Histoire vécue Amour - Couple > Mariage > Autres      (7526 témoignages)

Préc.

Suiv.

Lui marocain, moi française : et vous, le suivriez-vous au maroc ?

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 154 lectures | ratingStar_262412_1ratingStar_262412_2ratingStar_262412_3ratingStar_262412_4
Je vais vous expliquer, j'espère rapidement*, mon histoire ! *J'ai barré parce que mon message est super long finalement !!! J'ai rencontré sur un tchat, en octobre 2008, un jeune Marocain de 8 ans de moins que moi, qui habitait à 4 minutes de chez moi et à 2 minutes de mon travail. On se voyait pour aller marcher ensemble le dimanche, on discutait ensemble tous les jours sur msn, on allait au ciné, je l'ai accompagné à l'aéroport à 80 km de chez moi début décembre quand il est parti en vacances dans son pays, il m'a ramené des cadeaux à son retour en janvier. Je lui corrigeais son peu de fautes quand il m'écrivait, car il écrit et parle mieux le français que 80% des Français. En plus, c'est quand même sa 3e langue sur 4 ! Je n'ai compris que quelque temps après lui avoir dit - lorsqu'il m'a expliqué ce qu'un de ses copains étudiait, à savoir les rayonnements du soleil et ceux de certaines plantes, et que je lui ai dit qu'où il bossait, ils "enculaient" les mouches - que lui était chercheur, et il y a peu de temps, qu'il était ingénieur chercheur et qu'il avait un Doctorat en un truc super compliqué ! En fait, un jour où il me disait avoir parlé avec un copain aux Etats-Unis et qu'il calculait depuis combien de temps il ne l'avait plus vu, j'ai découvert qu'il avait Bac+10. Je lui disais : "Attends, mais ça+ça+ça+ça, ça fait 10 ! Tu plaisantes ? Bon, eh bien je crois que je vais raccrocher, parce qu'avec mon Bac+0, j'ai honte ! ". Pendant des mois, on s'est vu au minimum 2 fois par semaine, sans compter que si j'allais faire des courses et que je ne voulais pas y aller seule, je l'appelais, et il acceptait toujours, pour le plaisir d'être avec moi. Il me poussait le chariot, mettait dans les sacs, m'aidait à ranger dans la voiture. Moi, je lui achetais toujours quelque chose parce que ça me faisait plaisir et il ne voulait pas ! Il venait aussi chez moi le dimanche, on cuisinait ensemble : des petits pains, des brioches, et il repartait souvent, même si je devais me bagarrer pour qu'il les accepte ! Il est venu manger chez moi avec ma mère, et elle l'a beaucoup apprécié. Très bien élevé, très intéressant, pas du tout l'accent banlieue mais un beau et léger accent étranger, marocain en l'occurence. Malgré sa culture et son intelligence hors du commun, il est très simple et modeste ! Bien qu'il ait 8 ans de moins que moi, physiquement on dirait qu'on a le même âge, et surtout, moralement, il a une maturité hors du commun, et JAMAIS Ô GRAND JAMAIS, je n'ai eu l'impression d'être avec un "gamin". On a beaucoup ri ensemble, on était très complices, je n'osais pas monter chez lui de peur de me retrouver seule avec lui dans son appart'. Je n'y suis montée que pour aller chercher un appareil photo qu'il devait me prêter, début mai, et que je n'ai pas osé de lui demander de me le descendre, même s'il me l'avait proposé ! Il ne m'a pas mangée finalement !!! Enfin, quand il l'a fait, j'étais consentante et très heureuse qu'il le fasse… Au ciné, puisque j'avais UN PEU mal à une main, il en a profité pour me la prendre et me la masser. Et après, je faisais exprès de me la toucher, pour qu'il se dise que j'avais peut-être mal à la main et il me la caressait pendant tout le film !!! Un jour, on va dans un restaurant italien où je n'étais plus allée depuis 20 ans - et je n'y retournerai sans doute plus avant 20 autres années d'ailleurs ! - et en partant, le patron, un Napolitain 100% pur cru, me dit : "Comment ça va, la Suisse ? ", et il me fait la bise ! Et je ne suis pas Suisse pour info, malheureusement… Mon copain m'a fait mourir de rire, il m'a dit que je me laissais embrasser par tout le monde - ce à quoi j'ai répondu que je ne lui avais quand même pas "roulé une pelle" ! - et qu'il avait pénétré sur son territoire !!! J'étais morte de rire ! Surtout, il a toujours des expressions très drôles et très belles ! Si on parlait de sentiments, je disais que je n'avais plus de sexe, que je n'étais ni un homme, ni une femme ! Un jour, il m'a demandé si j'avais déjà entendu parler du mot "amour" !!! Après, je suis montée régulièrement chez lui. En juin, pendant une semaine on s'est fait la gueule, parce que j'avais invité un copain à un spectacle et qu'à cause de ça, lui ne voulait pas venir, car il disait qu'il n'y avait pas sa place ou qu'il ne partageait pas. Vu que pour moi ce n'était que de l'amitié, je ne me voyais pas renoncer à l'autre ! En juillet, on a vu plus plus de 30 pièces ensemble en juillet, on a passé des soirées à faire des photos devant de beaux monuments de ma ville. Déjà, quand on marchait et qu'on était mort ensuite, parfois on s'allongeait dans la voiture, l'un à côté de l'autre, et rien. Ou bien parfois il me prenait la main. En juillet-août, on se donnait la main dans la rue, on se tenait par le cou, il se collait contre moi lors des spectacles ce qui était assez facile vu la proximité, et en août, devant un superbe spectacle que sont 2 monuments vus d'un certain endroit de la ville, il m'embrassait, je me laissais faire, mais je ne voulais jamais l'embrasser, moi. Un jour, il a fait la tête, parce qu'il n'arrivait à rien avec moi je pense, et le lendemain on est sortis ensemble. Il a vraiment ramé pour m'avoir !!! C'est aussi ce qui lui a plu d'ailleurs : que je n'aie pas été facile à conquérir ! Ensuite, on a continué à être super complices, comme je ne l'ai jamais été avec aucun autre homme, on continue à rire énormément, il m'apprend des mots en arabe, et moi parfois je le fais mourir de rire parce que je fais des assemblages réussis et il me dit : "Ce n'est pas possible, tu n'es pas française, je suis avec une vraie Marocaine, montre-moi tes papiers ! " Ou je lui sors un mot qu'une copine marocaine m'avait appris il y a très longtemps, et qui sommeillait dans un coin de mon esprit ! J'ai commencé par passer des soirées chez lui, ce qui était embêtant, c'est que l'on est sortis ensemble au moment du ramadan, et il me faisait manger comme si j'avais été à jeun comme lui depuis 5 heures du matin, alors que j'avais bien "petit-déjeuné" et bien "déjeuné" ! En plus, il y avait la rupture du jeun et le vrai dîner !!! Je n'en pouvais plus !!! En plus, je rentrais chez moi après. Ensuite, j'ai commencé à dormir chez lui. Il est adorable, super attentionné et prévenant, et on est super bien ensemble ! Je l'ai emmené au théâtre municipal de ma ville, pour voir une pièce avec Claude et Alexandre Brasseur, le théâtre est beau, j'étais heureuse de lui faire découvrir et vivre ça ! Il était heureux, il aime ça. J'ai pris un abonnement pour un autre théâtre, pour nous deux. Avec lui, tout est simple, tout coule de source ! J'arrive, il me prépare un apéritif (des ramequins avec des trucs à grignoter et un soda, parce que moi je déteste l'alcool, et pas du tout par religion ! ) , et il fait le repas, et tout et tout ! Il est cool, on aime se faire plaisir, chaque fois qu'il part dans un pays étranger pour un congrès, il me ramène quelque chose, mes programmes lui conviennent généralement. On est bien ensemble, pas d'enfants, pas d'histoires d'argent. Peu après qu'on ait commencé à sortir ensemble """vraiment""", il m'a demandé en mariage ! C'était sérieux, parait-il, mais moi, je ne l'ai pas pris comme ça ! Et même avant d'ailleurs, un jour il m'a dit qu'il voulait voir ma mère pour discuter avec elle. Je lui ai dit que si c'était pour me demander ma main, que "chez nous" ça ne se passait pas comme cela, que c'était avec moi qu'il fallait voir ça ! Il me disait qu'il m'aimait, moi comme j'ai grossi, je lui mettais la main sur ma poitrine en lui disant : "Tu vois, moi je n'ai pas de coeur, on ne sent rien ! ". Son contrat ici n'était qu'un CDD, il n'a qu'un permis de séjour tributaire de son contrat de travail, on lui a dit il y a peu qu'il risquait de ne plus y avoir de crédit pour son poste après fin janvier, donc il a cherché dans son pays. Il a répondu à des annonces, a fait un aller-retour France-Maroc pour un entretien. N'étant pas sûr qu'il y ait un vidéoprojecteur, je lui ai proposé de faire un dossier que je lui aurais relié, en plusieurs exemplaires pour le jury. Il a passé son dimanche, de 9 heures à 21 heures, à le rédiger. Moi, de 21 heures à minuit à corriger la mise en page, les rares fautes trouvées, modifier les couleurs, etc. Le lundi, je les ai imprimés et reliés et il est venu les chercher avant de prendre son avion. Là, mardi, on lui a dit qu'il était retenu. Je l'ai félicité bien sûr, et le soir, je lui ai emballé ses cadeaux achetés le week-end précédent en Italie, une jolie chemise de marque à rayures bleues et blanches, un pull à rayures tout doux, je les lui ai offerts, et quand je les lui ai offerts, je me suis mise à pleurer, et cela a duré toute la soirée, toute la nuit on a été collés l'un à l'autre, toute la journée du lendemain j'ai encore pleuré, et voilà ! J'ai toujours dit que jamais je ne quitterais mon boulot, et là, le dilemme ! Il est malheureux lui-aussi, je sais que s'il part, c'est fini, qu'il rencontrera une femme, se mariera et ils auront des enfants. Il est un peu contradictoire : une fois il me dit que oui, une fois il me dit qu'il sera toujours là, une autre fois il me dit qu'il regardera toujours les annonces en France, et maintenant, avec les nouvelles lois, le mariage ne donne pas forcément la nationalité française. C'est logique et normal, vu les abus qu'il y a eus. Lui, du boulot, il en trouvera, parce qu'il est brillant, et il s'en fout de ça, il ne m'aime pas par intérêt, il m'aime vraiment ! Il va avoir un CDI et être fonctionnaire, enfin se caser, c'est ce dont il rêvait. Hier, en l'accompagnant à l'aéroport, je lui ai proposé de revenir, qu'on vive ensemble, et qu'il étudie la médecine comme cela était son rêve, dans une grande ville à 100 km de chez moi, que j'ai un CDI et qu'on s'en sortira très bien. Tout ça parce qu'un truc m'a rendu folle : il va accepter un poste de niveau DESS, alors qu'il a un Doctorat, du coup, il va commencer par gagner l'équivalent d'un peu plus de 700 €, ce qui, pour le Maroc, serait équivalent à 3 fois le SMIC environ. Et il me dit qu'avec ce salaire il vivrait bien, surtout qu'il serait basé dans une petite ville pas chère et qu'il pourrait trouver une très belle maison pour environ 150 €. En revanche, quand on a parlé du prix d'un ordi : ici un ordi qui coute 500 € coute là-bas 800 €, donc ici environ le tiers d'un salaire pas terrible, et là-bas plus d'un mois d'un très bon salaires ! Un vol aller-retour de chez moi à chez lui couterait moins d'un sixième de mon salaire, pas terrible pourtant, et là-bas, plus du tiers du sien ! Je pensais que les voyages en train ne coutaient pas cher, comme l'Italie à une époque, mais non, ils coutent cher aussi ! Alors pour avoir un toit sur la tête et manger du couscous, tu vis bien, sinon, tout coute la peau des fesses ! Et moi, je bosse dans une grande boite que tout le monde rêve d'intégrer - d'ailleurs j'y suis super heureuse ! - et je me vois mal, avec mon bac+0, partir au Maroc avec lui ! Déjà les filles super diplômées - DESS - qui parlent français et arabe bossent dans des call centers d'Orange et autres - comme une amie à lui ! - alors moi, qui ne parle pas français, qui n'a que son bac, je serais juste bonne à laver les chiottes !!! Au pire, je fais de la poterie, j'aime faire du modelage, je pourrais bien me mettre à mon compte pour faire de l'artisanat pour les touristes… français !!! Un voile léger sur la tête, quelques mots d'arabe, et je ferais bien "couleur locale" sur le souk du bled !!! Je ferais un ou 2 bébé (s) , du pain, des gâteaux plein de miel, de sucre, d'huile et de graines sésames. En plus, comme je lui ai dit avant-hier soir, je pense qu'il serait différent : là, il m'embrasse sur la bouche dans le rayon multimédia d'un hypermarché, mais je sais - et il me l'a confirmé - qu'au Maroc il ne le ferait pas ! Vu que souvent les hommes et les femmes sortent de leur côté, moi je me retrouverais avec des femmes qui ne parleraient pas forcément français, qui me détesteraient peut-être pour ma blondeur et mes yeux bleus, parce que j'aurais pris un homme beau, jeune et brillant !!! En plus, si je ne bossais pas, je ferais quoi ? Je regarderais TV5 avec la parabole ? J'irais balader ? Non, je ne pourrais pas aller balader seule comme je le fais ici ou en Italie, parce qu'en plus si je me sentais seule j'aurais envie de discuter, et si comme je le fais ici sans arrières-pensées et sans que ce soit mal interprété, je parlais avec un homme "comme ça", on penserait que j'allume les hommes et que je suis une pute ! Ici, même quand je suis avec lui, si je demande un truc à un employé de grande surface, pour rire ou pas, mais pas méchamment quoi qu'il en soit, n'empêche qu'il me le dit quand même, eh bien il me dit : "Tu lui as demandé parce que c'était un mec ?! " Donc, je ne pense pas que ma personnalité et mon caractère soient compatibles avec le Maroc ! En plus, un jour, vu que je râle toujours après les gens indisciplinés, il m'a dit : "Toi, si tu venais au Maroc, tu te disputerais de suite avec tout le monde ! ", alors que là, dernièrement, il m'a dit que j'adorerais ! Et en fait, je pense que la 1ère fois était celle qui était juste, parce que moi qui adore la Suisse pour leur côté très discipliné - comme il est lui d'ailleurs, une exception à la règle ! - et qui peste à longueur de journée parce que je trouve que c'est l'anarchie en France, je pense que le Maroc, ok pour les vacances, et pas plus ! Là, il est dans son pays pour savoir quand il va commencer, pour régler les questions administratives, et voila. Il m'a dit de lui souhaiter bonne chance, je ne l'ai pas fait ! J'en viens à souhaiter qu'on lui dise qu'avec la crise ils ne créent plus le poste finalement, ou je ne sais quoi ! Déjà, quand je lui ai fait la lettre de motivation, il y a quelques mois, et encore plus quand je lui ai fait ses dossiers il y a 15 jours, j'avais l'impression de le pousser dehors, de vouloir me débarrasser de lui, ce qui n'était pas le cas. Il me dit que c'est GRÂCE à moi qu'il a eu cette place ! Moi je dis que c'est A CAUSE de moi !!! Il m'a dit que je l'ai fait pour son bien !!! Oui, bien sûr ! Moi, je ne pensais pas l'aimer autant ! J'avais l'impression, lorsqu'on était amis, qu'il m'empêchait de voir et de rencontrer d'autres hommes, car lui, avec ses origines, sa religion, sa situation, notre différence d'âge, ça ne serait pas viable, et je me languissais presque qu'il s'en aille. Parce qu'avoir un autre homme, alors que lui on était amis, il l'aurait mal pris. Et finalement, maintenant je ne me vois pas sans lui, il me manque alors que la dernière fois qu'il est parti il ne me manquait pas - sans doute parce que je savais qu'il allait revenir - et là, c'est l'horreur ! En plus, il a commencé à vider son appart', qui sera bientôt le mien ! Enfin, quoi qu'il en soit, je lui ai dit que je ne l'attendrai pas, même s'il me dit qu'il sera toujours là ! Je lui ai dit que non, quand il sera parti, ça sera fini ! Je sais qu'il est malheureux, mais il faut qu'il sache vraiment comment ça se passera. Bien sûr, j'irai le voir, mais ça ne sera jamais plus pareil, c'est sûr !!! Les baisers passionnés à l'aéroport devant tout le monde, ça sera sans doute "haram" (interdit, péché) !!! J'ai prix un rendez-vous URGENT avec une psy parce que j'ai l'impression que je m'accroche aux mecs quand je sens que je les perds, que ma dépendance affective ressort d'une façon différente, je ne l'ai pas vu arriver, et ce n'est pas normal ! Bien sûr, il m'aurait proposé tout ce à quoi j'aspirais dans la vie, sans doute ma dernière chance de l'avoir, mais bon !!! Le truc, c'est que pour le moment je lui dis que s'il voulait qu'on se marie, il n'y avait pas de problème, que ça ne serait ni un mariage blanc, ni un mariage gris ! Pas blanc, parce qu'on resterait mariés et qu'il ne me paierait pas pour le faire, ni gris parce qu'on s'aime tous les 2 et qu'il n'y en aurait pas un qui abuse de l'autre. J'imagine qu'on devrait fournir des preuves : j'ai les historiques de msn, preuve qu'on se connait depuis longtemps, on a des photos l'un de l'autre depuis début janvier, et le concierge de chez lui voit bien que ma voiture a passé la nuit dans le parking et il nous voit sortir tous les 2 le matin pour aller bosser et nous embrasser sur la bouche, alors que ce n'est pas calculé ! Et il y a aussi une de ses amies que j'ai connue et avec qui je me suis super bien entendue cet été, son numéro de téléphone sur ma facture de portable, ses "futurs-anciens" collègues qui m'auront eue au téléphone x fois quand je l'appelle au bureau !!! Il y a maintenant ces mails où on se dit qu'on se manque, s'appelle "houbi" (mon amour) , "habibati" (ma chérie) , "habibi" (mon chéri) , où on se fait des "boussa kbira" (de gros bisous) !!! Désolée d'avoir été très longue, mais je voulais avoir votre avis sur cette histoire : vous, à ma place - sachant que j'ai 42 ans et un boulot dans une grosse boite où le boulot est presque sûr et garanti "à vie" et où je suis en CDI depuis avril seulement -, vous quitteriez votre boulot pour suivre un homme au Maroc ?
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


262412
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Je reve qu'il m'annonce qu'il me quitte... - affaires de couples

image

D'emblée je sais que je ne vais pas passer pour quelqu'un de très courageux… Pkoi je n'arrive a décider de moi même que je devrais le quitter et point barre ? Simplement parce que j'ai très peur de sa réaction. Il ne m'a jamais frappé mais...Lire la suite

C'est parti !

image

Ah bah voilà, j'ai tout faux. Bref, je réitère ce que je disais sur les parures, j'aime bien la première. BL, oui, oui, je sais que tu me suis sur ma récap' et je me souviens aussi que tu n'as pas de récap' (pour ne pas t'éparpiller) et que tu...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages