Histoire vécue Amour - Couple > Séparation - Quitter son conjoint      (15968 témoignages)

Préc.

Suiv.

Notre relation n'allait pas très bien depuis longtemps

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 299 lectures | ratingStar_218120_1ratingStar_218120_2ratingStar_218120_3ratingStar_218120_4

J'ai mis fin à une histoire qui n'avait plus d'histoire. Les feuilles commencaient à se jaunir avec le temps, et meme celles du présent se déchiraient naturellement. Il était temps de partir. De fermer un livre d'un an et demi. Je connais ce qui m'attend. Je ne me conforte aucunement dans la souffrance, elle me guette tout simplement. Aujourd'hui, j'ai beaucoup dormi, espérant ne plus penser à ce qui allait arriver. Je mettais déjà préparer psychologiqument, j'ai l'impression que le deuil est déjà bien avancé. Je me connais dans la rupture et il se trouve que lorsque le mot "fin" a pété dans ma cervelle, j'avais comme un soulagement profond et une grande colère face à moi meme. Je suis encore amoureuse mais plus de la meme façon, depuis longtemps maintenant. J'avais pourtant fait un vacarme digne d'un 14 juillet pour lui faire comprendre que la routine s'installait, que la séduction n'y était plus, qu'il fallait se réveiller… il n'a rien entendu, laissant parfois quelque larmes pour m'attendrir. Je succombais à chaque fois, j'ai une grande tendresse envers lui. Puis, on a continué, on a passé quelques jours de calendriers comme des feuilles mortes qui s'envolent avec le temps. Je n'ai rien retenu de bon sur ces derniers mois. Juste un effort commun qui n'a mené à rien. J'ai fait semblant de rire, de me moquer de ma douleur. Souvent il m'arrivait de reconstituer ma relation, de reconstruire sur des parcelles du passé, pour trainer en avant. Sur quatre mois, j'ai du le voir meme pas un mois. J'étais chez moi, seule à cogiter sur un avenir avec lui et à chaque fois, je changais de contexte dans ma tete : et si c'était lui ? Et si c'était pas lui ? Et si il changait ? Et si je changais ? C'est moi qui débloque ou c'est lui ? A ce jour, je n'ai pas trouvé de réponse. Je crois que nous avons fait le nécessaire et qu'il n'est plus possible de continuer dans ce sens. Quand vient la lassitude, le non respect, les reproches continuels, obsédants, exercant une haine, un dégout profond, il est difficile de se dire pardon. On a passé l'éponge sur trop de choses. Je suis une femme qui a un réel besoin de comprendre, j'avais un besoin régulier de faire un arret sur image, de déceler le problème mais il me disait qu'il ne voulait plus se prendre la tete. Alors, quand la communication n'y était plus, je me disais que ce n'était plus la peine d'espérer un changement. Il était trop tard. Il avait construit un mur en acier, il s'était blinder. Et moi, avec mes pauvres mots, je n'arrivais plus à le convaincre que je souffrais, que lui aussi et qu'il fallait s'aider et non s'ignorer. Je me remémore quelques bons souvenirs, ceux là font très mal, on se pose souvent la question, à savoir, qu'est-ce qui a pu nous bousiller ? Qu'est-ce qui a fait qu'on en arrive à cette extrémité ? Souvent c'est une accumulation de faits… le temps qui passe et qui n'oublie pas les plaies égarées. Il est 2h30 du matin, et je ne peux pas dormir, j'ai tellement espérer. J'admire ces gens qui quittent et qui ne reviennent pas en arrière. Moi, je suis une indéscise, je plaque tout, je le regrette ensuite. Peut-être que c'est ma façon de dire : "Aime moi mieux, fais quelque chose, ne me quitte pas, reviens vers moi ! " Ce n'est pas un égo démeusuré, c'est juste une peur terrible de l'abandon. Je n'ai jamais été en paix avec moi meme, mais ça, je le dois à mon enfance. Abandonnée de mon père à 14 ans et de ma mère à 18 ans, la violence, les coups, le sang, la méchanceté verbale. J'ai été une enfant maltraitée et mise au placard. J'ai été humilié, trahie, décue… souvent. Quand je vivais à l'hotel, j'avais alors 18 ans, je mettais formée une carapace terrible, je ne voulais plus souffrir. Jouant de mon corps et de ma féminité, je faisais n'importe quoi. J'accumulais les conquetes sans lendemain. J'aurais pu passée de l'autre coté. A cette époque, je vivais dans une chambre de 9m² dans le 17ème à Paris, payée par l'état. J'étais une enfant de la DASS, plus précisément de l'ASE (l'aide sociale à l'enfance). Je me souviens de chaque rencontre, de toutes ces bouches et ces corps dénudés. J'étais jeune et perdue. J'avais rencontré à cette époque une bande de motards et j'étais devenue l'une des leurs, le bébé de la bande en quelque sorte. Heureusement qu'ils étaient là, j'ai beaucoup appris d'eux. J'ai aussi commencé à fumer, la cigarette d'abord, puis le premier bedo. Ca m'inspirait rien mais j'ai continué la cigarette et aujourd'hui, j'en suis pratiquement à deux paquets par jour… Heureusement à cette époque, j'avais ma meilleure amie, un entourage. J'avais perdu ma famille, mon copain (avec qui j'étais restée deux ans) et ma grand-mère maternelle à qui je n'ai pas eu le temps de dire "au revoir". Quand j'ai changé d'hotel, je me suis retrouvée à Odéon, Paris 6ème dans un studio de 18 m², avec la douche et les chiottes à l'extérieur, j'y suis restée 4 mois. Puis ensuite, on m'a placé dans un autre hotel dans le 14 ème. J'y ai passé mon BAC puis j'ai fait la rencontre d'un homme plus agé que moi avec qui cela a duré deux ans. Je ne suis jamais tombée sur le meme style d'hommes, passant du névrosé, du faible, de l'immature, du séducteur, au manipulateur, de l'obsédé sexuel, au dépressif. Mais dans toutes ces histoires, j'en retiens beaucoup, énormément. J'ai aussi rencontré un malade, j'en suis tombée éperdument amoureuse. J'en ai beaucoup parlé ici. Cela a duré 4 mois, il habitait chez moi, m'a sucé mon pognon, m'a séduite, m'a manipulé, pratiquait des choses sur moi sado-masochiste et pervers. Quand il m'a quittait, j'ai voulu en finir avec la vie. Disparaitre. Je me suis retrouvée dans un camion de pompier avec tous mes amis autour. J'avais fait un appel à l'aide, m'enfilant une moitié de boite de médocs et voulant m'ouvrir les poignets. Je n'aurais pas été plus loin, car malgré tout ça, je suis quelqu'un de très vivant et j'aime la vie. (le contraste) Durant ces 4 mois, je fumais tous les soirs et pas la cigarette, tout était merveilleux et désastreux. Je n'étais plus moi meme. Je passais d'un extréme à l'autre. D'une jouissance imédiate à un état dépressif important. J'ai consulté un spécialiste qui m'a aidé à me reconstruire, pdt 2 ans. Après ça, je suis restée seule pdt 5 mois, je ne voulais plus m'offrir à aucun homme et je ne voulais plus qu'on m'aime, j'étais terrorisée. J'ai fais ce qu'on appelle une "déprime". Niveau sexe, j'étais complétement déséquilibrée. Puis est venu les beaux jours, le soleil… j'étais prete à reconstruire. J'ai fait la connaissance d'un homme de 12 ans mon ainé, séparé avec deux enfants en bas age. Ca a duré 9 mois. Cette relation se résume en deux mots : sexe et séduction. Pas de sentiments, juste du respect et de l'affection. J'ai rompu car j'aspirais à mieux. Cette histoire m'a ému dans le sens où j'étais devenue ce que je voulais être. Puis le reste, j'en parle plus haut, ma dernière relation qui a duré 1 an et demi. Ce qui me fait défaut, c'est une grande mémoire, je n'oublie rien. J'aimerais pourtant. Ce qui me rassure, c'est que durant toutes ces années de galère, je ne suis jamais passée de l'autre coté, celui de la prostitution. J'étais dans un coin mal fréquenté du 17ème et on m'avait souvent proposée de vendre mon corps. On me dit souvent que j'ai été forte face à tout ça ! Mais je pense surtout que c'était la seule solution pour m'en sortir : me respecter un minimum ! Il est 4h50 du matin, j'attends l'ouverture du café en bas de chez moi. J'ai pas sommeil. Si j'écris tout ça, c'est que j'ai un réel besoin de me décharger. Je remercie ceux qui ont posé un regard sur mon texte et qui l'on lue.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


218120
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Rupture... au bout du rouleau. help - affaires de couples

image

Salut à tous, Alors voilà, je viens de me faire jeter comme une vielle merde par le mec que j'aimais. Je ne comprends pas, je ne comprends pas… Tout s'annonçait pourtant bien… On s'est rencontré le 5 mai à une manif. De mon côté, boum, le...Lire la suite

Retour affectif - relations amoureuses

image

Bonjour, Je vous fait par de mon histoire j'ai était séparer avec mon homme depuis 2 mois j'ai beaucoup d'amour pour lui. Par le biais des forums j'ai rencontre dylan-voyance j'ai fait une voyance complète par pendule pour moi très satisfaite et...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages