Histoire vécue Amour - Couple > Séparation - Quitter son conjoint      (15968 témoignages)

Préc.

Suiv.

Se libérer de ses souffrances

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies 20 ans
Mail  
| 1191 lectures | ratingStar_123067_1ratingStar_123067_2ratingStar_123067_3ratingStar_123067_4

Je publie sur ce forum une lettre adressée à un homme que j'ai quitté il y a plus de 10 ans et avec lequel j'ai passé 6 années à souffrir. Je vais lui poster cette lettre. Je ne sais pas si elle lui parviendra. J'ai décidé de la publier également sur ce site car j'ai besoin de partager avec d'autres ce que j'ai vécu. Je n'ai raconté à mes proches que des brides de mon histoire et avec un ton bien en deça de mes souffrances, en résumé d'une manière très adoucie qui ne rendait pas compte de la réalité car j'avais trop honte des mauvais traitements que j'avais subis et je redoutais que cela ne détruise l'image qu'ils avaient de moi. Merci à tous ceux qui vont me lire. " Je t'écris cette lettre pour t'exprimer toute la colère qui m'habite aujourd'hui face à toutes les souffrances psychologiques que tu m'as causées lors de notre relation. Si tu étais en face de moi, si je pouvais, je te battrais de toutes mes forces, jusqu'à te laisser pour mort, pour te rendre au centuple toutes les douleurs psychologiques que tu m'as infligées par la façon malveillante dont tu m'as traitée. Toutes ces années passées avec toi, j'ai souffert en silence de tes mauvais traitements. Aujourd'hui, j'ai décidé de rompre le silence pour te raconter toutes les souffrances que tu m'as faites endurer. J'avais besoin d'être aimée et valorisée. J'avais besoin d'attention, de respect, de tendresse pour me sentir aimée, importante et de valeur. Je ne me suis jamais sentie aimée de toi. L'amour, ça n'est pas ce que tu m'as donné. Je ne me suis pas non plus sentie valorisée par toi. Au contraire, par tes paroles, par tes actes, tes opinions, ton comportement, tu ne m'as pas respectée, tu m'as dénigrée, humiliée, rabaissée, tu as fait de moi un simple objet sexuel, une quantité négligeable, une merde. Avant notre relation, je n'avais pas une très bonne image de moi. A la sortie, j'étais détruite, je n'avais plus aucune estime pour moi. Tu m'as d'abord isolée de ma famille en me poussant à rompre les liens avec mes parents, en te servant du conflit qui m'opposait à ma mère. Te rappelles-tu comme tu attisais la haine envers eux ? Tu m'as même poussée à leur faire un procès ! J'étais fragile et vulnérable. Tu prétendais que je ne devais pas les laisser me dicter la façon dont je voulais vivre. Mais, n'était-ce pas ce que toi, tu faisais ! Tu me manipulais. Moi qui me sentais mal aimée de mes parents et qui voulais aussi gagner ma liberté d'être vis-à-vis d'eux, je t'ai écouté pour mon plus grand malheur ! C'est là que mon enfer a commencé. Tu as mis la mainmise sur moi et tu m'as détruite lentement, à petit feu. Tu ne m'as pas respectée en m'imposant des rapports sexuels que je ne consentais que sous la pression psychologique. Tu ne te préoccupais pas de savoir si j'avais du désir. J'étais triste, malheureuse, je n'avais aucune envie de rapports sexuels. Mais, mes émotions, mes besoins, tu n'en faisais aucun cas. Et, face à mon absence de désir, te rappelles-tu comme tu essayais de me forcer à coucher avec toi ? Je ne consentais à te faire des fellations ou te masturber que pour éviter que tu ne me violes ou que tu ne me jettes à la rue. Te rappelles-tu la façon perverse dont tu me manipulais pour me soumettre à ton désir sexuel ? Tu me disais qu'aucun autre homme que toi n'accepterait de vivre ainsi, d'aimer une femme comme moi, qu'il fallait que je fasse des efforts, que je change pour te satisfaire sexuellement. Te rends-tu compte des ravages de tels propos sur une jeune femme de 20 ans en pleine détresse ? Jamais, tu ne t'es posé la question de savoir que si je n'avais pas de désir pour toi, c'était peut-être parce que je ne me sentais pas suffisamment aimée et appréciée de toi. Tu n'avais pas d'attention, ni de geste de tendresse envers moi. Je passais derrière ta famille, tes amis, tes collègues de travail et même ton hobby pour la pêche ou tes jeux informatiques. Je me sentais ignorée, délaissée mais je devais consentir à te donner mes faveurs sexuelles lorsque tu en exprimais le désir. Mais, qui étais-je pour toi ? Une pute ?! Tu me faisais peur avec tes violentes colères et ta conduite agressive au volant. Ma peur, tu t'en foutais. J'avais beau te l'exprimer, tu ne changeais pas ton comportement. Sans doute que ma peur servait ta perversité pour continuer de me soumettre. Quel effet, cela te faisait-il d'effrayer une femme sans défense ? Te rappelles-tu comme tu te dédouaner de ta violence en me disant que tu n'avais jamais frappé personne ? Et pourtant, un jour, à l'occasion d'une dispute, j'ai compris que tôt ou tard, dans un accès de colère, tu finirais par ne plus te contrôler et que dans ce cas, tu étais capable de me tuer. Tu m'as humiliée. Te rappelles-tu comment, un soir, à l'occasion d'une dispute, tu m'as jetée de ta voiture, sur le bord de la route, comme une malpropre ? Ta mère était venue me chercher. Te rappelles-tu comment ce soir-là, sans un mot pour moi, tu as cherché à coucher avec moi ? Sans doute, étais-tu habitué à me prendre pour une prostituée qu'on peut jeter sur un trottoir avant de revenir chercher la baiser ! Dans le quotidien partagé avec toi, tu m'as rabaissée. J'étais là pour te servir comme ta mère avait servi ton père. Ramasser tes chaussettes sales, laver ton linge, repasser tes chemises, préparer tes repas jusqu'à sucrer ton café… J'étais aussi ta bonne. Bien-sûr, je n'avais pas de quoi subvenir à mes besoins. C'était là ma contribution à notre couple que tu me demandais : être la bonne et la pute ! J'étais étudiante, puis je n'avais qu'un petit boulot avec un maigre salaire et une petite pension alimentaire qui ne me permettaient pas d'assurer mon indépendance financière. J'étais prise au piège de la dépendance matérielle, affective et psychologique. Je n'avais personne vers qui me tourner, aucun endroit où aller. Ces années-là ont été les plus sombres de ma vie. J'ai souvent pensé au suicide pendant cette période. La seule chose qui me retenait à la vie, c'était le souvenir de l'amour de ma mère. Au fil des années passées avec toi, à me soumettre à ta perversité, je me suis éteinte. J'ai abandonné mes études, renoncé à mon ambition, à mes rêves, à mes besoins et mes désirs. Mais, au fond de moi, je restais encore vivante. Je me souviens de la rage, du sentiment d'injustice et de révolte qui m'animaient parfois à l'intérieur lorsque l'humiliation était trop forte ou lorsque le renoncement à moi-même que tu demandais était trop poussé. A l'intérieur, tu ne m'avais pas encore complètement soumise. Ma force de caractère résistait. C'est ce qui m'a sauvé ! Un jour, tu m'as tendue la perche et je suis partie, dans un sursaut de survie, en ravalant mon orgueil. Béni soit ce jour-là. Il m'a fallu du courage et encore plusieurs années pour me détacher complètement de toi et me reconstruire. Aujourd'hui, je referme toutes les blessures ouvertes. Bien-sûr, je n'ai pas eu que des mauvais moments avec toi. Tu ne t'es pas toujours comporté comme un salaud. Mais, les souffrances que j'ai ressenties avec toi ont été si profondes et dévastatrices. J'aurais préféré ne jamais te croiser sur mon chemin. Bien-sûr, la façon dont tu t'es conduite avec moi s'inscrit dans ton histoire, une histoire dont on est parfois victime. Mais, pour autant, cela n'enlève rien à ta responsabilité dans mes souffrances. Je ne souhaite pas que tu cherches à me contacter après cette lettre. Cette lettre est uniquement destinée à évacuer toute la souffrance qu'il me reste."
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


123067
b
Moi aussi !
2 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Rupture... au bout du rouleau. help - affaires de couples

image

Salut à tous, Alors voilà, je viens de me faire jeter comme une vielle merde par le mec que j'aimais. Je ne comprends pas, je ne comprends pas… Tout s'annonçait pourtant bien… On s'est rencontré le 5 mai à une manif. De mon côté, boum, le...Lire la suite

Retour affectif - relations amoureuses

image

Bonjour, Je vous fait par de mon histoire j'ai était séparer avec mon homme depuis 2 mois j'ai beaucoup d'amour pour lui. Par le biais des forums j'ai rencontre dylan-voyance j'ai fait une voyance complète par pendule pour moi très satisfaite et...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages