Histoire vécue Famille - Enfants > Adolescence > Flirts      (320 témoignages)

Préc.

Suiv.

j'ai 25 ans, je suis puceau

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 3976 lectures | ratingStar_58562_1ratingStar_58562_2ratingStar_58562_3ratingStar_58562_4

Voilà, ben héhé c'est très simple, j'ai 25 ans, je suis puceau. Je ne sais rien de rien du monde de la sexualité et pas grand-chose des sentiments lol.

 

Je n'ai pas de question à poser mais juste envie d'écrire un peu…

 

J'ai toujours cru les gens qui disaient "souris à la vie et la vie te sourira" ou "patiente et tu verras que ça sera super" hélas on n'est pas dans un conte de fées et les années passent sans qu'on s'amuse… c'est la plus grande souffrance que j'ai en moi, une souffrance cachée, la pire de toutes, qui me ronge, celle qui justifie mon comportement, qui justifie les sorties que je fais, les habits que j'achète, les phrases que je prononce, les faux sourires que j'affiche, tout, c'est la souffrance d'avoir toujours été seul. C'est-à-dire que j'ai mal non seulement d'être puceau, mais aussi d'avoir un vide intersidéral affectif, qui me fait pleurer tout seul comme un con, qui me fait haïr la Saint-Valentin, qui me rend même jaloux à en crever quand je viens sur ce forum avec tous ces gens qui disent "je suis avec ma merveilleuse copine depuis 6 mois elle est vierge et demain on sera seuls dans la villa, ah là là l'heure est grave comment on fait"… et d'autres "jé 17 ans je suis pucelle é mé copine non, cé normale ? Jsui trop triste"

 

Au collège j'ai eu une copine, mais ignorant tout de la sexualité on ne l'a pas fait, on s'en foutait un peu on était content de se voir et ça s'arrêtait là.

Au lycée j'étais le plus petit et un peu timide, je crevais d'envie d'une copine, j'en crevais, surtout quand mes potes se racontaient entre eux "ça y est les mecs je l'ai baisée" "ouais raconte comment c'était" etc… mais entre les mecs à ce moment-là c'est là que les hormones arrivent lol, faut faire la guerre, faire l'intéressant, trouver une copine, et avec ma tête de petit con intello et mon caractère un peu timide je servais plus de "bon pote" mais je n'y voyais que du feu, je me berçais d'illusions. Et sans Internet ni tel portable à l'époque (vers 1998) c'était plus difficile que maintenant enfin bref je me doutais pas que je resterais un petit puceau pour encore des années, quand on est au lycée on se dit que ça viendra, si on est patient la Destinée ça existe etc.

A la fac c'est là que j'ai le plus souffert, j'étais fasciné par mes potes qui me racontaient leurs aventures, j'aurais tout donné pour être à leur place. C'était un gros gros travail de constamment cacher que j'étais puceau, il faut rire aux blagues des mecs qui ont des doutes etc. Un peu par chance il y a 3 ans vers la fin de ma période fac j'ai trouvé une amie avec qui je parlais le soir sur MSN, un aprem elle est venue dans mon studio, on a fait des ptits bisous ^^ et là… j'étais sur un nuage, j'étais fou, mais FOU, je lui disais je t'aime tout le temps etc. Problème elle a vite commencé à être écoeurée de ma gentillesse, elle m'a dit que j'étais possessif (je pensais que ça voulait dire "agressif" lol ce que je n'ai jamais été) et elle a fini par accepter les avances d'un de mes meilleurs potes qui voyait tout ce manège et qui s'est régalé. Elle avait bien remarqué qu'il était plus expérimenté, genre le mec qui n'a pas besoin des femmes, qui a eu plein de relations, qui a le permis, qui s'éclate le soir, plein de potes, alors que moi je n'avais que des "je t'aime" à donner, pas de permis donc pas d'endroit où aller etc. Y a eu pas mal de coups bas et le pire c'est qu'après il l'a dégagée et elle a reconnu que mon pote c'est un mec qu'elle craignait et qu'elle adorait en même temps parce qu'il a la "tchatche" avec les femmes alors que moi non. Bref lui il connaissait l'alchimie pour la garder, pas moi.

Ca a été le pire moment, vraiment, je passais des journées à attendre dans mon studio à la fac, j'allais faire les courses pour prendre de la bière et je buvais tout en pleurant et en imaginant que je vivais des trucs super, genre une femme que je serre fort contre moi, que j'embrasse doucement et que je pénètre enfin, ENFIN fini ma main droite je vais pouvoir partager !!!! Lol. Cette histoire ça a été un truc assez tardif mais très traumatisant, qui restera gravé à vie, qui a changé toute ma manière de voir les choses, franchement. Oui c'est un traumatisme, c'est un peu pour moi le passage de l'amour ado (quand on idéalise les femmes comme si c'était des anges face à nous pauvres mortels) à l'amour adulte.

Ca a été très très violent ce moment-là, genre je pleurais et par MSN mon pote me disait : "faut être un homme, et toi t'es qu'un gamin, désolé mais maintenant que tes plus avec je la veux, et j'y arriverai, je sais comment on fait" etc. Le pire, par une espèce de fraternité virile, c'est qu'il me faisait comprendre mes erreurs au fond. Moi pendant ce temps j'avais la même sensation qu'un enfant abandonné en plein magasin par sa maman, je chialais comme un gosse, en fait je comprenais rien aux femmes… le lendemain ça allait mieux et après d'un coup je repleurais, je me détestais, je faisais le point sur ma vie yavait rien, la solitude me rendait malade… 23 ans quand même.

Après la fac c'est le grand gouffre, il faut trouver un travail, se dépêcher tout le temps. J'ai été embauché un peu partout mais j'ai l'impression que le niveau de difficulté pour enfin trouver une copine a augmenté (comme dans un jeu vidéo… "lol") vu que maintenant je fais face à des femmes ultra expérimentées, qui arrivent à détecter en une conversation que je suis un peu traumatisé au fond de moi, généralement qui ont mon âge ou plus (24-30 ans) et qui sont casées depuis longtemps, mariées et avec même un gosse ou deux pour certaines. Un monde nous sépare, moi j'en suis encore à vivre chez papa-maman. Loin d'avoir envie de finir seul jusqu'à la fin de mes jours j'ai essayé de me soigner régulièrement, je suis allé dans des associations gratuites après le boulot pour parler à des gens, ou bien par exemple un soir j'ai essayé d'aller en boîte mais pour un mec tout seul c'est très dur pour rentrer, je ne savais pas trop où m'asseoir alors je me suis mis au comptoir ; j'essayais de parler à ceux à côté mais les gens (hommes ou femmes) n'en avaient rien à foutre mais alors rien, faut dire que j'étais le seul à ne pas être accompagné de qui que ce soit donc ça se voyait très bien que j'allais accoster les gens au hasard en essayant de trouver un sujet de conversation (assez difficile quand tout le monde s'éclate).

De retour chez moi rien du tout, juste un peu triste et un peu honteux de tout ça, le lendemain… effondré, les souvenirs qui reviennent, du lycée où j'étais la tête à claques, de la fac où j'ai compris ma douleur et où je suis passé à côté de tant d'occasions sans rien comprendre. Qu'une envie, celle d'effacer toute ma vie, et de tout échanger, mon instruction, mes bonnes notes, mes rédactions sans la moindre faute d'orthographe grâce aux dizaines de livres ingurgités depuis mon enfance, pour à la place être un connard de surfeur sûr de lui qui comprend les femmes, qui baise sa copine encore et encore, sans rien intellectuellement mais qui sait au moins au fond de lui qu'il vit BIEN. Car je n'en parle pas vraiment mais à la "misère sentimentale" vous vous doutez qu'il s'ajoute la "misère sexuelle", c'est bien pour ça que je poste ici et pas autre part. D'ailleurs je me souviens même m'être dit un soir en rentrant du boulot : je vais me faire une soirée pizza-branlette. Je mange ma pizza, je regarde la télé et à 23h en allant me coucher… mieux vaut en rire lol ah oui vous pouvez.

Bref ma virginité est là, je fais ce que je peux pour la cacher, je tente d'être sûr de moi, je ris, je sors, je bois pour faire l'intéressant quand il faut, je fais tout pour copier ce que font mes potes. Par exemple là je vais me raser le crâne pour faire oublier ma coupe car je me trouve encore trop intello avec. C'est l'insulte de ma vie : intello.

La chose qui me ronge le plus au fond de moi, qui modifie mon être, ce n'est même pas le fait de ne pas avoir de travail (dans le sens stable, CDI) à 25 ans, même pas le fait de ne pas avoir de maison à moi à 25 ans et de vivre chez mes parents comme un con (chose qu'il faut constamment cacher à tout le monde en général et aux femmes qu'on drague en particulier) , c'est le fait de toujours avoir été seul. Je ne sais même pas quel effet ça fait de… enfin d'avoir une relation. On doit se sentir tellement bien, "à l'intérieur", en serrant la femme qu'on aime, à lui parler dans l'oreille, toucher sa peau douce… jusque là je n'ai fait que serrer des coussins c'est quand même moins fun.

 

Bon voilà donc je n'ai pas vraiment de question à poser, juste un truc, évitez les posts qui disent "sois patient et ça viendra un jour" ça ne sert strictement à rien puisque je me doute que ça viendra, le problème c'est que j'attends depuis 10 ans j'y pense tous les jours, toutes les heures, comme tous les mecs qui attendent ça quoi. Et rien ne me faisait dire quand j'étais dans les starting blocks à 15 ans, que je serais encore dans les starting blocks à 25… d'ailleurs rien ne me garantit d'être enfin expérimenté avant 30 non plus, et 35 non plus, aucune garantie donc ceux qui croient amener des encouragements en disant "sois patient et ça viendra" veuillez passer votre chemin svp. Par contre ceux qui sont dans ma situation hommes ou femmes et qui ont envie de parler de ça, ou de tout et de rien… ne vous gênez pas.

 

 

 

^^
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


58562
b
Moi aussi !
12 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.



Commentaires pour cette histoire  Ajouter un commentaire

Par aly | le 27/05/11 à 18:56

tu a écouter le film '' 40 ans et encore puceau?si non, tu devrais l'écouter.
je ne te dirai pas d'être patient puisque tu ne veut pas l,entendre, mais ce film, il démontre, que meme en ayant 25 ou 40 ans, sa ne change rien, quand tu passera a lacte, sa sera encore meilleur! tu sais il y a un dicton qui dit : plus tu attend et mieux ce sera... suis le! ;)

Par esteban | le 20/07/12 à 22:42

Salut,
J'ai lu ton post et je dois dire sa m'a toucher.
Je ne vais pas essayer de te faire la morale ou autre, mais juste te dire que dans la vie les choses changent.
Tu es puceau ? Et alors ? Tu as tué personne non ?
J'ai été dans ton cas, par timidité et un grand manque de confiance en soi. Dans mon boulot, je me fesai insulter, tout ce que tu veux.
Mais j'ai eu la chance d'avoir un mentor qui m'a non seulement enseigner à travailler mais également appris le courage et la perseverance.

L'essentiel dans la vie je pense, n'est pas de ce dépuceler pour épater les autres. Non il faut QUE TU VIVES POUR TOI, tout simplement.
Que tu aimes la vie, les gens, et que tu ai des passions.
La joie, l'enthousiasme, la motivation sont de puissants catalyseur qui feront de toi une personne demandé et respecté. Arrête de focaliser sur ça !!!!!!!!!
Aies des buts, des objectifs, l'envie, la gnac tout ce que tu veux mais bouges toi et surtout prends du plaisir.
Je vais te dire, en adoptant cette façon de faire, je ne suis pas devenue un play boy, mais ma vie à changé. Sa c'est pas fait du jour au lendemain, mais j'ai reussi à passer du puceau geek de base no life à savoir ce que je veux de ma vie. Et la comme par enchentement, j'ai connu quelques filles.

Tu dois te remettre en question, faire du sport et garder la pêche. Si tu ne t'aimes pas toi même, sa se sent et les gens ne restent pas.
Quand au physique c'est des purs conneries, sa joue un peu avec le pouffes de bases, mais c'est tout. Une personne rayonne de part sa confiance.

Alors ne te prends pas la tête, aime la vie, le sport, les sorties, les gens et la vie par plaisir, carpe diem comme on dit.
Allez courage et hésite pas si tu veux discuter.

Histoires vécues sur le même thème

Deprime - depression, deprime, stress

image

Je me suis inscrit car depuis longtemps je veux en parler et ici je ne fait qu'écrire. Je ne sais pas tro d'ou vien le mal qui vit en moi, j'ai l'impréssion de me cacher des souvenirs, mon ésprit se bloque, je n'arrive pas à me rappeler…...Lire la suite

Adolescente de 15 ans - parents d'ados

image

Bonjour ma fille a 15 ans cela fait plusieurs mois qu'elle parle par sms ou facebook mais ne l'a rencontré que depuis une semaine (combine avec une copine qui est dans le même lycée que ce garçon). Elle nous dit qu'elle fait ses devoirs mais en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages