir encore. Je fais des heures de dingues pour pouvoir avoir des congés, pour le voir. Il est devenu ma vie. Je l'aime plus que tout. Je ne dis rien à mes parents. Mon père est d'un racisme sans borne, il ne comprendrait pas. Mon travail se dégrade. Mon ami est ma bouée de sauvetage. Il ne me fait aucune promesse, pas de déclaration, mais reste présent. Fin septembre, je prends une décision importante. Depuis le début de mes voyages, j'avais envie de partir en Turquie et d'y vivre, mon ami est une bonne raison en plus, je prends un congé sabbatique. Il décide de m'aider, on finit par trouver un petit appart. Il y vit avec moi en cachette. Ses parents ne sont pas au courant, il leur ment pour rester avec moi. Novembre 2007, nous sommes sans emploi. C'est la galère. Il reste chez un ami qui a une boutique. Il y reste des heures, parfois très tard, ils y boivent ensemble et il n'est pas rare qu'il rentre alcoolisé. A l'appart, il boit aussi un peu. Et là, je découvre peu à peu le plus gros de ses problèmes : le jeu. Il fait des paris. Sans cesse, presque tous les jours. Il perd tout ce qu'il gagne, emprunte pour rejouer, re-emprunte pour rembourser ses dettes, à moi y compris. Un cercle sans fin, il n'a rien, que des dettes, des comptes à zéro. Il ne possède rien à part ses vetements et une boite en carton ou il range ses souvenirs. Il est, en fait, rien de de l'homme que j'avais espéré aimé un jour. Il boit, fume, joue, ne sait pas gérer ni sa vie ni son argent, n'a aucun projet, vit au jour le jour… dans les problèmes. Mais je l'aime éperdument. Lui, ne dit jamais rien. Mais je vois bien que plus je me raccroche à lui, plus il s'éloigne. Il n'aime pas les responsabilités, moi, j'ai besoin d'un point d'attache, d'un repère dans ce pays étranger et lui n'est qu'un point de repère flou et instable. C'est moi qui finalement lui sert de soutient. Je me raccroche à cet amour d'un façon désespérée… Il est le seul homme qui m'est comprise… Décembre 2007, janvier, février 2008, j'ai un emploi.. Mal payé, mais j'en ai un. Lui non. Fin Mars 2008, il retrouve du travail mais nous sommes virés de l'appart. Avril 2008, nous vivons un mois complet dans la boutique de tapis d'un ami. Plan galère et crises se succèdent mais nous restons ensemble. Mai 2008, nous trouvons un appartement a 2pas de mon travail et du sien. Mon ami avoue sa relation à ses parents. Sa mère veut me rencontrer, mais il évite la rencontre pendant longtemps. Ses parents le questionnent, moi, j'ai aussi envie d'en savoir plus. Je les recontre finalement un jour. Tout se passe bien, contrairement a ce que je pensais. Je suis une étrangère non musulmane, eux des turcs pratiquants (mon ami est athé). Sa mère m'embrasse et me fait des cadeaux. Je n'en crois pas mes yeux. Serait-ce possible ? Il y a des travaux à faire ds l'appart. Les parents décident alors de s'incruster dans nos affaires. Les gros problèmes commencent. Ils louent les services d'un peintre sans nous demander notre avis, lequel fait n'importe quoi, ne met pas les bonnes couleurs et travaille comme un gamin de maternelle. Tout est mal fait mais se fait payer par les parents royalement. Je n'ai rien à dire. Autre repas chez les parents, je ne comprends pas ce qui se passe, mon ami est géné, en colère mais ne m'explique rien. Au retour, j'apprends que les parents ont acheté tous les meubles ! Sans rien demander comme d'habitude. Sans visiter l'appart. Sans demander nos gout, nos envie. 2jours plus tard, tout est dans l'appart et je retrouve en rentrant mon ami assis avec ses parents dans l'appart rempli plus que nécessaires de meubles horribles, de vieux tapis usagés dépareillés… Mon dieu, j'étouffe. En voyant ça, j'ai envie de pleurer. Mais quand vont-ils nous laisser vivre tranquille sans mettre leur grain de sel partout ? Les rares objets que j'avais acheté, je les retrouve emballés dans un sac plastique. Juin 2008, on range les meubles petit à petit à notre façon, on fait notre sélection. Puis je m'absente en France une semaine. Je reviens et je vois que tous les meubles ont retrouvé leur place d'origine, la place que le sparents leur avaient donné ! J'hallucine ! J'appelle mon ami, il me dit que ses parents sont passés un jour en son absence, qu'ils ont tout remis "en ordre" et que sa mère a dit que l'appartement était sale. Mais bien sur ! Je ne sis pas une maniaque d'el'aspirateur ok mais là, j'ai été outrée. Avant que mon ami ne rentre, je remets les choses dans l'ordre ou elles etaient quand j'étais partie, ce qui le malheur de déclencher une crise de celui-ci quand il rentre, disant que je cherchais la guerre, que je devais tout remettre dans l'ordre parental. J'ai cédé sur 2 ou 3 trois trucs. Je crois que j'aurais du le mettre à la porte à ce moment là ! Toujours amoureuse, j'ai fait une consession. Je n'aurais jamais du, j'étais chez moi. Juillet 2008 se passe à peu près zen malgré les piques des parents quand mon ami leur parle au tel ou quand il va manger chez eux, ou je suis persona non grata (comme eux chez moi d'ailleurs ! ). Le père passe quand même faire son inspection un jour (car mon ami leur a laissé les clés ! ) et je tombe sur lui en revenant du travail. J'ai de plus en plus l'impression d'être épiée dans tous mes faits et gestes, que je ne suis pas chez moi, "chez moi". Le père me dit que sa femme est en colère car je ne suis pas musulmane. Ils me demandent l'avis de mes parents sur notre relation. Lui ne m'aime pas non plus et me le dit. Il dit que le mariage ne sera pas possible. J'hallucine, on se calme, on n'a pas encore entamé le sujet ! Ils me détestent, c'est clair malgré leur accueil hypocrite de la 1ère fois. Je n'ai rien fait pour ça. Je ne suis pas parfaite mais je travaille, je gagne de l'argent, je ne sors pas, je fais un peu la cuisine, je m'occupe de leur fils et ne l'ai jamais trompé. Mais pour eux, peu importe, ils ne me connaissent pas mais je ne suis pas bien, je ne suis pas turque, ni musulmane. Quelle bande de,,, Je commence à les détester, tout en me demandant si il n'y a pas d'autre sraisons que la religion et ma nationalité. Mon instinct me dit qu'il y a autre chose mais quoi ? . Aout 2008. Mon ami m'appelle : Ma mère ets à l'appartement ! Et merde ! Pourquoi ? Elle en avait envie. Point. Son mari lui a dit non. Elle est venue quand même. Son intention s'est révélée ensuite. Bref. J'arrive avec un paquet de gateau avec dans l'idée de faire du thé et la paix. Elle est dans la cuisine. Elle a tout changé de place. Certaines de mes affaires ont été mises dans un sac poubelle (d'autres deja jetées mais je l'apprendrais que plus tard). Des épluchures trainent par terre, elle fait la cuisine dans un bordel immonde. Elle me dit dans son français approximatif. Tout sale, toi dégueulasse, elle montre les épluchures et dis ça dégueulasse alors que c'est elle qui les y a mises ! Toi dehors, toi travail, sors, pas chez toi. Le paquet de gateaux passe à la poubelle, j'oublie le thé, la colère monte et je lui dis. Maintenant vous arretez ce que vous faites, vous sortez de cette cuisine, vous n'etes pas chez vous, je suis chez moi. Le ton monte, je ramasse un objet mis par terre dans mon chemin pour le ranger, elle me saute dessus, me dit non, je la fixe, elle reste la main levée prete a me frapper. Face à face, quelques secondes. J'oublie tout respect, la défie et lui dis, vas-y, oses ! Elle baisse la main, fonce dans la chambre, me traite de pute, de salope, sort mes affaires de l'armoire, les met a terre, hurle, se frotte le sexe en me disant toi putain française, en Fransa, beaucoup d'hommes, hein ? Elle montre le lit, elle dit toi, tu couchais ici. Moi, ici, ce soir. J'hallucine. Cette femme a 70ans, l'age de ma mère, se touche le sexe, m'insulte et veut dormir avec son fils. Ça fait tilt, là, je comprends qu'elle est folle. Je sais que les femmes turques peuvent être dures avec les etrangères mais elle, elle est folle, insultante et irrespectueuse. Je croyais que le problème était religieux mais non ! Cette femme est psychologiquement malade, jalouse, possessive, il ne faut pas toucher son fils et elle, elle veut coucher avec ! Dans quelle famille, suis-je tomber ? Et mon ami ? Il est prévenu des faits et décide de venir rapidement. En attendant, il me dit de sortir. Je refuse, je lui dis, je suis chez moi. Mais la suite va m'y obliger. Je ramasse mes affaires par terre (elle y avait deja fouillé de nombreuses fois) et à ce moment là, elle me reprend le bras et me giffle, j'ai soudainement envie de lui mettre une tannée dont elle se souviendra mais je pense à ma mère, à mon ami et l'age de cette vieille folle, je la repousse simplement sur le lit et je pars, sinon, ça va très mal finir, elle me poursuit, me griffe, je claque la porte au moment ou elle voulait encore m'agresser et se coince le bras. Là, j'ai eu tort, j'aurais du la mettre dehors, quite à perdre mon ami. Mais ELLE SAVAIT. Elle savait que je l'aimais, elle savit que je n'oserais jamais la frappé ou la mettre dehors. Elle avait tout manigancé depuis longtemps. Son 1er accueil n'était que de la façade puisqu'il y avait la famille. Là, elle était en face de sa rivale, la femme qui lui avait ravi son fils, son unique amour. Imaginez, elle a perdu 3 fils, c'est le seul qui lui restait et elle lui avait même donné le nom du 1er disparu ! La folie était déjà là, elle avait ressuscité son fils mort ! Une vraie dingue ! Elle était jalouse comme une teigne. Non, ça n'était pas un problème de religion, ni de nationalité. Elle sortait ses arguments là pour obtenir l'accord d'autres viels intégristes mais ce n'était pas ça. La cause était bien plus profonde ! J'ai donc été virée de chez moi 3 jours, je suis ensuite partie chez la soeur qui m'a hébergé quelques jours. Oui la soeur de mon ami. Croyez-vous qu'elle m'aurait accepté chez elle si elle était d'accord avec sa mère ? Elle m'a d'ailleurs dit qu'elle avait encore piqué une crise… J'ai mon ami deux ou trois fois au tel tous les jours. Au retour, j'avais le coeur qui battait a 200 à l'heure. Stress incroyable. Je retrouve mon ami, je lui en veux de ne pas m'avoir défendu. Il me dit toujours qu'il ne pouvait pas que c'est sa mère. Il dit que c'était injuste mais c'était sa mère. Je lui dis que cela aurait été ma mère, je l'aurais mise à la porte. Lui non. C'est s'il te plait maman, ne dis plus ça… Non, c'est pas bien… Un vrai gamin… Aout, Septembre, Octobre, Novembre. Chaque jour passe dans l'angoisse que cette vieille dingue ne revienne à l'appartement. Il leur a dit que je n'étais plus en Turquie. Encore un mensonge, toujours pour éviter le problèmes. Il n'assume rien, jamais rien. Le stress nous use, il boit presque tous les soirs. Il cherche des solutions. Il me dit une fois qu'il veut faire un break, mais c'est encore moi qui doit partir. Je pars en vrille ! Je lui dis et pourquoi, ça serait encore à moi de partir ? Il me dit bien sur, je me doutais que tu allais réagir comme ça. C'est quand même la 2ème fois qu'il veut que je parte de chez moi ! Il essaie de ma manipuler comme un pantin, comme sa mère voulait le faire aussi. Je suis eule ici, une étrangère donc on aimerait bien que je fasse ce qu'on veut de moi. Cette fois-ci, je ne cède pas. Il me dit, alors c'est moi qui vait partir. Fin novembre, un jour ou je travaille, les parents viennent et embarquent le tout. Je me retrouve dans un appart de 90m2 sans rien. Lui est bien au chaud chez eux. Décembre, je pers mon travail. Je n'ai plus de repère. Je le vois toujours mais moins car lui travaille encore. Je reste amoureuse de lui mais la colère monte peu à peu. Je me dis que j'en ai pas mal encaissé depuis des mois, je pleurre tous les jours sans exception. Janvier, il perd son travail lui aussi. Il revient me voir. Cela ne plait pas aux parents bien sur. Ils ne savent pas que je suis dans l'appartement mais ils se doutent qu'il me voit encore. La mère refait une crise ! C'est reparti ! Il venait 2 ou 3 nuits par semaine. Debut février, je dois me contenter 1 nuit/semaine. Mais on se voit 6 jours/semaine. Mars, idem. Je le raccompagne tous les soirs au bateau, on passe toujours nos journées ensemble. Avril, il reprend le travail, vit toujours chez ses parents. Moi, je suis donc condamnée à quelques miettes de son temps. Je pète un cable. J'en ai marre de cette relation. Mais bon dieu, quand est-ce qu'on va avancer un peu ? Quand est-ce qu'on va faire des projets ? Il y a peu, il est venu, on a fait l'amour, je lui ai demandé ce qu'on allait devenir. Il ne le sait pas. Ce qu'on allait faire tous les deux. Il ne le sait pas. Ce qu'il avait envie de faire ? Il ne le sait pas. Il ne sait rien, jamais rien. Il a sa solution de facilité, il me l'a dit lui-même = Me voir de temps en temps, et plus si affinité. Le reste du temps, il est chez papa, maman, au chaud dans SA chambre de petit garçon ou il ne possède rien… Je me suis mise en colère. Depuis quelques jours, j'avais envie de casser définitivement. J'étouffe, je souffre, je pleurre, je bois parfois le soir moi aussi. Ce jour-là, tout est sorti jusqu'au moment ou je l'ai vu préparé ses bagages (il a encore quelques affaires chez moi). Et j'ai craqué. Je l'ai supplié de rester. Je lui ai dit je n'ai pas le courage de te quitter. A 1ère vue, lui non plus (enfin, il faut dire qu'il n'en a aucun…). Mais j'ai quand même réussi à lui dire que de toute façon, ça allait mal finir, que cette situation ne durerait pas et que je finirais par le mettre à la porte. Il m'a dit que c'est difficile tout ça. Bien sur, il n'a jamais affronté les problèmes. Maman est toujours là pour mettre les pieds dans le plats à sa place (elle punissait même sa fille quand son fils faisait une betise, vous voyez le niveau ! ). Voilà ou j'en suis, 35ans, seule, sans enfants, un homme-carpette-cordon ombilical, je me vois obligée de voir une psy pour m'en sortir. J'étais deja en dep' quand j'ai commencé cette histoire. Vous imaginez ce que ça donne aujourd'hui. Je suis devenue border line et ai même pensé au suicide. Si je n'avais pas eu peur de "tuer" ma mère par cet acte, ce serait fait depuis longtemps… Je sais que c'est long tout ça mais j'avais besoin de vous en parler, de tout vous dire pour avoir votre avis. Aidez-moi à m'en sortir s'il vous plait. J'ai besoin de vous.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


271368
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Sortir de cette jalousie abusive - jalousie

image

Salut broncha. Moi en fait je vis la même chose sauf que c'est ma copine qui est jalouse ! Je te parle donc en connaissance de cause sur ce que ça peut faire dans l'autre sens^^' je travail avec ma copine dans la même boîte donc on se croise tout...Lire la suite

Je comprends rien! - cancer - astrologie signe par signe

image

Salut tout le monde. Alors mon histoire : je suis avec un homme depuis 15 jours, on s'est vu 5 ou 6 fois, à dormir chez l'un, chez l'autre. Le truc c que perso, j'aime beaucoup être avec la personne avec qui je suis, j'aime envoyer et recevoir des...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages