Histoire vécue Famille - Enfants > Adolescence > Flirts      (320 témoignages)

Préc.

Suiv.

Aimer sans aucun espoir, c'est si douloureux !

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 1284 lectures | ratingStar_64591_1ratingStar_64591_2ratingStar_64591_3ratingStar_64591_4

Bonjour à tous et toutes !

Mon histoire commence en 1964 , j'avais seize ans… et je L'ai rencontré LUI !  

Il avait dix-neuf ans, c'était la période des vacances et nous avons flirté… comme on pouvait flirter en ce temps là !

A la fin des vacances, en se quittant, lui pour son coin de France et moi pour ma Belgique, nous nous sommes promis de nous écrire… Qui n'a pas fait cela ?

Sauf que nous, nous l'avons fait, à raison de deux, trois fois par semaines, durant trois ans.

J'étais devenue son amie, sa confidente, celle qui comprend tout, qui console quand ses amours à lui tombaient à l'eau et celle qui lui souhaite tout le bonheur du monde quand il fait une rencontre !

C'est joli cette histoire me direz-vous !  

Oui, bien sur, si on ne sait pas que la gamine de seize ans lui avait donné son coeur, son âme en secret, en prononçant dans sa tête le mot " toujours "

Et en 1967 , trois ans plus tard, il arrive chez mes parents, je venais de perdre ma grand-mère et là… nous avons compris que nous nous aimions vraiment ,.

Il vient me voir chez mes parents, à chaque fois il reste de cinq jours à deux semaines .

Je suis allée en séjour chez ses parents.

Nous avons fait des projets, des rêves… nos parents respectifs se sont rencontrés, bref, nous avions un vrai but, de réelles intentions .

Et tout cela a volé en éclats au bouts de deux ans parce que mes parents ont fait tout ce qu'il fallait pour cela vis-à-vis de lui et de ses parents en me faisant passer pour une douce folle (ça, je l'ai su plus tard en découvrant une correspondance de mes parents qui " visaient plus haut ").

Je viens d'un milieu où en ce temps là, on se taisait, on baissait la tête, on obéissait… " tiens-toi ma fille " disait ma mère… interdiction de pleurer, de manifester la moindre émotion !

Et je me suis tenue !  

Je ne me suis pas battue, je n'étais pas armée pour ce genre de combat !

Quant à lui… je n'ai plus jamais eu de réponse ni à mes appels téléphoniques ni à mes lettres et impensable d'aller le retrouver, c'était trop loin et mes parents m'auraient ratrappée bien vite, alors que j'étais sans aide et sans argent, (la meilleure façon à cette époque de priver une fille de la liberté la plus élémentaire…

Je me suis sentie comme une vieille poubelle abandonnée le long d'un chemin par un jour de brouillard (c'est ainsi que je me suis découverte et j'ai perdu toute estime de moi-même).

Un jour, je me suis mariée,  un peu comme on se suicide, parce que toujours dans ce milieu, pour fonder une famille, on se marie d'abord !  

Et avec l'homme qui obtient l'approbation des parents !  

Les années ont passé, les enfants ont grandi et j'ai quitté mon mari  .

Et mon coeur, mon âme résonnait encore de deux mots : " toujours "  et son prénom…

Les années ont continué à défiler, me laissant seule avec cet amour indéracinable, incapable que je suis de donner mon amour à un homme qui ne soit pas LUI.

J'ai vécu des années en demi-teinte, entre mes passions de comportementaliste animalier et d'éleveuse, les toiles que je peins, les nouvelles que j'écris et mes trois cancers avec leur long, très long cortège de chimio !

Et si je me " tiens " toujours, ce n'est plus pour obéir à ma mère mais parce que Lui n'aurait pas aimé me voir baisser les armes.

Et voilà, il y a quinze mois à presque soixante ans, et quarante années plus tard, je l'ai retrouvé vraiment par hasard sur un site de retrouvailles.

Des noms et prénoms comme le sien il y en avait une trentaine, sans photo…  

Ses goûts, ses lectures, sa musique préférée, ce qu'il avait fait professionellement de sa vie… j'étais tellement certaine que c'était lui que j'ai juste envoyé ce message laconique : " si tu mettais une photo " ? Suivi de mon prénom.

Deux heures plus tard, la photo arrivait !

Ha la belle histoire !

Heu… pas tout à fait !

Je savais par ce site de retrouvailles qu'il était marié, grand-père et que je n'avais pas grand-chose à attendre, mais quand on a aimé durant quarante ans en silence et sans espoir, le moindre signe est bonheur !

Il a commencé par flirté virtuellement, on s'est beaucoup parlé par téléphone mais il avait mis dès le départ un interdit : on ne se revoit pas.

Les mois ont passés, et je passe ma vie dans l'attente d'un mail , (leurs fréquences varient selon qu'il a besion de moi ou pas, comme quand il avait 20 ans ! ) ou d'une " autorisation  "de l'appeler au téléphone (épouse oblige et je comprends).

Je suis un peu moins malheureuse qu'il y a encore deux ans, mais assez lucide pour savoir que cet " amour virtuel " ne me mène qu'à du chagrin et à (comme dit mon toubib) une torture mentale.

Comment fait-on pour " désaimer " ?

Comment fait-on pour ne plus avoir le coeur qui chavire quand j'entends à la T.V. Qu'on parle de sa région ?

Il m'envoie régulièrement des photos de sa petite-fille et moi qui n'ai pas le bonheur d'être grand-mère, je l'aime cette petite qui aurait pu ètre mienne, comment faire pour ne pas avoir le coeur serré ?

Tout amour est souffrance… mais ce que je vis est une torture et je ne vois pas l'issue.

J'ai si mal, si vous saviez !

Surtout, surtout, si vous saviez ce que je dois faire pour moins (juste un tout petit peu moins) souffrir !

Merci de m'avoir lue et… ne dites jamais " toujours " c'est parfois tellement dangereux.
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


64591
b
Moi aussi !
2 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Deprime - depression, deprime, stress

image

Je me suis inscrit car depuis longtemps je veux en parler et ici je ne fait qu'écrire. Je ne sais pas tro d'ou vien le mal qui vit en moi, j'ai l'impréssion de me cacher des souvenirs, mon ésprit se bloque, je n'arrive pas à me rappeler…...Lire la suite

Adolescente de 15 ans - parents d'ados

image

Bonjour ma fille a 15 ans cela fait plusieurs mois qu'elle parle par sms ou facebook mais ne l'a rencontré que depuis une semaine (combine avec une copine qui est dans le même lycée que ce garçon). Elle nous dit qu'elle fait ses devoirs mais en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages