Histoire vécue Famille - Enfants > Adolescence > Autres      (1710 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je me scarifie

Témoignage d'internaute trouvé sur teemix
Mail  
| 2919 lectures | ratingStar_41335_1ratingStar_41335_2ratingStar_41335_3ratingStar_41335_4

La scarification je la pratique. J'ai commencé au lycée vers 16 ou 17 ans, je ne sais pas trop pourquoi ni comment l'idée m'est venue. Je ne suis pas du tout gothique et je n'écoute pas Ramstein ni rien du genre. Je crois qu'un jour j'ai vu un couteau et que j'ai eu envie de me taillader le bras avec. Je me suis rendu compte que cela me soulageait. Enfin sur le moment… Le fait de souffrir et de voir son sang fait du bien car on a l'impression de faire sortir ce qui fait mal. Et puis c'est vrai que quand on a mal physiquement, on ne pense plus à ses souffrances morales…

Ca s'est arrêté un moment vers la fin du lycée mais aujourd'hui j'ai 20 ans et ça recommence depuis quelques mois. Je ne sais encore une fois pas pourquoi. En tout cas c'est très dur d'en parler, mes parents ne sont pas au courant de ça, je réussis à leur cacher, de toute façon ils ne me connaissent pas vraiment. Seuls quelques rares amis savent que je me scarifie mais ils ne comprennent pas. Ils essayent de me changer les idées, et c'est vrai que ce conseil n'est pas mauvais car si ça n'enlève pas complètelent l'idée, ça reporte l'acte à plus tard et parfois ça me permet de trouver quelqu'un pour en parler et éviter de le faire. Mais bon, c'est rare car quand j'en ai besoin c'est très dur de m'en empêcher. C'est comme une drogue et si je ne le fais pas, je deviens agressive, je tremble même parfois… Ce genre de crise se déclenche quand je suis énervée ou très triste.

Il ne faut pas empêcher quelqu'un qui se scarifie de le faire, car mes amis ont beau me dire "je t'interdis de faire ça" ou bien cacher tous les objets tranchants, ça n'enlève en aucun cas le besoin de me scarifier. Et je le ferai sans doute encore plus en cachette d'eux car j'ai peur qu'ils me jugent. Mais je comprends qu'ils ne puissent pas rester là à me voir me taillader le bras sans rien dire.

Une seule amie a vraiment essayé de me comprendre, elle essaye encore d'ailleurs mais je vois bien qu'elle est désemparée et je ne sais pas comment je peux lui expliquer ce que je ressens. La seule fois où j'ai réussi à ne pas me couper le bras c'est le jour où, lui ayant parlé de mon intention de le faire, elle s'est mise à pleurer de dépis et à me dire que ça la faisait souffrir de me voir faire ça. Ca m'a vraiment fait réfléchir de voir que je pouvais blesser à ce point les gens qui m'aiment. Même si cela non plus n'a pas anéanti le besoin de me couper, j'espère être capable de m'arrêter un jour.
  Lire la suite de la discussion sur teemix


41335
b
Moi aussi !
6 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Je ne parle plus a mon pere - relations parents-enfants

image

Bonjour, ceci est mon premier poste et j'ai besoin d'aide, d'en parler… j'ai 22 ans et depuis maintenant quelques années je ne parle plus du tout a mon père et au reste de sa famille depuis peu. Mes parents sont divorcés et j'ai vécu mon...Lire la suite

Copain de ma mere me menace de me frapper - beaux-parents

image

Bonjour, Je m'appelle Taslime je viens d'avoir 14 ans, cela fait presque un an que ma mère a rencontré son copain dont elle follement amoureuse et cela fait plusieurs mois qu'il vit chez nous. Depuis qu'il est là tout à changé. Moi et mon frère...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Cyber-intimidation d'une jeune fille
Voir tous les  autres témoignages