Histoire vécue Amour - Couple > Techniques de séduction      (1622 témoignages)

Préc.

Suiv.

étre un salaud, par défaut

Témoignage d'internaute trouvé sur forumfr - 09/01/11 | Mis en ligne le 25/05/12
Mail  
| 172 lectures | ratingStar_258970_1ratingStar_258970_2ratingStar_258970_3ratingStar_258970_4
Le problème Teva, c'est que tu touche à l'indicible. Les choses fonctionnent effectivement un peu comme tu le dis… MAIS, une femme veut garder une forme d'illusion sur sa façon d'être. Elle n'a certes pas envie de voir ce qui dans son comportement à elle pose problème. Personne n'aime d'ailleurs le voir et il faut du courage pour ne serait-ce que s'interroger dessus, sauf à deux dans une certaine intimité ou le jugement semblera moins dur. De le même façon que tu recherches une fille magique, une fille recherche un gars 'magique' et de fait oui, gentil, tendre, compréhensif… mais sur de lui et drôle : Arrêtons-nous ce que c'est qu'être sur de soi et drôle : Pour être détendu, il faut ne pas survaloriser, ne pas mettre trop d'enjeu dans la relation. Il faut être un peu léger pour être drôle. Un certain nombre de femme pourront peut être reconnaître qu'elles ne seront pas naturelle dans une début de séduction, de relation et elle demande justement à l'homme de prendre en charge cette détente. Attention je ne parle du gentil maladroit, auquel on pardonne parce qu'il est 'craquant' de toute façon, mais du type tendu car l'enjeu de la relation, l'amour qu'il éprouve le consume qu'il en est fusionnel. Celle qui passe outre cet aspect fusionnel un peu désagréable pourra souvent découvrir, après une baisse de régime, un type adorable, équilibré, gentil sans excès inverse. Mais très peu sont celles prêtent à faire cet effort. De fait leur sont préférés des hommes qui "joue le jeu" et sont donc très modérément investit dés le départ, du moins très superficiellement… Et c'est bien ce qui leur permet d'être détendu. Puisqu'on aime prendre des cas particulier je vais me prendre en exemple (même si je sais déjà ce que certaines vont en dire ensuite, par pure spéculation). Mes deux dernières relations ont été de grands moments de bonheur, surtout pour elles (enfin de leur aveux) et j'ai quitté mes deux compagnes à regret mais par honnêteté. A chaque j'ai provoqué la rupture car j'étais tombé amoureux d'une autre. Et à chaque fois la femme dont j'étais tombé amoureux m'a rejeté. Les deux compagnes que j'ai évoqué m'ont, elles, toujours d'après leur dire, follement aimé, je pourrais d'ailleurs revenir à chaque instant (erreur que j'ai fait une fois, par fatigue et désespoir). Mais je n'ai jamais été amoureux d'elles. Je les ai bien aimé et si j'étais allé vers elles, à chaque fois, c'était insensiblement, parce qu'elles arrivaient à des moments de grande solitude pour moi et qu'elles étaient gentilles et qu'elles s'offraient, manifestement. De fait, oui je pouvais être adorable et détendu, d'entrée de jeu puisque de mon côté il n'y avait aucun enjeu, aucun investissement profond, simplement la douceur, le baume apaisant de l'affection. Etre naturel en ce cas est facile… Je ne suis pas sûr qu'elles fussent amoureuses d'emblée non plus mais vivement intéressées, oui. Et elles ont eu ce qu'elles voulaient et même plus puisqu'elles ont exprimé les désirs les plus profonds : celle de 20 de moins que moi, d'avoir un enfant un jour et l'autre de quitter son mari pour moi. Elles ont eu la vie commune, les heures de danses, de petits déjeuner, de balades de voyages, de rire, de discussion, jamais de dispute ou presque, beaucoup de complicité… Ces relations ont duré à chaque fois quelques années, car je ne tombe pas facilement amoureux et il a fallu du temps pour se présente une autre femme qui m'obligeait, par honnêteté ai-je déjà dit, à quitter mes compagnes, car si j'étais plutôt bien avec elles, il manquait, toujours beaucoup, une sentiment réel. Elles étaient un passe-temps doux et agréable, rien de plus, je n'aurais pu avoir envie des plus dont elles avaient envie. Celles dont je suis tombé en revanche amoureux n'ont pas été séduite et pour cause… Elles n'ont vu,, effrayées je l'ai bien compris, qu'un poète fou d'amour, empressé, envahissant, promettant tant pour l'avenir que le risque ensuite d'un basculement vers le néant devait certainement se présenter à leur yeux. Elles ont vu un homme fébrile et maladroit, hésitant sur les moments à choisir, interprétant les moindres paroles ou gestes, parfois jaloux à tord, et parfois à raison. Même si elles ont parfois hésité, n'ayant pas besoin de déployer beaucoup d'imagination pour voir les plaisirs à venir, possibles et offerts, elles ont préféré fuir, et à chaque fois pour un type banal (mais toujours plus jeune et plus beau) qui les a 'baisé' quelques mois avant de passer à une autre. Voilà Teva et je ne parle que de deux de mes expériences… J'ai aussi expérimenté la drague, il y a longtemps, surtout pour en comprendre le fonctionnement. Je n'y ai pris aucun plaisir, voire même en ai-je éprouvé un vague dégoût. Se rendre compte par soi-même de l'effectivité de 'techniques' pour arriver à faire naître un sentiment et en profiter, dans la falsification… S'apercevoir que cela fonctionne et que très nombreuses sont les femmes qui acceptent d'être draguée, pour ensuite se récrier d'avoir été dupé… est assez désespérant, un peu destructeur même. Entendre des femmes énoncer fièrement qu'"elles, elles n'aiment pas les dragueurs", lancer 'un collègue' dessus et le voir invariablement réussir… Oui, on en ressort pas indemne. Il faut du temps pour aimer de nouveau une femme, savoir qu'il y en a tout de même de rares, de très rares qui n'auront jamais, jamais aucune faiblesse de ce type et qui voient au-delà des apparences… J'ai aussi observé et interrogé mes congénères pour avoir en gros le même son de cloche… Donc oui, ce que tu décris est une réalité plus que largement valable. Certes il y a quelques rares, assez rares 'rencontres' amoureuses, sans malentendu préalable, sans frustration de l'un ou de l'autre, sans attente "d'autre chose, de l'amour vrai" par l'un ou l'autre puisqu'il est ressenti partagé… J'ai connu quelques personnes qui pouvaient dire avoir vécu cela et le maintenir dans un entretien (car un certain nombre d'homme et la plupart des femmes commence toujours par le soutenir, pour au final, au bout de deux heures de travail réflexif et mémoriel en faire l'aveu contraire). Tout cela passe mal ici. Je l'ai constaté sur presque tous les fils de discussion. L'idéologie prédomine, la remise en cause créerait tant d'angoisse qu'elle est inaccessible à la très grande majorité. Les reconstructions mémorielles positivistes sont nécessaires à l'affirmation d'une vision du monde, comme des enfants se construiraient leur propre disneyland et le montreraient à tous comme la réalité pour tenter d'en faire la seule réalité… Alors certes, il vaut mieux dire que c'est du second degré, faire un peu marche arrière pour ne pas se griller… … Que de jeux de dupe…
  Lire la suite de la discussion sur forumfr.com


258970
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Besoin de quelques avis objectifs. - le coin des ados

image

Tu es comme tu es, même si tu es solitaire ou que tu n'as pas spécialement les même goûts que les autres c'est pas un problème dans le fond, justement au moins tu as tes propres goûts t'es unique… Moi aussi je suis quelqu'un comme ça, qui...Lire la suite

Besoin d'un avis : est ce que je lui plait ? - techniques de seduction

image

Bonjour, Je vous raconte rapidement mon histoire, voilà le week end dernier j'ai rencontré un jeune homme avec qui je discutais il y a quelques années via un réseau social bien connu, en fait c'est l'ami d'un proche. A cette époque j'étais en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages