Histoire vécue Amour - Couple > Mariage > Jour J      (1190 témoignages)

Préc.

Suiv.

Le mariage de verylaurie

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 429 lectures | ratingStar_27652_1ratingStar_27652_2ratingStar_27652_3ratingStar_27652_4

On arrive mercredi soir à DZ : on vit la maison que mes parents ont commencé à retaper. Un boulot énorme, cloisons intérieures modifiées, jardin nettoyé, grange (étable ? ) toute lessivée. Je ne reconnais rien. On est tellement crevés quon na plus la force de ressortir dans la tempête pour déposer mon chéri à son père. Il dormira là, tant pis.

Jeudi : je vais voir le curé de DZ. On nest pas très contents car Grenoble a négligé notre dossier et à 2 jours du mariage, la paroisse de DZ ne la toujours pas. Il est arrivé le matin, en urgence ! Le curé est très gentil, nous met à laise et me propose de visiter léglise (que je connais pourtant bien). Mon chéri séclipse pour aller à Quimper remettre le fromage au traiteur. Il sagit dun fromage de Chimay affiné à la bière, spécialement apporté par le papa de mon futur mari de sa Belgique natale. Nous souhaitions une touche belge au menu et le traiteur a accepté de servir un fromage acheté par nous. Je rentre à la maison, une dame apporte un gros cadeau de mariage. Pas la moindre idée de qui elle peut être. Qui dois-je remercier ? Je demande avec une mine résolument ravie. Je pose le paquet sur la pile de cadeaux qui attend déjà dans ma chambre et que je commence à regarder avec inquiétude Déjeuner sur le pouce et visite à la fleuriste. Elle a bien reçu mon échantillon de tissu et me sort toutes les fleurs bleues qui pourraient convenir. Zut, ce bleu foncé est très rare, la dame sest donné du mal pour trouver 4-5 fleurs. Je me décide pour des gentianes. Ensuite, on part avec un de mes témoin : direction la salle, objectif monter les tentes et décoration. Là, on trouve une équipe de 6 garçons : nos frères, cousins et papas en train de monter les tentes. Les filles, tantes et surs font la déco : nuds sur les chaises, fleurir la tente du traiteur On finit vers 18 h, après avoir finalement renoncé à attacher les murs des tentes, de peur que tout ne senvole. Dodo de bonne heure, très mauvaise et courte nuit.

Vendredi : On commence par arranger la grande où aura lieu le lendemain de mariage. Mes frères lont déjà pavoisée selon la coutume locale. On attend les tables et les bancs quon installe immédiatement, on décore, on met des nappes, on range. Ca prend belle allure. Je retrouve mes galets prévus pour servir de marque-place pour la table des mariés et jinscris les 35 noms des invités au marqueur. J'ai failli oublier. 13h30, je file chez le coiffeur. Elle me lave les cheveux et les apprête pour le chignon de samedi. Puis elle me fait un chignon pour la mairie. On na fait aucun essai ensemble, on ne sest même jamais vues mais je connais sa réputation et elle a exceptionnellement accepté de faire une mariée. Bizarrement, je suis très zen chez le coiffeur. Je ressors avec un chignon banane superbe. Moi qui croyais que jamais ça ne mirait ! Je rentre juste à temps pour que mon témoin vienne me maquiller. La mairie est à 16 heures, quand même. Mon frère, lautre témoin mairie est en encore en t-shirt crado et short. Il faut lui suggérer denfiler son déguisement. 15 h 45 : on retrouve la famille de mon chéri devant la mairie. Ses témoins sont là, mais aussi un certain nombre de copains qui nous ont fait une surprise ! On est tous ravis de se retrouver. Ma mère tire une tête qui choque mes amies, je lai su plus tard. Surprise, lofficier de létat civil est une dame, ladjointe à la culture. Cest une cérémonie très courte, mais chaleureuse, simple et vraie. J'ai la voix toute étranglée, il faut sûrement de bonnes oreilles pour entendre mon oui. Les gens sont tous émus, du moins nos amis, nos frères, sa sur et nos pères. Deuxième surprise : un très joli tableau dun artiste local, cest le cadeau de la mairie. On la déjà accroché dans le séjour. Petit clin dil du destin, chaque année, DZ accueille à cette date un festival de cinéma international, avec un pays à lhonneur. Et bien cette année, DZ fêtait les Belgiques Ca amusait manifestement la dame qui nous a du coup offert laffiche. Troisième surprise, lorsquon sort, la pluie cesse et le soleil sort timidement. Mes parents sortent rapidement, ils ont encore plein de choses à régler, mon frère et Dad se précipitent à léglise pour répéter. Les jeunes mariés restent un peu avec les copains, et on va tous sur le port, boire un cidre pour fêter notre union toute neuve. Je choisis le pub puisque je suis la seule à connaître les lieux. Cest pas le moins cher mais tant pis, à événement exceptionnel, cadre exceptionnel. Les amis ne sont pas déçus. Dans les rues, les gens nous regardent en souriant, une bonne vingtaine de jeunes élégants au milieu de vacanciers en short. Puis les amis repartent se changer à leurs hôtels et logements variés pendant que nous réglons les derniers détails avec le prêtre qui nous marie et qui est venu à la mairie ! Je déstresse un peu. On retrouve le témoin de mon chéri et son amie et on va chez mes parents pour un dîner informel. Entre temps, des amis de mes parents sont arrivés, je leur présente Vincent. Ils nous font la fête. Ma mère sest surpassée, son curry est excellent et les installations ne manquent pas de piquant : la maison nest pas habitable depuis longtemps et est encore très peu meublée : des tréteaux et des vieilles portes ont fait une table de cuisine, les murs sont encore à nu, il ny a pas encore de placards Ma sur passe son temps à la cuisine, je fais comme si je navais rien vu. Mes beaux-parents se sont bien comportés lun envers lautre. Les invités sen vont vers 23 h, demain sera une longue journée. Mais avant daller me coucher, je répète la valse avec mon papa, au milieu des tables desservies et des bouquets de fleurs posés partout.

Samedi : réveil très tôt, je nai pas vraiment dormi, je suis malade de stress. Je nai pratiquement rien mangé depuis mon arrivée. Petit déjeuner dans une ambiance tendue. Ma mère me fait une scène de jalousie : hier, mes 2 témoins filles lui ont proposé de mhabiller. Elle leur a bien fait comprendre que ce serait elle, plus parce que cest une prérogative de la mère de la marié que parce que ça lui fait réellement plaisir. Je pense quelle veut seulement marquer son territoire vis-à-vis de mes amies. En tout cas, jaurais apprécié quon me demande mon avis. 10 h : Rendez-vous chez la maquilleuse. Jy vais à pied pour nembêter personne. Devant la boutique, je trouve mon frère qui mattend. Ma mère la dépêché pour me servir de chauffeur toute la matinée. Il memmène ensuite chez le fleuriste chercher mes fleurs de coiffure, la boutonnière pour Papa et insiste pour sarrêter à la pharmacie tellement je suis malade. Puis, il me dépose chez le coiffeur. A nouveau, la dame fait un miracle. Elle sest entendue avec la fleuriste qui a monté des gentianes bleues sur fil en laiton. Cette fois, le chignon est plus travaillé, plus sophistiqué et met vraiment mes épaules et mon décolleté en valeur. Mon frérot me ramène, parfait dans le rôle du coach personnel. Au milieu du pont, au dessus de la rivière et juste en face de la mer, il me sort que le mariage, ce nest pas la mer à boire mais seulement la belle-mère à avaler. On rigole tous les deux comme des baleines. Je grignote 3 bouchées de pique-nique et je passe à lhabillage. Gros malaise avec ma mère que je nappelle quau moment de fermer le bustier. Je nai pas envie dêtre seule avec elle. On manque doublier le collier de perles pour les photos. Dans le feu de laction, joublie totalement mes ongles. Tant pis, la mariée naura pas de vernis. On va faire les photos près de léglise, dans un petit jardin qui borde la mer. Je retrouve mon chéri qui mattend, mon bouquet à la main. La fleuriste a fait un travail magnifique, mon chéri lui a promis une photo car jamais elle navait fait un tel bouquet. Il est crème avec 3 orchidées, tout rehaussé de gentianes, exactement assorti aux demoiselles dhonneur. Des vraies princesses qui prennent la pose devant lobjectif. Elles mont fait un accueil de star. Je suis affreusement crispée. Lheure tourne et 15h30, il faut entrer dans léglise, les cloches sonnent. Je commence à réaliser. Jentre avec mon papa, léglise croule sous les fleurs bleues. Tout le monde nous regarde On sassoit (le bouquet près de moi doit faire son mètre de diamètre) et ça commence. Très vite, on doit dire le mot daccueil et comme ça marrive dans ce genre de circonstances, je dis tout à fait autre chose que ce qui est écrit sur le papier. La cérémonie se passe bien. Ma sur a lu un bout de prière, dun ton si sec et contrarié que j'ai cru prendre une gifle. Vraiment dommage. Ma mère tirait encore la tête. La dame qui dirigeait les chants et le prêtre nous voyaient de face, et nous faisaient des petits sourires et des signes rassurants. Musique magnifique, qui ma tiré des larmes discrètes. On nous a fait beaucoup de compliments sur le choix des chants et de la musique. Lassemblée était très recueillie, ça chantait beaucoup. Il paraît que les enfants ont fait la quête nimporte comment selon ma mère. J'ai rien vu et je men fiche. Le plus cocasse : face à lassemblée, j'ai manqué métouffer. Ce genre de crises bizarre se produit toujours au moment le plus inopportun. Mes copines ont vu la crise se profiler mais heureusement, ça sest arrêté à temps et lassemblée a simplement pensé que la mariée était émotive. Un mal de chien à enfiler lalliance de mon mari. Pourtant, elle était un peu grande mais elle a résisté plusieurs minutes. Et mon chéri a failli oublier de donner les alliances à mon témoin. La malheureuse a du lui courir après pour quil les lui donne. Sortie superbe Le temps instable jusque là sest miraculeusement arrangé. Le soleil est arrivé à la minute où nous sortions de léglise, sous les bulles de savon et les pétales de fleurs (merci à mes témoins davoir tenu bon face à ma mère qui ne voulait pas des bulles). J'ai pris un léger coup de soleil sur le décolleté.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


27652
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

09.05.2015 - blanc, vert, lierre : je demarre ! - mariage

image

Hé bien voilà, après 6 mois à traîner sur le forum Mariage de docti, je saute le pas et j'inaugure MA récap !! AVIS : je m'excuse par avance : je sens que ça va être long, très long… Déjà que j'ai tendance à pondre des pavés quand...Lire la suite

Qu'est ce que la doctrine sociale de l'eglise ? - les mamans chretiennes

image

Petit passage par ici avant de me coller au boulot… si, si, il le faut ! J'aime beaucoup ce que tu écris là, Danifir, ça me parle bien. … les 3 paragraphes me parlent, en fait ! Et en effet, Kay, le fait que l'homme doive apporter, chaque...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages