Histoire vécue Apparence - Beauté > Chirurgie esthétique > Augmentation mammaire      (3192 témoignages)

Préc.

Suiv.

Phobie de mon corps

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 870 lectures | ratingStar_55214_1ratingStar_55214_2ratingStar_55214_3ratingStar_55214_4

En étant adolescente, j'étais déjà pas trop bien dans mes baskettes, j'étais assez timide, je travaillais bien à l'école, une petite fille sage en apparence qui ne disait pas grand chose.Je sais que vers lâge de 15 ans, je me souciais déjà beaucoup de mon corps, je me trouvais trop grosse, bref comme toutes les filles.Ca n'était pas gravissime.Et puis, il y aeu un épisode plus grave : à 16 ans, suite à une opération, j'avais perdu quelque kilos.Je me sentais bien et j'ai donc décidé de continuer à perdre du poids, je suis malheureusement tombée dans l'anorexie pdt 1 an.J'avais été voir un médecin avec ma mère mais je n'ai pas reçu de traitement particulier.Comme je disais à ce moment là, "je m'en suis sortie seule ! "j'ai donc recommencée à manger.Les années qui ont suivi ont été faites de bons et mauvais moments comme tous les adolescents : début des études supérieures, petit copain ; une relation qui dure d'ailleurs 2-3 ans mais qui commence à foirer ap 1 an mais on reste ensemble.En tous les cas, à cette période, donc entre 18 ans et 22 ans, je me souviens que je ne suis pas encore si bien que ça, j'ai un mal-être en moi mais je ne sais pas quoi, je suis toujours très attentive à mon corps, mes sensations, j'aime pas me sentir molle comme je disais à cette époque, je fais donc du sport, mais je vis toujours normalement à cette époque, sans phobies particulières.simplement, ce qui commence à devenir pathologique, c'est que par exemple je prends des laxatifs tous les jours pour aller à selles or j'ai pas de problème de constipation organique important.C'était un geste plus symbolique dans le sens ou j'avais besoin de me "purifier".Tous les jours en me levant, je devais commencer par me "vider"ou sinon j'étais vraiment pas bien ! .Autre truc bizarre : je n'arrivais pas à m'habiller comme je voulais, y'avait des vêtements dans lesquels j'étais vraiment pas bien, je me retrouvais pas bien dedans, pourtant je nai pas de problème de poids. C'est assez difficile à expliquer, un exemple : à cette époque là, je ne mettais pas de pantalon, je mettais des calecons parce que je trouvais que les pantalons ne dessinaient pas bien mes jambes, le bas ne devait ni être trop large ni trop étroit !! Si je n'étais pas bien dans un vetement la journée, je ne pensais qu'à ça, ça m'obsédait !

A 22 ans, je suis en deuxième licence à l'unif, je kote cette année là et mon mal-être commence à s'extérioriser : une journée de mars, je me souviendrai toujours, je m'écroule, je commence à pleurer tous les jours mais je ne sais pas pourquoi, je ne dors plus, je ne mange plus.

Mes parents n'y comprennent rien. Je vais chez mon médecin traitant, diagnostique un état d'épuisement, de légère dépression et me prescrit du prozac et me conseille de faire un séjour à l'hosto, ce que je fais, j'y reste 15 jours, on me change de traitement : xanax et effexor (antidépresseur) je réagis bien au traitement, me sens beaucoup mieux, on me conseille d'être suivi par un psy mais je n'en voit pas la nécessité.Je reprends mes cours et ma vie en kot.les mois qui suivent me paraissent idylliques, je me sens vraiment bien, euphorique à la limite, débordante d'énergie, plus positive, mieux dans mon corps, petit copain,… 4-5 mois ap le début de mon traitement, je décide de ma propre initiative de tout arrêter.Les mois qui suivent, je me sens toujours bien, c'est l'année ou je dois rendre mon mémoire, je n'ai donc plus de cours.comme je ne travaille pas, je décide de gagner un peu d'argent en gardant 2 filles à bx.C'est un moment de ma vie ou je suis donc presque diplômée mais je ne sais pas encore à quoi je me destine, je vis au jour le jour, je vais à la biblio quelque fois par semaine pour mon mémoire mais je ne me sens pas plus motivée que ça. Je ne sors av personne à ce momen^-là.

ET PUIS… un jour du mois de mars le 18 je crois, je crois que je m'en souviendrai toute ma vie, les sensations au niveau d'une certaine partie de mon corps ont été soudainement exacerbées, en l'occurence ma poitrine.

Donc en quelques jours, toute mon attention, de jour comme de nuit,24 h sur 24 ont été focalisées sur ma poitrine.C'était à la fois esthétique, il y a des jours je la trouvais trop grosse, puis des trop petite, relâchée.or i faut savoir que je faisais un 85 c ! Donc aucune justification.Et puis c'était ausssi au niveau des sensations : je ne supportais plus mes vêtements, je ne mettais plus de soutiens, je vivais ma poitrine comme un objet extérieur à moi, je la rejettais complètement.Là j'ai commencé à avoir des comportements pathologiques : je marchais en regardant tout le temps ma poitrine, je la mesurais av un mètre en me disant, elle est trop basse, je regardais la poitrine des ô femmes en me comparant.Mon esprit a été complètement perturbé, je ne vivais plus dans la vie réelle et pourtant j'ai du rédiger un mémoire ds ces conditions ss être aidée à ce moment là et que j'ai réussi av.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


55214
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Gros complexe : ma poitrine - je m'aime, je m'aime pas

image

Bonsoir jeune femme ! Je sais plus comment je suis arrivé sur ce sujet, mais je vais en profiter pour te faire part de mon expérience. Jusqu'à il y a seulement quelques mois, je n'aimais pas trop l'idée de flirter avec des femmes fortes. En fait,...Lire la suite

Besoin d'aide pour trouver une nuisette - lingerie

image

Bonjour, J'ai un problème pour m'acheter des nuisettes "à bonnet". Je fais du 85 E, un tour de taille S'et j'aime beaucoup acheter mes nuisettes dans des boutiques de lingeries telle que Darjeeling. Cependant, cela fait plusieurs temps que je...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages