Histoire vécue Famille - Enfants > Adolescence > Psychologie      (1642 témoignages)

Préc.

Suiv.

Conflit entre belle-mère et belles-filles : je veux que Noël soit une trève

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 343 lectures | ratingStar_228397_1ratingStar_228397_2ratingStar_228397_3ratingStar_228397_4
Pour ces fêtes qui devraient logiquement bien se passer alors même que les relations avec les belles-filles ne sont pas au top... On le sait, Noel dans une famile "normale" c'est déjà le rassemblement de sensibilités et de problématiques diverses et variés et le coctail est souvent explosif. Pour ma part j'ai tjs souhaité que cette fête ne soit pas gâché par les petites bassesses de la vie de tous les jours. Y compris avec mes belles-filles (17 et 20 ans) que j'ai tjs gâté à hauteur de ma fille de 9 ans. Cette année encore, alors que celà fait des années que ma grande belle-fille feint d''ignorer mon existence dans ma propre maison (j'ai déjà expliqué ici comment elle s'y prend, tout en subtilité, en hypocrisie, le service minimum histoire de laisser croire à son père que tout roule mais je ne suis pas dupe), je reprend du service en essayant d'avoir le sourire. Abnégation quand tu nous tiens! Je sais que ce n'est pas bien. Mais d'un côté je souhaite que Noël soit une trêve. J'aime gâter les gens et, de plus, je dois inconsciemment, avec les cadeaux, vouloir leur montrer, une fois encore, que je ne suis pas la méchante personne dont elle veut me faire endosser le rôle depuis si longtemps déjà. C'est assez pathétique d'en arriver là, j'en ai conscience. Mais je n'ai jamais eu l'appui de leur père, je n'ai donc pas d'autre choix, si je veux la paix, que de me plier à la règle des plus forts. Car c'est ainsi que je ressens les choses. Donc pour la BM, Noël en pays recomposé c'est soit: • la lutte armée (je ne veux pas vous voir dans la maison si vous n'avez pas plus à me proposer que votre présence étrangère): j'en suis incapapable, j'ai un peu essayer sans résultat. Face à ma BF c'était comme pisser dans un violon • soit accepter sa présence que je ressens comme toxique voir malsaine...Accepter une fois de plus de faire semblant de croire qu'elle m'accepte puisqu'elle continue à venir chez nous à 20 ans tous les 2 WE et toutes les vacances scolaires. Là c'est une enigme pour moi. Elle me montre bien que je n'ai aucune place dans sa vie en ne me parlant jamais, je ne connais rien de sa vie ou presque même en m'intéressant à elle. Elle ne me pose jamais aucune question. Même pas comment çà va! Je ressens si fort le fossé qui nous sépare. La place que je lui prospose n'a pas d'intérêt pour elle. Mais à la fois elle vient quand même à la maison. C'est véritablement une enigme. Bref Noël en pays recomposé c'est pas le Père-Noël tous les jours. Des tensions intérieures pour faire réner un semblant d'harmonie, et plus ouvertes avec le père avec qui je suis depuis 12 ans...A chaque fois tjs plus de culpabilité ressentie quand le père n'est pas de votre côté. Et des enguelades dans la foulée car parler de ses bijoux de filles relève d'une véritable agression pour lui. Bref le scénario que beaucoup d'entre nous subisse. Alors pourquoi rester, ne pas fuir me direz-vous? Je vois d'ici les forumeuses les plus actives de cet espace de liberté me souffler dans les bronches et me remonter les bretelles. Mais ne suis-je pas comme beaucoup de BM, en territoire aigü de compromissions et d'arrangements permanents. je sais c'est pas bien. Mais depuis quelques temps, moi qui n'était pas hypocrite je trouve un certain (ré)confort à mettre la tête dans le sac, à ne me préoccuper de la situation BM/BF que lorqu'elles sont là. Dès qu'elles ont franchi le pas de la porte je retrouve la vie que j'aime à la folie, avec ma fille, mon homme, mon job et mes amis... Après Noel passé en pays recomposé (une semaine c'est long), nous partons ma fille et mon homme à New-York pour une semaine. Il y a peu j'aurai culpabiliser de ne pas les emmener, de ne pas leur faire partager cette expérience, alors j'aurai fait le geste de leur offrir à elles aussi des billets. Même si je me sentais faible de le faire et qu'elles ne m'en remerciaient pas plus. Aujourd'hui, j'évite encore de parler devant mes BF de nos projets de vacances sans elles mais je suis heureuses intérieurement de ne pas les emmener. Elles râtent juste une occasion de dcouvrir la vie avec nous... C'était juste le billet d'humeur d'avant fête. Une pensée de reconnaissance à toutes celles qui participent à ce forum pour le plus grand bien des BM.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


228397
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Plan cul ou futur relation amoureuse - relations amoureuses

image

Voila je me lance à écrire parce que mon histoire me pèse beaucoup et j'aimerais avoir l'avis de personnes extérieurs. Il y a un an demi (été 2012) , j'ai rencontré un homme, à une fête de famille (c'est le meilleur ami de mon cousin) , on...Lire la suite

Histoire de fou qui me detruit... - affaires de couples

image

Je préférais à première vue me poser les questions trop top plutôt que trop tard, mais c'est vrai, il y a un temps pour tout. Je suis conscient de ce qui peut se produire, je ne veux pas que ça se produise, je verrais au moment venu ce qu'il en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages