Histoire vécue Famille - Enfants > Adolescence > Autres      (1710 témoignages)

Préc.

Suiv.

Est-ce que j'ai été maltraitée?

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 25/02/10 | Mis en ligne le 06/05/12
Mail  
| 300 lectures | ratingStar_251526_1ratingStar_251526_2ratingStar_251526_3ratingStar_251526_4
Je vous pose la question, parce que pour moi rien n'est clair. Je crois avoir été victime de maltraitance psychologique de la part de ma famille, durant mon enfance, mon adolescence et encore aujourd'hui à l'âge adulte. Mais ce type de violence est subtile et difficilement identifiable. La frontière entre la normalité et les abus est difficile à définir. D'autant plus que ma famille invalide toujours tout ce que je dis quand j'exprime mes sentiments, donc j'ai été habituée à ne jamais croire en mon propre jugement. Je peux dire que "j'ai l'impression que", mais sans aucune certitude sur rien. Voici mon histoire : Étant petite, j'étais anxieuse et très insécure. Une enseignante avait parlée à ma mère de mes problèmes de comportements. Je paniquait et avait très peur de manquer l'autobus scolaire et de ne pas pouvoir rentrer chez-moi. (peur de l'abandon ? ) J'avais des tas de phobies, j'avais peur de tout. Je pouvais aussi être aggressive et impulsive par moment. J'étais comme une petite bête sauvage (et je le suis toujours). De plus, je n'arrivais pas à m'intégrer socialement. Je restais seule dans mon coin. Ma timidité était maladive et j'étais solitaire et silencieuse la plupart du temps. Les autres enfants me rejetaient automatiquement, sans que je sache pourquoi. À l'adolescence ça été encore plus dur, j'avais très peu d'amis et les seules amies que j'ai eu étaient vraiment perturbées et venaient de milieux familiaux difficiles. (qui s'assemble se ressemble ? ). Je n'ai jamais rien compris à la sociabilité. À la maison, je vivais en situation de stress presque permament. Tout le monde criaient et se donnaient des coups à longueur de journée. Ma mère ne faisait aucune discipline. J'ai été régulièrement battue par mon frère pendant une certaine période. Assez pour avoir peur de lui, mais sans grandes blessures. Je ne me défendais pas, parce que si je le faisais, il devenait encore plus violent. Son regard devenait fou, et il perdait les pédales. Ma mère ne m'a jamais défendue contre lui, elle ne lui a jamais dit d'arrêter de me battre (elle était à côté quand il me battait et elle ne réagissait pas). Au contraire, elle disait que je le méritais, parce que j'étais une petite fille méchante et c'était de ma faute, parce que c'était moi qui l'avait provoqué. Elle donnait toujours raison à mon frère parce qu'il était le plus jeune, indépendament de la situation et c'était souvent injuste. Notre père était toujours absent. Il était là seulement les week-end. Quand il était là, il me chouchoutait, alors mes frères et soeurs me détestaient encore plus et ils se vengeaient quand il était parti. Mais ce favoritisme avait un prix. J'avais un malaise avec la façon qu'il avait de me regarder et de me complimenter sur ma beauté. Je ne me sentais pas en sécurité. Je crois que ma mère était peut-être jalouse de moi, sans vouloir l'admettre. C'est moi qui lui ressemble le plus, en plus jeune. C'est un ressenti, je n'ai pas de preuves hors de tout doute. Et c'est bien pour cela que c'est si mélangeant dans ma tête. Cependant, mon père pouvait aussi se montrer cruel et rabaissant. Il nous traitaient de bons à rien, il disait qu'on vivrait tous de l'aide sociale plus tard. Il se mettait à nous insulter comme cela, sans raison apparente, en plein milieux du repas. Il a été plus cruel avec ma soeur ainée. Elle m'a toujours haïs parce que j'étais sa favorite. Mais j'ai été maltraitée verbalement moi aussi. Aussi mon père donnait presque pas d'argent à ma mère pour nous quand il parait. Juste ce qu'il faut pour manger. Nous étions habillés pauvrement, sans être réellement pauvres. Je n'ai pas eu une éducation très enrichissante. Il fallait toujours se priver de tout. J'ai eu aucun encouragement à faire des études et ils m'ont très peu soutenue finanièrement. Juste le minimum exigé par l'État. Je me souviens étant ado, que je voulais aller dans un camp d'été pour apprendre l'anglais qui était très peu cher. Ils n'ont jamais voulus. Et un tas d'autres choses. Nous vivions dans un endroit ou il n'y avait aucunes activités pour les jeunes. Quand ma mère était seule avec nous à la maison, elle perdait souvent les pédales et s'énervait contre nous. Elle pleurait et avait l'air désespérée et nous disait qu'elle regrettais de nous avoir mis au monde et qu'on nuisait à son épanouissement. Quand j'ai eu ma puberté, ma mère ne s'occupait pas de mes besoins. Je n'avais pas de soutient gorge et je marchait le dos rond pour que mes seins ne paraissent pas. J'avais très honte de mes transformations physique. Personne ne prennait la peine de m'en parler. Et ma soeur se moquait de mon physique. (pourtant j'étais très jolie). Je n'avais pas d'antisudorifique. J'ai demandé souvent à ma mère de m'en acheter mais elle ne voulait pas. J'ai dû me le payer moi-même. Pour l'épilation elle ne m'a pas expliquée comment faire et je n'avais pas de rasoir personnel. Un beau jour elle s'est rendue compte que j'avais des seins, mais cela a pris du temps. Elle m'a sortie le soutient gorge que mes soeurs ont portée avant moi. Un seul soutient-gorge, pour tous les jours de la semaine. J'ai été persécutée et démole psychologiquement par ma soeur ainée, qui était tout simplement jalouse. Une jalousie maladive qui perdure encore aujourd'hui à l'âge adulte. Elle faisait de la cruauté mentale qui serait trop long à vous résumer. J'ai passée mon adolescence mal dans ma peau et complètement repliée dans ma coquille. Enfant je fuyais la réalité dans mon monde imaginaire et cela me permettais d'être heureuse. Je n'ai pas supportée l'entrée dans l'adolescence. J'avais des idées suicidaires, sans passage à l'acte. C'est au début de l'âge adulte seulement que j'ai commencée à me révolter et à dire à ma mère et à mes frères et soeurs tout ce que j'avais sur le coeur. Alors ma mère, plutôt que d'essayer de me comprendre et de dialoguer, elle ne voulait jamais m'écouter. Elle s'énervait, se mettais à me crier dessus et à me traiter de folle et qu'il va falloir me faire interner. À force de me faire dire que je suis folle, j'ai finie par y croire. Mes mères et soeurs défendent ma mère, ils croient que je suis une méchante, car elle se place toujours en victime. Un jour, mon frère a voulu me donner un coup de poing sur la figure et ma mère était d'accord. Elle m'a dit que je le méritais et que c'était pour la défendre, elle. Je suis devenue moi-même verbalement violente envers ma famille. Je leur crache mon venin. J'essaie de leur exprimer mes sentiments, mais ils deviennent automatiquement aggressifs et hostiles, ce qui entraîne une escalade d'attaques verbales infernal. Ils ne m'écoutent jamais et n'essaient pas de me comprendre. Ils arrivent à me faire douter de moi, à un point ou je ne sais plus du tout si ce que je ressent est vrai ou faux, et si ce que j'ai vécu est vraiment arrivé. J'en suis venue à un point ou je me demande si je devrais couper tout contact avec eux, pour préserver ma santé mentale. Je me sens beaucoup mieux quand ils ne sont pas là, et j'ai un conjoint formidable. Heureusement, j'ai réussie à briser le cercle infernal de la violence dans ma vie loin d'eux, après avoir vécue de nombreuses relations amicales fémines et relations amoureuses abusives. Je laissais tout le monde me traiter comme un déchet parce que c'est ce que je croyais que j'étais.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


251526
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Je ne parle plus a mon pere - relations parents-enfants

image

Bonjour, ceci est mon premier poste et j'ai besoin d'aide, d'en parler… j'ai 22 ans et depuis maintenant quelques années je ne parle plus du tout a mon père et au reste de sa famille depuis peu. Mes parents sont divorcés et j'ai vécu mon...Lire la suite

Copain de ma mere me menace de me frapper - beaux-parents

image

Bonjour, Je m'appelle Taslime je viens d'avoir 14 ans, cela fait presque un an que ma mère a rencontré son copain dont elle follement amoureuse et cela fait plusieurs mois qu'il vit chez nous. Depuis qu'il est là tout à changé. Moi et mon frère...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Cyber-intimidation d'une jeune fille
Voir tous les  autres témoignages