Histoire vécue Animaux domestiques > Chiens      (3432 témoignages)

Préc.

Suiv.

Protection mondiale des animaux de ferme

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 252 lectures | ratingStar_266183_1ratingStar_266183_2ratingStar_266183_3ratingStar_266183_4
Parigo chéri (je t'embrasse en passant malgré tes nombreuses infidélités à mon égard) , comparer l'exploitation animale à l'exploitation humaine ne revient pas à dire que l'exploitation des animaux de bétail équivaut à celle pratiquée sur des humains (dans tous les cas c'est toujours l'humain qui exploite, soit d'autres humains, soit des animaux). Je ne crois pas, en effet, (mais sait-on jamais ? ) qu'un animal se rende compte qu'il est exploité et esclave et, surtout, qu'il souffre de ce simple fait dans le cas où, par ailleurs, il n'est pas maltraité. En ce cas, par exemple un chien ou un chat de compagnie ou encore un cheval très aimé (et non destiné à la boucherie) est esclave d'un certain point de vue et il est exploité dans la mesure où il appartient à quelqu'un qui s'en sert d'un façon ou d'une autre - même si c'est sans abus et en toute tendresse - un chien sera "de garde", "de chasse", "policier", "sauveteur de montagne, "guide d'aveugle" etc ; un cheval "pour équitation"; un chat "contre les souris" et lui surtout "pour être mignon" ainsi que la plupart des chiens, d'ailleurs. En règle générale tous ces animaux seront "pour être aimés" en portant bien leur nom "de compagnie", faire un bien moral à leurs hôtes humains qui leur rend leur tendresse. C'est "service contre gîte, couvert et protection". Même dans le cas où l'animal ne "sert" qu'à être chouchouté, c'est une forme d'esclavage et d'exploitation. Parigo, dire "comparer" ne signifie pas dire "c'est exactement la même chose" ! Si on compare les oeuvres de deux personnes, ces oeuvres sont forcément différentes les unes des autres mais il s'agira de travaux émanant de personnes exerçant une même profession ou presque, il y a un fond commun. Comparer c'est aussi noter des différences, genre "comparons nos idées" qui ne sont pas forcément identiques. Plus va la science et l'observation faite sur les animaux et plus on découvre leur proximité génétique avec nous les humains qui, d'un point de vue biologique, sommes aussi des animaux, des mammifères. Tous les gens "normaux" sont révoltés (attérés, pétrifiés, écoeurés… vois l'adjectif que tu préfères) en se rappelant qu'à une époque récente et, le croyait-on, "civilisée" de notre histoire humaine, des êtres humains ont traités d'autres êtres humains de la façon la plus ignoble (épouvantable… etc… choisis l'adjectif) qui fut. Après, on dit que ces personnes furent traitées "comme du bétail"… voilà l'expression. Dans ce sens, on a le droit de le dire, c'est "politiquement correct". Dans l'autre sens - dire "aujourd'hui des animaux sont traités comme le furent des humains par les nazis" - c'est choquant, "politiquement incorrect"… Pourtant les deux genres sont comparables. Oui, si on se rappelle que d'un point de vue nazi les juifs étaient des êtres inférieurs et que "pour cette raison" (un prétexte, en fait) on pouvait se permettre de leur faire n'importe quoi ! Vois l'analogie avec les animaux de bétail… Ces analogies : entassés dans des wagons, sans nourriture, sans eau, sans lieux où faire leur besoins, sans espace pour s'allonger (sauf si c'était pour mourir avant destination) , en manque d'air… effrayés sans savoir où ils étaient emportés ; finalement massacrés sans distinction de sexe et d'âge, certains "jugés utiles" gardés vivants pour travailler, d'autres sujets à "expériences médicales". "C'est moins grave" de maltraiter des animaux que des hommes… Tout dépend du sens que l'on donne au mot "maltraitance" comme "esclavage" et "exploitation". Si un animal est, sans doute, non-conscient de son esclavage quand il est "bien traité" par ailleurs, tandis que l'homme esclave, même "bien traité", souffrira moralement de sa situation d'esclave, il est certain qu'un animal souffre physiquement, qu'il ressent la peur de l'inconnu etc, que la femelle éprouve de la peine quand on lui arrache son petit (elle est désemparée, elle le cherche, elle gémit…) … Alors oui, Parigo, on peut comparer telle horreur à telle autre horreur. Ce n'est pas porter atteinte à la mémoire des victimes du nazisme ou "insulter" en cela les actuels humains esclaves ou autres torturés. Non, c'est dénoncer (et en faire prendre conscience à ceux qui préfèrent fermer les yeux… "comme toujours" face aux pires crimes tant qu'il s'agit d'autrui et non de soi-même et de sa propre famille) l'horreur dans le but de l'arrêter. Jamais ces personnes n'auraient été comparées à "du bétail" et -surtout ! - jamais traitées comme elles l'ont été si, justement, les humains avaient eu de longue date le respect de la vie des animaux. C'est lié : qui ne supporte pas de voir souffrir un enfant ne supporte pas, non plus, de voir souffrir un animal et inversement. Dire qu'il serait impossible de lacher tous les animaux de bétail (des races créées par l'homme) dans la nature, c'est évident ! Pour cesser leur exploitation abusive il s'agit d'abord de cesser de favoriser leur reproduction.
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


266183
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Deuxieme chien, des questions - chiens

image

Bonsoir ! Je plante mon drapeau. Moi aussi je viens d'avoir un 2eme mais un chiot et la "grande" a 7 mois, pour ce qui est du canapé lit et tout, je laisse les deux monter, le petit ne descender pas "sur commande" au debut mais petit a petit il...Lire la suite

Choix du chien/mode de vie - chiens

image

Bonjour. J'ai perdu mon chien croisé Boxer/rotweiler il y a plusieurs mois. Cette chienne était formidable, cela a été très difficile à vivre… Aujourdh'ui, je me sens prete pour vivre à nouveau avec un ou des chiens car j'ai un manque...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages