Histoire vécue Amour - Couple > Usure du couple      (2408 témoignages)

Préc.

Suiv.

Un texte (l'ennui).

Témoignage d'internaute trouvé sur forumados - 20/03/11 | Mis en ligne le 25/03/12
Mail  
| 176 lectures | ratingStar_232137_1ratingStar_232137_2ratingStar_232137_3ratingStar_232137_4
Je ne sais pas si j'ai toujours l'âge de poster ici, mais comme dans un passé lointain je suis venu partager ici quelques poèmes… me revoici. Là c'est une sorte de méditation introspective que j'ai écrite il y a quelques semaines. J'espère que le texte ne vous ennuiera pas trop. C'est amusant d'ailleurs, je l'ai appelé L'ennui. Je n'aurais pas craqué, n'eussent été ses mains. Tout à la fois tendres et viriles, semblant capables de force comme de douceur, elles étaient assez parfaites pour me pousser à m'engager sur un chemin que je savais sans issue. Je l'avais bien vu, entre deux cours, l'embrasser ou la tenir entre ses grands bras fins. Mais quoi de mieux, pour passer le temps, que de tenter de crever le gros abcès que j'avais au coeur ? Je me suis laissé faire. Alors ça s'est fait, un mardi de janvier. Je ne veux pas dire que ça n'avait pas commencé avant : il m'avait troublé dès notre première rencontre puis en d'autres occasions, comme lorsque j'avais remarqué ses mains, un après-midi de novembre alors que nous étions assis face à face à la bibliothèque. J'aurais bien voulu lui dire que je les trouvais belles, ses mains de pianiste, avec leurs doigts fins et fermes, leurs ongles nets, leur air de noblesse, mais j'aurais eu l'air bizarre alors je me suis tu. Quoi qu'il en soit, ce mardi de janvier, on m'a dit qu'il avait joué, quelques mois auparavant (nous ne nous connaissions pas encore) un petit morceau de Scriabine à un concert de piano. Ce soir-là, j'ai écouté l'étude, seul dans ma chambre. Les premières notes du piano (j'imaginais ses grandes mains, caressant les touches blanches et noires sous les yeux du public silencieux) , les premiers accords m'ont vrillé le coeur comme aucune autre mélodie ne l'avait fait et l'envie d'être amoureux, presque semblable a une faim, m'a tenu dès cet instant. J'ai laissé les notes tomber dans mes oreilles, et, une fois le morceau terminé, je l'ai fait rejouer ; puis je suis resté longtemps immobile, laissant flotter dans mon esprit l'admiration, la tristesse, la jalousie, et peut-être une forme de mépris amer de moi-même. Quand j'ai bougé à nouveau, c'était pour écouter Norma, pour me rincer. C'était beau, mais la catharsis fut impuissante : il restait quelque chose de la sensation qui s'était introduite en moi. J'ai eu ce que je voulais, n'est-ce pas ? J'ai été pris dans le piège, de mon plein gré. Je ne pense plus qu'à lui, qu'à son aura de douceur mêlé de sensualité animale – il y a quelque chose dans ses yeux bleus et ses beaux cheveux bruns qui fait penser au loup et peut-être même à la louve. J'aime ce soupçon de féminité qu'il cache au coeur d'un bloc de virilité insoupçonnable, ce quelque chose de moelleux qui invite à la tendresse. Demain, je pourrai le revoir, je pourrai fondre à nouveau en entendant sa voix mal assurée d'adolescent, un peu nasale et éraillée, et ses phrases fragiles et hésitantes, aux mots hachés par un bégaiement imperceptible. Le revoir demain, et encore après-demain, et mercredi… et avant que nous ne prenions des chemins différents, avant que nos vies ne suivent plus la même orbite, il y aura encore soixante, quatre-vingts, peut-être cent lendemains, pour le suivre des yeux, pour veiller sur la flamme, pour m'étrangler le coeur, encore et encore. Il faudrait que je lui parle, quand nous serons seuls un instant, il faudrait que j'essaye de lui dire… Je pourrais me jeter à ses pieds et lui répéter "Je t'aime" à m'en rincer la bouche, même s'il fallait en payer le prix, peut-être l'entendre rire de son rire haché et immature, l'entendre demander si, alors, comme ça, j'étais pédé. Il y a des gens qui ne peuvent pas comprendre. Peut-être ne comprendrait-il pas, peut-être croit-il trop bien savoir ce qu'est l'amour pour pouvoir saisir ce qu'un homme peut éprouver pour lui ; plus probablement serait-il touché mais forcément impuissant. Je voudrais simplement qu'il sache, qu'il comprenne qu'il y a ce lac de ferveur dans lequel je veux me noyer… Et pourtant, je ne parlerai pas demain, ni même les jours suivants. J'aime le silence, plus fort que je ne pourrais aimer Camille. J'aime les non-dits. J'aime intérioriser ce que je ressens. Non. En réalité, le silence et moi, nous nous haïssons ; il m'étouffe et je le salis de mes mots maladroits. Nous sommes cependant habitués l'un à l'autre, depuis que j'ai compris que mon coeur est trop profondément trivial pour que je l'ouvre à qui que ce soit. Alors, quelle importance pour des sentiments triviaux ? Quand bien même elle n'aurait pas été là pour lui tenir la main, même s'il y avait une place dans son monde pour mon coeur, je ne serais pas digne de l'aimer. Je ne saurais pas l'aimer réellement, pas même pour sa barbe de trois jours, son gros nez sensuel ou ses grands yeux bleus, ternes et tristes. Si je pense à Camille, c'est pour pallier mon ennui, combler ce vide ontologique, c'est un moyen, en quelque sorte, de ne plus être seul à peupler mon monde. Et tandis que j'ai les yeux posés dans l'espace vide, pensant aux temps vierges devant moi (que ferai-je demain ? ) , le silence me dit : "Voilà une belle illusion que tu te fais. Pour me fuir, pour fuir la solitude, tu t'es retiré dans ton propre monde avec ton Camille imaginaire. La bonne affaire ! Et le Camille réel, qu'en fais-tu ? Il n'est pas avec toi, il ne sera jamais avec toi ; il vit hors de ta tête, libre, dans le monde objectif. Et ce n'est pas tout, car s'il fallait seulement souffrir de savoir que son coeur t'est fermé, ce serait facile et tu serais somme toute heureux. C'est parce que tu sais que toi, tu ne l'aimeras jamais, que tu te sens meurtri. Toutes ces pensées qui t'emplissent le crâne ne sont qu'une très pâle imitation de l'amour. Cesser de dormir ou de manger ne te donnera pas plus de crédibilité, pas même à tes propres yeux. Aimer, tu en es incapable. Ton coeur est une outre de médiocrité, et il en gicle partout depuis que le pauvre Camille a mis le doigt dessus sans le vouloir. C'est tout. Tu le sais, tout cela. Tu ne t'aimes pas, tu ne supportes pas ces instants que tu passes seul, face à toi-même, durant lesquels nous parlons ensemble ; alors tu as essayé de te fuir encore une fois, de te remplir la tête avec ce qui te passait sous la main, pour ne plus penser à toi-même, pour ne plus être confronté à l'image que tu te renvoies. Pire, tu es conscient d'avoir voulu te tromper ; la tentative de tromperie fut donc un échec, et tu n'as pas réussi à te faire croire que tu aimais Camille." Il a raison. Tout est à refaire. SWF file. S'il y en a qui veulent donner leur avis…
  Lire la suite de la discussion sur forum.ados.fr


232137
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Est-ce que je suis vraiment faite pour ca? - ecrire un roman

image

J'ai découvert ce forum il y a peu et je voudrais que vous me répondiez franchement. Voilà, J'ai 17 ans et cela fait à peu près dix ans que j'écris (bon évidemment, à 7 ans et même à 12 ans d'ailleurs, ce n'était pas du Baudelaire loin de...Lire la suite

Difficulte relationnelle, copain tres sociable, amis... - amities et relations personnelles

image

Bonjour à tous, Je sais pas trop ce que ça va m'apporter d'écrire ce que je vais écrire, peut-être me libérer et essayer de comprendre pourquoi je réagis comme ça, avoir des avis aussi… Voilà je suis de nature assez réservée, fétarde...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages