Histoire vécue Animaux domestiques > Aquariums / Vivarium      (522 témoignages)

Préc.

Suiv.

Parce que rien que le titre me gène.

Témoignage d'internaute trouvé sur madmoizelle - 07/01/11 | Mis en ligne le 13/07/12
Mail  
| 304 lectures | ratingStar_274834_1ratingStar_274834_2ratingStar_274834_3ratingStar_274834_4
Cela fait un moment que ce sujet me titille… parce que rien que le titre me gène. "Barbare"… A chaque fois que l'on peut employer ce mot, j'ai toujours le souvenir de l'usage initial de ce terme qui ne désignait -dans les grandes lignes, on passera sur les considérations linguistiques- les étrangers, l'autre. Oui, ce mot est d'abord utilisé comme un mot d'exclusion, de mépris de l'autre. Pourtant, et à chaque fois, les personnes désignées par le mot "barbare" appartenait à des civilisations certes différentes de la civilisation gréco-romaine, mais des civilisations instruites, érudites, sages, intelligentes. Regardez les "barbares" qui ont envahi Rome. Ces peuples n'étaient-ils pas eux-mêmes admirables ? Les germains et autres vikings étaient des sauvages ? Absolument pas. Ils ne sont pas même pas la cause directe de la déchéance de Rome ! Et dois-je vous rappeler que nous sommes nous mêmes descendants de ces germains ? Je ne peux donc pas m'empêcher de comparer ce mot avec l'usage que l'on a fait pour ce topic. Et essayer de voir notre civilisation, notre culture. Ce que je vois, c'est qu'aujourd'hui, nous sommes dans une époque où tout le monde peut manger de la viande régulièrement, même les plus pauvres. Bien sûr, ce n'est pas de la viande de très grande qualité, mais tout de même ! Ce projet, il y a plus de 60ans était difficile à imaginer. A cette époque, beaucoup de personnes (du monde ouvrier en autres -à Paris notamment-) ne pouvaient que très difficilement s'acheter de la viande régulièrement. Et là, il était sûr qu'énormément de personnes souffraient de mal-nutrition car il n'existait aucune alternative possible. Et ces alternatives ne sont arrivés que très tard et ne sont toujours pas accessible dans toutes les couches de la population. Qu'on se le dise, un paquet de jambon 1er prix reste plus accessible que du tofu, que du soja, etc… Être végétarien, n'est-il pas déjà un luxe ? Bien sûr, comme tous les progrès, il y a eu des effets négatifs, et nous les connaissons tous : pollution, empreinte écologique catastrophique, maltraitances des animaux insupportables. Certes, certains pratiques sont inhumaines, mais nous pouvons changer les choses. En changeant nos habitudes (manger moins de viande) , en consommant des produits de meilleures qualités (parfois pas beaucoup plus chers) qui respectent l'animal jusqu'à sa mort quand nous le pouvons ? Serions nous toujours "barbares" dans ces cas-là ? Pourquoi ? Parce que nous mangeons de la viande ? En quoi il serait "mal" de tuer afin de nous nourrir de façon raisonnable ? Ce qui va suivre va sûrement choquer, mais tant pis. Je ne trouve pas choquant, si je meurs accidentellement jeune, que des animaux me mangent. J'aurais ainsi l'impression de rentrer dans une certaine harmonie avec la nature, l'impression de servir même après ma mort, servir à la nature même dans une petite proportion. Pourquoi ne pas rentrer dans cette harmonie en consommant "mieux" ? N'est-ce-pas dans l'ordre des choses ? Je vais revenir rapidement sur le mot barbare tel qu'il est indiqué. C'est-à-dire en l'opposant à l'humanité. En le rendant synonyme du mot sauvage. N'est-ce-pas étrange ? Le sauvage ne vit pas de l'opulence et ne prête guère attention au goût. Ce qui intéresse le "sauvage" , c'est uniquement sa propre conservation, sa survie. Ne sommes nous pas dans un système inverse ? Mangeons-nous pas pour le goût et le plaisir que ça nous donne ? Tous les plats élaborés, de tous les pays du monde, ne sont-ils pas le signe d'une culture ? D'une prétention à nous dégager de l'aspect sauvage ? Et le goût, ce goût n'est-il pas culturellement influencé ? Je ne mange que peu de viande, à cause du prix de la viande de qualité, mais aussi par choix. Mais quand j'en mange, je ressens un réel plaisir. Rien ne remplacera le plaisir que j'ai en mangeant des sushis. Des sushis sans poissons, cela existe-t-il vraiment ? Rien ne remplacera le plaisir, ce frisson que j'ai en mangeant un pavé de bœuf. Tous mes sens sont en extases. Le goût, évidemment, mais aussi l'odorat, en passant pas l'ouïe et la vue. Rien ne remplacera le plaisir que je peux ressentir en mangeant un poulet à l'ananas. Cela n'est-il pas un aboutissement d'une civilisation ? Je pense que si.
  Lire la suite de la discussion sur madmoizelle.com


274834
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Devenir un teligent - intelligence

image

Je me demande ce que veut dire "Le sommet de la montagne ne s'atteint pas à coup de basket" (Et surtout sur quel genre de montagne montait le mec qui a dit ça parce qu'il y en a un paquet qui se montent en basket). Ce que je voulais dire...Lire la suite

Sos betta!!! - aquariums et vivariums

image

Eh bien lis la fiche que je t'ai donné et tu verras quels sont les paramètres idéaux et ce ne sont pas les tiens. La personne qui a fait cette fiches est elle, très calée. Et en effet je n'ai aucune formation sur la santé des poissons (oui il...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages