Histoire vécue Amour - Couple > Jalousie      (7138 témoignages)

Préc.

Suiv.

L'identite trans-espece - developpement personnel

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 27/06/13 | Mis en ligne le 09/06/14
Mail  
| 953 lectures | ratingStar_530915_1ratingStar_530915_2ratingStar_530915_3ratingStar_530915_4
Citation : J'up ce sujet pour revenir sur certains points qui m'intérrogent ; les questions que je me pose pour lors sont surtout autour " du réel, être l'animal, ou non". S'identifier, ce n'est pas penser que l'on est l'animal en question réellement donc. Notre identification tient à nos capacités bien humaines (le "risque" que je vois à trop s'attacher à l'identification, est de vouloir s'y calquer, plus qu'écouter ce qu'on est, ressent etc). A se construire au travers une telle identification, cela modifie/influe le schema de soi, tel que l'on se vit, si bien que cela fait partie de ce que l'on est. Tu parles de constructivisme/tionnisme (je crois) et en ce sens, on se construit pour partie. Nos identités culturelles, d'hommes, de femmes, de "blanc", de "français", de personne appartenant à tel groupe, etc .. Elles n'ent ont pas moins une réalité. "Blanc" [ j'ai cité cet exemple plusieurs fois. C'est car si il y a des personnes, dont je suis par moment, qui ont des identifications peu " courantes", qui vivent, ressentent, des choses qui n'existent pas pour d'autres, dans l'autre sens, y a des choses "normales" qui me passent au dessus, des évidences, et identifications partagées couramment, universellement, souvent, comme celles cité, ici, mais d'autres parfois aussi, que " je ne vois pas"; sorte de cécité. De là vient " tous les gens, même "normaux" sont un peu fous] par exemple est supposé se référer vaguement à un type "caucasien" tente de nommer une de ses caractéristiques propre, réelles, si une personne s'identifie à un tigre cela se refère à ce qu'on est humainement capable d'en observer et comprendre aussi. L'écart entre notre réel et l'idée de notre réalité, ici, lorsqu'il s'agit de chouette", " tigre", "animal", (idées humaines, comme celles de " femmes", " hommes", & co) .. Etc est plus " grand" dans le cas de la transidentité d'espèce. Saura-ton d'ailleurs jamais dire si notre comportement est plus proche de celui de l'animal réel ou de nos identifications (construite de ce que l'on entend, lit, aussi, à moins d'observer sur un long temps l'animal en question dans sa façon de vivre ; et si c'est sur de l'information lue, entendue, elle peut-être biaisée, faussée : imaginons le cas tragique ou des informations sur les moeurs animales sont erronées en partie, et il se passe quoi ? On s'identifie sur une base partiellement, potentiellement erronée ? Mais ce ne serait peut-être pas lessentiel ? ) autour de celui ci ? Je m'interroge sur le " statut" de réalité de cette construction identitaire (qui amène à se relier à d'autres communautés de trans -espèce, humain ; trans espèce, qui reste quand même que 'entre nous autres" humains, et en attendant, le rapport aux autres bestioles que l'on entretient n'est guère celui d'un pont d'affiliation entre les espèces, concrètement- bien que je ne sache ce qu'il en est pour toi, et d'autres vivant la transespèce : quels sont vos rapports aux autres animaux ? Si une personne s'identifiant à un animal le rencontre, l'appréhende t'elle de sa personne sociale, ou est-il ressentie une forme de "connexion", ?). J'ai lu qu'il existait des" otherkins" qui s'identifiaient quant à eux à des créatures non existantes ; j'ai compris que tu différencie ta démarche (à la fois, le lien de forum qui a été posté sur develop perso /docti regroupait des personnes avec des idées et positionnements bien différentes, flirtant, pour certaines, avec un certain spiritualisme, il m'a semblé) , elle me semble, aussi, différente. Mais (là, tu vas peut-être "mal "le prendre, lawl) , en un sens, j'ai l'impression qu'en ces deux cas, l'on peut arriver à intégrer dans son identité une part, vais je dire "dirréalité", ou .. Une plus grande part d'imaginatif que la moyenne. Et à la fois je repense au coté construit de nos identités, même dans ce que "nous" en estimons des bases " femmes", "homme",.. Ce sont des questions que je me pose, -si d'autres personnes ont un avis à ce sujet ? (le rapport aux sensation, perceptions, ressentis, qui est parfois décrit dans tes pages au sujet de la tranespèceça me fait penser à ma façon d'appréhender le voyage : "J'ai pas trop voyagé concrètement. J'aimerais bien voyager, mais sans les gens, les humains, le social, mais c'est à dire, aller dans les lieux, et n'en vivre que le coté physique, primaire, s'impregner de la" nature".Il y a peu de temps, je disais à une personne que je voudrais bien aller dans un lieu ou je comprends pas la langue, pour avoir à décoder l'environnement autrement que par le culturel, et le langage, de désorienter, pour vraiment découvrir ou on est selon ses propres ressentis et perceptions. Lidentification poussée amène un autre élément, pour moi de questionnement, entre ce que l'on sait, croit savoir, ce que l'on construit autour, et lié d'affectif, d'imagerie.".). -- Quand j'ai posté sur ton sujet de trans identité d'espèce quelques jours auparavant/semaine, j'étais en train de penser qu'il faudrait créer une association, ou un comité, de gens " hors humanité", de personnes ne trouvant, vivant pas l'appartenance culturelle, sociale, humaine, même qu'ils devraient vivre. Une sorte d'association, non comme un club, (non pas pour créer un nouveau groupe d'identification) mais comme une manière de dire " pause", au beau milieu d'un jeu du monde, de la société, une façon de dire, hey, je m'assoie au beau milieu du jeu, et je prends le thé (par exemple) , hey, pendant un temps je suis ni humain, ni social, ni mon nom, ni mon role, ni.. Je suis l'univers qui se rencontre lui même, je suis les jours qui sont passés et ceux à venirs, les etres rencontrés, ceux qui ne sont pas encore nés, ceux qui existent peut-être deja en d'autres confins de galaxie et qui sont en train de rédiger un traité comprenant l'écart d'appartenance à l'espace affilé, ou roles attribués, qui nous entendraient de toutes epoques et lieux d'ou l'on peut avoir cette pensée pour requete, toutes les espèces qui m'accepteraient pour ami, laissez moi passer, je fais pas une revolution, je prends pas les armes, juste je circule, hooo lol. J'ai déjà répondu à certains de tes paragraphes sur mon blog ou par mail. (: Effectivement, concernant l'identité d'espèce, je prône le constructionnisme. Je n'estime pas être née avec des attributs/caractères/réflexes animaux. Par contre, je me suis construite en tant qu'être humain différent de la norme, et cette différence est assimilable d'une certaine manière à l'idée qu'on se fait du hibou et plus particulièrement du hibou des marais. J'évoque le sujet avec plus de précisions dans un de mes articles, où j'expose quelques raisons qui poussent mon identification animale vers l'avant. Or, étant donné qu'on reste dans de l'approximatif (on le restera toujours avec ce type d'identité) , si jamais les informations qu'on a s'avèrent erronées, alors ça ne poserait pas d'énorme problème. Il suffirait de changer la formulation : au lieu de dire " je m'identifie au hibou des marais" , il faudra dire " je m'identifie à ce qui a pu être dit sur le hibou des marais . Et très franchement, dans les faits, ça ne change pas grand chose. Tout le monde n'ira pas vérifier si tous les caractères qui "justifient" l'identification à tel ou tel animal sont réelles. L'expérience reste fondamentalement subjective. " si une personne s'identifiant à un animal le rencontre, l'appréhende t'elle de sa personne sociale, ou est-il ressentie une forme de "connexion" " J'ai eu la chance de pouvoir observer "mon" espèce de hibou (même si le possessif n'a pas réellement lieu d'être ici) en état de semi-liberté. Ce n'est pas une "connexion" qui est ressentie. Ce n'est pas non plus une sensation de compréhension ou d'empathie quelconque. On observe juste l'animal avec un sourire béat en se disant qu'on contemple d'une certaine manière une métaphore de son être. Je ne me considère pas comme complètement "liée" au hibou. La manière dont je vois mon être s'approche plus de l'hybridation entre un strigidé et un humain. L'humain étant évidemment la base de mes relations sociales, de mes facultés à parler, penser, réfléchir et raisonner, mes goûts et mes dégoûts réfléchis… l'oiseau représentant "le reste". Ce qui touche plus à l'instinctif, aux préférences spontanées, mes envies, mes fantasmes, ma manière de ressentir le monde… je ne suis pas tantôt penchant vers l'humain tantôt penchant vers le hibou. Je suis un savant mélange des deux. Comme tout le monde. Chaque être humain a "une part animale", c'est logique, l'humain est avant tout un animal. Sauf que je me considère comme "différemment animale" par rapport à ce que j'ai pu constater et étudier chez d'autres personnes. Mon animalité, si on devait lui donner un contour, s'approcherait plus d'un hibou du type asio flammeus que du primate dont nous descendons tous… Tu parles des otherkins… à vrai dire, j'ai rencontré peu d'otherkins ayant une vision semblable à la mienne. Ceux avec qui j'ai établi un contact revendiquaient plus une "âme" non-humaine au sens physique. Ce n'était pas une philosophie ni une métaphore de leur personne, mais un sujet purement ésotérique où il était question de vie passée, de pouvoirs perdus et de lieux disparus… je ne préfère pas trop m'avancer sur le sujet, mais l'expérience que j'ai pu avoir à leurs côtés m'indiquent qu'il n'y a pas réellement de lien entre ces deux manières de se vivre. Les trans-espèces ne s'arrogent pas d'"âme" animale. La plupart des otherkins que j'ai pu rencontrer (sans faire de généralité) ne parlaient pas d'identification mais de notion d'"être" un elfe, une licorne ou un dragon. Et il y avait systématiquement une idée de valorisation derrière et de dégoût d'être humain. L'identité otherkin a tendance (d'après ce que j'ai pu voir) à se matérialiser sous forme de croyance plutôt que d'état. Les otherkins "pensent être". Les trans-espèce "se vivent comme". Il y a une grande nuance à faire entre les deux idées, je pense. Ton idée de "communauté hors-humanité" m'a fait sourire. J'y ai moi-même pensé, en caressant cette idée comme une douce lubie. :3. Je compte me mettre à écrire sur le sujet, sans doute une longue fiction. Avec l'aide de mes camarades trans-espèces. ^^ J'espère que ma réponse aura éclairé quelques lanternes !
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


530915
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Sortir de cette jalousie abusive - jalousie

image

Salut broncha. Moi en fait je vis la même chose sauf que c'est ma copine qui est jalouse ! Je te parle donc en connaissance de cause sur ce que ça peut faire dans l'autre sens^^' je travail avec ma copine dans la même boîte donc on se croise tout...Lire la suite

Je comprends rien! - cancer - astrologie signe par signe

image

Salut tout le monde. Alors mon histoire : je suis avec un homme depuis 15 jours, on s'est vu 5 ou 6 fois, à dormir chez l'un, chez l'autre. Le truc c que perso, j'aime beaucoup être avec la personne avec qui je suis, j'aime envoyer et recevoir des...Lire la suite