Histoire vécue Amour - Couple > Usure du couple      (2408 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je ne supporte plus les caractères de mon compagnon

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 07/02/10 | Mis en ligne le 12/02/12
Mail  
| 166 lectures | ratingStar_227104_1ratingStar_227104_2ratingStar_227104_3ratingStar_227104_4
J'ai 27 ans et lui 37; nous sommes ensemble depuis un peu plus de 2 ans. Très rapidement après le début de notre relation, nous avons eu des problèmes pour nous entendre (il a TRES vilain caractère, est assez égoïste et a une vision du couple assez "années 50" )... ce n'était pas très facile à vivre pour moi, mais les disputes se limitaient aux week-end car je vivais chez ma mère (étant étudiante) et lui habitait à plus d'une heure de route de chez moi. En juin 2009, j'ai réussi ma 1ère année d'infirmière, ce qui me donne le titre d'aide-soignante. En août 2009, j'ai été passer un week-end chez une amie et j'ai craqué pour un garçon. Avec le recul, je crois que j'ai surtout craqué car cet homme m'a témoigné du respect, ne m'a pas critiquée ni humiliée une seule fois durant la soirée (ce qui était monnaie courante avec mon compagnon actuel). Mon compagnon en effet passait son temps à me critiquer, me rabaisser à peu près dans tout: "il faut être dérangé mentalement pour aimer les films d'horreur", "tu es une malade pour aimer tel chanteur", "tes amis sont des moins que rien", "t'as vu c'est quoi ton entourage", etc. Il ne s'est jamais rien passé avec ce garçon mais nous nous sommes quittés avec mon compagnon peu après, il y a eu une très violente dispute... Il m'a balancé des tonnes d'injure, m'a dit que je pourrais bien supplier et pleurer, qu'il ne me reprendrait pas, etc. Moi je m'en fichais, je n'avais pas l'intention de revenir. Quand il a vu que je ne l'appelais pas, qu'il ne recevait pas de sms de ma part, il a compris que je ne voulais plus de lui. Il m'a alors joué une comédie lamentable et pathétique, mais au bout de qqs semaines (et après m'avoir juré qu'il avait changé, qu'il s'était rendu compte de ses erreurs et m'avoir joué une belle comédie sur la soi-disant nouvelle personne qu'il était devenu... sans compter ses beaux discours d'amour), j'ai accepté de lui redonner une chance. Je ne lui ai toutefois pas caché que de mon côté, c'était pratiquement mort et qu'il faudrait bcp de temps pour que ça revienne, en admettant que ça revienne. J'ai commencé ma 2ème année (j'habitais toujours chez ma mère) mais j'ai dû rapidement arrêter (problèmes financiers et harcèlement moral d'un prof). Mon compagnon et moi avons discuté, et il m'a demandé de venir vivre chez lui, il m'a dit qu'il me trouverait rapidement du travail (par sa soeur, ou par un ami de son employeur... il a un travail qui lui permet de faire bcp jouer les relations)... J'ai bcp hésité, lui ai dit que je n'étais pas sûre que les sentiments reviendraient aussi forts qu'avant, etc. Il m'a dit que ce n'était pas grave, que même si finalement ça ne revenait pas, nous resterions juste colocataire, et qu'il s'engageait à m'aider à terminer mes études quoi qu'il arrive. J'ai accepté, et je dois dire que ça a été la plus grosse erreur de ma vie! Son petit appart' étant minuscule pour 2, nous avons déménagé dans un petit village. Déjà dans son appart' nous nous engueulions pas mal, et quand je voulais rentrer chez moi, il me disait que c'était la promiscuité causé par cet appart qui était en cause, et que ça irait mieux dans une maison plus grande. Nous avons déménagé à la mi-décembre 2009, et à partir de là ça a été de pire en pire. Comme il n'avait pratiquement pas de meubles, j'ai avancé 3000 euros (salon, table basse, garantie locative de deux mois et premier loyer) pris sur mes petites économies d'étudiante. Il m'a promis au départ qu'il me les rendrait; mais maintenant, dès qu'il est en colère, c'est un jour "je te les rendrai dès que possible", un autre jour c'est "je ne te dois rien parce que je t'ai offert plein de cadeaux", un autre jour c'est "je te nourris, il n'y a pas de raison que je te les rende", etc. Bref, il joue au chat et à la souris avec moi. Naturellement, il me reste peu sur mon compte, alors partir... ce n'est pas envisageable. Bien sûr, le travail qu'il m'avait promis, je ne l'ai pas eu car il faut que j'attende mon numéro de visa (obligatoire avant de commencer à travailler), et ça prend 5 mois pour l'avoir, donc je suis bloquée jusque fin mars 2010... Et sa soeur, qui soi disant allait m'engager, n'a besoin de personne... Je ne touche donc qu'un chomage cohabitant ce qui est peu, et sur ce peu d'argent, je dois encore en donner 250 pour le kot que j'avais loué pour ma deuxième année... je n'ai trouvé personne pour le relouer, donc en attendant, je dois payer jusqu'en juin. Il m'avait aussi dit qu'il m'aiderait à passer le permis... ma licence expire le 2 septembre de cette année, et je n'ai plus conduis depuis des lustres. Depuis que nous avons déménagé, il pique des colères pour une broutille, prend du plaisir à faire du mal... J'ai droit à des "Tu craches sur la main qui te nourrit", "Tu te fais entretenir", "Tu dois respecter celui qui te fait vivre"... Il utilise mon passé pour me faire du mal... Exemple: avant lui, je suis tombée sur 2 ex dont un était manipulateur, l'autre était violent; il me dit "Je comprends celui qui te battait", "Va retrouver un malade comme tes ex", "Moi je ne me suis jamais tapé des anormaux", etc. Un autre exemple: j'ai souffert d'une grave dépression étant adolescente; il me dit "Retourne dans ta maison de fous", "Tu es malade", "Tu es une maniaco dépressive", "Je vais te faire enfermer", etc. Il m'insulte et me nargue quotidiennement: "Va à la merde", "pauvre conne", "handicapée mentale", "saloperie", "pauvre connasse", "grosse merde", etc. Tout à l'heure, il voyait que j'étais débordée et il a tout fait pour me narguer en me montrant bien que lui ne ferait rien pour m'aider à préparer le repas; quand j'ai explosé, il m'a répondu "les autres femmes le font bien et en silence en plus!"... Il me menace un jour sur deux de me mettre à la porte, de rapporter mon chat au refuge où j'ai été le chercher, etc. LE lendemain il me dit que je suis chez moi, et le jour d'après c'est fais ton sac et fous le camp... Il exige des rapports sexuels mais moi, bien entendu, je refuse. J'ai alors droit à des phrases du genre "Alors, je peux tirer mon coup ce soir?" qu'il gueule pendant la nuit quand il se réveille. Si je veux donner mon avis ou faire part d'une expérience vécue, il me rabroue en disant que je ne connais rien à la vie, que je n'ai pas à "ramener ma fraise", que lui connaît tout mieux que moi, etc. Il dit que je dois le respecter car il est plus vieux, mais que lui n'est pas obligé de me respecter. Il dit aussi que je dois céder face à lui toujours à cause de nos 10 années de différence et parce que je suis une femme. Au moindre faux pas, à la moindre colère de ma part qu'il trouve injustifiée, il me le fait payer au centuple pendant qqs jours d'affilée ou j'ai droit à des insultes, des menaces. Je suis loin de ma famille, dans un petit village perdu, et je n'ai pas d'amis tout près, en fait je suis toujours seule du lundi au dimanche, sauf un week end par mois où nous allons chez ma mère. Psychologiquement, c'est dur d'être toujours seule... Il surveille mes sms, mon facebook, mes amis sur msn... il n'a pas les codes, mais gare à moi s'il surprend qq chose que je dit qui ne lui plaît pas. Il a déjà écarté de ma vie qqs amis chers qui le critiquaient, car ils avaient vu clair dans son jeu... D'autres sont partis d'eux mêmes car m'ont il dit, fatigués de devoir supporter ça de sa part... Il manipule tout le monde, et devant sa famille, au travail ou devant des amis, il est le plus merveilleux des hommes. Mais quand nous sommes tous les deux, il montre son vrai visage. Je me suis confiée une fois à sa soeur qui m'a carrément dit "ce n'est pas de mon frère que tu parles"... Bref, on lui donnerait le bon dieu sans confession... Il n'y a jamais eu de violences physiques, mais ça m'est arrivé de me retrouver avec son poing tout près de mon visage ou de me faire empoigner, sans qu'il ne frappe. Il joue avec moi, m'insulte, me nargue... je craque. Je ne sais pas partir: je ne sais plus revenir chez ma mère, plus chez mon père, je ne sais pas me domicilier dans mon kot, je n'ai plus les économies nécessaires pour vivre dans un appartement et il faut que j'attende d'avoir reloué mon kot pour partir, je n'ai pas de travail,... Je suis prise au piège. Chaque jour passé avec lui est un jour de trop.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


227104
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Est-ce que je suis vraiment faite pour ca? - ecrire un roman

image

J'ai découvert ce forum il y a peu et je voudrais que vous me répondiez franchement. Voilà, J'ai 17 ans et cela fait à peu près dix ans que j'écris (bon évidemment, à 7 ans et même à 12 ans d'ailleurs, ce n'était pas du Baudelaire loin de...Lire la suite

Difficulte relationnelle, copain tres sociable, amis... - amities et relations personnelles

image

Bonjour à tous, Je sais pas trop ce que ça va m'apporter d'écrire ce que je vais écrire, peut-être me libérer et essayer de comprendre pourquoi je réagis comme ça, avoir des avis aussi… Voilà je suis de nature assez réservée, fétarde...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages