Histoire vécue Famille - Enfants > Adolescence > Psychologie      (1642 témoignages)

Préc.

Suiv.

Enfant de paranoïaque

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies 30 ans
Mail  
| 829 lectures | ratingStar_127010_1ratingStar_127010_2ratingStar_127010_3ratingStar_127010_4

Durant un mois et demi, je me suis sentie fatiguée, extrêmement fatiguée. Plus envie de rien, plus d'energie, crevée. En cherchant quand ça avait commencé je suis remontée à la fête des mères, et à la enieme tentative de ma mere de me remettre sous son talon afin que j'adule la Mere en elle. Quand j'ai réalisé ça j'ai pris feu, ma colere, que j'avais utilisé toute mon energie à rentrer en moi, me faisant un debut d'ulcere au passage, a soudain flambé pour de bon. Boudiou là j'avais les abeilles !! En allant me faire soigner pour mon ulcere, j'ai demandé à mon medecin l'adresse d'un therapeute familial, en precisant que je voulais quelqu'un de concret et rapide, 4-5 séances, pas d'un truc qui dure des années et où il faut raconter sa vie dans tous les sens. Il m'a donné une adresse, j'y suis allée, la premiere fois elle m'a dit ce que je devais faire -donner à ma mère ce qu'elle voulait, lui faire croire que j'avais besoin de ses conseils sur des trucs sans importance, recette de cuisine ou autre, afin qu'elle me lâche sur le reste. Sauf que j'ai horreur de mentir d'une part, d'autre part je sais que si je donne un peu à ma mère elle ne va plus me lâcher et en voudra encore plus. Donc la fois d'après j'ai dit à la therapeute que sa solution ne me convenait pas du tout, moi je n'avais pas envie de satisfaire ma mère mais plutôt de taper dessus pour qu'elle me lâche La therapeute m'a regardée un peu par en dessous : "ah bon, à ce point là ? Bon, bah on va changer d'approche alors… " et elle m'a fait écrire des lettres. Et en faisant ça j'ai eu un declic, j'ai compris comment nous fonctionions ensemble, comment JE donnais à ma mère toutes les clés pour me retourner comme une crêpe à chaque fois, comment je me soumettais dans les faits tout en disant le contraire avec des mots, comment je lui hurlais de me traiter en adulte tout en me comportant en petite fille… Du jour où j'ai eu compris ça, j'ai aussi pu faire le tri entre ce que je voulais bien garder, et ce dont je ne voulais plus. J'ai changé naturellement de comportement envers ma mère, qui elle, a dû changer envers moi. D'abord par des menaces, puis par des tentatives de seduction, pour finalement devenir plus vraie. Ce qui n'a pas empêché qu'à notre premier face à face suite à ça elle me rechope en deux coups de cuilleres à pot. Facile de se dire qu'on a tout compris quand on est à 3000kms. Une fois en face j'ai replongé… Elle m'a harcelé tout l'été par mail, jusqu'à ce que je lui dise début octobre que si c'était tout ce qu'elle avait à me proposer je preferais ne plus lui parler. Et pendant 15 jours on a coupé les ponts, puis mon pere m'a appelée pour "éclaircir ce malentendu"… On a parlé une heure, puis il m'a passé ma mère directement, elle avait posé les armes, n'essayait plus d'avoir toujours le dessus, de nier tout ce que je disais, on a parlé vrai et le contact a repris sur de nouvelles bases. A noël j'étais chez eux et on a aussi eu une longue conversation qui a encore amelioré le truc. Depuis on a des relations plus saines, même si on reste ce que nous sommes et que nos relations ne seront jamais telles que nous les aurions souhaitées, mais enfin maintenant j'arrive à lui dire quand un truc coince, on en parle et c'est bon, ses bouderies ne me font plus peur, je suis sure de moi et elle n'a plus de moyen de pression, elle est donc obligée de me parler en égale, parce que je me comporte en égale aussi. Mais ça a été un long processus où on s'est fait beaucoup de mal, où on a cru que c'était la fin de notre famille, où ça a failli eclater completement entre nous tous. C'est moi qui avais fait le premier pas vers le changement en proposant une therapie familiale qui a été une catastrophe, c'est moi qui ai continué à échanger avec mes parents quand le dialogue a éte coupé avec mes soeurs, moi qui suis allée plus loin même après la grosse cata… Probablement parce que c'est moi qui avais le plus à gagner à tout changer, je ne supportais plus les relations qu'on avait et je preferais ne plus jamais les voir que de continuer comme ça… Mais peut-être aussi que c'était moi qui étais la plus optimiste et la plus ouverte à l'idée que l'autre fait de son mieux lui aussi et qu'il "suffit" d'arriver à se comprendre pour y arriver. Alors que mes soeurs comme mes parents étaient fixés dans l'idée que c'est l'autre le méchant et que le but de la therapie c'était de lui faire avouer ses torts et demander pardon… A partir du moment où la therapie a été un gros fiasco, chacun s'est refermé sur ses prejugés dans lesquels l'autre était un c** fini et eux les vicitimes qui devaient lecher leurs plaies. En fait dans l'histoire j'ai regretté d'avoir invité mes soeurs, j'aurais dû proposer une therapie à ma mère seulement, et pas à toute la famille parce que ça a crée plus de problèmes et de malentendus qu'autre chose, sans compter que les therapeutes qu'on avait ont completement foiré… Enfin voilà quoi. Si c'était à refaire je le ferais, probablement sans mes soeurs donc, mais ce gros chaos, cette catastrophe, était un passage obligé pour nous, ma mère n'aurait jamais accepté de m'entendre sans ça, et moi je n'aurais peut-être pas eu la maturité pour me remettre en question et aller encore plus loin dans ma démarche. Mais tu vois, de trois filles, j'ai été la seule à secouer le cocottier, ma mere a été la seule à s'accrocher malrgé les baffes qu'elle a pris… mes soeurs ont retiré leurs billes assez vite, et mon pere voulait aussi tout bloquer et nous a reniées… Et au final c'est moi qui m'en sors le mieux avec eux aujourd'hui, mais on a été très pres de la rupture totale aussi. Je crois qu'on ne peut pas faire de grand changement sans prendre de grand risque dans une situation pareille, parce que la situation est tellement extrême et tellement bloquée qu'il faut employer les grands moyens. Maintenant il faut le vouloir et oser. Pour moi ça valait le coup, ma soeur aînée a choisi de rester dans une sorte de guerre froide pleine de rancoeurs et elle poursuit le systeme que j'ai refusé, elle ne se sentait pas l'energie de reprendre les discussions et d'en prendre encore plein la poire, elle a choisi de se proteger tout en sachant que ce n'est pas l'idéal, mais elle a decrêté, appuyée par son psy, que nos parents sont des malades et que donc ce sont eux les fautifs. Mon autre soeur a preferé faire comme si rien n'avait eu lieu de peur de se faire taper sur les doigts, même si la relation qu'elle a avec nos parents reste parents/petite fille et que ça ne lui convient plus non plus, elle prefere ça à un gros conflit. C'est à chacun de faire ses choix en fonction de ce qu'il veut et peut.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


127010
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Plan cul ou futur relation amoureuse - relations amoureuses

image

Voila je me lance à écrire parce que mon histoire me pèse beaucoup et j'aimerais avoir l'avis de personnes extérieurs. Il y a un an demi (été 2012) , j'ai rencontré un homme, à une fête de famille (c'est le meilleur ami de mon cousin) , on...Lire la suite

Histoire de fou qui me detruit... - affaires de couples

image

Je préférais à première vue me poser les questions trop top plutôt que trop tard, mais c'est vrai, il y a un temps pour tout. Je suis conscient de ce qui peut se produire, je ne veux pas que ça se produise, je verrais au moment venu ce qu'il en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages