Histoire vécue Amour - Couple > Séparation - Quitter son conjoint      (15968 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je ne sais plus quoi faire de ma vie après son départ

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 1730 lectures | ratingStar_25278_1ratingStar_25278_2ratingStar_25278_3ratingStar_25278_4

Comment raconter ma vie ?

Née dans une famille normale, ouvrier avec déjà 3 enfants, j était le 4eme, 9 ans d écart avec le plus jeune, enfant pas réellement désire, un peu l accident mais qui fut quand même bienvenue surtout pour mon père et mes frères et surs.

Une enfance normale, heureuse sans aucun problème, du moins en apparence. Un père alcoolique, depuis la guerre d Algérie ou il fut envoyer comme beaucoup d autre pendant son service militaire, a choppé le palus la bas de façon asse forte. Père qui a toujours été présent pour moi, un modèle, une référence. Beaucoup proche pour moi que ma mère mais ceci est une autre histoire.

J'ai toujours eu beaucoup d amour autour de moi surtout de mon frère et de mes 2 surs, toujours présent pour moi et toujours disponibles, mes protecteurs.

Beaucoup de bon moment auprès de mes grands parents paternels, beaucoup d amour et de complicité.

On peut dire quune partie de ma vie à basculer en 1984, lors du décès de ma grand mère maternel avec laque j était souvent, cela à marquer mon enfance directement. Une des plus grandes tristesses, je savais que les rapports avec ma mère et elle n était pas au meilleurs mais nous les petits enfants, étions protéger de ces conflits merdique. On m a empêcher de part mon jeune âge, 7 ans, de la voir, avant de mourir, je ne l ai pas vu ainsi souffrir. Un mal pour un bien, mais de profonds regrets.

Et que dire, deux ans plus tard, avril 86, mon père des suites dune sirose et de différentes autre choses (palus etc. Etc.) Meurt a son tour dans de nombreuse souffrance ou encore pour me protéger et aussi de ma faute de ne vouloir faire face. Je ne le lui suis dit au revoir, je ne l ai vu, je ne l ai accompagné. Je sais que j'ai toujours été dans son cur jusqu'à a la fin, de part les parole quil a pu dire a mes surs et mon frère, a la promesse quils lui ont fait sur son lit de mort de toujours me protéger. Je n ai jamais supporté sa mort surtout a 9 ans, quand on commence seulement à comprendre réellement les choses de la vie et que l on a besoin de se repère, de cette amour, de cette présence. Moi qui passait la plupart de mon temps âpres l école avec lui a son travail, lui qui m emmenai a l école le samedi matin, lui qui m achetait mon petit croissant a ce moment la Lui qui m emmenait toujours avec lui. Que dire de ce père à qui je ressemble physiquement, que dire de ce père absent pour le reste de ma vie. De ce père qui a vécu comme il le voulait et est mort jeune, son choix, bon ou mauvais, c était un peu son choix, enfin je pense. Il était conscient de cela et la toujours assumer, comme je peux le faire maintenant.

Que dire de ce manque dans ma vie, dans mon cur, que dire avec les yeux d un enfant de 9 ans, déjà torturé, déjà malheureux, déjà déçu par la vie. Que dire de se père qui ne saura jamais présent pour l évolution de ma vie, pour m accompagner dans la construction de ma propre famille. Qui ne connaitra jamais mes enfants, qui ne connaîtront aucun de mes amours et de mes fideles amis.

Je sais que la plupart de mon caractère et de mon psyché vient de la, que beaucoup de mes démons sont la résurgence de tout cela.

C est a cette âge la, que j'ai commencé à me forger ma carapace, mon identité : solide mais écorcher, déçu de la vie et en colère et rebelle. En colère devant ce manque, en colère devant cette injustice. En Rébellion face à toute la vie.

Rien ne sait arranger avec le temps, quelques années âpres, un nouvelle homme rentre dans la vie de cette mère, peut présente, peu démonstrative, juste la pour assurer le quotidien, pas spécialement damour maternelle, en a telle déjà donner. Je n ai pas vécu son enfance mais se n est pas a nous ses enfants dans faire les frais. Cette homme, je l ai accueilli du mieux que je pouvais, heureux même. Mais cela a vite déchanté, comment accepter un homme qui se prend pour mon père, homme qui n était rien pour moi, un étranger, juste le compagnon de ma mère mais certainement pas mon père. Que dire d un homme qui répétait tout le temps, joue pas avec ton père, imbécile et stupide pour un enfant de 12 ans qui n avait pas fait le deuil (et qui ne la toujours pas fait).

Que faire a 12 ans lorsque l on est livrer seul, père absent, mère quasi démissionnaire, sur déjà partie, juste un frère, renfermer, solitaire mais adorable avec moi et qui respectait sa promesse de me protéger. Frère un peu lâche qui ne rentraient pas en conflit, qui préférait se renfermer que de combattre.

Cest a ce moment la, que je me suis radicaliser. Première cuite, premier pétard.Renfermer totalement dans le monde virtuel de l informatique et de la musique, seul endroit ou j'ai réellement trouvé ma place, ou je pouvais m exprimer comme je voulais et me libérer de tout.

Le coter rebelle c est révéler de plus en plus violent, refusant toute autorité, toute commande et dans tout les points de vue, école, famille, ami.

A 13 ans premier conflit réel avec le seul pseudo autorité familial, ce beau père psycho rigide. Premier malaise, cette mère qui ne défend toujours pas son fils, vis-à-vis de cette injustice, mère qui ne comprend pas et ne veut pas comprendre. De plus en plus éloigner de moi comme jamais, chose qui ne reviendra jamais de te toute façon. J'ai continué à vivre ma vie d adolescent me refugiant de plus en plus dans les amis, la musique et l informatique, pour oublier ma vie, pour oublier mes soucie, commencer déjà à faire semblant.

La ressemblance physique devenant de plus en plus marqué avec ce père absent, chose difficile à attendre tout les jours. De voir sont grand père pleurer en me voyant a chaque fois, lui rappelant son fils disparu, quoi faire que dire, toujours assumer la tète haute, toujours assumer et en être fière, oui mais dure à porter a l adolescence ou l on est en pleine construction psychologique.

A 15 ans, la radicalisation se fait de plus en plus marquer, vestimentaire, psychologique. Les excès en tout genre, une vie de rock n roll toujours cacher a la famille, et jamais su. Défonce a l alcool tout le temps, trafique stupéfiant, fumette continuelle, a un point, de ne plus fumer a un moment mais de mâcher le shit a longueur de journée. Rencontre du premier vrai amour, un amour de lycée, les premiers rapports physique, la découverte de la vie, du sexe, de l amour. Mais toujours en conflit avec cette pseudo famille et envers la société, et l autorité, les discours se radicalise de plus en plus, une soif de violence de plus en plus marquer, plus contre moi que contre les autres. Premier départ de chez moi, suite à un enchainement de conflit avec ce type merdique, 6 mois entre famille et famille de la petite amie. Retour a la maison, par la suite. Rien n est arranger, je prend mes repas séparer, pas lui, qui est a table avec ma mère, mais moi toujours seul pour manger, toujours seul dans ma chambre, impossible de recevoir du monde chez moi, impossible d accueillir ma copine, sans que cela se transforme en combat.

Et cela pendant presque 6 mois 1 ans, je ne me rappel plus très bien, a cela des pressions psychologique régulière, des injustices, j était responsable de tout les maux de la terre. A cela se rajoute la rupture avec ce 1er amour, très dure à supporter, je me refugie dans l alcool encore et la défonce, je sombre en dépression suicidaire, essaye plusieurs fois, je me retrouve en soin intensif, lavage d estomac, enfermer 3 semaine en spécialité médical pour cure de sommeil et traitement dépressif morbide. Suivi par un psychothérapeute. Je ne me supporte plus, me scarifie les bras a coup de cutter de compas de couteaux, le torse au taisons de bouteille. Ma musique se radicalise de plus en plus, de plus en plus de violence, de plus en plus de colère qui ne peut s échapper, que je ne veux laisser s échapper.

Pendant tout ce temps je continue mes études non sans mal, très dure de devoir tout gérer, l école, la vie sentimental, la vie familiale inexistante.

Différentes rencontre sentimental, pour me remonter le moral, des petits moments de bonheur, que des filles formidable a mes yeux, douce et compréhensible mais rien n y fait, trop perturbe, trop complique, je fais peur, je suis capable du meilleur comme du pire pas pour elle mais pour moi. Je me rappel de chacune d entre elle, de leurs sentiments de leurs physique, de ce quelles ont fait pour moi.

Apres tout cela, retour encore une fois a la maison familial, entre temps j'ai un peu bourlinguer gentiment, fait la manche a Dijon, afin de pouvoir payer sortie, alcool, shit et herbe, fait quelques trafique différents. Ce retour ne fut que de courte durée durant mon année de terminal. Encore les même conflits rien de régler, rien de mieux. Ou on est monté même en puissance, combat au couteau dans la maison, refait mon sac et repartit chez une sur, c est a ce moment que j'ai coupé les ponts avec une grosse partie de la famille et ou je pense ou des choses on réellement été briser. Au même moment rencontre avec un nouvelle amour, un doux amour et sincère, je commence à vivre ma vie pour moi, toujours la boisson et la drogue toujours et encore un peu moins mais des vrai défonce a la limite du coma Une galère arrive cependant entre elle et moi, un problème de rapport sexuel, et elle tombe enceinte, obliger d envisager l avortement, ce qui sera fait. Peut être pour cela que j'ai pas voulu d enfant pendant longtemps, très longtemps. Nous avons vécu beaucoup de chose ensemble, je lui suis fait découvrir beaucoup de chose, a elle qui ne connaissait pas grand-chose du monde underground, avec sa petite vie lisse, polie et bien ranger. Et moi ma réputation de Bad boy, de déranger de bizarre lol, pas si déranger que cela pourtant, perturber mais pas déranger.

Apres le bac en poche, j'ai décidé de retirer encore un trait sur beaucoup de chose, je pars pour la capital des ducs de bourgogne afin de faire mes études et décide de ne jamais revenir, de tirer un trait sur tout cela, nous somme toujours ensemble. Solide dans la galère, pour le bon et mauvais moment. On continu notre bonhomme de chemin tranquillement, enfin presque, une mère absente mais qui ne voit pas d un bon il cette relation pourquoi, comment je ne sais pas. Pourquoi une personne absente la plupart de ma vie se met elle en travers de mon chemin à essayer de briser cela. Heureusement que ces parents a elles, ont toujours été présent et m ont accueilli le premier jour comme leurs fils, j'ai passé plus de bon moment avec eux quavec ma propre mère. On essaye de vivre notre vie, mais je sais quavec moi c est pas facile, pas stable, trop de d excès, trop de violence enfuit pour moi.

La mort enfin de cette homme qui je déteste, c est malheureux pour ma mère, mais pour moi un véritable soulagement, un véritable bonheur. Cette mort que je rêvais, que je voulais. Un des plus beaux jours de ma vie je pense.

Je continu ma vie un peu plus soulager, mais rien ne change dans mes idées et mes actes. Toujours égal à moi-même, stay punk or die.

On vie notre vie tranquillement, de notre coter on essaye de se créer un petit bonheur comme on peut sans l aide de personne, juste nous et amis proche.

Mais au bout de 8 ans, sans savoir pourquoi, mes démons refont surface, je le cache, je le cache a tout le monde. Personne n a rien vu, rien senti même pas cette femme que j aime. Je préfère enfouir en moi tout ce mal être, dont les résurgences sont visible, stresse, je tombe malade régulièrement, accumule les problèmes de santé aussi divers que varier, mais je ne lâche toujours rien, ne dit toujours rien, peut être une de mes plus grosse erreur. Ce qui devais arriver, arriva, ses sentiments envers moi change, et au bout de 11 ans ensemble, décide de partir, de me quitter, son amour est éteint, de l amitié, de l estime, de fort sentiments mais plus d amour. Je le comprends, c est dur mais inconsciemment, c est peut être ce que je voulais, je voulais la protéger, ne pas lui faire de mal, j'ai toujours préférer le bonheur des autres au miens, je suis en continuel recherche du bonheur mais ne sait le trouver ou ne veut le trouver au fond de moi.

La séparation est rude, a cela s ajoute un accident de moto, 5 mois pour s en remettre. Blesser dans ma chair, dans mon cur et mon amour propre. Un déménagement, recommencer une vie.

Tout n est pourtant pas fini, grâce a internet et oui c est possible, je rencontre ma perle, ma princesse. Cette femme chimérique que j attendais au fond de mon cur, ma moitie, mon yang. Des la première rencontre j'ai su que c était la bonne, quelle était faire pour moi, aussi torturer, aussi perturber et aussi écorcher. Un amour sincère et pur. Une attirance intellectuelle et physique réciproque, une évidence a nos yeux. Une impression de déjà vu, de se connaître depuis des années, un bien être ensemble. Pas de tabou entre nous, enfin surtout de mon coter, je lui dis tout, elle un peu. Mais sa vie quelque peu parallèle à la mienne lui fait se protéger. Elle veut profiter de ces moments mais en même temps a peur, peur de ses sentiments et se protège, essaye de se refermer un peu, ne me laisse que peu de place dans sa vie, juste le moment présent. Elle a peur de se livrer, de se confier a moi, la peur la fierté, trop de blessure non cicatriser peut être, et c est même sur.

On vie un amour que l on pourra parler fusionnel, sur tout les plan même sexuel. Je le sais au fond de mon cur, je l aime, elle aussi peut être pas autant c est possible ou alors elle refuse de l admettre. Mais malheureusement, cette aventure allais être écorché par un départ, nous n navions pas pensé nous rencontrer, et avait demandé de faire de l humanitaire, et le jour fatidique était tombé, elle devait partir pour 6 mois a l étranger, vivre son rêve. Elle avait besoin de vivre cela pour se poser, se poser les bonnes questions, de faire le point sur nous, de ces envie futurs, j'ai pas eu de contact pendant quasi 1 semaine avant son départ, juste des petits messages et des bribes de rencontres. Elle c est protéger au maximum pour partir peut être plus facilement, je ne sais pas. Ou alors parce que ces sentiments était en train de changer, ou le stresse ou la peur. Tous cela, combiner au stresse de mon travail, mes démons qui était revenue, tout ma éclater a la gueule. J'ai recommencé exactement comme par le passer, scarification pour me punir, punir de je ne sais quoi, me faire du mal au lieu de lui faire du mal, remelanger les cachetons et l alcool, me défoncer la gueule a tout pris. Une envie de crever, une envie d en finir. Je n arrive pas a profiter des bonnes choses qui m arrive, je ne vois que le mauvais coter, et c est dure a supporter. J'ai l impression quil me manque quelque chose maintenant, quune partie de mon corps a disparu. Elle est loin, me manque, je n ai aucune nouvelle depuis 4 jours. Je suis trop rêveur, trop utopiste, j'ai trop besoin d avoir une femme a mes coter, pour m épauler, je suis pourtant très indépendant mais j'ai besoin de cette présence féminine, de cette femme à rendre heureuse, a protéger. J aime le contact des femmes et de sentir leurs âmes,

Actuellement je ne sais plus quoi faire de ma vie, attendre son retour ? Attendre des nouvelles et aviser, je ne sais pas !! Essaye de refaire ma vie maintenant et l oublier, elle que j aime temps, elle que j'ai dans la peau, car elle peut être bien se poser les mauvaise questions et ne jamais revenir a moi, et la plus dure sera la chute. Je n ai pas envie de morfler encore, j'ai asse donner dans la souffrance. Alors que faire ?

Je pense que personne n a la solution, sauf peut être moi, mais j'ai peur de me tromper et encore souffrir aussi de ce mauvais choix.

Mon histoire, ma vie, mon combat.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


25278
b
Moi aussi !
22 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Rupture... au bout du rouleau. help - affaires de couples

image

Salut à tous, Alors voilà, je viens de me faire jeter comme une vielle merde par le mec que j'aimais. Je ne comprends pas, je ne comprends pas… Tout s'annonçait pourtant bien… On s'est rencontré le 5 mai à une manif. De mon côté, boum, le...Lire la suite

Retour affectif - relations amoureuses

image

Bonjour, Je vous fait par de mon histoire j'ai était séparer avec mon homme depuis 2 mois j'ai beaucoup d'amour pour lui. Par le biais des forums j'ai rencontre dylan-voyance j'ai fait une voyance complète par pendule pour moi très satisfaite et...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages