Histoire vécue Famille - Enfants > Accidents domestiques      (200 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai été brûlée à l'âge de 2 ans

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante 33 ans
Mail  
| 1422 lectures | ratingStar_119840_1ratingStar_119840_2ratingStar_119840_3ratingStar_119840_4

J'ai été brûlée à 2ans et demi avec de l'eau bouillante, à 2 à 3 degrés très profonds ; j'ai eu des greffes de peau, j'ai fait une septicémie etc j'ai failli mourir et les médecins n'y croyaient plus… jusqu'à ce que mon petit ange gardien me sauve la vie… un miracle ! Bcp de cures thermales après ça, des contentions etc etc Aujourd'hui j'ai 25 ans. Etant petite j'ai dû passer par des grosses épreuves, les regards, les questions, les grimaces, les surnoms etc. Les enfants qui étaient à l'école avec moi m'acceptaient eux, à force, mais c'était les autres… Jusqu'aux parents des enfants qui me dévisageaient pas de la façon la plus discrète… histoire de montrer l'exemple à leurs gosses : "tu vois ce que ça fait si tu te brûles ?! "… Bref, ça n'a pas été facile mais cela ne m'empêchait pas d'aller à la piscine ou à la mer quand j'étais petite… de porter des jupes ou des shorts etc mais en grandissant, les complexes arrivèrent, normal. J'ai eu des brûlures sur les cuisses et derrière les genoux, l'avant bras gauche aussi et un peu le pied. A l'entrée au collège, plus question de montrer quoi que ce soit. Alors c'était un réflexe de tirer ma manche du pull dès qu'on voyait des brûlures sur le bras, je trouvais toujours des astuces pour les vestiaires en sport, histoire qu'on ne voit pas mes brûlures… seulement 2 ou 3 copines étaient au courant + d'autres qui avaient été à l'école avec moi avant ; mais il faut croire qu'ils avaient oublié que j'étais brûlée… certains pensent que les brûlures ça disparaît… alors il faut leur expliquer que ça ne disparaîtra jamais, les tissus sont morts… Je suis toujours passée entre les mailles du filet, à tel point que je ne posais plus de questions, c'était un "automatisme" de cacher les cicatrices. J'esquivais… Un fois, au collège, une fille de ma classe a aperçu une brûlure sur le bras, alors en plein milieu du cours, elle m'a violemment tiré la manche pour regarder tout le bras - un cri, une grimace, très agréable… heureursment une copine de l'école l'a remise en place (d'ailleurs elle était devenue un peu le leader au collège, ça m'arrangeait !! ). Et ça a été "étouffé' Grosso modo le reste de ma scolarité au collège et au lycée et après aussi s'est fait sans embûche ; j'ai jamais eu à me dévoiler. Je compensais certaienement par le fait que je voulais être la meilleure de la classe, l'intello… Donc je me suis toujours attachée à avoir des bonnes notes, pour moi, mes parents aussi, si j'étais différente " (je hais ce mot) des autres, c'était parce que je travaillais le plus. (et toute façon, ça me plaisait) … Ca me permettait aussi de ne pas m'intéresser aux choses de l'adolescence, les petits copains etc. Là encore, j'esquivais… quitte à ce qu'on me prenne pour quelqu'un de coincé ! Je n'ai jamais voulu me prendre la tête à expliquer ce que j'avais, de peur qu'on me harcèle tous les jours de questions… (comme quand j'étais enfant). Une vie "normale" c'est ce à quoi j'aspirais, j'aspire. Au lycée une copine avait été brûlée : elle a voulu expliquer devant tte la classe ce qu'elle avait et comment c'était arrivé. Moi j'ai jamais voulu, j'aurais pu, mais je voulais pas me mettre en avant par mes brûlures, c'est paradoxal ce que je dis, mais en parler ouvertement permet de montrer que ce n'est pas un "problème" pour nous, et en même temps, c'est mettre en relief quelque chose de différent des autres, donc en faire un problème. Je précise que j'ai toujours vécu cela 'normalement'au sens où, en grandissant, je n'ai plus été là à me poser la question de mes brûlures 24 sur 24, ça fait partie de moi, j'ai été brûlée à l'âge de 2 ans donc quasi depuis toujours. Petit à petit, j'ai mis des manches 3/4, des sandales un peu ajourées ; je suis assez féminine et coquette, les jupes j'en mets mais des longues, et quand y a pas trop de vent dehors ; quand elles arrivent aux genoux c'est juste avec des collants et des bottes. Je ne veux pas m'exposer encore aux regards des gens, et puis il faut être réaliste, des brûlures c'est jamais "beau"même si y a des cicatrices plus belles que d'autres. En fait, je suis assez bien dans ma peau, je vis "normalement",je ne suis pas recroquevillée sur moi, mais quand j'étais plus jeune, c'est clair que c'était la grosse prise de tête dès qu'il commençait à faire chaud (comment je vais m'habiller etc…) encore un peu aujourd'hui, mais ça va, toute façon je suis dingue des vêtements donc je trouve toujours quoi mettre ! Non le problème à l'heure d'aujourd'hui, c'est que je ne me vois pas imposer cela à quelqu'un ; d'abord, j'ai peur de me heurter à une réaction très désagréable pour moi, genre on me quitte on me fuit parce que je suis brûlée (je sais que j'aurais beaucoup de mal à encaisser le coup, ce serait trop dur) ; je crains de me sentir "égoïste" d'imposer ça à quelqu'un qui pourrait très bien se trouver une copine qui n'a pas de brûlures, (je culpabiliserai…) ; et puis je me sens pas du tout prête mais alors pas du tout pour me montrer entièrement déshabillée (par petits fragments oui mais je trouve vraiment mes brûlures des cuisses disgracieuses -sachant qu'il y a pire, et qu'au toucher, on ne sent pas les brûlures…). Que faire ? Comment aborder le sujet ? Sans faire fuir ou générer de la pitié, des ondes négatives ou faire peur… les gens d'aujourd'hui st égoïstes, dès qu'on a un problème, ils tournent svt le dos… pour ne pas avoir à se "compliquer " l'existence… Alors que dans le fond, je sais qu'y a "pire" que moi, quand on me voit on n'irait jamais imaginer que j'ai des brûlures, je suis plutôt mignonne (c'est ce qu'on me dit).Je gère bien ma situation, je vis normalement, mais c'est dès que je pense à une situation à deux que ça me semble ingérable, j'ai peur de la réaction de l'autre, j'ai peur de devenir vulnérable d'où ma carapace… Enfin, tout ça est compliqué… Tout ça me pose pas de problèmes, mais c'est plutôt les réactions des médecins et des gens qui me conduisent à m'interroger… :beaucoup s'étonnent toujours quand je leur dis que non, je ne fréquente pas ; est-ce un problème ? C'est vrai que j'ai toujours fait la politique de l'autruche, voulant tout miser sur ma carrière… Je me demande comment se passent les "relations amoureuses" des gens qui ont à souffrir de brûlures comme moi. Est-ce que l'amour existe pour nous ? Faut-il tomber sur la perle rare ? Comment savoir la réaction de l'autre, savoir si ce n'est pas de la pitié qu'il va avoir ? Je suis assez admirative de certains témoignages de reb ou marie par ex, mais pour moi, j'y crois pas trop… (par rapport aux opérations de chirurgie esthétique, moi je ne suis pas posé la question et jamais je ne me la poserai… je suis plutôt contre, et je n'ai pas envie de tomber de haut… ni de me faire charcuter… pour juste "atténuer" un tout petit peu la brûlure, j'en vois pas l'intérêt, mais ça ne regarde que moi ! ).
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


119840
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.



Commentaires pour cette histoire  Ajouter un commentaire

Par Océ et Marine | le 07/12/10 à 16:41

Bonjour, nous sommes 2 élèves en terminale et nous réalisons un dossier sur les accidents domestiques et nous recherchons des témoignages. Serait-ce possible d'avoir le vôtre ?
Merci par avance de votre réponse.

Histoires vécues sur le même thème

Inceste frere soeur - relations freres-sœurs

image

Bonjour, Je consulte régulièrement un psychiatre, nous en avons parlé, c'est la première fois que je parlais de mon passé à un professionnel. Je suis sous traitement depuis quelques temps. J'ai aujourd'hui 25ans, et je consulte ce psy depuis...Lire la suite

Tentative de suicide :-( - depression, deprime, stress

image

Bonjour (enfin plutôt bonsoir) , Je m'appelle Emmanuelle, j'ai bientôt 19 ans (cet été) et j'ai fait une tentative de suicide hier soir. Je ne sais pas trop pourquoi je poste ce message mais je crois que j'éprouve vraiment le besoin de parler et...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages