Histoire vécue Apparence - Beauté > Chirurgie esthétique > Augmentation mammaire      (3192 témoignages)

Préc.

Suiv.

Des infos sur la réduction mammaire

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin - 14/04/12 | Mis en ligne le 26/06/12
Mail  
| 206 lectures | ratingStar_272006_1ratingStar_272006_2ratingStar_272006_3ratingStar_272006_4
Hello les filles. Ça y est je suis rentrée à la maison. Je vous raconte un peu ce qui s'est passé pour les futures. Je suis rentrée en clinique mardi vers 16h00, visites du cardiologue (arnifle coco, goutte au nez) , de l'anesthésiste (pas mal) , de l'infirmier (sympa) , du chirurgien (bridé) , de la dame pour les repas (peux pas dire, seulement entendu sa voix, je faisais pipi) … Super, j'ai eu une chambre seule ! Douche à la bétadine, repas (miam, miam) … Le lendemain, mercredi, réveil à 6h. J'ai pas fermé lil pour ainsi dire. Pourtant, j'étais zen ! Re douche à la bétadine (dois être très sale…). Heure de pointe, attente… 7h20 descente au bloc, brancardier pas souriant mais on fait le voyage ensemble quand même, quelques minutes plus tard, bonne nuit les petits, rrrrrrrrrr. Retour dans la chambre entre 12h et 13h, aucun souvenir. Pratiquement dans le thé toute la journée. Pas trop de douleurs mis à part le dos, satané dos, il m'aura fait souffrir jusqu'au bout. Perf, redons, visite toutes les 3 heures pour voir si je vis encore, pendant 2 jours. Fin de journée, visite du chirurgien : tout s'est bien passé, il a enlevé 460 grammes à droite et 430 grammes à gauche. Je lui dis : ah, du mou pour mon chat ! Pas rigolos, ces gens-là. Il a aussi enlevé le nodule qui est parti à l'analyse. 1h00 du matin, envie pipi, je ne veux pas de bassin, j'attends de ne plus entendre de bruit dans le couloir et je me lève. Attachée au lit par les redons. Mais moi savoir détacher. Pipi avec 2 redons dans une main et une potence dans l'autre, pas faire de bruit. Aaaaah, pipi, plaisir… Petite toilette et ni vu, ni connu, retour au lit, rattacher les redons au lit. Pas sotte Dominique… Pas dodo de la nuit, je suis vivante, laissez-moi dormir… Lendemain, jeudi, perf enlevée, antalgiques en comprimés toutes les 3 heures pour cette vieille carcasse… Toilette toute seule, au lavabo, pas top, pas morte et pas grabataire non plus. Fatiguée, pas facile de dormir sur le dos, je ne dors que sur le côté. Commence ma gymnastique, mouvement de jambes dans le lit et marche dans le couloir (environ 100 mètres aller) pendant 10 minutes. Ouf, dos moins douloureux, mais fatiguée. Tout ceci pour vous dire que le vendredi, j'ai bien sûr augmenté mes performances. J'ai réussi à prendre une douche, j'ai bien sûr mouillé le pansement mais je ne m'en suis pas vantée. C'est trop bon une douche. Et là, je m'ennuie ferme. A part la télé qui ne m'intéresse pas trop, pas de connexion donc pas d'ordinateur. Plus de médicaments sauf pour mon dos. J'ai donc usé le couloir… Enfin samedi, donc aujourd'hui, jour de départ. J'attends le chirurgien qui doit enlever le pansement et les redons en fin de matinée. Réveil à 4h52 et oui pas possible de dormir, c'est quand même bruyant une clinique… J'attends 6h05 (c'est précis, hein ! ) et je me lève. Je commence à ranger mes affaires, je vais prendre une douche, je prends le p'tit déjeuner, (ils appellent ça du pain, beurk) enfin rien d'autre, je mange. Je demande mon verre de lait froid, ah la grognasse que je n'ai jamais vu. ELLE "on n'en a jamais". MOI "et pourquoi j'en ai eu tous les jours ? " 2 minutes après, mon verre de lait froid arrive (non mais sans blague). J'ai jamais sonné pendant mon séjour, j'ai triché pour faire pipi, je me suis lavée toute seule et on me refuse mon verre de lait, non de Zeus. A 10h45, le chirurgien arrive, commence à remplir les papiers, me donne 2 rendez-vous, un la semaine prochaine et un la semaine suivante (il ne peux plus se passer de moi) , je lui fais remarquer mais il est toujours aussi bridé. L'infirmière arrive, enlève les pansements, nettoie, enlève les redons, aïe, remet les pansements. J'ai rien vu, déçue. Je ne vois que mon décolleté, il me plait. C'est la première fois que je vois mes seins séparés. On dirait 2 siamois que l'on vient de séparer. Ouf, rentrée à la maison. Soins infirmiers tous les 2 jours pendant 21 jours si cicatrisation correcte. Pas question de mettre un soutien-gorge, ni d'en acheter, a dit le grand chef chirurgien. On verra plus tard. Ça ne me gêne pas. Quel plaisir de ne pas avoir de bretelles ni d'être serrée dans ce 95 F voire G. J'espère que mon récit vous aura permis d'être plus zen pour vous les futures opérées et vous aura permis de sourire vous toutes, les plus belles tototes du monde. Je vous embrasse bien fort.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


272006
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Gros complexe : ma poitrine - je m'aime, je m'aime pas

image

Bonsoir jeune femme ! Je sais plus comment je suis arrivé sur ce sujet, mais je vais en profiter pour te faire part de mon expérience. Jusqu'à il y a seulement quelques mois, je n'aimais pas trop l'idée de flirter avec des femmes fortes. En fait,...Lire la suite

Besoin d'aide pour trouver une nuisette - lingerie

image

Bonjour, J'ai un problème pour m'acheter des nuisettes "à bonnet". Je fais du 85 E, un tour de taille S'et j'aime beaucoup acheter mes nuisettes dans des boutiques de lingeries telle que Darjeeling. Cependant, cela fait plusieurs temps que je...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages