Histoire vécue Amour - Couple > Séparation - Quitter son conjoint      (15968 témoignages)

Préc.

Suiv.

Il était jaloux de mes enfants

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 362 lectures | ratingStar_15146_1ratingStar_15146_2ratingStar_15146_3ratingStar_15146_4

Voici cinq ans que j'ai rencontré mon p.n. J'étais veuve et lui divorcé depuis de nombreuses années, vivant seul et ayant des aventures qui ne duraient jamais. J'étais soi-disant la première qu'il aimait, cela me touchait même si je n'y croyait pas. Tout de suite j'ai ressenti auprès de lui un immense bien-être, sa douceur apaisait mes souffrances, après toutes ces années de solitude. Il était très prévenant, m'invitait au resto, me faisait des cadeaux malgré sa situation financière plus que délicate. Plus personne ne comptait que lui, ah, si ! Mes enfants ! Comme il habitait assez loin, je le recevais chez moi de temps à autre pour quelques jours. Puis j'ai compris qu'il aurait aimé s'installer chez moi mais mes deux enfants alors ados ne l'aimaient pas et je les comprenais : en effet il n'avait aucune empathie pour eux, ne s'intéressait ni à leurs études ni à leurs loisirs, ne leur posait jamais aucune question, il ne leur disait même pas bonjour, prétendant que c'était aux plus jeunes de le faire ; en fait il était jaloux d'eux. Cette difficulté fut la cause de notre première rupture, car loin de laisser mes enfants décider de tout, je ne pouvais quand même pas les oublier pour accorder à Monsieur tout ce qu'il voulait, c'est à dire tout simplement vivre à deux en excluant complètement mes enfants. Mais à peine avais-je rompu avec lui que me prenait l'envie de le revoir, l'envie qu'il me serre dans ses bras où j'étais si bien. J'avais besoin de ma "drogue" pour combler je ne sais quelle angoisse au fond de moi. Cette rupture fut suivie d'une réconciliation puis nouvelle rupture et nouvelle réconciliation, etc. Comme pour vous toutes. Nul doute qu'il soit un p.n.:.il présente bien sûr tous les symptômes de sa maladie : indifférent à mes douleurs ou maladies, se sentant toujours plus intelligent que les autres, dominateur, procédurier alors que je suis conciliante, raciste alors que je suis tolérante, n'agissant toujours que dans son intérêt, très calculateur, et c'est peut-être là le trait principal de son caractère… Comme j'avais beaucoup plus d'argent que lui, je crois qu'il espérait en profiter un jour. Maisvoyant qu'il ne pourrait jamais s'installer chez moi à cause de mes enfants, il s'est peu à peu détaché de moi. Maintenant si nous allons au restaurant, il me demande de payer : c'est ça ou rien. Il me téléphone tous les jours mais nous n'évoquons plus jamais nos sentiments, il fait exprès de ne plus former de projet avec moi or il sait que j'en souffre. Il ne me reçoit jamais chez lui au prétexte qu'un jour je lui ai dit que sa maison était très sale, ce qui est vrai, c'est un épouvantable capharnaüm. Je l'ai invité à déjeuner récemment un dimanche midi, il est arrivé sans aucun cadeau puis trois jours plus tard, il m'apprend qu'il était invité à exercer ses talents culinaires chez une amie à lui où il allait faire le dîner, apportant avec lui tout ce qui était nécessaire à la confection du repas. Je me demande pourquoi il continue à m'appeler ainsi tous les jours, pour garder une emprise sur moi peut-être. Je me demande pourquoi je n'arrive pas à le laisser définitivement, je crois que c'est la peur d'être seule qui fait accepter de telles situations. Mon cas est moins grave que celui de bien d'autres femmes car j'ai fait cette rencontre tardivement dans ma vie et l'amour que j'ai pour mes enfants a été salutaire car je n'ai jamais vécu vraiment avec lui, mais seulement de courts épisodes et des vacances. Il faut se poser la question de savoir si c'est vraiment de l'amour que nous éprouvons pour ces p.n. Ou bien si c'est de la dépendance affective. La solitude est aussi source de tristesse et de stress et pour se donner l'illusion que l'on n'est pas seule on cède facilement à l'attrait de la douceur physique du p.n. Dans ses bons jours, et on replonge dans sa drogue. Dire "je l'aime" est une solution toute trouvée certes mais il faut essayer de définir avec l'aide d'un psy peut-être en quoi consiste cet amour, et si ce n'est pas de l'amour mais de la dépendance affective, il faut sans plus attendre commencer le sevrage, aussi difficile que pour toutes les autres drogues.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


15146
b
Moi aussi !
8 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Rupture... au bout du rouleau. help - affaires de couples

image

Salut à tous, Alors voilà, je viens de me faire jeter comme une vielle merde par le mec que j'aimais. Je ne comprends pas, je ne comprends pas… Tout s'annonçait pourtant bien… On s'est rencontré le 5 mai à une manif. De mon côté, boum, le...Lire la suite

Retour affectif - relations amoureuses

image

Bonjour, Je vous fait par de mon histoire j'ai était séparer avec mon homme depuis 2 mois j'ai beaucoup d'amour pour lui. Par le biais des forums j'ai rencontre dylan-voyance j'ai fait une voyance complète par pendule pour moi très satisfaite et...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages