Histoire vécue Amour - Couple > Usure du couple      (2408 témoignages)

Préc.

Suiv.

je n'arrive pas à avoir de rapports avec mon mari

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 1205 lectures | ratingStar_85763_1ratingStar_85763_2ratingStar_85763_3ratingStar_85763_4

Je souffre beaucoup de la situation que je vis en ce moment, cela pèse sur mon moral.

J'aimerai apporter d'autres précisions, mon compagnon n'est plus attentionné comme il était, c'est à dire il y a un manque de tendresse et d'initiatives de sa part, alors que moi j'essaie d'être attentive à ses désirs, quand il le manifeste.Exemple si je ne me sens pas cappable d'avoir envie de faire l'amour, quand je n'ai pas le désir, j'essaie de lui faire du bien, par fellation ou masturbation peu importe. De mon côté je me sens oubliée. Du coup pour retrouver des sensations dés que je ressens une excitation et lorsque je suis seule, je me fais du bien, car je n'arrive pas à le faire devant lui.

J'ai souffert de mes précédentes relation de couple, car la aussi j'étais avec des hommes pas vraiment attentionnés. Pourtant je suis rester fidèle. Actuellement j'essaie avec mon psychiatre d'aborder ces points sensibles. Il faut dire aussi que bien d'autres choses pèsent sur mon moral. J'ai dit dans mon 1er message que je traverse une dépression, tout cela s'est déclenché suite à une mauvaise ambiance professionnelle, où j'ai été harcelé moralement par mon directeur sur mes capacités professionnelles. Comme dans le même temps, j'ai de grosses difficultés à avoir un contact avec mes 2 enfants majeurs, je ne sais pas ou ils vivent etc j'en souffre en tant que mère.

Surtout car je vis éloignée de ma propre famille, tout ça car j'ai suivi mon compagnon afin de vivre avec lui.

Quand j'ai connu mon compagnon, il était chef d'entreprise avec 9 salariés, puis il a mis fin à son activité aprés 20 années à son compte et a décidé de changer de région, puis reprendre son ancien métier en tant que salarié.

J'ai et je garde toujours de l'admiration pour lui, cependant j'ai du mal à supporter, qu'il reste statique à dialoguer vraiment sur ce qui nous touche personnellement. Il évite souvent le sujet. Le soir, il a tendance à rester devant la télé, même lorsqu'il va se coucher, il s'endort avec !

Cela fait plusieurs mois que je suis en arrêt, c'est toujours délicat de dire que l'on a des troubles dépressifs, je suis passé par des phases, où je n'avais envie que de dormir, et ou je pensais sans arrêt à mes enfants, et à ma famille. 1 mois après mon opération, j'ai voulu reprendre mon travail, mais comme on m'avait changé de poste (sans me demander mon avis) , c'est à dire de jour je suis passé de nuit, cela a été catastrophique. J'ai tenu une semaine, et aprés 1 soir ou je devais travailler, dans la journée je me sentais trés mélancolique, je pleurai en pensant que je n'arrivais pas a faire l'amour… le soir j'essaie d'expliquer ça a mon ami, il me dit c'est pas grave on va prendre le temps, puis il continue de regarder la télé.Je prends la voiture, et les larmes reviennent tout le long du trajet pour aller à mon travail j'ai de gros sanglots, et cela n'arrête pas, je ne peux rien controler et je me sens stupide. Arrivée à mon travail trés en avance d'ailleurs, j'ai de la peine à sortir de ma voiture et je ressens comme un poids et une grande lassitude, et je me dis il faut y aller. Et là, dés que je vois mes collègues, je recommence à pleurer avec des sanglots au début je dis que je suis pas bien en forme, et aprés sans savoir pourquoi ni comment je commence à dire que je n'arrive pas à avoir de rapports depuis mon opération et que je me sens moche et nulle.

Mes collègues ont vite réagis et ont dit que je devais retourner chez moi, vu mon état. J'avais peur de rentrer chez moi, en me rémémorrant ces choses je pleure encore. Dans les jours qui ont suivis, j'ai revu mon psychiatre avec mon ami et j'ai écrit sur papier ce que je ressentais, la douleur que j'avais, tout ça c'était début juin. Et depuis rien n'a vraiment évolué.

Mon psychiatre m'a progressivement diminué mon traitement et a préféré que je me stabilise émotionnellement. Car en fait j'ai du mal à exprimer mes émotions, c'est toujours décalé.

J'ai même évoqué avec mon psy mon désir parfois de fuir, ce couple mais aussi la difficulté à savoir où j'en suis exactement.

J'aurai le sentiment de vivre un échec de plus, en bref j'ai peur un peu de la reprise de mon travail lundi prochain. Et j'essaie d'être plus active dans le quotidien.La visite de mon dernier enfant, il s'appelle victor et a 12 ans1/2, raison de mon pseudo, a été le plus beau rayon de soleil de ma vie cet été. Car c'est le seul de mes enfants que je vois, il habite à l'étranger avec mon 2ème ex. Comme il entre dans l'adolescence, c'est drôle car il s'est montré trés ouvert a parler de sa copine et de la sexualité en général. Bref il raconte, et de plus il est trés nature gai et mature pour son âge cela me rassure.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


85763
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Est-ce que je suis vraiment faite pour ca? - ecrire un roman

image

J'ai découvert ce forum il y a peu et je voudrais que vous me répondiez franchement. Voilà, J'ai 17 ans et cela fait à peu près dix ans que j'écris (bon évidemment, à 7 ans et même à 12 ans d'ailleurs, ce n'était pas du Baudelaire loin de...Lire la suite

Difficulte relationnelle, copain tres sociable, amis... - amities et relations personnelles

image

Bonjour à tous, Je sais pas trop ce que ça va m'apporter d'écrire ce que je vais écrire, peut-être me libérer et essayer de comprendre pourquoi je réagis comme ça, avoir des avis aussi… Voilà je suis de nature assez réservée, fétarde...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages