Histoire vécue Amour - Couple > Séparation - Quitter son conjoint      (15968 témoignages)

Préc.

Suiv.

Après 7 ans, elle veut soudainement vivre de nouvelles aventures

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 402 lectures | ratingStar_219531_1ratingStar_219531_2ratingStar_219531_3ratingStar_219531_4

je suis avec ma moitié depuis un peu plus de 7 ans, elle avait 16 ans et moi 19 (donc 23 et 26ans aujourd'hui pour les forts en calcul mental !). Nous n'avons, ni l'un ni l'autre eu d'autres experiences... Donc, nous sommes partis en vacances pour la seconde fois en 7 ans les 10 derniers jours d'aout et les premiers jours de septembre. Nous avons passé un super séjour, nous avons fais plein de trucs ensemble, sans se prendre la tête etc... Nous avons fais plein de projets, que ce soit pour les prochaines vacances, pour les w-e à venir, changer de voiture etc... Ces projets émanaient de nous deux, je n'en était pas ou elle n'en était pas l'unique instiguateur.

 

Nous sommes rentrée le 5 au soir, le 6 en début d'après-midi je l'ai déposée à la gare car elle avait un w-e à l'étranger prévu de longue date avec le Comité d'entreprise de sa boite, durant ces 4 jours on s'appelle, aucun prb. Je la retrouve à la gare le dimanche soir, aucun problème, tout se passe bien. Le lendemain, Lundi donc, reprise du boulot (pour tous les deux), pas de prb, le mardi paril... Mardi soir, elle faisait un petit job habituel, mais excepetionnellement, je suis allez l'aider (je lui ai proposé, elle étais ravi, ni plus ni moins). Je l'aide, on termine vers 22h30. On retourne à la voiture garé à qques mètres dans la rue, en discutant normalement. A un moment, la conversation évoque son w-e. Là, elle se fige, et un peu comme dans les mauvais séries, elle me dis ";Il faut que je te dise un truc, j'ai flashé sur un mec, il ne sais rien passé, mais ce que j'ai ressenti c'est très fort."; Bon, j'encaisse, pas facile, mais bon, on est en pleine rue, et je me contente d'un ";et ?";. ";Je ne te vois plus que comme un ami, je suis contente d'être là pour toi, mais je ne ressens plus d'amour...

 

Je n'ai jamais connu personne d'autre que toi, j'ai envie de vivre d'autre chose, de ne pas être au crochets de qq'un, de découvrir mes limites, de m'assumerseule..."; Pendant environ 2h, j'encaisse en essayant de dédramatiser un minimum ";tu as flashé sur un mec, ce sont des choses qui arrivent, moi aussi j'ai par moment pu me sentir attirer par une autre fille, mais après 7 ans, ca ne me choque pas. Si ca arrivait tous les 4 matins, je dis pas, mais là, franchement, faut sans doute laisser tout ça un peu retomber, et se donner quelques jours ou quelques semaines pour réfléchir"; On en reste là, crevé tous les deux. Je ne dors pas, le lendemain matin pas moyen d'avaler quoique ce soit mais un peu speed pas le temps de parler... Le midi pareil, pause déjeuner très courte donc pas le temps d'en parler non plus. A 16h30 elle m'appelle ";Ca va pas, ce qu'on a dit hier c'est pas clair, je veux que les choses soient plus claires, a quelle heure tu rentres pour qu'on puisse en parler..."; Moi qui était dans un état lamentable, je m'était déjà enfondré dans la journée auprès d'une amie au bureau et j'avais prévu de passer voir nos meilleurs amis, je lui dis donc que je rentrerais vers 19h00. A ce moment là, je m'imginais déjà l'entendre dire que ce n'était pas quelques jours ou quelques semaines qui y changeraient quoique ce soit etc etc...

 

Bref, je rentre vers 19h00 totalement paniqué je reconnait. Elle m'attendait, souriante... Je lui demande donc de quoi elle veut parler et là surprise : ";je sais plus ou j'en suis, je sais plus quoi penser, je suis perdu...."; pendant près de 5 minutes. Je reste fidèle à ma ";stratégie"; et je lui réponds que c'est normal que c'est très récent et que c'est justement l'intéret de se laisser un peu de temps et de sans doute se dire tout ce que l'on pouvait avoir à se dire. Là, elle change de ton, limite à m'engeuler ";mais je ne veux pas que tu me retiennes, je veux qu'on arrête etc etc";. Là, repanique totale dans ma tête, mais j'essaye de temporiser un minimum, je lui propose donc de partir qques semaines chez des amis qu'elle puisse se poser un peu tranquillement etc etc...

 

Elle me dis que ce n'est pas à moi de partir.... Je lui répond que si elle veut allez passer qques jours chez ses parents ou chez des amis à elle il n'y à pas de prb et que ce qui est important c'est qu'elle laisse tout ça un peu retomber pour y voir plus clair. Bref, on ";bataille"; un petit moment pour finalement en arriver à ce qu'elle me dise qu'elle veux prendre un appart et rediscours sur ";découvrir mes limites connaitre d'autres choses..."; Bon, ok, j'encaisse encore, du dur, mais soit. De toute façon, je me rend bien compte que m'interposer frontalement ne ferais qu'empirer une situation déjà bien mal entamer... Le lendemain soir elle avait déjà des RDV, dont le premier pour le vendredi, puis un autre samedi, un autre dimanche qu'elle signe finalement et elle déménage samedi (qui arrive, le 23). Bref, on se sépare, au moins provisoirement, mais elle m'a suffisament répété ";te fait pas d'illusions"; pour que je comprenne que la suite risque d'êre très compliqué... Voilà toutes les grandes lignes de ";l'affaire";, maintenant, avant de revenir sur des ";détails";, ben je vais dire un truc bête, mais c'est TRES TRES TRES TRES DUR...

 

J'ai l'impression de ne plus être capable de me concentrer sur rien, d'être obséder à 300% par cette histoire. J'ai fais mon maximum pour ne pas craquer devant elle car je sais qu'elle n'aime pas ça, mais j'ai pleurer des heures entières seul ou avec qques amis fidèles (ça fait du bien!). A aujourd'hui, la seule chose à laquelle je pense c'est à la récupérer, à la reconquérir car je ne me fais plus d'illusion sur le fait qu'elle va bel et bien partir de la maison... Bon, je vais maintenant essayer d'indiquer des faits qui me font me poser des milliers de questions... Il y a une dizaine de mois, elle m'avait déjà dis que le fait de ne jamais avoir connu ";autre chose"; que moi la perturbait. A l'époque, on en avait parlé, je lui avais dis qu'à mon avis cette envie de voir autre chose venaiat au moins pour partie d'un manque dans notre couple et que moi je voulais qu'on en discute pour essayer d'avancer la dessus. Il s'est avéré qu'elle souffrait de la routine, notamment que l'on ne sorte pas assez (restos, cinés etc...) car, je dois bien l'admettre ce n'était pas quelque chose que j'appréciais outre mesure.

 

Néanmoins, je l'aime et je me suis promis de faire des efforts. Ce que j'ai fait d'ailleurs... Les 2 mois suivants, je me suis fait un peu violence pour proposer d'avantage de sortie, puis petit à petit, je me suis mis à trouver ça agréable et même à prendre du plaisir à le faire avec elle. (sans pour autant que l'on sorte tous les soirs hein !!!) Depuis, j'ai vraiment le sentiment que celà nous avait fait du bien, et que nous étions mieux, elle ne m'a plus jamais reparlé de ça et j'avoue que la voyant (croyant?) heureuse, je n'ai pas voulu remettre ça sur le tapis. Dans la foulée elle à changé de boulot, je l'ai vachement encouragé car là ou elle bossait, c'était devenue très dur, elle rentrait souvent en pleurs etc etc... elle aimait pourtant son boulot, mais la boite dans laquelle elle était ne permettait pas de le faire correctement. Elle à donc finalement trouvé un autre boulot, elle à été recruté comme une vingtaine d'autre parmis plusieurs centaines de candidats, j'ai vraiment essayé d'être le plus possible là pour l'aider car, si les conditions de travails était sans communes mesures avec l'enfer qu'elle venait de vivre, le boulot était très clairement moins interessant....

 

Le premier mois s'est super bien passé (formation, découverte...), le deuxième a été plus dur car elle tombait dans le quotidien relativement rhébarbatif de son job (c'est pas l'usine non plus!). Là encore, je l'ai appuer de mon mieux, lui disant que de toute façon, elle pourrait évoluer et que si dans les mois qui suivent ça n'allait pas elle pourrait toujours postuler ailleurs... Et là encore, il m'a semble que finalement elle à trouvé c'est marque, elle a toute suite était très performante et reconnue pour son efficacité par ses collègues et ses supérieurs. Donc là encore, je me suis dis, c'est cool elle a franchi le cap, je lui ai même dis que j'étais fier d'elle... Encuite sont arrivé les vacances. Au départ, nous devions partir dans un maison de famille dans le sud... Puis plus le départ approchait plus on apprenait qu'on risquait de se retrouver avec pas mal d'autre membres de familles. Sachant qu'elle n'en avait certainement pas très envie, et moi non plus d'ailleurs, on à finalement décider qques semaines avant le départ de changer de destination. On est du coup un peu parti à l'arrache, contrat de location reçu le lundi alors que l'on partit le jeudi etc etc... Mais là encore, c'est comme ça qu'elle préfère que les choses se passent car elle aime l'aventure et ce qui permets de sortir de la routine. Aucun problème d'ailleurs à ce moment là, on se fait tous les deux une fête de partir, on est complétement d'accord sur la destination etc...

 

Elle reparle même déjà de changer de voiture en rentrant... Bref, pour moi en tout cas, aucun nuage à l'horizon, j'avais même l'impression d'avoir franchi un cap dans notre relation car je ne trouvais tous les deux plus épanouis, plus heureux, détendu etc.... nous partons donc comme je l'indiquais plus haut, tout se passe sans prb, on en profite vraiment bien, on ne s'est même pas pris le bec une fois du séjour... Pour le retour, nous avion choisi de prendre une cabine (train, bateau etc... je dirais pas !) arrivé dans la cabine elle se choisi une couchette se couche et me demande de la rejoindre... tout ca, deux jours avant que nous soyons de retour chez nous (on a fait une étape sur le retour !) On se retrouve donc chez nous en sachant qu'elle doit repartir le lendemain... Là, il convient de préciser que je suis qq'un suis supporte TRES mal la solitude (en général, pas forcément sentimentale, en gros j'aime pas être seul...) et que donc en général quand elle s'absente plusieurs jours je suis relativement chiant ";ouais, j'en pas envie que tu partes, j'aime pas quand tu me laisses etc etc"; (oui, ouis, je sais, j'ai honte) mais là, comme je le disais précédement, je me sentais tellement bien, je trouvais que les chose se passaient tellement formidablement que je me suis fais violence et sur le quai de la gare, je lui ai dis d'en profiter et de prendre soin d'elle. Puis durant les 4 jours de son séjour, j'ai fait l'effort de ne pas l'appeler aussi souvent que d'habitude (en gros 2 fois par jours 1 minute30 chaque appel, pas dément quoi) Elle revient le dimanche soir (veille de repris de boulot pour tous les deux), tout ce passe bien, calin coquin etc... Lundi, bon, reprise du boulot, forcément ou aurait aimé que ce soit plus tard, mais bon, on y repart tous les deux, pas de soucis. La journée et la soirée se passent bien, je trouve même qu'elle est plus attentionnée...

 

Mardi idem, boulot, toujours dans l'ambiance de reprise, très attentionnée, bien quoi. Alors petite apparté. Depuis qu'elle est étudiante elle à gardé un petit job qu'elle fait habituellement un samedi matin sur 3, mais là, avec la rentrée, ";l'employeuse"; l'avait appelé pour lui demandé de passer plutôt un soir de la semaine. Il était convenun qu'elle y aille le mardi soir. Comme je sais que c'est plutôt chiant à faire, je lui propose de l'accompagner pour lui donner un coup de pouce, elle accepte, super contente que je le propose, pas de soucis. Et là, vous connaissez la suite.... Bon, je sais, je parle, enfin, j'écris, j'écris, mais c'est vrai que depuis le début de cette ";catastrophe"; j'ai vraiment l'impression que c'est ce qui m'aide à tenir, je continu donc ma thérapie ici ! Bref, au départ, j'avoue que je ne me suis pas braqué sur le fait qu'elle est flashé sur un mec, je suis pourtant un poil jaloux, mais il me sembalis que le prb était bien moins là que dans le fait qu'elle ressente à nouveau ce besoin de ";connaitre d'autre chose, de connaitre ses limites, de ne vivre aux crochets de personne (pur fantasme en ce qui nous concerne selon moi....)";. Je lui ai donc avoué que si avant notre précédente discussion datant d'une dizaine de mois je ne m'étais jamais vraiment posé ce genre de question, depuis j'avais eu l'occassion d'y réfléchir car je suis finalement dans le même cas qu'elle sur le sujet. Je lui ai aussi avoué que j'avais moi aussi ressenti un truc assez particulier pour une autre mais qu'au bout de quelque jours j'avais repris le dessus et que j'avais réussi à passer ça non pas sans me poser de question, non pas sans être chambouler un minimum, mais en tout cas sans succomber à quelque extrême que ce soit. En fait, j'essayais surtout de lui faire dire les manques qu'elle pouvait ressentir ";concrétement"; (comme les sorties 10 mois plus tôt).

 

A un moment, elle a fini par me dire qu'elle en avait marre d'etre toujours dans la même région. Là je m'en suis voulu sur le moment. Car là encore le sujet avait été abordé, mais il y a un bail, environ 4 ans sans doute. A l'époque, je venais d'acheter une maison (elle était encore étudiante) et je lui ai donc dis assez clairement que dans l'immédiat je me voyais mal bouger. Elle n'en a plus jamais parlé jusqu'à maintenant. Au contraire même, il y a environ 2 ans, au détour d'une conversation, elle me disait qu'elle était contente d'avoir ses parents à proximité et de pouvoir les voir facilement (enfin, à côté : quelques 10aines de kilomètres). Donc j'avoue que là encore, je suis certainement passer à côté, mais que si elle m'en avait reparlé, on aurait certainement pu réfléchir ensemble car depuis quelques mois, j'avoue que l'idée de bouger me passait de plus en plus dans la tête, mais je n'avais pas encore franchi le pas de lui en parlé car je voulais pas la faire flipper par rapport à son nouveau boulot... J'ai essayer de passer un tas de chose de la plus insignifiante à la plus intime pour essayer de voir ce qui n'allait pas sans succès... Elle a bien admis quelques doutes sur telle ou telle chose, mais en me disant que ce n'étais pas ça qui l'avait conduit là où nous sommes aujourd'hui. Dès le début, le mercredi matin en fait, j'ai ressenti le besoin d'en parler, de me confier, de poser toutes les questions qui me passaient dans la tête meme si j'avais conscience que personne ne pourrait y répondre... En rentrant le mercredi soir, après la scène décrite plus haut ";je sais plus ou j'en suis.....[...]... ne me retiens pas";, je lui ai demandais si elle avait aprlé de ça avec qq'un, elle m'a dis que non, qu'elle ne voulait pas en parler car elle n'avais pas envie que les gens lui disent qu'elle se trompait ou remette en cause sa décision... Je lui ai répondu que lorsque moi j'en avais parlé, je n'avais effectivement pas entendu que des choses que j'avais envie d'entendre, mais que justement je trouvais que c'est ce qui aidait à raisonner au mieux. Je trouve surprenant cette crainte pour quelqu'un qui me dis qu'elle est sûre d'elle, qu'elle n'a pas de doute etc... Quand je suis sûr de moi, la confrontation, la discussion ne me fait pas peur... Ensuite, sur des gestes concrets. Samedi nous regardions la Télé. Elle me dis qu'elle est crevé. Je lui répond que moi aussi et que s'est pas vraiment surprenant compte tenu de la situation. Quelques minutes plus tard, elle vient poser sa tête sur mon épaule. Je la regarde un peu surpris, car c'est le genre de geste que j'ai très envie de faire mais que je n'ose plus faire.... Elle me demande pourquoi je la regarde, je lui répond que je trouve ça bizarre, elle se redresse... 2 minutes plus tard, elle se remet la tête sur mon épaule en me disant ";c'est juste parce que je suis fatigué";... Plus tard, en déconnant, je lui dis que je vais postuler sur une chaine car les scrips des présentateurs sont nuls. Elle me répond ";Ben oui, mais pour ça il faudrait qu'ON déménage à Paris";. Le lendemain, on va au ciné (c'étais prévu d'avant les vacances et plutôt que de se regarder en chien de faience, ça me semblait une bonne idée, elle était d'accord....) on gare à la voiture à qqes centaines de mètres, puis elle passe son bras au tour de ma taille. Je la regarde, elle repousse son bras.

 

On fait quelques pas de plus elle remet son bras me donne un petit coup d'épaule pour que le passe le mien autour de son cou. Je le fais, elle me regarde et me dis, ";tu sais je t'aime bien quand même";, puis fais mine de m'embrasser et arrête c'est lèvres à environ 3 cm des miennes elle se dégage viollemment, s'excuse et me dis que c'est l'habitude... Là encore je trouve ça un peu bizarre pour quelqu'un qui ne me voit plus que comme un ami etc... Depuis le début également, elle continue de m'appeler de mon ";petit surnom"; genre ";chéri, coeur, amour...";. les premières fois elle se rattrapait, pretextant là aussi l'habitude, maintenant, elle continue et ne fait pas mine de se retracter. Dans le même temps, elle me parle des meubles qu'elle va prendre, elle regroupe ces affaires... Quand elle a décider de prende un appart, je lui ai demander comme elle voyait la suite, genre on se voit plus pendant 6 mois ou quand j'ai envie je l'appelle et inversement.

 

Elle s'enerve en me disant qu'elle ne veux pas faire un planning... Je lui rétorque que pour moi c'est très dur, que j'ai pas choisi ce qui se passe, que je n'avais pas du tout envie de la voir partir et que j'aimerais donc savoir à quoi m'attendre, là encore elle me répond assez viollement, qu'il ne faut pas que je l'attende, qu'il faut que je rencontre des gens que je fasse d'autres choses etc etc. Je lui redis une fois que moi, dans l'histoire je subis et que je voudrais juste savoir comment elle voit ça. Elle s'excuse de s'être emporté. Je commence à lui dire que si je ressent le besoin de l'appeler ou inversement si elle ressent le besoin de me tél, on peut le faire, elle me répond que bien sur je peux l'appeler quand je veux. J'en profite pour lui demander si il lui semble envisageable après qques semaines de séparations d'essayer de se refaire des sorties en tête à tête, que j'aimerais pouvoir lui refaire la cour... Réponse ";oui, pas de problème..."; et là, en posant la question j'ai eu conscience de faire une connerie, mais je lui demande si elle considère toujours que je n'ai aucune chance d'être dans son avenir. Elle me répond qu'elle est sûre que dans 6 mois je lui manqerias pas.... Bon, forcémenet, j'ai cherché, j'ai mangé, mais là encore ça fait mal.... Un peu plus tard, elle me redis, ne te fais pas trop d'illusion... Je lui réponds que j'ai bien conscience que mes chances de la voir revenir sont minces, mais qu'il serait bien qu'elle de son côté prenne conscience que dans quelques semaines elle ne ressentira plus forcément les mêmes choses et qu'elle n'aura sans doute plus les même certitudes et qu'il faudra qu'elle est le courage pour moi et pour elle de l'admettre. Elle me promet que oui, mais bon, je la connait un peu, elle a son caractère la demoiselle, et c'est aussi pour ça que je suis dingue d'elle.

 

Bon, voilà, j'ai pas tout mis, mais assez pour vous donner une bonne idée du tableau... je suis bien consciens que j'ai écris une tartine, mais par moment, j'ai l'impression de noter des détails uniquement pour me rassurer, et à d'autre je me dis que son comportement n'est pas cohérent par rapport à quelqu'un qui affirme ne plus avoir de sentiment... Comme vous lavez certainement deviner, je suis complétement fou d'elle, et j'ai vriment envie de tout faire pour la voir revenir ou la reconquérir. Même si par moment j'ai l'impression que tout est joué, j'ai vraiment envie de me battre et j'aimerais que vous me disiez honnétement si son comportement correspond réellement à qq'un qui n'éprouve plus d'amour.... et que je ne pourrais reconquérir Merci, au moins d'avoir lu...

 

A PS : J'oubliais un détail, hier soir, je lui ai posé une question qui me brulait les levres depuis l'autre jour à savoir si elle comptait revoir ce fameux garçon (qui habite à plusieurs centaines de km) elle m'a dit que oui, pas dans les prochaines semaines, mais plus tard oui. Qu'elle ne savait pas si ca marcherait, qu'elle n'en espérait pas forcément une relation suivie... J'avoue que là encore, j'ai cherché, j'ai mangé, mais ça fait mal d'entendre ça avec qq'un que vous croyez (bien) connaitre...
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


219531
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Rupture... au bout du rouleau. help - affaires de couples

image

Salut à tous, Alors voilà, je viens de me faire jeter comme une vielle merde par le mec que j'aimais. Je ne comprends pas, je ne comprends pas… Tout s'annonçait pourtant bien… On s'est rencontré le 5 mai à une manif. De mon côté, boum, le...Lire la suite

Retour affectif - relations amoureuses

image

Bonjour, Je vous fait par de mon histoire j'ai était séparer avec mon homme depuis 2 mois j'ai beaucoup d'amour pour lui. Par le biais des forums j'ai rencontre dylan-voyance j'ai fait une voyance complète par pendule pour moi très satisfaite et...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages