Histoire vécue Apparence - Beauté > Chirurgie esthétique > Augmentation mammaire      (3192 témoignages)

Préc.

Suiv.

Attitude à adopter après un lifting des seins

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 1437 lectures | ratingStar_53902_1ratingStar_53902_2ratingStar_53902_3ratingStar_53902_4

Je suis fraichement "découpée et recousue" pour reprendre la très indélicate expression de mon cher et tendre, qui n'est même pas là pour voir de quoi ça a l'air, puisqu'il est lui aussi à un autre bout du monde !

Bon, en dehors du fait que je me demande si mon état de surexcitation a quelque chose à voir avec mes cachets anti-douleurs bourrés de caféine (ni café ni coca dans mes habitudes, je suis peut-être hyper-réactive ? ) je me porte plutôt bien, avec une petite (ou grande ? ) fatigue sous-jacente.

J'avais aussi dit que je ferais un album, mais ça ne devrait pas tarder.

Bien sûr il est trop tôt pour apprécier quoi que ce soit au niveau du résultat.

Je ne sais donc pas si c'est réussi (ou pas) , mais je suis heureuse de l'avoir fait.

J'ai 29 ans, pas (encore) d'enfants et J'AVAIS une ptôse résultant de divers facteurs (morphologie naturelle, fragilité de la peau, suite d'une intervention chirurgicale…)  

Je me suis interrogée pendant plusieurs années sur la nécessité d'une correction, culpabilisant sur ce qui pouvait paraître comme une démarche principalement esthétique et non médicale : bien sûr ma poitrine me "pesait" dans tous les sens du terme, mais je n'avais pas d'hypertrophie.  

(Avant mon opération, j'étais entre le 85 D et C, certainement 85C maintenant.).

Or, pour en arriver à prendre la décision de subir une intervention, avec des suites délicates et incertaines au niveau cicatriciel, sur une zone du corps qui touche à la féminité et à la maternité, c'est qu'il existe véritablement un inconfort, tant physique que psychologique, qui doit être reconnu et traité comme tel…

Bon, euh là, j'excède déjà le volume de mes précedentes participations au post, et je n'ai pas encore abordé l'opération.

J'ai donc consulté plusieurs chirurgien (ne) s avant de choisir, plus pour une question de feeling, tous les prix annoncés proches les uns des autres (pour moi : l'intervention + frais cliniques = 3500€).  

Le mien m'a proposé une cicatrice en i : tour de l'aréole + verticale ; intervention sous anesthésie générale (2 à 3h) , en ambulatoire : entrée le matin, sortie le soir même, ce qui a eu lieu ce jeudi 8/12.

Possibilité de me doucher dès le le retour à la maison (j'étais trop épuisée et un peu anxieuse, j'ai attendu le lendemain).

Je change moi-même mes pansements (des 10x15 type cicaplaie, 15€ la boîte de 10 = 5 jours) après la douche et les cicatrices, du peu que je puisse en juger moi-même, ont l'air saines. (dès que possible, je fais des photos, il faut que je récupère un appareil, mon homme est parti avec le numérique ! ).

2ème jour post-opé, les bleus commencent à apparaître (d'abord sous les seins, là où le soutien-gorge appuie)  

Je porte nuit et jour, sauf pour la douche bien sûr, un Z-bra Extrême (acheté 47€) , que je devrais à priori garder pendant 2 MOIS !

Bon, on m'a dit de me tenir tranquille et précautionneuse pendant les 2 semaines à venir, mais je dois reconnaître que, en dehors de ce qui est évidemment douloureux, j'ai du mal à identifier quelles sont les attitudes "à risque".  

Soulever la bouteille de 1,5l d'eau ? Porter la casserole pleine de soupe ?  

Ecrire sur internet (mail et forum) pendant 2 heures ?

Bon, me coiffer, pas possible, heureusement que j'ai des copines qui passent m'aider pour la douche, la brosse à cheveux et la popote, j'ai moins besoin de tester mes limites.

La très bonne nouvelle, après 2 jours, douches et changements de pansements, c'est que j'ai l'impression que la sensibilité de mes seins est intacte (voir parfois, vu l'ampleur de certaines vagues de douleur, un peu trop sensibles ! )  

Mais je n'ai pas à me plaindre de douleurs intolérables, je suis juste atteinte d'une anxiété que quelques unes d'entre vous ont déjà connue : comment ça va cicatriser, est-ce que tout va bien se passer, ça va faire plus ou moins mal au fil du temps, et surtout, EST-CE QUE CA VA RETOMBER ? BEAUCOUP ? DANS COMBIEN DE TEMPS ?

Pour l'instant, je connais les joies (et tiraillements ! ) d'une poitrine très haute car gonflée au-dessus de l'aréole, quelque peu "inhabitée" dans la partie inférieure du sein, vu que mes glandes ne sont évidemment pas encore redescendues.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


53902
b
Moi aussi !
6 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Gros complexe : ma poitrine - je m'aime, je m'aime pas

image

Bonsoir jeune femme ! Je sais plus comment je suis arrivé sur ce sujet, mais je vais en profiter pour te faire part de mon expérience. Jusqu'à il y a seulement quelques mois, je n'aimais pas trop l'idée de flirter avec des femmes fortes. En fait,...Lire la suite

Besoin d'aide pour trouver une nuisette - lingerie

image

Bonjour, J'ai un problème pour m'acheter des nuisettes "à bonnet". Je fais du 85 E, un tour de taille S'et j'aime beaucoup acheter mes nuisettes dans des boutiques de lingeries telle que Darjeeling. Cependant, cela fait plusieurs temps que je...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages