Histoire vécue Amour - Couple > Rencontres sur internet      (2534 témoignages)

Préc.

Suiv.

A mi-chemin, le plaisir

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 1306 lectures | ratingStar_93076_1ratingStar_93076_2ratingStar_93076_3ratingStar_93076_4

J'ai pendant de très long mois jouer les voyeuses, sans jamais répondre sur le forum des récits érotiques, ni écrire en privé, à personne, j'étais une lectrice presque invisible, une lectrice qui y prenait beaucoup de plaisir et j'avais découvert grâce à mes lectures bien des choses sur moi-même.

Un beau jour de mai 2005 je me suis lancée, en privé pour commencer avec un auteur que j'apprécie tout particulièrement, puis j'ai publié mon premier petit récit, il était écrit depuis bien longtemps déjà, j'ai été très bien reçue, je m'y suis sentie bien, j'ai donc déposé mes valises au milieu de ces auteurs talentueux pour beaucoup, dont certain texte m'avaient offert bien des plaisirs, souvent solitaire mais toujours sublimes et délicieux…

Après plusieurs de mes récits publiés et des critiques plutôt encourageantes j'ai reçu un jour, en privé, des commentaires très agréables sur mes récits, cet homme avait des mots qui touchent une femme comme moi, des mots qui m'avaient même parfois perturbée, je l'avoue.

Des MP nous sommes passés aux mails,… également, bien que je ne parvienne pas à être à l'aise sur… ce qui est totalement contradictoire avec celle que je suis, je fais un certain blocage, c'est pour cette raison qu'une rencontre serait bien plus simple, il verrait par lui-même, sans écran interposé, celle que je suis vraiment, une femme pleine d'assurance et assez entreprenante quand c'est nécessaire…

Je crois qu'il appréhende bien plus que moi cette rencontre, de mon côté je m'en fais une joie, je ne vois pas comment l'homme que j'ai découvert sous ce pseudo pourrait me décevoir, mais on ne peut jamais être sure de rien.

Je n'ai pas en tête une rencontre sage, bien au contraire, mais je ne voudrais pas qu'il me prenne pour une fille super facile car c'est tout de même la première fois qu'une telle aventure m'arrive, je vais bien voir, les choses se feront naturellement j'espère.

Nous sommes très différents l'un de l'autre, il me semble assez réfléchit alors que moi je fonctionne à l'instinct, mon impression est t'elle la bonne ?

Je suis très impatiente de le découvrir et de pouvoir vérifier mes sensations. J'espère ne pas l'effrayer avec mon audace et ma franchise, j'espère lui plaire tout en restant moi-même, je pense que lui va me plaire, ces mots m'avaient déjà séduite depuis longtemps quand j'ai découvert son visage, il a beaucoup de charme et j'en viens même parfois à me demander ce qu'il me trouve à moi.

J'ai une envie folle de séduire cet homme qui me fait fantasmer depuis des semaines, bien des fois je me suis caressée après nos échanges, pas besoin d'être très très chaud pour que ceux-ci me fassent beaucoup d'effet.

D'ailleurs à l'instant même je l'imagine en train de me caresser et cela me trouble.

Nous devons donc nous retrouver à "mi-chemin" pour cette première rencontre, c'est lui qui a choisit, je lui fais confiance, ces goûts me semblent sûrs, ce sera donc Grenoble, il sait que je suis une fille naturelle et sans "chichi" comme dise certain, j'espère donc qu' il a tenu compte de cela, je serais très mal à l'aise dans un endroit trop luxueux, j'aime la simplicité et la beauté des choses naturelles.

Cet été, c'est en flânant sur Internet à la recherche de textes érotiques que je suis tombé sur ce forum. Je dois avouer qu'au début je jouais plutôt les voyeurs. Un certain nombre de pseudo revenait régulièrement et nous gratifiais d'histoire plus croustillante les unes que les autres. Après quelque semaine de lectures assidues je me suis lancé dans l'écriture d'une première histoire que j'ai publiée ; non sans l'avoir lue, relue et corrigée maintes et maintes fois.

Les commentaires ont été plutôt timides. Mais à la lecture d un de ses commentaire j'ai voulu connaître un petit peu mieux la personne qui me l'avait envoyé. Je suis d'abord parti à la recherche de ses histoires et j'ai tout de suite aimé son style. J'en ai profité pour lui envoyer mes remarques sur ces récits par message personnel et elle m'a répondu. De messages personnels en messages personnels on a fini par se transmettre nos mails. Puis de mails en mails on en est arrivé à converser par messagerie.

Ca fait maintenant plusieurs mois que nous conversons par mail et par messagerie. Toi du sud de la France, moi de Suisse.

Ce n'est pas sans une appréhension, que je sais mutuelle, que nous avons décidé aujourd'hui de nous retrouver pour un week-end en toute amitié. Juste pour que les mots que nous nous envoyons se rapportent à un visage et qu'ils trouvent enfin un timbre et une sonorité.

Nous avons décidé de faire chacun la moitié du chemin qui nous sépare l'un de l'autre. C'est dans un hôtel au sud de Grenoble que nos avons prévu de passer ce week-end.

2h30 environ de route me sépare de toi, nos échanges par mails me plaisent beaucoup, m'excite même, par contre lors de nos dialogues sur… je suis comme pétrifiée, je ne suis plus moi-même alors que là, durant cette route, traversant ces paysages dont les couleurs commencent à virer au rouge orangé, je ne suis pas effrayée du tout.

Je sais que notre rencontre va bien se passer, j'ai l'impression de te connaître, nos préférences sexuelles sont proches, tu me trouves bien peu de tabous, je crois que cela te plait beaucoup. Une rencontre en toute amitié me semble bien peu probableje la souhaite bien plus coquine cette rencontre.

Cette attirance pour toi est purement sexuelle, je l'assume et j'ai le désir d'aller au bout de cette pulsion, notre rencontre sera sans lendemain, pure histoire de sexe, je désire qu'elle le reste, les sentiments n'entre pas en jeu entre nous, j'ai juste envie de toi, c'est aussi simple que ça !

Envie typiquement masculine, je ne vais pas le nier !

Nous nous sommes donné rendez-vous à la sortie de l'autoroute en cette fin d'après-midi ensoleillée d'automne. Je t'attendais seulement depuis quelques minutes quand tu es descendue de ta voiture. Tu m'avais bien envoyé quelques photos de toi où j'avais pu apprécier certaines facettes de ta beauté. Mais alors là…

J'en suis presque resté bouche bée… La réalité dépassait ce que j'avais pu imaginer ou deviner sur les photos. Je suis venu vers toi pour te saluer.

L'autoroute m'indique la Sortie sud de Grenoble, c'est là que je vais enfin te rencontrer, si tu as osé venir… je me rends compte tout à coup que tu n'as même pas mon numéro de portable.

Je suis la seule à pouvoir te joindre, tu m'avais, l'air de rien, glissé ton numéro un jour, au cas où j'aurais envie de t'envoyer un SMS, chose que je n'ai pas faite.

Pourtant l'envie était grande, mais je savais très bien qu'un SMS finirait par amener un appel téléphonique et je ne voulais pas de cela, je refuse qu'une voix hante mes jours et mes nuits sans même que je ne connaisse la personne.

Je paie l'autoroute, passe la barrière et en arrivant à la petite aire de repos je t'aperçois de loin, aucun doute c'est toi, j'ai envie de klaxonner, mais je ne veux pas que tu me trouves déjà "fofolle" avant même de m'avoir vu, j'assume ce que je fais, mais tout de même.

Je passe devant toi et stoppe ma petite Toyota Yaris rouge flamboyant juste devant ta voiture, enlève ma ceinture, retire la barrette qui maintien mes longs cheveux bruns et les laissent venir naturellement se déposer sur mes épaules et mon dos. Je n'aime pas avoir les cheveux attachés, mais pour conduire c'est de rigueur.

Je descends de la voiture, tu es là qui vient vers moi, mon cur s'emballe un court instant puis très vite se reprend.

"Bon… bonjour Elodie. Je suis Fabian." Je suis tellement troublé par ta beauté que ce bonjour a été un peu timide et empoté de ma part.

- "Bonjour Fabian" tu étais, il me semble, très troublé, en te faisant la bise je t'ai glissé à l'oreille "et moi c'est Elodie" avec un sourire taquin que tu n'as sans doute pas vu.

Nous nous sommes embrassés un peu maladroitement sur les joues. Puis, je t'ai proposé de me suivre avec ta voiture jusqu'à l'hôtel.

J'ai tout naturellement prit ta main dans la mienne pour que tu m'accompagnes à ma voiture avant de partir pour l'hôtel, j'étais pleine d une impatience nouvelle pour moi, je te trouve encore plus charmant que sur tes photos, derrière ton visage de charmeur se cache un homme tendre et attentionné, j'en suis certaine.

J'ai hâte d'arriver et de profiter enfin de ce petit séjour avec toi.

Je nous ai choisi un lieu magnifique pour notre rencontre. Il se situe près du Mont Aiguille, au sud de Grenoble. J'avais réservé quelques jours auparavant deux chambres contiguës et communicantes dans le château de Pâquier. J'avais aussi réservé une table dans un restaurant de la région ; histoire de ne pas mourir de faim dés notre arrivée et surtout pour fêter dignement cette première rencontre.

Une fois nos valises déposées à l'hôtel, Elodie est montée dans ma voiture pour le trajet jusqu'au restaurant. Je dois avouer que sa présence à mes côtés me déconcentrait. Je roulais donc très lentement histoire de ne pas gâcher ce week-end par un accident.

Il faut dire que je nous ai concoctés un week-end bien remplis. Le samedi je veux l'emmener au sommet du Mont Aiguille, ce qui n'est pas une course facile. J'espérais secrètement que cette course ne serait pas trop évidente pour Elodie, car je comptais bien pouvoir l'aider dans cette ascension et que celle-ci nous rapproche encore plus. Le dimanche j'ai prévu de la faire voler en Parapente à St Hilaire. Là aussi la promiscuité et les sensations que lui apportera ce vol devraient me permettre de la séduire. En fait en préparant ce week-end je n'avais pour objectif, il me semble, que de l'impressionner. Maintenant que je l'ai vu, mon but est assurément de la séduire.

J'ai laissé à Fabian le soin de tout organiser, il avait l'air d'y tenir et d'avoir déjà tout plein d'idée en tête, je lui ai donc fait confiance, j'aime qu'un homme prenne des initiatives, Fabian me plait déjà, en quelques minutes j'ai su que tout serait magique à ces côtés.

Le Château de Pâquier m'a conquise au premier regard avec ses chambres d'hôtes, nous nous sommes installé sommairement car il nous fallait déjà repartir pour le restaurant, je lui ai tout de même demandé de "m'accorder" 30 minutes afin de prendre une douche et me faire belle pour lui… Bien des idées me sont venues à l'esprit sous cette douche, l'envie secrète qu'il vienne m'y rejoindre et me fasse l'amour avec passion… Mais non !

Je me suis habillée de façon sage et sensuelle, comme j'aime avec un décolleté qui ne fait que suggérer, rien de vulgaire.

Un léger maquillage, très naturel et me voilà fin prête, je te rejoins à ta voiture, direction le restaurant.

Je te sens toujours très mal à l'aise, je ne te plais peut être pas, sans doute est tu déçus en fin de compte, tu conduis très lentement, ta prudence est étrange.

J'ai trouvé le restaurant sur Internet et j'ai tout de suite réservé une table pour te faire la surprise. Il se situe dans un magnifique corps de ferme, entièrement rénové. On retrouve à l'intérieur cette ambiance d'étable. Les tables sont disposées dans des sortes d alcôves. C'est donc dans une certaine intimité que nous dégusterons ce repas fait de mets traditionnel.

Après une demi-heure de route, nous voilà arrivé devant cette bâtisse. Je te sens admirative en découvrant ces lieux, comme tu l'avais déjà été tout à l'heure, quand nous étions arrivés devant le château. J'adore cette sensation de te surprendre. J'aime ta façon de t'émerveiller des surprises que je te fait.

On nous place à une table un peu à l'écart des autre, en choisissant notre repas et le vin qui l'accompagnera nous parlons de chose et d'autre afin de mieux nous connaître.

Nous voici dans ce magnifique restaurant, tu as drôlement bien choisit, cela renforce mon avis de tout à l'heure.

J'aime déjà l'ambiance chaleureuse qui se dégage de ce lieu, le repas va être agréable, c'est une évidence !

De plus ce petit coin douillet où nous avons été placés est propice au petit jeu de séduction ou aux gestes sagement déplacés.

- "Je dois t'avouer qu'avant que je ne te voie arriver tout à l'heure à la sortie de l'autoroute je n'étais pas sûr que tu viendrais. Je suis très content que tu sois là avec moi ! "

- "Je crois qu'avec tous les échanges que nous avons eu par écrit, tu n'avais aucune raison de douter de ma venue, mais je t'avoue avoir douté moi aussi de la tienne, c'est tout naturel je crois pour une première rencontre"

- "Jusqu'à maintenant, comment trouves-tu mes surprises ? "

- "Je suis… comment dire… sous le charme, tu as du lire dans mes pensées pour avoir aussi bien choisit, tes surprises me plaisent et je suis certaine que tu en as encore bien d autre pour moi"

Plus notre soirée avance, plus notre conversation tourne au jeu de séduction. J'adore ça, moi, te séduire ! En plus je sens que ce jeu te plait, que tu réponds à mes avances verbales par des sous entendus, que tous tes mots sont prétextes à me charmer.

Encore timidement et à l'abri de la nappe, je glisse délicatement mon pied contre le tiens. Tu ne le retires pas ! …

Au court du repas j'ai senti que tu étais peu à peu plus à l'aise, en confiance, cela m'a rassuré quand tu as commencé gentiment à vouloir me charmer, le jeu de séduction a alors commencé, entre regards et sous entendu fiévreux, chaque mot est devenu important.

Ton regard me plait, je me sens bien avec toi, une sorte de complicité est installé entre nous ce soir.

Je savais bien que cette endroit était propice aux petits jeux sous la table, tu viens enfin de te décider à glisser ton pied contre le mien, je prends cela pour une invitation mon cher, en réponse je glisse ma main sous la table où je trouve ta cuisse droite, les tables pour deux sont étroites en ce lieu et c'est une bénédiction pour ma main…

Après ce magnifique repas, nous sommes rentré jusquà "notre" château. Pendant tout le trajet je t'ai regardé d'un il. Je pense que j'attends un signe de toi pour m'arrêter et t'embrasser. Mais rien ne vient. Peut être es-tu fatiguée ? C'est ça ! Tu dois être fatiguée ! C'est pour ça que tu ne fais pas ce signe tant attendu.

Durant le trajet de retour jusqu'au château je n'ai cessé un instant de nous imaginer dans une des chambres, la mienne, à faire l'amour, je me laisse aller à mes idées coquines, ta conduite est fluide, je ne vois pas la route défiler, nous voilà déjà au Château.

Il faut que je trouve une idée pour t'attirer dans ma chambre, ma main sur ta cuisse ne t'as pas du tout dérangé je crois, humm je crois que je laisserais simplement la porte communicante ouverte, le message sera clair j'espère ?

Je t'accompagne jusqu'à la porte de ta chambre et je t'embrasse délicatement sur la joue en te souhaitant une bonne nuit. Lors de ce baiser, les commissures de nos lèvres se sont touchées. Ce contact m'a littéralement électrisé. Je rentre dans ma chambre encore tout chamboulé par ce baiser. Je prends vite une douche pour me remettre de mes émotions et juste avant de me coucher, je vérifie discrètement si tu as déverrouillé la porte communicante qui sépare nos deux chambres. A mon grand étonnement elle est ouverte.

Des milliers d'idées me tournent dans la tête quand je rejoins mes draps. Je repense à notre soirée, à ce bon repas, à tous ces sous entendu que tu m'as fait, à nos gestes câlins sous la table, à tes yeux plongés dans les miens. Toutes ces images me reviennent en mémoire et m'empêche de dormir. Mes idées se transforment en fantasmes.

J'ai fait la crêpe dans mon lit pendant près d'une heure avant de me décider. Je vais l'ouvrir cette porte. Ce dernier rempart qui me sépare de toi. Je veux te voir dormir. Je veux me blottir contre ton corps et tant pis si tu me jettes. Au moins je serais fixé sur tes intentions à mon égard. Je verrais bien si le charme que tu m'as fait ce soir n'était qu un jeu de séduction.

Maintenant que je suis devant cette poignée j'hésite encore. Que dois-je faire ? Faut-il que je vienne te rejoindre. Je ne veux vraiment pas gâcher notre complicité par mes envies. Je suis là, comme un imbécile, nu et figé devant cette porte.

Voilà prêt d'une heure que nous sommes revenu, je l'ai entendu prendre une douche et il a forcément du voir que la porte était ouverte, alors pourquoi ne vient t'il pas ?

Me voilà qui doute, je doute de lui, de moi, de mon charme, de cet échange séducteur durant la soirée, n'était-ce qu'un jeu pour lui ?

Le sommeil me gagne peu à peu et je n'entends pas la porte qui s'ouvre.

J'étais endormie sur ce grand lit, ma nudité offerte à ta vue, allongée sur le ventre, légèrement tournée sur le côté, ma jambe gauche à demi pliée, un bras soutenant ma tête, mes longs cheveux bruns étalés de parts et d'autres de mon dos, mon cou et mon visage, je suis tournée vers la fenêtre, je pourrais aussi bien faire semblant de dormir à l'instant, pourtant, tu sens bien au contact de tes lèvres sur mon corps que je dors réellement.

Je m'éveille peu à peu à tes caresses, les frissons m'envahissent doucement, tu couvres chaque petit morceaux de moi de tes attentions, c'est divin.

J'ai la sensation que tu connais déjà chaque millimètre de mes courbes tant tes baisers sont surs et bien placés, m as-tu déjà fait l'amour auparavant ?

Je me retourne lentement, ouvre les yeux et te découvre enfin, toi qui me sort si agréablement de mon sommeil, mes mains retrouvent les tiennes, elles se reconnaissent, tu te laisses guider, pour mon plus grand plaisir, je suis bien dans tes bras, ma petite fleur est inondée de mon nectar qui se glisse déjà entre mes lèvres, mais qui es-tu donc pour aussi bien parvenir à me troubler ?

Finalement je l'ouvre. Quel spectacle magnifique. Tu es étendue sur ce grand lit à baldaquins, ton corps halé entièrement offert à mon regard. Tu parais si bien et si détendue comme ça, couchée sur le coté et me tournant le dos. Délicatement je m'étends près de toi. Tout en dormant, tu bouges un petit peu, comme si tu voulais me laisser un peu de place. Je vais enfin savoir si tu m'attendais.

Je me décide. Je promène mes lèvres humides sur ton corps offert. J'embrasse tendrement les reliefs qui se présentent à moi. A chaque baiser ma langue se fraie un chemin entre mes lèvres pour déguster l'arôme vanillé de ton corps.

Le grain de ta peau se modifie à mesures de mes attentions. Les frissons t'envahissent et ton corps s'arque progressivement, au fur et à mesure de mon exploration.

Le désir envahit ton être et mes bisous de plus en plus coquins te soutirent de légers gémissements, qui m'invitent à poursuivre le relevé cartographique que je fais de toi. Ma démarche est quasi scientifique. Aucun centimètre, que dis-je, aucun millimètre de ta peau d'abricot ne sont laissés de côté. Mes mains se joignent aux tiennes et tu les conduis dans une découverte tactile de tes formes. Je suis comme un aveugle lisant du bout de ses doigts un livre érotique. J'aime ça !

J'aime savoir ton corps à la merci de mes attentions buccales, J'aime savoir ton corps sous le joug de mes caresses. J'aime te savoir prête à te soumettre à mes désirs, prête à succomber au plaisir que je saurais t'apporter. Cette idée me comble de bonheur. Cette idée fait monter en moi un flot de désir pour toi.

Je sens dans ton être le désir que tu as pour moi. L'envie que tu as de découvrir mon corps. L'impatience de tes mains à vagabonder sur mes formes. Je te sens prête à venir chercher en moi l'instrument de ton plaisir. Je te sens prêtre à m'utiliser comme un jouet. Je te sens dominatrice !

Je me sens soudain bien faible et vulnérable, presque à ta merci sans même te connaître, prête à m'offrir à toi, tes lèvres ont prit possession de moi, cela ne se fait pas, je devrais reprendre le contrôle de moi-même, ce serait plus raisonnable… mais plus raisonnable pour qui ?

Non, je n'ai en fait aucune envie d'être raisonnable, j'ai envie que tu me désires plus que tout, que ce désir te fasse perdre la tête et que je fasse de toi ce que je veux.

Très vite tu utilises mes mains comme des outils à la recherche de ta jouissance.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


93076
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Femmes passives qui critiquent: si vous deveniez actives pour changer?

image

Je vois que la majorité des posts ont été centrés sur le partage des tâches domestiques et n'ont pas vraiment résolu la problématique du sujet ; le premier contact, les rencontres hommes - femmes, et la domination féminine qui constitue un...Lire la suite

Est-il timide en amour? ou simplement pas interesse?? - histoires d'amour

image

Bonjour à tous, Je voudrais vous soumettre une histoire que je suis en train de vivre et qui me laisse perplexe… peut-être que vous pourrez m'eclaircir et m'aider a prendre le bonne decision ? Je résume la situation (j'espère que je serai assez...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages