Histoire vécue Amour - Couple > Mariage > Jour J      (1190 témoignages)

Préc.

Suiv.

C'est notre jour

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 365 lectures | ratingStar_148306_1ratingStar_148306_2ratingStar_148306_3ratingStar_148306_4

Ca y est… nous y voilà… des mois de préparatifs, de rires, de coups de gueule, d'implication, de fatigue… l'aboutissement d'un travail d'une longue année… Et aujourd'hui, c'est notre jour, celui qui fera de moi sa femme, de lui mon mari… Le réveil est réglé sur 7h, oui, mais en réalité, il est à peine plus de 16, et je suis déjà réveillée… Eh oui, aujourd'hui je me marie moi… Comment réussir à rester plus longtemps au lit ? J'embrasse mon homme, il traine un peu, moins réactif que moi au saut du lit, on essaie de se rendre compte de ce qui nous attend, mais c'est trop irréaliste, et marqué par le stress des derniers jours, les pluies incessantes, l'invasion de boue dans le jardin, la musique toujours au point mort la veille au matin, le tracteur embourbé alors qu'il doit charger tout le matériel nécessaire au montage du barnum, l'arrivée tardive de mes beaux parents, qui ont eu besoin de 12h pour joindre paris à la Bretagne, le mal pour avoir une robe ajustée… mais aujourd'hui, il faut laisser ça derrière. Un passage dans la douche, je m'habille rapidement (et mochement, avouons le, mais il me fallait quelque chose de simple à enlever afin de n'habiller ni le maquillage, ni la coiffure. Quelques finitions dans la décoration du barnum, une répétition supplémentaire de notre danse surprise, bien ancrée dans ma mémoire, moins dans celle de Marcus, la préparation de la chasse au trésor, l'heure avance, je m'agite dans tous les sens, comme pour cacher ce stress qui m'envahit peu à peu. Je suis à la limite de l'hyperactivité, ma montre pointe 9h20, il est temps pour moi de quitter la maison, après avoir préparé mes affaires, qui m'attendront sagement à l'hôtel. 9h30, je pousse la porte du salon de coiffure, ne peux m'empêcher de parler, parler et encore parler… Mais l'ambiance du salon de coiffure m'aide à me recentrer, l'attente permet à la pression de redescendre, quelques textos envoyés, un passage sur doctissimo pour voir où en sont les copines, un coup de fil à chéri "Tu pourras demander à ma s&oelig ; ur d'amener des cotons tige ? Ah, et aussi des ciseaux ! " Il me demande si je suis au courant pour la voiture… La voiture ? Non ! Elle est rayée ! La Léon, que chacun bichonne, celle qui doit être garée à l'autre bout du parking de Carrefour pour éviter le moindre petit accro… Aujourd'hui, elle est abimée… Je crains plus pour l'humeur de ma mère que pour la voiture en elle-même… Exécrable aux dires de doudou ! Mais rien ne pourra gâcher notre mariage ! Je t'aime… Isabelle entame le lissage de mes cheveux, une queue de cheval, mon chignon se monte peu à peu. La photographe est arrivée, je suis tendue, comment paraître naturelle ? Elle se fait oublier peu à peu, je me prend au jeu, il me tarde de voir ce que cela rendra ! 11h20, elle est parfaite ! La coiffure dont je rêvais ! Ce chignon me plait, c'est définitif, il plaira à Doudou, j'en suis certaine ! Oh comme il me tarde de le voir, de lire sa fierté dans son regard lorsqu'il croisera le mien ! Il en sera certainement de même pour moi, enfin j'espère que son costume sera aussi beau que ma robe, je ne l'ai pas encore vu ! Il est temps de faire 10m… pour me rendre chez l'esthéticienne. Elle m'installe dans une cabine afin de commencer ma French manucure, débute, puis m'abandonne durant un bon quart d'heure ! Je trouve cela déplacé ! Tout de même, c'est mon jour ! Je peux être prioritaire non ? Elle la termine quelques dizaines de minutes plus tard "Tu as vu comme c'est beau ? " Oui… Enfin je ne la regarde pas vraiment, j'attends impatiemment qu'elle me maquille ! Elle me déplace donc au beau milieu du magasin, deux autres clientes se font maquiller à mes cotés. Elle papotte, critique ses clientes, s'extasie devant son travail, une vraie commerçante paimpolaise, médisante et acide… Mais comme je l'ai dit, ce jour, rien ne le gâchera ! Je suis prête, je cours donc à l'hôtel, je me sens belle dans la rue ! Je ne pense qu'à lui ! Lui et sa réaction au premier regard ! Je suis impatiente ! Il me reste encore 3 longues heures à attendre ! Mon sac à la main, j'entre dans le luxe de ce petit hôtel paimpolais, le K'loys, il trône au milieu du port, un décor chic, la réceptionniste me confie les clés, la "capitaine" , c'est ma chambre, la plus belle de l'hotel ! Elle pousse la porte, j'entre, non contente de retrouver ma robe, pendue sur le devant de l'armoire, recouvrant une partie du miroir. La vue est splendide, le port, les bâteaux. Il fait chaud, je dois m'occuper, car je suis seule, et ne rien avoir à faire me laisserait succomber au stress ! Alors je range, enfin je dérange plutôt, mes chaussures, posées bien alignées devant ma robe, mes bijoux, posés sur le coin de la commode, mes dessous, j'ai oublié de couper les étiquettes ! On frappe ! Katell, ma témoin ! Quel plaisir de se retrouver toutes les deux, on discute, on rigole, je ne réalise toujours pas ! Je vais me marier ! On frappe à nouveau à la porte ! C'est bizarre, ma s&oelig ; ur ne doit pas encore arriver ! La fleuriste ! J'avais complètement oublié le bouquet ! Heureusement que je lui avais demandé de me le livrer ! Il est splendide ! Mieux que je ne l'aura imaginé ! Et terriblement lourd ! Comment réussir à le lancer sans risquer d'estropier l'une des célibataires qui se le disputeront ? On verra ça tout à l'heure ! Voilà ma petite s&oelig ; ur. Elle apporte le pique nique ! On mange donc notre petite salade, toutes les trois, face au port, on fait des photos, moi j'attend désespérément que le temps passe… je commencerai à me préparer à 14h, pour avoir le temps, mon frère arrivera à 14h30 avec caroline, sa copine. On frappe à nouveau, le propriétaire de l'hôtel commence à râler, il en a assez de monter les gens, je lui dis donc qu'il n'a qu'à les laisser monter seul, après tous, katell est bien montée toute seule ! Cette fois, c'est la photographe, je vais donc pouvoir commencer à me préparer ! J'ai mis mes dessous tout à l'heure, pendant que katell est partie chercher son blush dans la voiture. Il faut dire qu'une fois arrivée à l'hôtel, je me suis regardée dans le miroir, et ai été très déçue de mon maquillage, du moins de ma peau. Elle m'a mis du fond de teint, elle avait pourtant dit en juillet que je n'en avais pas besoin, je suis déjà bronzée. Elle n'a pas du hydrater suffisamment ma peau, il y a donc un effet peau sèche, qui fait ressortir les pores sur et autour du nez. Je trouve mon teint très pâle, voilà le pourquoi du blush ! Notons que ma manucure est également baclée ! Elle a fait un travail de petit cochon, elle qui s'extasiait devant ce maquillage, cette manucure… Je rattrape donc le maquillage, pour la manucure, tant pis, ce n'est pas le plus important ! Il est temps de passer ma robe, étape très délicate puisqu'il s'agit de ne pas abîmer ma coiffure ! Il fait tellement chaud dans cette chambre sous ce toit de verre ! Enfin je vois le jour et réussis à sortir ma tête de la robe ! Quelques minutes pour le laçage, la petite pression qu'ils m'ont installée n, e tient pas, dès que je respire, elle se défait ! Mais le laçage se suffit à lui seul ! Nathalie arrive à son tour, avec la voiture balai ! Tellement jolie ! Elle l'à décorée à notre image (on ne lui en voudra pas d'avoir écrit 974 au lieu de 971 pour la Guadeloupe ! ) , deux poupées chevauchent un cheval à bascule, une blanche, une noire, et la voiture est agrémentée de madras. Nathalie aide donc Katell à terminer de lacer ma robe, je peux me chausser et mettre mes bijoux, je m'applique sur ma pose, j'ai vu tellement de jolies photos de préparatifs de mariées, je veux être aussi belle qu'elles sur les photos ! Il est 14h30, mon frère arrive me chercher avec Caroline, Je vois ses yeux se remplir de larmes lorsqu'il me voit ! Il résistera et ne les laissera pour autant pas couler… J'en ferai de même ! On profite, quelques photos, puis l'heure du départ sonne ! 9a y est, cette fois plus rien de l'empêchera, mon mariage approche à grand pas ! Après un long détour dans Paimpol, pour faire passer le temps et être surs de ne pas rater mon entrée, on passe devant la mairie, les mariés précédents ne sont pas encore partis ! Le maire a pris du retard, il va donc falloir patienter, on reste à l'écart, on attend le feu vert de Katell et Nathalie, partis en repérage ! Mon homme n'est toujours pas là !!! Il ne se souvient pas de la route, c'est le comble, cette fois ci, le stress est bien là ! Un coup de fil plus tard, ça y est, c'est le moment, les mariés sont partis, Doudou est arrivé, Jacques démarre la voiture, on approche de la mairie. Je vois tout le monde, mon c&oelig ; ur bat à la chamade, je le vois, il est là, il m'attend, mon frère voulait m'ouvrir la porte, c'est Marcus qui le fera. Je sors, en essayant d'être le plus élégante possible (voilà qui n'est pas mon habitude ! ) Il me regarde, il joint ses mains, son sourire en dit long ! Il me dit que je suis belle, lui aussi il l'est tellement ! Son costume est parfait, il est resplendissant, on est tellement bien assortis ! Qui osera dire que nous ne formons pas un beau couple ? On s'aime tellement ! Le maire nous accueille, je ne l'avais jamais vu, il est jeune, dynamique, il nous invite à entrer, nous montons les marches de la jolie mairie, nous entrons dans la salle, j'ai les jambes qui tremblent, j'ai envie de pleurer, je suis émue, impressionnée, je reprend mon souffle, le maire entame son discours. Il accueille tout le monde, rappelle les symboles de la république indispensables notre mariage, demande à mon cousins et ma s&oelig ; ur de se rapporocher, petite boutade, pour dissimuler au maximum le portrait de notre président, sa couleur est affichée, il est de gauche, c'est certain ! Et là, ce que je pensais une cérémonie très sérieuse, limite ennuyeuse, se transforme en une drôle de mascarade, je ne peux m'empêcher de rire, il nous affiche à un point ! Tout y passe !!! Notre rencontre sur internet, notre gout pour le mc do, le coté supporter marseillais de chéri, mon penchant pour plus belle la vie… Qui a osé ? Je ne me le demande pas longtemps, une coalition entre mon cousin, conseiller municipal, et mon frère, connaissance du maire… Bref, franche rigolade, souvenirs extras, on en vient alors à l'essentiel ! Je clame mon OUI après mon homme, nous sommes mariés ! C'est merveilleux ! Devant la loi du moins, pas encore devant Dieu. C'était fantastique ! Après signature de l'acte, photos avec rotation vers la droite (coté qu'il nous a déconseillé) puis vers la gauche, il nous remet notre livret de famille, en nous assurant qu'il serait ravi de noue en remettre un second, si toutefois nous dépassions les 12 enfants ! Le maire nous offre un beau livre avec des photos de Bretagne, magnifiques ! Un échange de quelques paroles, pendant que les invités sortent et se placent, près à nous accueillir, nous les rejoignons, sous les acclamations. Ca y est, c'est le moment ! Je peux le placer, mon salut de miss France ! J'ai gagné mon pari ! Quelques photos, ne trainons pas, nous devons rejoindre rapidement l'église, car nous avons pris un gros retard. J'emboite le pas, personne ne me suit… bon… très bien… petit appel à mon chéri, il me rejoint, tant pis, on commence à partir, les gens suivront bien ! J'aperçois quelques invités qui nous attendent déjà devant l'église, un bonjour, l'arrivée de la suite du cortège, les gens s'installent, nous on se prépare… oui, toi devant avec ta maman, ensuite, Paul et maman, les enfants… ouh là, dur de les discipliner et de leur expliquer comment se mettre… au final, ils se mettront donc, comme ils veulent ! Après tout, quelle importance ? Moi et mon papa… La musique commence, "Amazing grace" , chacun entre, lentement, j'attend, que c'est long ! Je veux entrer aussi ! Chéri arrive au bout, c'est à moi… j'entre fièrement au bras de mon papa, je ne peux pas regarder devant, non, je cherche les visages du regard, je leur souris, quel bonheur de voir tout ce monde réunit, pour nous ! Le groupe du gospel est bien arrivé, tout va bien, ils sont beaux, en noir et blanc, il me tarde de les entendre chanter ! Je rejoints mon chéri, installé, prend ma place, la cérémonie peut commencer… Ce sera une jolie cérémonie, le premier discours du prêtre me semble interminable, il me tarde d'en arriver au moment clé ! Le Gospel, une merveille, un rayon de soleil, le premier morceau qu'ils entament à l'unisson me donne la chair de poule, mon sourire s'élargit, c'est magnifique ! Le prêtre pense à ceux qui ne sont pas là, ceux qui ne sont plus là, je ne peux m'empêcher de penser à mon papi et ma mamie, décédés, j'espère qu'ils me regardent de là haut ! Il faut que je pense à autre chose, mes yeux s'emplissent de larmes. Il est temps d'échanger nos consentements, mon mari s'emmêle les pinceaux, c'en est attendrissant ! Après tout, peu importe les mots, seul notre amour, notre engagement compte ! Tout s'enchaine très vite, lorsque cela me prend, je regarde les invités, leurs réactions, la petite Nina, 2 ans, qui circule autour de l'hotel, se rpproche chaque fois un peu plus jusqu'à le faire vasciller, toute l'assemblée retient son souffle, je pense qu'à ce moment là, personne n'écoute le prêtre ! Puis vient la signature des registres, on échange quelques mots cette fois ci avec le prêtre, tout le monde sort, à notre tour ! Les bulles &lsquo ; élèvent déjà dans les airs ! Et ce ne sont pas que les enfants qui soufflent dedans ! Ca non ! On est là, sur le parvis, fiers, heureux, émus, amoureux, impatient, rassurés… des bisous, des félicitations. Ma tante vient me saluer, sa gorge est nouée, elle me parle de son mari, décédé dans l'année, c'est dur, j'essaie de retenir mes larmes. Je me retourne, mon mari est en pleurs, pas juste la larme qui ne demande qu'à descendre sur votre joue, c'est intense, il a eu sa mamie au téléphone, elle qui n'a pas pu venir, restée en Guadeloupe, elle qu'il aurait tant aimé voir le jour de son mariage. Je voudrais tant le consoler, le prendre dans mes bras, mais beau papa ne me le prête pas… La voiture est là, mon frère nous attend, j'entraine mon homme, qui essaie de reprendre ses esprits, on monte, on attend que le cortège se forme, on observe mes parents, à qui nous avons prêté notre Léon, ils reculent, il ne regarde pas… Et de deux voitures abîmées… Papa n'a pas regardé, il est entré dans la voiture de Geoff ! Bah, ce n'est rien, je vous l'ai dit, rien ne gâchera ces instants précieux, on aura suffisamment de jours dans notre vie pour se faire du souci pour des choses si futiles, si matérielles ! Un concert de klaxon envahit Paimpol, On salue tous ceux que l'on voit, on roule, pour rejoindre la maison, et entamer le vin d'honneur. Petit instant privilégié, j'ai mon mari pour moi, je profite, je sens que ce sera plus dur une fois arrivés, lâchés au beau milieu de tous les invités ! Première chose à faire, la photo de groupe avant tout, après, ce sera trop difficile de réunir tout le monde ! Les gens approchent, timidement, je me prend à faire la maîtresse, et tout le monde m'écoute ! Ma voix réussit à couvrir toutes les paroles des gens indisciplinés ! Mais ce n'est pas pour autant qu'ils s'exécutent ! Et il manque mamie ! Des tantes également… Elles achètent des cartes postales en ville !!! C'est vrai que c'est le moment ! Tant pis, ce sera sans eux ! A partir de là, tout s'enchaine très vite ! Trop vite… départ avec mon mari pour l'abbaye de Beauport, instant photo, on s'étonne, on est tous les deux très à l'aise, on pose, on ose, on y prend plaisir ! Fabien, qui nous a amené semble ravi de ce privilège, loin de l'excitation du cocktail, loin des gens, au milieu de ce cadre idyllique, dont j'avais oublié la beauté ! Mais ne nous éternisons pas, les gens nous attendent ! Doudou prend le volant (ww Eos décapotable, à 40000 euros, chéri est fou, il adore, il en rêve ! ) De retour à la maison, pas vraiment le temps de profiter du vin d'honneur, le Gospel range déjà tout son matériel, nous ne les aurons même pas écoutés, petite déception, mais nous sommes rattrapés par les invités, c'est le moment d'échanger quelques mots, de faire des photos, en réalité, difficile de profiter, nous sommes accaparés toutes les trente secondes ! Pas le temps de se poser, nous n'avons même pas encore pu gouter au buffet, ni aux accras, aux pâtés préparés par les tantes de chéri ! Je comprend pourquoi on m'avait dit qu'il était difficile de consacrer du temps à chacun ! Quelle frustration, mais en même temps, quel plaisir de se sentir au centre de l'attention ! Ma belle famille, elle à qui j'en voulais de ne pas avoir été comme je le souhaitais durant les préparatifs, m'accueille à bras ouvert, ils me disent que maintenant, je fais partie de la famille, j'ai (enfin) e droit de les tutoyer, mais ils n'oublient pas de me faire passer leur message… J'ai plutôt intérêt à prendre soin de mon homme, de leur chair ! Mon bouquet ! Oui, il faut que j'y pense ! Je dois le lancer ! Comment faire ? En arrière ? Du haut du balcon ? La photographe me suggère le balcon, j'y cours ! Il faut passer par la chambre prêtée aux cousins ! Mon dieu quel bazar ! Mickaël se repose un peu, je lui descend les stores, et me faufile en haut du balcon ! Elles sont toutes là, en bas, elles attendent, entament une pseudo danse guerrière ! Caroline a une entorse des ligaments croisés au genoux, elle se place au centre de cette masse en furie ! Elle est folle !!! Je pense à leur préciser que le bouquet est lourd, particulièrement la poignée en fer !!! Un… Deux… Trois, je ferme les yeux, pas de triche, voilà mon bouquet dans les airs ! Il sera pour Laure ! Ma copine !!! La propriétaire de Puzzle, petite ponette d'amour qu'elle me prête, chez nous, vers Bordeaux… Je ne peux m'empêcher de taquiner Laurent, son chéri, eux qui passent leur temps à se râler dessus !!! Je redescend la féliciter ! 20h30 ! Déjà !!! L'heure de commencer le repas ! Toujours aussi indisciplinés, les invités sont dur à rassembler dans le barnum, ils terminent le planteur ! Les fumeurs font une dernière cigarette, on attend que la majorité des personnes soient assises pour l'entrée ! Ah oui tiens, on n'y avait même pas pensé à ça…Je laisse le choix à mon petit frère pour la musique, on circule entre les tables, la salle est belle ! Bien plus belle que je ne l'avais imaginée ! Et tous ces gens réunis ! Blancs, noirs… jeunes, vieux… famille, amis… tous là, pour nous, ils nous acclament ! Chéri entame un petit discours, de l'improvisation, pour changer ! Petit battle de voix, le 22 contre le 92, le 971 ou encore le33, tous donnent de la voix ! Il remercie chacun d'être venus, et pense à ceux qui n'ont pas pu venir ! Il changer vite de sujet, trop risqué d'évoquer sa mamie ! Je le presse, moi aussi j'ai envie de parler ! Je remercie ses parents, tout simplement parce qu'ils m'ont offert la plus belle chose de ma vie ! Merci à mes parents pour tout leur investissement ! Merci à tous, qu'ils profitent, s'amusent, prennent autant de plaisir que nous ! La soirée est lancée, les plats vont s'enchainer, les animations, les séquences émotions ! Premier moment fort, ma s&oelig ; ur a préparé un poème, elle me dit qu'elle m'aime, que je suis son modèle, qu'elle est fière de moi, de nous, de notre couple… Puis vient le diapo qu'elle a préparé avec l'aide de son chéri, des photos de moi, petite, grandissant, en passant par toutes les grosses étapes de ma vie, la naissance de mon frère et ma s&oelig ; ur, l'école, le collège, la voile, le lycée, ma passion pour guingamp, la fac, ma rencontre avec chéri, l'équitation, notre vie à deux, nos amis… Tout cela au son de musiques qui évoquent tant pour moi ! Comment s'en sont ils souvenu ? Des musiques dont moi-même je ne me souvenais plus, mais qui pourtant symbolisent des moments clés de ma vie ! Deuxième temps fort, le Libdub préparé par nombre de nos proches ! Exellent !!! http://www.facebook.com/video/vide [… ] 402&ref=mf Ils sont tous réunis, des cousins, de la famille, des amis proches, lointains, venus de partout, des peronnes qu l'on n'avait même jamais rencontrés ! Ils chantent, dansent, tous ces détails si bien pensés, qui nous ressemblent ! Le mc do, mon blouson jaune qu'and j'avais mon scooter, le cheval, L'OM, l'EAG, la Bretagne… c'est absolument génial ! Le plus touchant, c'est le travail qu'ils ont fourni ensemble !!! On y ressent l'union de deux familles, ils sont merveilleux !!! Quand je pense que je râlais de m'être fait virer de la maison jeudi soir !!! Je comprend mieux ! Il y a eu cette chanson, sur zouk machine, qui retrace à nouveau notre vie en musique, il me faudra récupérer les paroles ! C'est vraiment super !!! La soirée s'avance, il commence à faire un peu froid (pour les invités, moi-même, en bustier je n'ai jamais ressenti le froid !!! Il va falloir lancer le dessert pour pouvoir commencer à danser et se réchauffer ! Le traiteur prépare la présentation des gâteaux, avec les étincelles, ils vont entrer dans le barnum, la lumière est éteinte, la musique démarre, mais rien ne se passe… L'agitation autour de l'entrée, je vais y jeter un &oelig ; il ! Les gâteaux sont tombée !!! Enorme !!! CA me fait plus rigoler que stresser !!! Ils ont raté la marque ! La pauvre dame du traiteur, elle est tellement désolée, mais je la rassure, aucun problème !!! On se rabat sur la pièce montée préparée par la belle famille, les "feux d'artifice sont allumés" , Mon chéri et moi trinquons devant … Ais-je déjà dit que je suis amoureuse ? Je suis tellement heureuse de ce jour, si magique jusque là, heureuse d'être la femme de l'homme que j'aime, Heurse d'être Madame… Madame Kichta… Je sens un petit stress qui monte… C'est le dessert, l'ouverture du bal approche donc, et j'ai envie que ça arrive vite, car je vois que certains invités ont froid, il va donc falloir qu'ils puissent danser !!! Un petit tour aux tables, les assiettes se vident, j'appelle doudou, on va se jeter à l'eau… La chanson du début commence, un zouk "Amour sans loi" de Marvin, MA chanson… Celle qui me rappelle la guadeloupe, on l'entendais en boucle sur trace fm ! Celle qui a un tel sens à mes yeux, elle nous représente, c'est notre histoire… "L'amour n'a pas de loi, et ne voit pas les différences, ensemble toi et moi, nous avancerons dans le même sens… Personne ne pourra contrôler nos sentiments, qu'importe la religion ou qu'on soit noir ou blanc…" Elle est tellement belle, je ne peux m'empêcher de chanter en dansant, je me sens bien, dans ses bras, j'en oublierais la suite… Mais le moment fatidique approche, et nous voilà lancés dans la surprise ! Les gens crient, c'est absolument la folie !!! Nous qui avons plutôt le rythme dans la peau, là, le stress rend la chose bien difficile ! On n'est pas franchement ensemble, mais on avance petit à petit dans la danse, jusqu'à ce que… Le trou !!! Pour lui comme pour moi ! Au même moment ! Et pourtant, c'est LE pas que je maitrisais à fond, et sur lequel doudou buttais, mais à force de s'entrainer il le maitrisait aussi parfaitement !!! Je me sens gênée, il continue de danser, il improvise ! Moi j'ai envie de m'y retrouver, mais c'est bien difficile… Donc on court, on taope dans nos mains, les invités nous soutiennent quand même… La danse se termine, on s'est quand même souvenus de la fin ! Je suis déçue, déçue de moi, je la connaissais par c&oelig ; ur !!! On s'est lancé là dedans, et pour moi, ça devait être parfait… Mais gros raté ! Enfin tout le monde ma rassure, me dit que c'était bien, que ça ne s'est pas vu (hum hum…) Bref, passons à autre chose, c'est comme ça… Du coup une petite idée me passe par la tête, on joindra un CD avec photos et vidéo du mariage aux remerciements, et on inclura un bonus, nous deux, habillés style clip américains, et on la fera, notre danse !!! Lol Le bal est ouvert, Les invités nous rejoignent sur la piste, on est parti pour plusieurs heures de danse ! Vers 2h, Nathalie et katell m'appellenet, je dois trouver mon mari, elle nous lancent "Vivo per lei" et on danse là, au milieu de tout le monde, collés, amoureux… Nathalie invite les personnes qui nous entourent à aller chercher des bougies, et ils nous encerlent. Ils les déposent au sol, je verrai par la suite sur les photos que ça formait un c&oelig ; ur ! C'était magique ! Sublime ! On était là, au milieu de tout le monde, beaucoup ont laissé une larme couler… Et pourtant, on se sentait complètement seuls, on s'embrassait, on se serrait dans nos bras, on se glissait des "je t'aime" … Merci les filles pour ce moment si proche du rêve ! La soirée se poursuit, jusqu'à 4h, Les gens sont presque tous partis, on éteint la musique, je coupe le disjoncteur général, on se croirait presque à la fin de Stra Académie ! Ciomme quand ils coupent les lumières pièce par pièce ! Ca y est, le jour J, notre jour J est terminé… Des bisous aux derniers, on prend notre valise, dans la Léon, et direction l'hôtel. Sur la route, on se remémore les instants précieux que l'on a vécu, on se félicité d'avoir réussi à unir deux familles, d'avoir vu les gens si proches alors qu'ils ne se connaissaient même pas, on ne regrette rien (euh si… moi, la danse) On est heureux, on a eu le mariage dont on rêvait…Arrivés à l'hôtel, la suite, je la garderai pour moi… Le lendemain apportera tout autant de bonheur, un buffet, succulent, grâce aux accras, aux pâtés, au boudin entre autre… Le gâteau préparé par le pâtissier avec un clin d'&oelig ; il à l'OM et à l'équitation… Le jeu des 12 mois qui nous assure une petite attention de nos proches durant une année… Nous, on se promet que le 28 de chaque mois, en alternance, on se préparera une petite surprise, septembre sera pour moi ! On est couverts de cadeaux, de petites cartes adorables… 28 août 2010… l'union de deux êtres qui n'étaient pas destinés à se rencontrer au point de départ, l'union de deux familles si différents… Mais ne dit-on pas : "Les opposés s'attirent ? "
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


148306
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

09.05.2015 - blanc, vert, lierre : je demarre ! - mariage

image

Hé bien voilà, après 6 mois à traîner sur le forum Mariage de docti, je saute le pas et j'inaugure MA récap !! AVIS : je m'excuse par avance : je sens que ça va être long, très long… Déjà que j'ai tendance à pondre des pavés quand...Lire la suite

Qu'est ce que la doctrine sociale de l'eglise ? - les mamans chretiennes

image

Petit passage par ici avant de me coller au boulot… si, si, il le faut ! J'aime beaucoup ce que tu écris là, Danifir, ça me parle bien. … les 3 paragraphes me parlent, en fait ! Et en effet, Kay, le fait que l'homme doive apporter, chaque...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages