Histoire vécue Amour - Couple > Violence conjugale      (962 témoignages)

Préc.

Suiv.

En 2008 je me suis mariée à un pn.

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 19/06/10 | Mis en ligne le 30/07/12
Mail  
| 272 lectures | ratingStar_283026_1ratingStar_283026_2ratingStar_283026_3ratingStar_283026_4
Pense à ton bien être et pars, on est tous unanimes ici il n'y a pas d'issue heureuse à ton histoire et crois en nos expériences. Je c'est que c'est pas facile d'autant qu'actuellement je vis exactement la même chose que toi. En 2008 je me suis mariée à un PN. Avant lui j'avais toujours eu des relations brèves certe, mais où on me respectait et on ne m'insultait pas. Mon ex mari je l'ai connu par Internet lui vivait en France et moi non, pour m'attirer dans ses filets il m'a séduite comme on ne l'a jamais fait : doux, attentionné, prévenant, gentil, et beaucoup de belles promesses, et il m'a bien évidemment caché son coté obscure. Il me relata ainsi qu'il a un fils de 3 ans dont il s'est séparé de la mère car celle ci a une maladie psychologique et qu'elle l'avait accusé de violence physique. Parfois je le trouvais bizarre, de sa façon de parler, des allusions qu'il faisait en critiquant les autres se dégageait de la haine. Et dans son regard je lisais une certaine démence. Et cela fut ma première impression dès que l'ai vu. Mais à côté il avait se trait de caractère amoureux et attachant que j'avais rarement connu dans ma vie. Et alors je me suis dit que je me fais des idées, et que je devrais me féliciter d'avoir un homme comme lui. J'ai quitté mon travail et ma famille dans mon pays pour le rejoindre en France. Avant mon arrivée en France il vivait chez ses parents et d'un commun accord on avait décidé de prendre un appart à nous. Dès mon arrivée en France il m'a imposé de vivre chez sa famille dans un petit village, mais il a fait gentiment en jouant sur ma sensibilité. Au bout de 2 mois n'en pouvant plus de vivre comme ça j'ai insisté et on est partie de chez ses parents. Il avait plusieurs fois démissioné sur un coup de tête et donc il n'avait pas à mon arrivée en France d' emploi stable et ça il me l'avait caché. Au contraire il m'avait promis qu'il lui suffisait de claquer du doigt pour avoir un appart en France, et je me suis rendue compte que c'était du baratin. Nous avons donc galéré et finalement on a été obligé de vivre dans un petit appart hôtel incommode et très cher. A partir de là mes vraies problèmes ont commencé : dénigrement, infantilisation, chantage aux papiers (titre de séjour) , jetée à la rue plusieurs fois en me disant que le logement était a son nom et quand j'ai fait intervenir la police ils m'ont dit que si le logement n'est pas a nos 2 noms ils ne peuvent rien faire même si nous sommes mariés, insultes, gifles, me secouer, me jeter violemment contre le mur, tentative d'étranglement, menace de m'éclater la cervelle, me réveiller en plein milieu de la nuit pour que je lui tienne la conversation, me faire tomber du lit, me découvrir pendant l'hiver, fumant sa cigarette dans le lit et quand je me plaignais il me disais qu'il fait ce qu'il veut chez lui, me surveiller, me rabaisser en me traitant de bas de l'échelle et de smicarde, dénigrer mon travail CDD et mon entreprise, le soir quand j'entendais tourner la clé dans la serrure j'avais l'estomac noué de peur et des sueurs froides, mais je m'efforçais de paraitre calme. Il m'a détruite physiquement (amaigrissement, perte d'appetit, anémie, insomnie) et psychologiquement (au travail je n'y arrivais plus, j'avais beaucoup de mal a me concentrer, j'ai perdu confiance en moi, et une perte de memoire). Je n'avais pas eu le temps de me faire des amis et bien que ma famille fut loin de moi je decidai de partir. Il a décidé de continuer à me pourrrir la vie en entreprenant de me faire extradier de la France, il a écrit entre autre à la cpam, au prefet et au ministre de l'immigration pour me traiter de simulatrice qui s'est mariée que dans le but d'obtenir des papiers (lamentable). Sachant que j'allais demandé le divorce pour violence conjugale, il s'est empressé de faire une demande de divorce conjointe pour mariage blanc… la procédure est en cours (mais je n'ai aucune preuve puisque la police a joué son jeu et que je n'ai aucune trace physique de ses violences, en plus il m'avait prévénu en me disant que personne ne me croirait car en France tout le monde sait que les africaines se marient que pour les papiers et qu'ils ont des quotat d'extradition). C'est avec du recul que j'arrive a en parler de façon lucide : j'étais tellement bousculée psychologiquement que je n'arrivais pas a expliquer ce qui m'arrivais ni a la police lors de mon dépôt de plainte ni a la psy de l'association parole de femme : j'étais perdue. Et le pire c'est que j'avais l'impression que personne ne me croyais d'autant plus que quand on était en public il était comme un agneau et qu'il attendait qu'on soit dans l'intimité de notre appart pour redevenir le monstre qu'il est réellement. Cette dualité de personnalité m'a Traumatisée. Je suis donc partie vivre chez des amis qui ont accepté de m'héberger.  Et quelques mois après je rencontrais celui avec qui je vis aujourd'hui. Tout s'est vite passé, 3 mois après notre rencontre, il m'a demandé d'amenager chez lui. Après 3 mois de parfait amour, il a dévoilé son côté PN. La première fois il m'a traitée de sale pute en me frappant à la tête parceque j'avais refusé de renoncer à ma réligion comme il me demandait, ce jour là nous étions dans ma voiture qu'il conduisait et il m'a demandé de descendre (il est énorme) et je lui ai rappelé que c'était à lui de descendre et de me rendre les clés, et que si je dois choisir entre ma religion et lui sans hésiter je choisi ma religion. Il s'est calmé et s'est excusé. Un mois plutard le matin pendant qu'on se préparait pour aller travailler il me demandait à quelle heure je rentrais, je lui ai demandé pourquoi cette question ? Et il s'est emporté en me disant que si je voulais je n'avais qu'à ne pas rentrer et ne plus revenir et je lui ai répondu OK je ne rentrerai pas ce soir. Et il m'a encore traitée de sale pute. Je lui ai alors dit que s'il m'insulatait encore comme ça je partirais. Dans la soirée il a voulu rigoler avec moi et je lui ai dit que c'était trop facile et qu'il fallait qu'il me donne des explications pourquoi m'avait il traitée de sale pute et il s'est excusé en me disant qu'il ne le pensait pas (bien sur). Au quotidien quand je le contredit il me dit "ta gueule" "t'es bête" "il crie pour couvrir ma voix quand il sait que ce que je dit est vrai", il me demande un chose et son contraire à la fois, il me provoque, quand il regarde un programme a la tv par exemple et que je montre mon intérêt pour ce programme il prend la télécommande et il change, il me donne des ordres malgré que je répète tous les jours que je déteste cela, il reconnait jamais ses torts même quand il est prit les mains dans le sac. Et la troisième fois qu'il m'a insulté il m'a traitée de sale conne, il m'a dit qu'il n'avait jamais connu une personne aussi peu intéressante que moi et que c'est pour ne pas voir ma sale tronche qu'il rentrait à minuit tous les soirs. J'ai pas répliqué, j'étais choquée et je suis allée directe au lit avec la ferme intention de me séparer de lui. Depuis cette épisode il ne m'a plus insulté. Faut dire aussi que l'arrêt des injure est lié au mal être qu'il vit actuellement au travail. Il m'a un peu laché, c'est un moment de répit pour moi. Il se confie a moi et parle de sa souffrance au travail il est carrément devenu doux. Mais je sais que quand ça va aller mieux a son boulot le naturel reviendra au galop. Déjà qu'il essaie parfois de me rendre responsable de son mal être en disant que je ne le soutien pas. Aujourdhui après lecture de ces post je suis plus que déterminé à partir.  Pourquoi jusque là je n'arrive pas à partir, plusieurs raisons : - Il traverse une mauvaise passe et je compatit, je culpabilise, je veux pas en rajouter à sa souffrance. J'attends qu'il aille mieux (normallement le projet sur lequel il travaille prend fin en aout). - Je ne sais pas ou aller j'ai un cdd et pour trouver un logement c'est galère, j'attends d'avoir un cdi et trouver un logement, j'ai essayé les logements sociaux mais mon dossier n'est pas prioritaire car j'ai pas d'enfant et j'ai un travail, 1% salariale je ne peux y prétendre que si j'ai un CDI. - Peur de sa réaction, comment lui dire que je le quitte sans qu'il ne devienne plus violent (mon ex mari est devenu fou quand j'ai dit que je partais, il n'avait plus rien à perdre donc il m'a battu)  et comme chat echaudé a peur de l'eau froide…  Il m'a un jour dit que son ex s'était barré comme une voleuse pendant son absence sans lui laisser de mots, peut être que je ferai comme elle. - Quand il redevient doux je me prend à espérer, et ça crée des doutes, c'est difficile à gérer. - Et j'ai plus confiance en moi, j'ai peur pour l'avenir, j'hesite à refaire confiance aux hommes. Mais ma decision est quand même prise : je vais partir, je me le répète, je lutte contre la partie de moi qui veut rester, et d'ici là je ne réponds plus a ses provocation, je fais de mon mieux pour l'éviter, je ne m'offusque plus car je sais que c'est fini, il le sait aussi mais il s'accroche : il parle de vacances, de bébé et d'achat de maison et il me fait pitié. Ya que pour le sexe que j'arrive pas a faie semblant. Je ne ressens plus d'attirance physique pour lui, comment avoir envie d'un homme qui t'a traitée de sale pute ? Je sais que C'est facile a dire mais pas a faire, je t'encourage car c'est ce dont j'ai besoin moi, qu'on m'encourage et qu'on me persuade sue c'est un malade qui me tue a petit feu, malgré son visage angélique. Je suis dégoûté même si je crois encore en l'amour, j'ai peur de me relancer. 
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


283026
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Violence conjugales quels espoirs pour l'avenir - violences conjugales

image

Bonjour à tous ! Je ne suis pas une habituée des forums mais je ne sait pas vraiment à qui m'adresser pour partager mon expérience, les personnes de mon entourage qui ont déjà traversé ce type d'épreuves ont déjà donner je fini par tourner...Lire la suite

Elle me maltraite et on ne me prend pas au serieux - violences conjugales

image

Bonsoir. Je suis moi-même une jeune femme violente envers mon compagnon. Cela fait plusieurs années que j'ai des accès de colère et de violence, principalement verbale et un peu physique, gifles, claques et destruction d'objets. J'ai fait subir...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages