Histoire vécue Amour - Couple > Mariage > Autres      (7526 témoignages)

Préc.

Suiv.

Ma femme a perdu l'appetit

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 168 lectures | ratingStar_268475_1ratingStar_268475_2ratingStar_268475_3ratingStar_268475_4
Bonjour, C'est la première fois que je viens poster ici. J'ai lut de nombreux posts précédents, chacun présente des points communs, mais aucun n'est vraiment similaire. Nos histoires à toutes et à tous sont à la fois semblables et pourtant uniques. Peut-être qu'en me lisant, quelquns pourra me suggérer une piste à laquelle je n'ai aps encore songer ? J'avoue que ce n'est pas trop le but, mais plutôt je viens ici épancher une souffrance, car il n'est pas aisé de trouver à qui se confier sur ces sujets. J'ai 43 ans, et ma femme aussi. Nous sommes ensembles depuis plus de six ans maintenant, et mariés depuis bientôt 3 ans. Nous avons chacun deux enfants, qui ont tous entrez 12 et 16 ans, et vivent tous les quatre avec nous. Voila pour l'état civil de notre famille recomposée. Il serait sans doute trop court de parler de nos difficultés actuelles sans revenir, au moins brièvement, sur le passé. Je vais essayer de faire court, mais sans non plus remiser les éléments qui me semblent clefs de notre histoire. Lorsque j'ai connu ma chérie, je venais de me séparer, depuis seulement quelques mois, de la mère de mes enfants. J'avais vécut 17 ans avec cette fille, que j'aimais encore au moment de cette rencontre. La séparation était douloureuse, et je zappe un peu, mais elle fut houleuse et ceci dure toujours. Dernier épisode, juste pour donner un petit éclairage des difficultés rencontrées, mon ex, qui a émmigré dans un pays fort lointain, à plus de 15000 kilomètre, a l'été dernier purement et simplement enlevé mon fils. Plainte pour enlèvement international, nouveaux procès etc… l'enfant restitué néanmoins après une petite semaine. Très dur à vivre, trois jugements successifs l'ont débouté, les juges sont absolument unanimes sur le fait qu'il serait très préjudiciable à l'enfant de quitter la pays. Sa soeur ainée quand à elle à les moyens de se défendre. Aujourd'hui mon fils refuse d'aller vivre avec sa mère, mais ce n'a pas toujours été simple pour lui. Ces quelques faits ne sont, croyez moi, qu'un minuscule aperçu de la bataille juridique qui m'a opposé à leur mère. Bataille pourtant nécessaire selon moi pour préserver une relation réellement menacée avec mes enfants. Quel rapport avec le sujet, perte de désir ? C'est assez éloigné en effet, mais disons que le contexte est, je penses un élément à prendre en compte. Ma compagne, de son coté, à également été attaqué en justice pour une histoire de logement, et elle vient d'être lourdement (mais injustement) condamnée, n'ayant put apporter les preuves de sa bonne foi. Voila pour le contexte. Nous avons été très solidaires dans ces tourments. Elle m'a énormément épaulé. Nos deux premières années ont été riches sur le plan de notre relation affective, et donc aussi sexuelle. Mais riche aussi sur le plan de notre engagement, du soutient qu'elle m'a apporté dans ma lutte pour conserver le droit de voir mes enfants. Lutte qui a fini par aboutir à leur transfert de résidence, souhaité par l'un moins par l'autre, plus jeune encore, mais de toutes façon rendu indispensable par l'attitude d'une mère qui n'a eu de cesse que de m'évincer, et de les éloigner définitivement de leur père, en expatriation très lointaine. Mais j'anticipe, car avant d'en arriver là, nous avons dut lutter, et ce ne fut guère facile, ni psychologiquement, ni financièrement, sans compter que j'avais encore à accepter la séparation trop fraiche. La relation a donc été très ambigue, riche, pelien, et en même temps remplie de crises existencielles pour ce qui me concerne. Je n'ai pas abandonné de gaité de coeur mon ex compagne, même si je ne la reconnaissait plus. D'ailleurs, les manoeuvres, les attaques, les coups bas, sont je penses essentiellement des vengence d'une séparation mal vécue aussi pour sa part, même si elle en fut globalement à l'origine. Bref, j'ai plusieurs fois décidé d'abandonner, et j'ai tout plaqué. Mais je revenais toujours. Ce furent des années intenses, mais émaillées de ces crises douloureuses pour tout le monde. Les enfants, les adultes, tout le monde surnageait et navigait à vue dans un univers passablement cahotique. Malgré tout, je garde un souvenir doré de ces deux premières années. Nous passions beaucoup de temps ensemble, nous faisions l'amour très souvent, et sans freins, sans tabous, tout en restant dans le cadre d'un très grand respect mutuel. Je penses que nous nous sommes autorisé des plaisirs intimes que beaucoup de couples se refusent et exploré des territoires que beaucoup ne s'autoriseront jamais. La magie des corps suivait naturellement notre harmonie, nous partagions nos rêves, et nous découvrions beaucoup de gouts communs. Mais j'ai craqué. D'abord, aux difficultés déjà mentionnées, est venue s'en greffer une nouvelle, un accident très grave de moto d'un très proche à moi, mon frère, qui est sans aucun doute la personne qui m'est le plus cher. Nous étions sur le point d'acheter une maison quand ce drame est survenue. Mon frère est resté plusieurs semaines entre la vie et la mort. J'ai voullu tout mettre en suspens durant ces semaine, et ma femme, qui est pleine de bon sens en général, a pensé qu'il fallait poursuivre nos projets, et a, malgré mon refus, décidé de donner suite à une offre… elle a donc fait une offre sur une maison. J'ai très mal pris qu'elle l'ai fait alors que j'avais dit que je ne voulais plus entendre parler de ça pour le moment. Les semaines ont passées, j'étais mort d'inquiétude pour mon frère, et je me suis plongé entièrement dans une drogue puissante : l'internet. Quand mon frère a été tiré d'affaire, j'ai encore pendant plusieurs mois boudé mon existence et l'amour de ma compagne. Lorsque peu a peu j'ai émmergé de cette dormance, nous avons retrouvé notre intimité. Elle m'a dit que je lui avait manqué. Je ne dirais pas que nous avons retrouvé notre complicité, bien sur, mais nous allions bien, et nous commencions a construire autre chose que ce premier amour, a rentrer dans une phase constructives, et nous avons décidé de nous marier. Et c'est après ce mariage que tout à commencé a aller mal. L'un et l'autre avons peut-être mal vécut ce passage là. Moi, d'abord, car j'avais encore une fichue trouille de ce truc. Même si j'ai été le premier à le souhaiter… il faut peut-être préciser que c'était notre 3eme mariage. Car par deux fois, nous avions projeté de nous marier, et par deux fois j'avais annulé. Elle ensuite, déjà marié une première fois, et peu désireuse de recommencer. Je ne saurais dire… mais 6 mois après c'était pire que jamais, plus rien n'allait, on ne s'adressait plus la parole. Pour une fois, j'ai été le premier a réagir. Je l'ai bichonnée, massages, cure de soin du corp pour elle, voyage, et nous nous sommes un peu retrouvé. Mais les ennuis continuait, les procès nous bouffaient la vie, les enfants sont venus se joindre à nous, et nous avons entamés une vie à six, avec toutes les difficultés que celà comporte, surtout avec une ex hystérique (dont j'avais enfin totalkement guéri…). Et c'est ainsi, depuis deux ans, je me bat seul pour rallumer la flamme. De moins en moins souvent, nous nous trouvons. Elle fait des efforts, elle m'organise des petits WE en amoureux et nous faisons encore l'amour ensemble ces fois là, mais c'est seulement 3 ou 4 fois l'an, de moins en moins, et la qualité de ces échanges s'en ressent. Récement, nous sommes partis en vacances, par deux fois, et par deux fois, même dans ces moment privilégié, rien à faire. Et elle m'a dit qu'elle ne peut pas, qu'elle n'a plus de désir pour moi. Pour moi, la question n'est plus d'être patient. Je suis sur que rien ne s'arrangera avec le temps, au contraire, le temps passant nous éloigne encore l'un de l'autre. La question n'est pas une question de sexe. Si c'était cela, ce serait si simple !!! Oh non, le désir, l'abscence de désir, est plutôt un symptôme. Manque de confiance l'un vers l'autre ? Difficultés personelles de l'un et de l'autre ? Emprise du quotidiens et de difficultés réelles et multiples ? J'ai envisagé de mettre un terme. Elle ne le souhaite pas, elle le refuse, et s'est méprise même sur mes intentions. Elle a pris pour un chantage affectif ce qui, pour moi, est un constat de fait : plus grand chose aujourd'hui ne nous unis. Nous n'avons plus d'activité en commun, plus de plaisir a être ensemble, plus de complicité amoureuse. J'en souffre, et j'ai fait beaucoup d'efforts en deux ans, j'en vient à me dire qu'elle ne m'aime sans doute plus. Pourtant, elle affirme l'inverse, mais tout dans son attitude dénie ses paroles. Si des femmes se reconnaissent, de près ou de loin, dans ma chères et tendre, et peuvent m'éclaircir… j'aimerais la comprendre, pour peut-être trouver la meilleure attitude pour la retrouver. J'ai le sentiment qu'elle est recroquevillée au fond d'une coquille, d'ou ellle ne ressent plus rien, ne souffre pas, mais ne vit pas vraiment non plus. Elle s'en accomode, mais moi non, je ne peux pas. Encore une fois, ce n'est pas une question de besoin sexuel. Si c'était ça, il y a des milliers de façons de régler cette question là. Non, c'est bien d'affectifs et d'amour que je veux parler.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


268475
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Je reve qu'il m'annonce qu'il me quitte... - affaires de couples

image

D'emblée je sais que je ne vais pas passer pour quelqu'un de très courageux… Pkoi je n'arrive a décider de moi même que je devrais le quitter et point barre ? Simplement parce que j'ai très peur de sa réaction. Il ne m'a jamais frappé mais...Lire la suite

C'est parti !

image

Ah bah voilà, j'ai tout faux. Bref, je réitère ce que je disais sur les parures, j'aime bien la première. BL, oui, oui, je sais que tu me suis sur ma récap' et je me souviens aussi que tu n'as pas de récap' (pour ne pas t'éparpiller) et que tu...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages