Histoire vécue Famille - Enfants > Adolescence > Autres      (1710 témoignages)

Préc.

Suiv.

Avant de poster...

Témoignage d'internaute trouvé sur forumados - 18/05/11 | Mis en ligne le 10/04/12
Mail  
| 218 lectures | ratingStar_239300_1ratingStar_239300_2ratingStar_239300_3ratingStar_239300_4
17 avril 2011. Cher Andy, Désolée de t'abandonner si lâchement. Vraiment, ne m'en veux pas. Je disais souvent dans la vie on a toujours le choix !Mais je me rends compte que non, il y a des jours où on a plus le choix. Mes parents, les profs, les élèves, mes soi-disant amis… ils m'ont poussée à bout. Je sais, Andy. J'aurais dû t'en parler plus tôt, mais maintenant il est trop tard. Je vais tout de même t'expliquer pourquoi et comment j'en suis arrivée là, je te dois bien ça. Tout à commencé en octobre, je venais de rompre avec ton frère. Emma et Nicky me soutenaient comme elles pouvaient et ça a bien marché, au début. "Il ne te méritait pas, tu as bien raison de l'avoir quitté ! Tu es sure ? J'espère qu'il n'est pas trop tard, que je peux encore le récupérer… T'es folle ? Il te trompait, alors soit forte ! C'est ça qu'il veut, que tu revienne !S'écria Nicky. Nicky et moi on est là pour toi, et tu as aussi Andy, Carter, Lisa,… tout tes amis quoi ! Andy a assez de problèmes, je ne tiens pas à l'emmerder avec cette histoire. Avec le temps j'arriverais à l'oublier, j'ai cas souffrir un mois ou deux… Fais pas ta dépressive, rétorqua Emma. C'est qu'un mec ! À la base tu sortais avec lui juste pour lui faire plaisir et pour ne pas être seule, après t'es tombée amoureuse de lui, je sais même pas comment. Franchement, à part une belle gueule, tu lui trouve quoi ? Il est con, obsédé et macho. Vraiment pas un type pour toi, ajouta Nicky. Tu verras, une ou deux part de gâteau au chocolat, et c'est oublié ! Moi c'est comme ça que j'oublie tout les types qui me font souffrir. Vous avez raison, je mérite mieux que Fred ! Et puis j'ai vu pire, je suis assez forte pour affronter ça. J'ai 15 ans, la vie est devant moi ! Exactement ! Dirent-elles en coeur. Les garçons, ça va, ça vient ! On est jeunes, on va pas se morfondre pour des cons ! Cria Nicky en avalant une gorgée de son jus d'orange amélioré. Nicky, encore cette saloperie ? Demanda Emma. Tu sais bien que si les profs te chopent, tu te fais virer cette fois ! Ils me choperont pas, y a plus de jus d'orange que de Safari. File-moi une gorgée, dis-je en chopant la bouteille. C'est le genre de truc qui fait du bien !  " Et sous les yeux ronds d'Emma et les rires de Nicky, j'avais vidé la bouteille d'une traite. Je sais Andy, je t'avais promis de plus boire à l'école, mais en deux temps trois mouvements, j'allais mieux. Du moins j'en avais l'air. Je ne voulais pas qu'on me voit pleurnicher sur mon sort, alors je cachais mes larmes. Mais Lisa était maline, elle avait tout de suite remarqué que ça n'allait pas du tout. Il a suffit qu'elle me demande ce qui n'allait pas pour que je m'effondre. Elle m'avait invitée chez elle pour le week-end, je m'étais disputée avec mes parents et les siens étaient en voyage d'affaire. Comme promis, elle nous avait gardé une bouteille de Safari, 10 canettes de Desperados et deux paquets de cigarettes. Lisa était le genre gentille fille obéissante, mais uniquement devant les profs et les parents. De ce côté là elle était une hypocrite incroyable. Mais c'était ma meilleure amie. Elle fumait 5 cigarettes par heure et buvait presque autant que Nicky, sans avoir l'âge autorisé pour tout ça. J'avais plus fumé depuis un moment, mais j'en avais besoin. Je dormais plus, j'étais nerveuse et j'étais toujours scotchée à mon portable, à attendre qu'il m'appelle. "Mercredi prochain je vois Léo, me dit Lisa en avalant une gorgée de Desperados. Léo, le fameux dealeur dont Carter nous a parlé ? Oui, c'est le cousin de son demi-frère du coup j'ai pu facilement entrer en contacte avec lui. T'as commandé quoi ? Demandais-je en me resservant un vers pour finalement boire à la bouteille. Cocaïne et ecstasy. Hé, du calme ! Gardes-en un peu, dit-elle en me voyant boire à une vitesse inhabituelle. Te fais pas choper par tes parents surtout. Mes parents sont jamais là, ils voient jamais rien. " C'est à ce moment là que j'ai compris le problème de Lisa. Ses parents étaient toujours absents et qu'elle fasse quelque chose de bien ou quelque chose de mal ça ne changeait rien au fait qu'ils ne faisaient pas attention à elle. C'était pour ça qu'elle faisait tant de connerie, pour qu'ils la voient. Une heure plus tard, la bouteille de Safari était à moitié vide et on avait commandé des pizzas. C'est Lisa qui a ouvert la porte parce que j'étais déjà en mauvais état, en tout cas assez pour que le livreur voit que j'étais bourrée. Contrairement à Lisa, Nicky et Carter, je faisais bien mon âge, c'est à dire 15 ans. J'en faisais même 14 à ce qu'il parait. Elles faisaient 16 et même plus, surtout Carter qui tenait encore mieux l'alcool que Nicky qui buvait même en cours. Elle pouvait boire 3 bouteilles de n'importe quoi au dessus de 15° sans avoir l'air bourrée, ne serait-ce que pompette. Moi au bout d'une demi bouteille de Safari et de deux Desperados, mes phrases ne ressemblaient plus à grand chose et je rigolais pour un rien. Mais revenons à ma soirée avec Lisa. Je ne me souviens plus quelles pizzas on a mangé. Je crois que j'ai mangé une volcano, parce que j'ai descendu une bière d'un coup sec juste après avoir avalé un part, mais ça n'a pas une grande importance. On était déchirée toute les deux, mais je me souviens clairement de ce que je vais te raconter maintenant parce que ça m'a marqué. "Jenny, y a un truc que je veux faire depuis longtemps ! Me dit Lisa en tapant une adresse sur internet. Qu'est-ce tu veux faire ? Tourner une vidéo hot !Cria-t-elle en me tirant vers elle et en allumant sa web-cam. Qu'est-ce que tu racontes ?" demandais-je alors qu'elle se déshabillait. Elle sortit de son placard deux ensembles de sous-vêtements super-sexy et me tendit le mauve en me disant de l'enfiler. Elle se changea assez rapidement, et bien vite elle fut vêtue d'un corset rouge et d'un string tout aussi écarlate. Lisa avait un corps incroyable. Et moi aussi, sans vouloir me vanter. Elle se connecta sur le site et cocha "tourner une vidéo en direct " . "C'est simple ! On s'embrasse, on se touche, on pousse des petits cris et tant qu'à faire on montre nos seins ! C'est quoi le but ? Juste de s'éclater ! Ça va être marrant, vient ! " Elle m'attira vers elle et me roula le patin le plus phénoménale de ma vie, alors que la vidéo n'avait pas encore commencé. Je savais que Lisa était bisexuelle, mais je ne pensais pas que ce genre de trucs me plairaient autant. Ça ne faisait que trois minutes qu'on tournait, mais on en était déjà aux tripotages et aux petits cris aigu. Toute les 5 secondes on avait une nouvelle connexion, et on en perdait aucune. Au bout de 4 minutes, Lisa mit de la musique et se leva. En la voyant se déhancher comme une gogo-danseuse, je fis de même. On se trémoussait collée l'une à l'autre et les connexions augmentaient à vue d'oeil. Alors qu'on dansait, elle commença à dénouer mon corset tout en me tripotant sensuellement. Je réprimais un petit gémissement de plaisir et délaça peu à peu son corset de la façon la plus sexy possible, tout en lui touchant les seins. Quand elle en eu enfin fini avec mon haut, elle m'embrassa en caressant ma poitrine et je me dépêcha de lui arracher le sien. Quand elle décolla ses lèvres des miennes, une envie folle me pris de lui embrasser la poitrine. À mon regard elle comprit vite mon envie et m'ordonna de le faire. Elle poussa un cri qui me fit presque gémir à mon tour tant il était sexy. Une fois la musique terminée, elle en mit une autre mais cette fois elle tourna sa web-cam vers son lit et me jeta dessus. Ensuite elle s'est assise à quatre pattes sur moi et me lécha le ventre en me caressant les cuisses. Cette fois, je ne pus réprimer mon cris. Je n'en pouvais plus, il m'en fallait plus tant c'était bon. "Tu es prête ? " me demanda Lisa en me regardant droit dans les yeux. Sans même que je lui ai répondu, elle mit sa main entre mes jambes et mes gémissements me surprirent moi-même au début. Quand vint mon tour de la toucher, je me suis imposé comme objectif de la faire jouir plus fort que moi. Et j'ai bien réussis. Cet épisode étrange de mon adolescence m'a marqué et suivi pour un long moment. * Le lundi suivant, Carter vint me trouver pendant une heure de fourche. "Putain Jenny, tu sais que t'es trop bonne quand tu t'y mets ? Ça me donnerait presque envie de coucher avec toi ou Lisa, même les deux en même temps ! T'as vu la vidéo ? Demandais-je étonnée. Ben oui ! Je vais souvent sur ce site, j'adore ! Alors, c'était comment de coucher avec Lisa ? Perso, j'ai beaucoup apprécié quand on l'a fait toute les deux. Carter, t'es bisexuelle aussi ? Oui, enfin pas vraiment. Seulement quand je suis déchirée ou que j'en ai vraiment envie. Je me disais qu'on pourrait faire une vidéo toute les trois, ou même toute les quatre avec Nicky. Et Emma ? Emma, tu rigoles ! S'exclama-t-elle. Elle est sympa, je l'aime bien mais elle oserait jamais, faudrait la faire boire plus d'une bouteille pour qu'elle soit d'accord, et encore. T'as raison. On fait ça quand ? Vendredi, répondit Carter. Mes parents vont à un repas d'affaire qui va tourner en beuverie, je les connais. Ils seront pas de retour avant avant 6h du matin, ce qui nous laisse toute la nuit. " Lisa m'avait prévenue : le sexe quand on commence, on en veut encore. Et c'était vrai. Après l'heure de fourche, j'avais deux heures d'éducation physique, mais au lieu de ça, je suis rentrée à la maison. Excuse-moi pour ça aussi Andy, je t'avais promis (en plus de ne plus boire à l'école) de ne plus sécher les cours. Mais en rompant avec ton frère, j'ai rompu toute les promesses que j'avais faites, va savoir pourquoi. Peut-être parce que je n'avais plus la force de tenir mes engagements. Une fois rentrée, j'ai filé dans ma chambre pour cacher mon sac et prendre mon fric qui allait filer comme l'éclair pour l'achat de lingerie sexy. Un cours instant, je me suis demandée si Fred aurait aimé me voir comme ça, si sensuelle, si dévergondée. Mais j'ai vite chassé cette pensée de mon esprit, pour ne pas risquer de saisir mon téléphone et de composer son numéro. J'ai filé en ville. Le lundi à 14h, c'est mort en ville. Une chance que les vendeurs préfèrent se faire des sous plutôt que de demander à tout les jeunes "Tu ne devrais pas être en cours ? " . C'était la première fois de ma vie que j'entrais dans un magasin de lingerie sans ma mère. Et ça faisait du bien de me retrouver seule, à pouvoir choisir ce que je voulais. Je regardais autour de moi et elle m'a tapée dans l'oeil. C'était une nuisette fuchsia transparente, assortie à un soutien-gorge et à un string, le genre de truc que les filles portent dans les émissions de télé réalité américaines pour les scènes hot. J'ai regardé la taille, et je l'ai pris. J'ai aussi trouvé le même genre de sous-vêtements que l'ensemble que j'avais porté chez Lisa et j'en ai pris deux modèles, un noir et un bleu électrique. J'en ai eu pour 85,90£. La lingerie ça coute chère, heureusement qu'il y avait des réductions. De toute façons, j'avais économisé l'argent de deux anniversaires, la St Nicolas, Noël et Pâques de l'an dernier, j'avais en tout 290£. Sortie du magasin, je suis allée me chercher un thé que j'ai bu en route et j'ai filé à la maison cacher mes achats. Quand je suis arrivée à la maison, j'ai reçu un texto de Nicky : Salut fausse prude ! Vous auriez pu m'envoyer le lien pour la vidéo, hein ! Je suis pas comme Lisa et Carter, mais j'ai déjà mouillé devant une vidéo entre deux filles, je te jure ! Carter m'a dit pour notre plan à 4 de vendredi, super bonne idée ! Mais ce serait plus amusant avec des "accessoires" si tu vois ce que je veux dire… Moi j'en ai un, et j'ai aussi un fouet et des menottes. Si t'as rien, fouille dans la chambre de tes parents ! On dirait pas comme ça, mais tout les parents ont leur petite cachette avec des jouets très fun… À demain ma beauté ! Je savais parfaitement ce qu'elle voulait dire par accessoires et jouets. J'avais toujours voulu avoir un sex-toy, mais j'avais trop peur que ma mère tombe dessus. Fouiller la chambre de mes parents ? Un jeu d'enfant : il était 15h30, ils ne seraient pas de retour avant 18h. Je suis rentrée sans bruit, le volet était baissé alors j'ai dû allumer la lumière. Je me suis dirigée du côté de mon père, mais il n'y avait pas de tiroir à la table de nuit donc je ne trouverais rien de ce côté. Je suis allée à droite, à la table de nuit de ma mère et j'ai ouvert le tiroir. J'ai eu beau tout retourné, il n'y avait rien. Je me suis penchée pour regarder sous le lit et il n'y avait rien. Je me suis désespérée, et puis je préférais éviter un traumatisme à vie. Je n'avais qu'à dire aux filles que je n'avais rien trouver, rien de bien compliqué. * Le lendemain, je leur ai juste dis que ça n'avait rien donné, elles n'ont pas cherché plus loin. On s'était cachées derrière les sapins pour discuter et fumer tranquillement. Je sais Andy… j'aurais pu me faire choper, me faire virer, et être privée de sortie jusqu'à la fin de mes jours. Mais je l'ai fais quand même. Parce que j'avais envie. Encore une fois, désolée, Andy. J'ai jamais su tenir mes promesses, c'est un fait. "Lisa, c'est demain que tu vois le cousin de Peter ?Demanda Carter en tirant un coup avant de me passer sa cigarette. Ouais. Si vous en voulez un peu, faudra payer. Ça coute, ces merdes-là ! Moi je sais pas trop… C'est pas que je flippe, c'est juste que je veux pas me faire choper par mes vieux. Si jamais ils trouvent de la drogue, ou même des cigarettes, dans ma chambre, je suis bonne pour le pensionnat à vie !Dis-je en toussant un petit coup. Don't worry, répondit Nicky. Suffit de bien cacher ça. Au pire tu dis que c'est moi qui ai planqué ça chez toi. Tes parents m'aiment pas et les miens s'en foutent de mes conneries, ils en faisaient autant que moi à mon âge et regarde-les aujourd'hui : ils sont riches ! Pas dans les domaines fréquentés lors de leurs jeunes années, comme ils disent, mais ils ont réussis quand même ! Donc ils ne voient aucun problème à ce que je fasse la conne. La chance, murmura Lisa en avalant une grosse bouffée de "goudron en fumée" comme dit mon père. Moi, continua-t-elle un peu plus haut, mes parents s'en foutent de moi. C'est la belle vie, ouais, mais c'est dur de pas avoir d'appui. Je tue mes études, ils s'en rendent même pas compte. Je crois que je devrais me tuer moi, pour qu'ils comprennent. Ta gueule, s'écria Carter d'un coup. Tu t'en fou de tes parents ! Faut vivre ta vie, mon chou. Ils te délaissent ? Profites-en ! Et le jour où tu te casseras des chez eux, ils se diront qu'ils ont jamais été là pour toi et que maintenant t'as plus besoin d'eux. Et ce sera le cas, si tu rate pas tes études. " La conversation s'arrêta là, parce qu'il fallait déjà retourner en cours. J'aurais bien sécher, c'était pas l'envie qui manquait, mais là j'avais biologie et je risquais d'avoir des problèmes. Et c'était pas ce qui manquait, déjà à l'époque. Mais passons cette banale journée comme les autres et passons directement à mercredi, jour du rendez-vous entre Lisa et son nouveau meilleur ami le vendeur de bonheur en poudre. "Jenny, tu veux pas venir avec moi ? Demanda-t-elle d'une voix tremblante. T'es folle ? On va jamais à un rendez-vous avec un dealer en ramenant des gens si c'était pas prévu ! Ces types là sont toujours armé, s'il y a un imprévu… Ok, c'est bon ! Mais justement, c'est pour ça que j'ai peur. Si jamais je m'étais gourée et que j'avais pas assez de fric ? Relax ! Recompte avant d'y aller. Surtout, faut pas que tu sois en retard, sinon t'es mal aussi. C'est à quelle heure ? À 17h30, dans le parc du pensionnat St Monica. L'endroit est pas rassurant non plus. Non mais au moins c'est discret, les flics se douteront jamais que des gens magouillent là-bas derrière, tellement c'est abandonné. J'y suis déjà allé quelque fois comme ça, parce que j'aime bien l'endroit, avec Andy. Le parc est complètement en friche, total délaissé. T'as des mauvaises herbes et des plantes grimpantes partout, c'est assez difficile d'accès, à moins de passés par le vieux mur qui sépare le parc et le parking des immeubles d'à côtés. Il y a un trou assez grand dans le mur. En passant par là tu te retrouve au fond du fond du parc, mais au moins c'est discret et tu risque pas de te casser la figure, pas comment en passant par l'entrée principale. Fais-moi un plan tant que t'y es, pouffa-t-elle. L'entrée principale est si merdique que ça ? Déjà à cause des plantes grimpantes les grilles sont dures à ouvrir, ensuite il y a des restes de murs et des tas de trucs coupants qu'on voit pas forcément à cause des hautes herbes. Et aussi en passant par derrière tu traverse tout le parc et tu as une bonne vue d'ensemble, pour repérer Léo plus vite. Je vois. Merci du conseil en tout cas. Bon… désolée de te laisser toute seule chez toi, mais faut que je rentre. Je dois emmener l'autre saloperie chez le véto. " Et elle repartit, direction chez elle, pour aller chercher Youpi (chihuahua au nom ridicule) et partir chez le vétérinaire, pour une histoire de patte ou je ne sais quoi. Au pire il risquait d'être amputé, le pauvre chou. Cette chose portait très mal son nom, vu qu'il avait plus de 10 ans et n'était plus si joyeux que ça, après tout ce qu'il avait vécu. À peine avait-il mit une patte dans la vie de Lisa qu'il était déjà haïs et sur la liste des personnes à tués de ma meilleure amie. Il avait 6 mois, elle l'avait déjà jeté dans la piscine à plusieurs reprises, tenté de le faire cuir au micro-onde 4 fois et enfermer dehors 5 soirs par semaines. Sa cruauté envers le petit animal s'expliquait par ceci : ses parents lui accordaient plus d'attention à lui qu'à elle, donc elle voulait s'en débarrasser. Mais plus elle le persécutait, plus ses parents s'occupaient de lui. Et plus ils s'en occupaient, plus elle le persécutait. Un jour, ses parents sont sortis, la laissant seule avec Youpi, alors âgé d'un an. Elle décida de faire la chose la plus horrible qu'on puisse faire à un chien : rien du tout. C'est-à-dire qu'elle l'a ignoré en beauté. Elle a refusé de le nourrir, de le promener, de le laisser sortir dans le jardin, de jouer avec lui… la pauvre bête devint folle. Il hurla à la mort toute la nuit, ce qui eu dont d'énerver les voisins. Ils se plaignirent aux parents à leur retour, ce qui les inquiéta avant même qu'ils aient vu l'état de la maison. Les fauteuils étaient griffés, rongés, mangés. Les étagères étaient par terre. Et bien sur, l'horrible chose avait fait ses besoins partout. Lisa fut accusée pour tout, sauf pour les besoins partout. Après ça, elle fit d'autres tentatives pour se débarrasser de Youpi, comme le jeté sur le route, mais rien ne fonctionna. Excuse-moi Andy, comme toujours je te raconte des choses dont tu te fou éperdument. Mais tu me connais par coeur, depuis le temps, et tu sais que parler de n'importe quoi c'est un peu ma façon à moi d'oublier les choses importantes, comme le fait que j'ai trahi la confiance de beaucoup de gens en buvant et fumant comme si c'était naturel, vital. Pourtant, encore aujourd'hui, j'ai mal quand j'aspire la fumée et j'ai envie de vomir au bout de quelques vers. Je n'ai jamais su m'habituer à tout sa, simplement parce qu'au fond, je gardais l'espoir de m'en sortir. Mais je te parlerais de ça un peu plus loin, je veux garder un ordre chronologique plus ou moins logique. À 17h, mon téléphone sonne. "Allo ? Dis-je, une pointe d'étonnement dans la voix, vu que j'ai rarement des coups de fils. Jenny, c'est moi, me répondit la voix de Lisa. Je quitte la maison. Je stress. J'ai peur d'y aller. Et si c'était pas une bonne idée ? Lis', du calme ! Rappel-toi pourquoi tu y vas. J'y vais pour dépasser les limites encore plus que je ne le fais déjà. J'y vais pour montrer à mes parents qu'ils n'ont plus aucune emprise sur moi, qu'ils ont perdu tout contrôle. J'y vais pour me prouver que je suis pas une couillonne et que je reculerais pas devant ce nouveau moyen de m'éclater ! S'écria-t-elle à l'autre bout du fil. Exactement ! Tu dois le faire, Lis. Si tu le fais pas, tu vas le regretter. Et puis t'as 15 ans, t'es en plein dans l'adolescence, tu dois faire tes expériences de la vie ! Ouais ! Alors maintenant, j'y vais pour de bon ! Je fonce, et je ferais pas demi-tour !  " Et elle a raccroché sans rien ajouter. Plus j'y pensais, plus je me disais que Lisa et moi, on avait à peu près les même soucis avec nos parents. Sauf que moi, si je m'écartais du droit chemin, ça volait. Et tu en sais quelque chose, je t'en parlais. Avant, je t'en parlais. En y réfléchissant, je trouve ça stupide. On a commencé à s'éloigner justement à ce moment là, en octobre. Pas seulement parce que je n'étais plus avec ton frère, et tu le sais autant que moi. Avant toute cette histoire, je te disais tout. Les engueulades, les prises de têtes, et, parfois, les évènements joyeux. Mais c'est arrivé, et tout s'est écroulé petit à petit autant autour de toi qu'autour de moi. Tu sais Andy, j'avais vraiment l'impression que c'était de ma faute, que je n'étais pas assez là pour toi, et que si j'avais été plus attentive, tu serais jamais allé jusque là. Je me demande ce qui ce serait passé si je t'en avais empêché. Peut-être que tu n'aurais pas fais ta dépression. Peut-être que tu aurais continué l'école sérieusement. Peut-être que je n'écrirais pas cette lettre en ce moment. Andy, je me demande aussi ce qui t'as pris ce jour là. Une soirée un peu arrosée, des seringues, de l'héroïne, une prise de trop. Tu le savais pourtant, qu'au bout de 5 doses on devient accroc. Tu le savais mieux que personne. Mais tu l'as quand même fait, tu t'es quand même piqué une cinquième fois. Et là tout a commencé à aller mal. Tu dormais plus, t'allais pus en cours. Mais tu continuais de me dire "Jenny, réussis tes études, réussis ta vie, reste quelqu'un de bien. " , encore et encore. Mais toi… toi ! Tu as tout lâché, tu as déçu tout le monde, tu as failli crevé à plusieurs reprises. 3 fois en un mois tu as été au bord de l'overdose, 3 fois sur ce mois d'octobre. T'en prenais trop, et je sui sure que tu en prend toujours trop. Tu finiras par mourir, Andy. Et ça tu le sais aussi bien que moi, parce que t'es un mec intelligent. Mais tout comme moi, t'as foutu ta vie en l'air. Voilà, c'est tout pour le moment.
  Lire la suite de la discussion sur forum.ados.fr


239300
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Je ne parle plus a mon pere - relations parents-enfants

image

Bonjour, ceci est mon premier poste et j'ai besoin d'aide, d'en parler… j'ai 22 ans et depuis maintenant quelques années je ne parle plus du tout a mon père et au reste de sa famille depuis peu. Mes parents sont divorcés et j'ai vécu mon...Lire la suite

Copain de ma mere me menace de me frapper - beaux-parents

image

Bonjour, Je m'appelle Taslime je viens d'avoir 14 ans, cela fait presque un an que ma mère a rencontré son copain dont elle follement amoureuse et cela fait plusieurs mois qu'il vit chez nous. Depuis qu'il est là tout à changé. Moi et mon frère...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Cyber-intimidation d'une jeune fille
Voir tous les  autres témoignages